« How San Diego Built a Bridge Over the Wall », Ethan Epstein, politico.com, 16/02/2017

A simple pedestrian crossing created the world’s first true binational airport, and boosted the economies on both sides of the border.

SAN DIEGO— »Around lunchtime two days before Donald Trump’s presidential inauguration, some 200 business and civic leaders from San Diego and Tijuana, Mexico, gathered in a hotel ballroom in downtown San Diego for an event hosted by the San Diego Regional Chamber of Commerce. As the assembled professionals, decked out in business-casual attire and speaking a smattering of Spanish and English, munched on cold—not to say rubbery—chicken and green salad and sipped iced tea, the event’s keynote speaker, a UCLA economist named Lee Ohanian, delivered a pessimistic message about the man who was on everybody’s mind.

Trump’s plan to tax imports from Mexico would amount to “shooting [us] in the foot,” Ohanian declared, “with many, many unintended consequences.” Given the aging of the baby boomers and declining U.S. birth rates, Trump’s possible plan to reduce immigration levels would make it “extremely difficult” to achieve increased productivity or GDP growth, he warned. But Ohanian wound up his speech on a positive note: Trump seems like a “person who tends to change his mind,” he said. The crowd laughed nervously.

For the people who do business in Tijuana and San Diego talk, of barriers—whether it’s tariffs or even “big beautiful walls”— is anathema. They know that the health of their “mega region,” as San Diego’s Republican mayor Kevin Faulconer calls it, depends on enhancing the economic integration of the two cities that collectively boast a population of 5 million. (Roughly half live on each side.) One of the most dramatic examples of their commitment to that entwined economy is a bridge that literally crosses above the border fence. In late 2015, a terminal connecting San Diego to the Tijuana airport opened. Funded privately by American and Mexican investors, the Cross Border Xpress has created the world’s first truly binational airport. Each day, thousands of passengers from San Diego now walk easily across the border directly into the Tijuana airport. Conversely, people landing in Tijuana now walk into San Diego after their flights. The project is a striking physical manifestation of the increasing interconnectedness of the two cities. »   (…)

http://www.politico.com/magazine/story/2017/02/san-diego-bridge-border-wall-airport-tijuana-214788

Photo@ Mark Peterson/Redux Pictures for Politico Magazine, ibidem

« The Uncounted: Invisible Deaths on Europe’s Borders », Ingeborg Eliassen, newsdeeply.com, 16/02/2017

« There is no official record of the number of refugees who go missing crossing the Mediterranean Sea trying to reach Europe. Ingeborg Eliassen of the Investigate Europe network explores why a European database of migrant deaths does not exist. »

MYTILINI, Greece – « Along an empty corridor, a handwritten note that reads “Register marriages, deaths, births here” signposts the cramped office of Aphrodite Andrikou, a municipal registrar in Mytilini, the capital of the Greek island of Lesbos.

There have been an awful lot of deaths to register on this island lately. In the early months of 2016, the cooling container outside Mytlini’s hospital was often full, and staff had to lay dead bodies inside the building.

Andrikou and her two colleagues have worked many long evenings and missed many family Sunday lunches to fill out all the death protocols since late 2015.

“I’m not complaining, we must care about the dead. That is our job,” says Andrikou. “This drama and these people have become part of our lives. Often I have been very sad. There were times when I cried a lot.”

In a normal year, approximately 400 people die in the harbor town of Mytilini. But recent years have not been normal.

In 2015, 856,723 refugees and migrants made it across the narrow stretch of the Aegean Sea from Turkey to the Greek islands. The population of Lesbos is around 86,000.

The numbers have steeply declined since March 2016, when the E.U. made an agreement with Turkey to stem migrant boats. Yet the number of refugees and migrants making the longer, even more dangerous Mediterranean crossing from north Africa to Italy has continued to grow.

The Mediterranean Sea is becoming deadlier every year. The U.N. estimates that at least 5,096 people died or disappeared at sea while trying to reach European soil last year. That is an increase from an estimated 3,771 deaths in 2015 and 600 in 2013.

These are estimates rather than scientific figures. Both the International Organization for Migration and the U.N. refugee agency (UNHCR) try to keep track of deaths based on information from a combination of sources: national coast guards and pathologists, media reports, data from aid agencies and interviews with survivors.

But no European authority has yet taken on the task of counting the dead on Europe’s frontiers. Until then, there will be no official record of the dead. »   (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2017/02/16/the-uncounted-invisible-deaths-on-europes-borders

Photo@ Ingeborg Eliassen; One part of the cemetery in Castellammare del Golfo in Sicily has been designated for migrants who have drowned in their attempt to reach Italy from northern Africa.

