Damien Simonneau, L’obsession du mur. Politique de militarisation des frontières en Israël et aux Etats-Unis, Peter Lang, Collection Enjeux internationaux, 2020

« A l’image du mur de Trump ou du renforcement des frontières européennes, de plus en plus d’États militarisent leurs frontières au moyen de murs à l’efficacité discutable. Pour expliquer cette obsession globale, il est utile de revenir sur les controverses qui banalisent ces outils militaires à partir de deux matrices de la sécurité frontalière contemporaine, à savoir la «barrière de sécurité» israélienne en Cisjordanie et la «barrière frontalière» états-unienne à la frontière mexicaine. Les murs s’inscrivent dans un spectacle politique, destiné aux citoyens emmurés, et joué par des acteurs conservateurs, sécuritaires et xénophobes. Ces acteurs problématisent les mobilités, développent une expertise sécuritaire, et attaquent l’État pour mieux le forcer à agir. Fondé sur deux enquêtes en immersion auprès d’eux, ce livre entend dépasser la thèse des murs comme signe du déclin de la souveraineté étatique dans le monde globalisé pour mieux souligner comment la répétition de ces spectacles renforce le militarisme des sociétés au détriment d’autres approches humanitaires, juridiques ou économiques des mobilités. » (ed.)

https://doi.org/10.3726/b17111

https://www.peterlang.com/abstract/title/67389?rskey=e1texv&result=1

Miguel Díaz-Barriga, Margaret E. Dorsey, Fencing in Democracy. Border Walls, Necrocitizenship, and the Security State, Duke University Press, 2020

« Border walls permeate our world, with more than thirty nation-states constructing them. Anthropologists Margaret E. Dorsey and Miguel Díaz-Barriga argue that border wall construction manifests transformations in citizenship practices that are aimed not only at keeping migrants out but also at enmeshing citizens into a wider politics of exclusion. For a decade, the authors studied the U.S.-Mexico border wall constructed by the Department of Homeland Security and observed the political protests and legal challenges that residents mounted in opposition to the wall. In Fencing in Democracy Dorsey and Díaz-Barriga take us to those border communities most affected by the wall and often ignored in national discussions about border security to highlight how the state diminishes citizens’ rights. That dynamic speaks to the citizenship experiences of border residents that is indicative of how walls imprison the populations they are built to protect. Dorsey and Díaz-Barriga brilliantly expand conversations about citizenship, the operation of U.S. power, and the implications of border walls for the future of democracy. » (ed.)

key words : Anthropology, Chicanx and Latinx Studies, Sociology > Migration Studies

France terre d’asile, Quel rôle pour les villes dans l’accueil et l’intégration des demandeurs d’asile et réfugiés? janvier 2020, n°05

À l’heure où la solidarité européenne fait défaut et alors que les politiques publiques relatives à l’asile et à l’immigration se font plus restrictives dans certains États membres de l’UE, de nombreuses villes se positionnent au contraire comme des forces de soutien, démontrant l’importance de l’échelon local. Seules ou en réseaux, quelle marge de manœuvre s’offrent aux municipalités européennes pour agir aux côtés des populations migrantes et réfugiées ? Dans quelle mesure peuvent-elles s’opposer, ou tenter d’influencer, les gouvernements nationaux pour accueillir dignement et intégrer les nouveaux arrivants ?

https://www.vuesdeurope.eu/num/quel-role-pour-les-villes-dans-laccueil-et-lintegration-des-demandeurs-dasile-et-refugies/

Julia Pascual, La Manche, l’autre mer où se noient les rêves des migrants, lemonde.fr, janvier 2020

Récit|En 2019, 2 758 migrants ont tenté de gagner l’Angleterre. Quatre d’entre eux sont morts. Leurs corps et leurs effets personnels ont permis de retracer les itinéraires de Mitra, Masoud, Soran et Hussein.

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/01/31/quand-les-reves-des-migrants-se-noient-dans-la-manche_6027867_4500055.html

illustration @ Lisa Ritaine avec son autorisation
https://www.lisaritainephotos.com/

Michael Sfard, Le mur et la porte, ed. Zulma, fev. 2020

 « Alternant récits individuels, portraits de juges et d’avocats, histoire régionale et réflexion juridique, Michael Sfard revient sur cinquante ans de lutte contre l’occupation dans les Territoires occupés. Véritable immersion dans le système judiciaire, Le mur et la porte s’organise autour de huit thématiques fondamentales – déportations, colonies, torture, mur de séparation, avant-postes non autorisés, détention administrative, démolitions punitives, assassinats ciblés – pour chroniquer le combat mené par les avocats et les organisations humanitaires devant la Cour suprême d’Israël. De grands procès en rebondissements judiciaires, Sfard souligne aussi les limites et les paradoxes de son combat – et l’on apprend pourquoi l’ouverture d’une porte dans le mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie lui pose un délicat cas de conscience… Le mur et la porte nous implique magnifiquement dans le quotidien des défenseurs des droits des Palestiniens dans les Territoires occupés.

Fils de dissidents polonais, petit-fils du grand sociologue Zygmunt Bauman, Michael Sfard a fait ses armes auprès du célèbre avocat israélien Avigdor Feldman, avant d’ouvrir son propre cabinet à Tel-Aviv. Il écrit régulièrement pour le New York Times et Haaretz. « 

LIRE AUSSI :

« Avec le plan de paix américain, « on rétablit sans honte, au XXIe siècle, le langage du colonialisme » « 

Pour l’avocat israélien et défenseur des droits de l’homme Michael Sfard, le dispositif proposé pour le conflit israélo-palestinien viole plusieurs piliers de l’ordre international. Propos recueillis par Piotr Smolar

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/01/30/avec-le-plan-de-paix-americain-on-retablit-sans-honte-au-xxie-siecle-le-langage-du-colonialisme_6027777_3210.html


	
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search