Images

World Press Photo, 2014, John Steinmeyer

worldpressdjibouti2

26 février 2013, Djibouti. Des migrants africains tentent de capter le réseau téléphonique somalien (moins cher) depuis Djibouti, pour joindre leurs proches. Crédits : JOHN STEINMEYER/VII POUR « NATIONAL GEOGRAPHIC » http://lemonde.fr/culture/portfolio/2014/02/14/

.

Les résultats du 57e World Press Photo ont été annoncés le 14 février. C’est John Stanmeyer, photojournaliste de l’agence VII, qui remporte le premier prix. Son image réalisée pour National Geographic, a été prise à Djibouti en février 2013, et montre des migrants africains tentant de capter un réseau téléphonique pour joindre leurs proches.

 .

Gary Knight, confondateur de l’agence VII, est le président du jury du World Press Photo, la récompense la  plus connue dans le photojournalisme. Après des années de photos spectaculaires et tragiques, l’institution a donné sa plus haute récompense à une photo inhabituelle et poétique, sans drame apparent, signée de John Stanmeyer. Le photographe explique ce choix, et revient sur les polémiques qui ont entouré le World Press récemment.

Propos recueillis par Claire Guillot

« La photo qui a remporté le prix World Press Photo de l’année (John Stanmeyer) rompt avec les habitudes du World Press. Comment expliquez-vous ce changement ?

Il y a une rupture par rapport à toutes les photos récompensées par le World Press Photo auparavant, car on n’y voit pas le désespoir, la violence habituels. Cette image très forte représente, au contraire, une scène belle et poétique, tout en traitant d’une question cruciale dans le monde entier, les migrations. Ce sont des gens qui cherchent à échapper à leur condition. Ils tendent le bras avec leur téléphone portable pour essayer de capter un signal, et tentent de communiquer avec leurs proches.

Il y a énormément d’images spectaculaires qui traitent de ce thème, mais elles montrent en général la fin du voyage : il y a très peu de place laissée à l’imagination. Cette image se concentre sur le début du voyage, et ne livre pas tout.

Autre changement : le sujet traité n’est pas un conflit, mais un problème de société et d’économie.

La question des migrations est une question mondiale et primordiale. Ici, le photographe l’a traitée de façon très originale. En général, on voit plutôt les gens dans des bateaux, qui sautent des clôtures, qui sont arrêtés, brutalisés, isolés. C’est la représentation habituelle. Le problème, c’est qu’au bout d’un moment, on n’est plus interpellé par ces images. Là, c’est une nouvelle façon d’attirer l’attention, la photo pose beaucoup de questions, et c’est ce qu’une bonne photo doit faire. Elle demande une implication de la part du lecteur. Et c’est une image qui peut résonner dans le monde entier, chez plein de gens. Quand la photo est violente, qu’elle montre des destructions et la guerre, ça paraît loin de notre expérience. Mais quelqu’un qui tente de joindre des proches avec un téléphone mobile, c’est quelque chose d’universel. » (…)

http://lemonde.fr/culture/article/2014/02/14/world-press-photo