Sur le même thème voir :

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ » , dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne)

https://enigmur.hypotheses.org/4869

https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1)

https://enigmur.hypotheses.org/4988

http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Et notre rubrique « Migrants à la mer » :

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/boats4people

 

 

 

Qu’est-ce qu’un ban (à propos du muslim ban aux E.-U.) ? Didier Bigo

« (…) La surveillance à distance, qui vise à contrôler la circulation des flux, passe par les pratiques des sas, des filtres ou des écluses (visas, contrôles par les compagnies aériennes, contrôles aux aéroports, renvois, réadmissions). Elle débouche, non pas sur la libre circulation, mais sur les lieux d’enfermement non reconnus comme tels (centres de rétention et zones d’attente). Elle institue une fonction policière délocalisée dans les consulats placés dans les pays d’origine et qui est bien moins visible que la police des frontières. Le refus de visa devient la première arme des polices et c’est là d’ailleurs où l’arbitraire des décisions est le plus fort. La pratique policière vise alors la surveillance des étrangers ou des minorités ethniques qui sont pauvres et à élargir son champ d’action au-delà de la recherche du crime, en mettant en avant des logiques proactives qui permettraient de repérer des groupes « criminogènes » grâce à un savoir sociologique. La figure du coupable change : ce n’est plus le criminel mais l’« indésirable ». Les prisons qui enfermaient les coupables sont moins significatives dans ce dispositif que ces nouveaux lieux d’enfermement comme les zones d’attente qui en reproduisent les conditions matérielles, la culpabilité judiciaire en moins. Le relâchement de la surveillance individuelle, trop lourde, trop maximaliste se fait alors au profit du recueil global d’informations et du ciblage sur les groupes qui circulent le plus : les diasporas, les migrants et, si l’hypothèse est juste, bientôt les touristes. Elle se fait aussi sur les bases d’une délimitation dans les pratiques de l’islam entre le bon islam et l’islam radical susceptible d’alimenter en hommes les organisations clandestines. La suspicion à l’égard de tous qui est discursivement centrale s’infléchit de facto vers un contrôle spécifique de certains, un Ban (…) »

Didier Bigo, « La mondialisation de l’(in)sécurité ?  », Cultures & Conflits [En ligne], 58 | été 2005, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 30 janvier 2017.

http://conflits.revues.org/1813

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

Call for Papers : Cultures, Hopes and Conflicts. The Mediterranean between Land and Sea

Cultures, Hopes and Conflicts. The Mediterranean between Land and Sea , 26-28 September 2017, University of Salerno, Italy

The International Centre for Studies and Research (ICSR) Mediterranean Knowledge and the Consortium Mediterranean Worlds (MedWorlds) invite papers to be presented at the 3rd International Conference ICSR Mediterranean Knowledge / 8th International Conference MedWorlds to be held at the University of Salerno, Italy from 26 to 28 September 2017.

 CALL FOR PAPERS

 The Conference Cultures, Hopes and Conflicts. The Mediterranean between Land and Sea, jointly organized by the ICSR Mediterranean Knowledge and the Consortium Mediterranean Worlds, aims to collect contributions that address the most important questions related to the Mediterranean Basin from the point of view of different social and human sciences. The Mediterranean is a sea of cultures, as its shore witnessed the dawn of knowledge: from historiography to philosophy, from natural sciences to political sciences. The Mediterranean, furthermore, is a nexus of civilizations and ethnicities, which have constantly interacted through clashes and peaceful encounters. Indeed, the Mediterranean has always been a meeting place between East and West; this is even more true today as the Mediterranean seems to have become more fragmented and divided between different “worlds”: the secular Western Europe, the Arab-Islamic North Africa and Middle East, the orthodox Christianity of Greece and other Balkan countries, the Jewish culture of Israel, to mention only the most important. However, one should consider that each of these “worlds” reveals in its internal ethnical, territorial, and social tensions, which adds up to the richness and the peculiarity of the «Mare nostrum». The Mediterranean, furthermore, is also a sea of hopes: the hopes of hundreds of thousands of migrants who desperately try to cross the sea, on the run from hunger and conflicts; the hope of a fair and lasting peace for those who live in countries affected by civil wars and ethno-religious clashes.

The Conference is open to papers that address the broader questions concerning the Mediterranean. More specifically, we aim to develop a reflection on the following topics:

– The migratory phenomena, which have historically characterized the Mediterranean since antiquity to modern era, as approached from the point of view of both the countries of origin and destination;

– Encounters and clashes among different civilizations and cultures in the Mediterranean world from the so-called Fall of the Roman empire to the present day;

– The Mediterranean and its relations with non-Mediterranean worlds, in terms of diplomatic, cultural and economic relations (with attention to the recent phenomenon of globalization);

– The political upheavals that have affected the Arab world in recent years;

– The phenomenon of terrorism within the relations between East and West;

– The political, economic and social impact of the great Recession on different Mediterranean countries;

– The impact of knowledge on the development of the Mediterranean area and the modes of its dissemination from ancient times to contemporary era.

Insofar as the contribution proposes an original and innovative analytical approach, they can focus on individual topics, understood as case-studies, or more general interpretations, The panels of the Conference will be crafted based on the accepted abstracts.

If you are interested into giving a paper you are required to send an abstract in English or Italian of your proposed contribution (maximum length 350 words) and a short biographical note summarizing your scientific activity (maximum length 150 worlds) to the following e-mail address: info@mediterraneanknowledge.org, with the tag [ICSR Mediterranean Knowledge / MedWorlds Conference 2017]. Each participant will be allowed to deliver only one paper. All papers must be delivered in English or Italian and in person by the author of the paper. We cannot accommodate speakers wishing to present using Skype (or similar), or proxy presentations.

 Language of the Conference will be English.

DEADLINES 

Launch of call: January 2017 Deadline for abstracts: 31 March 2017 Communication on the acceptance of contributions: 20 April 2017 Final program: May 2017 Paper submission (to be considered for publication): 15 December 2017 Paper selection for publication: February 2018 For additional information please contact us :

info@mediterraneanknowledge.org

 

 

Damien Simonneau, « Le « mur » de Trump est déjà là », theconversation.com, 29/01/2017

Dans un décret dédié à la sécurité frontalière et à l’immigration, Donald Trump a quelque peu précisé son projet phare de « mur » à la frontière mexicaine. Le nouveau Président enjoint au ministère à la Sécurité intérieure de « prendre toutes les mesures appropriées pour planifier, dessiner et construire un mur physique [au singulier] en recourant aux matériaux et technologies les plus efficaces afin d’aboutir à un contrôle opérationnel total de la frontière sud ». Le décret ne fournit aucun objectif chiffré en kilomètres, ou de localisations géographiques, ni de budget précis.

Le décret ne précise donc pas à quoi ressemblerait ce « mur », si ce n’est qu’il doit être « contigu, physique ou similaire à une barrière sécurisée, physique, contiguë et infranchissable ». Comme tous les décrets présidentiels, il donne avant tout une direction politique pour satisfaire un électorat. Le contenu pratique reste à déterminer et dépend notamment des choix budgétaires validés par le Congrès. Donald Trump ordonne ainsi d’identifier les financements permis par la loi et de solliciter le Congrès pour que ce projet soit budgété. Son administration a également testé l’idée de financer le chantier via une taxation des importations mexicaines, conformément à l’idée originale de Trump de faire payer la facture par le Mexique.

Ce décret offre avant tout une marque de volontarisme sur la sécurité nationale et l’immigration. Bien que cette annonce soit mise en scène comme une rupture par rapport au gouvernement précédent, Donald Trump s’inscrit dans le processus continu de militarisation de la frontière mexicaine depuis les années 1980. Le contenu du décret représente une surenchère de plus par rapport aux décisions prises par ses prédécesseurs, républicains comme démocrates. En effet, la zone frontalière est déjà substantiellement militarisée.

La frontière mexicaine est fortement militarisée

Depuis la fin des années 1970, en effet, les gouvernements fédéraux successifs militarisent la zone frontalière avec le Mexique. Chronologiquement, trois phases peuvent être isolées.

Tout d’abord, les premiers déploiements militaires de la seconde moitié des années 1970 à 1992 sous les administrations Carter, Reagan et G.H. Bush. Cette première phase correspond à l’expansion systématique des financements à l’agence fédérale Immigration and Naturalization Service (INS). Sur le terrain, cela aboutit au déploiement de capteurs enterrés, d’hélicoptères, de spots lumineux, de bases opératoires mais également au recrutement et à la paramilitarisation progressive de la Patrouille frontalière. Cela conduit aussi à la construction d’une première « barrière » basse en chaîne dans des zones urbaines comme à El Paso (Texas) ou encore à Yuma (Arizona) entre 1978 et 1980, puis la construction en 1991 d’une « barrière primaire » en tôles entre San Diego et Tijuana (Californie).

Ensuite, sous les deux mandats de Bill Clinton (1992-2000), des opérations « blocus » par le déploiement de gardes frontaliers à certains endroits le long de la frontière ont été décidées dans le but de dissuader les candidats à la traversée non autorisée. Ce fut le cas à El Paso en septembre 1993, puis en octobre 1994 dans la région de San Diego pour être ensuite imité à différents endroits. Des « barrières secondaires » fournies par l’entreprise Sandia sont alors installées le long de la frontière.

Enfin, la « virtualisation » du contrôle frontalier dans les années 2000 a été plébiscitée par les administrations Bush puis Obama. Elle consacre le recours aux technologies virtuelles de surveillance inaugurée dès 1998 avec le Integrated Surveillance Intelligence Program (ISIS) déployé dans le sud-ouest du Texas, recyclé en 2004 dans l’American Shield Initiative (ASI), puis rénové en 2006 dans le Secure Border Initiative (SBI). La stratégie est alors d’intégrer les différentes technologies de surveillance pour faciliter les interventions des gardes frontaliers tout en construisant des « infrastructures tactiques », dont de nouvelles « barrières » et des routes de patrouille.

À ce titre, une des pièces législatives maîtresse de l’administration Bush est sans doute le Secure Fence Act du 26 octobre 2006 dont l’objectif était, bien avant Trump, d’atteindre « le contrôle opérationnel de la frontière » en complétant « d’ici à 18 mois » la « barrière frontalière » dans les zones rurales.

Toujours plus de « barrières » face à des migrants moins nombreux

La militarisation de la frontière correspond à un dispositif de sécurité complexe qui s’accompagne de la modernisation et de la construction des points de passages frontaliers, du déploiement de drones ou de dirigeables pour surveiller verticalement les zones montagneuses et la mise en place de checkpoints.

Les « barrières » ne sont qu’un élément du dispositif. Elles ont pour spécificité de matérialiser la ligne frontière. Deux types de « barrières » existent en fonction des terrains : les « barrières pédestres » et les « barrières contre les véhicules ». D’après l’agence fédérale CBP (Customs and Border Protection), en 2015, environ 1 000 kilomètres cumulés étaient équipés de « barrières » sur une longueur totale de 3 141 kilomètres de frontière. La militarisation de la zone frontalière est en fait un laboratoire depuis les années 1980 mais accéléré dans les années 2000 pour tester de nouvelles technologies de contrôle à distance, dans une collaboration entre les agences fédérales (appuyées par le militaire) et les industries de défense et de sécurité. Cette militarisation se poursuit alors même que le nombre de traversées diminue.

Les données pour quantifier le phénomène de migration non autorisée à travers la frontière mexicaine correspondent aux statistiques d’arrestations publiées annuellement par CBP. En 2014, 229 000 personnes ont ainsi été arrêtées le long de la frontière sud-ouest – soit une diminution importante par rapport au record de 1,6 million de personnes arrêtées en 2000 et 809 000 en 2007 avant la crise économique.

Depuis 2005, les statistiques indiquent une diminution continue des arrestations à la frontière. Dans ce contexte, la migration nette entre le Mexique et les États-Unis est nulle en 2012, voire négative en 2015. Depuis l’été 2014, les routes migratoires, notamment depuis l’Amérique centrale, semblent plutôt déboucher sur le sud-est du Texas, où le nombre de migrants arrêtés a augmenté.

Malgré ces changements dans les caractéristiques migratoires, l’idée de « murer » la frontière a été électoralement payante en 2016.

Trump, nouvel acteur du spectacle du territoire muré

Alors que le projet de « mur » soulève encore beaucoup d’inconnues, le décret du 25 janvier doit être considéré comme un élément supplémentaire dans le spectacle politique du territoire muré que joue Donald Trump, comme beaucoup d’autres acteurs anti-migrants aux États-Unis. En plus de servir de lieu de contrôle, le territoire muré est le lieu d’une mise en scène : celle de la réassurance d’un électorat en mal de certitudes face à des migrations perçues comme intrusives, angoissantes et chaotiques.

Conformément à sa stratégie de conquête du pouvoir, Donald Trump file cette métaphore du « barrage contre les flux » tout en s’érigeant en protecteur qui sécurise les frontières face à des menaces extériorisées. Il inaugure ainsi une nouvelle étape dans un processus de militarisation déjà bien engagé. Et cela peu importe si les migrations sont moins importantes qu’auparavant, l’efficacité de la militarisation douteuse et la frontière déjà blindée.

https://theconversation.com/le-mur-de-trump-est-deja-la-72002?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter&utm_term=Autofeed#link_time=1485753286

photo@ La “barrière secondaire (Secondary fencing)” de Sandia à Otay-Mesa (Californie), construite parallèlement à la « barrière primaire" en taule, derrière une route de patrouille et des réverbères (décembre 2012). Damien Simonneau/DR, Author provided