La Cimade, Dedans, dehors : une Europe qui s’enferme, lacimade.org, 27/06/2018

« La Cimade publie un rapport d’enquête et d’analyse sur la situation des personnes exilées aux frontières extérieures et intérieures de l’espace Schengen. Nourri par des observations récoltées aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée, ce rapport appelle les responsables politiques nationaux à changer radicalement de cap face à des logiques qui excluent, enferment, précarisent et trop souvent, tuent les personnes en migration.

Cette publication construite à partir de l’observation des dispositifs de surveillance et de tri des personnes migrantes aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée entend interroger la question du contrôle des frontières intérieures et extérieures de l’espace Schengen. Des membres de La Cimade ainsi que ses partenaires ont mené des missions d’enquête et d’observation dans ces différentes zones frontalières en 2017 et 2018 afin de nourrir ce travail d’analyse.

Élevée au rang de priorité numéro une de l’Union européenne (UE) depuis 2015, la question migratoire est au cœur des débats des institutions européennes et pays de l’UE. Trois années après que l’opinion publique européenne s’est émue des images de familles réfugiées en exil, il apparaît clairement que l’Europe n’a pas été à la hauteur des enjeux. Au lieu de prendre acte de l’échec de ses politiques migratoires et d’envisager d’autres moyens d’imaginer les mobilités, l’UE et ses États membres ont profité d’une augmentation importante du nombre de personnes tentant de rejoindre l’Europe pour renforcer l’existant : contrôles, surveillance et tri aux frontières internes et externes de l’espace Schengen.

Depuis plus de vingt ans, l’UE et ses États membres s’obstinent à renforcer des politiques migratoires qui ne fonctionnent pas. En témoigne le nombre de personnes ayant perdu la vie aux frontières européennes, en augmentation chaque année. Par ailleurs, alors que des citoyens et citoyennes s’organisent pour soutenir les personnes exilées, les poursuites judiciaires pour criminaliser leurs actes de solidarité se multiplient.

Les réponses européennes se doivent pourtant d’être à la hauteur des ambitions de l’UE : créatives, solidaires et protectrices des droits humains. Les politiques touchant à l’asile et la migration vont actuellement dans le sens inverse, d’où notre appel pressant à changer de cap.

Au sommaire d’un rapport illustré par des cartes, des infographies et des photographies :

  • Démultiplier les frontières pour un seul objectif : limiter le mouvement des personnes migrantes ;
  • Frontières violentes : mise en danger et violation des droits des personnes exilées ;
  • Résistances envers et contre tout. »

PDF : https://www.lacimade.org/publication/dedans-dehors-une-europe-qui-senferme/

illustration : ibidem

 

 

Évelyne Ritaine, « La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union », Paris, Etudes du CERI, 186, 2012, (en ligne)

Pour comprendre l’actuel blocage de toute politique migratoire européenne, il faut tenir compte de deux dimensions :

– la multiplication dans les pays européens de mouvements politiques de type néopopuliste, caractérisés par le rejet paranoïaque de tout ce qui vient de l’extérieur.

– les conditions dans lesquelles il n’a jamais été possible de communautariser les questions de migrations et de frontières autrement qu’en termes sécuritaires : le texte proposé ici est consacré à cet aspect généalogique, pour la frontière méditerranéenne.

…Rappelons que dans le « jeu du mistigri », il s’agit de se débarrasser à tout prix d’une « mauvaise carte » qui fait perdre celui qui la conserve…

Évelyne Ritaine, « La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union », Paris, Etudes du CERI, 186, 2012, (en ligne)

EXTRAITS

(…) »Ainsi va la fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Comme on a pu l’écrire au sujet de la frontière américaine, « l’acte même de déclarer que quelque chose est une menace pour la sécurité est décisif. Quand un enjeu est déclaré sécuritaire (securitized), il devient de la plus haute importance sur l’agenda politique, justifiant alors des réponses politiques extraordinaires » (Ackleson, 2005). Il est à craindre qu’il soit difficile à terme d’inverser ce référentiel sécuritaire, pour affirmer la frontière comme une question diplomatique et sa gestion comme une tâche communautaire, pour bâtir une politique d’immigration communautaire cohérente et respectueuse des droits de l’homme. C’est pourquoi, dans la progressive et erratique construction politique d’une frontière européenne, la Méditerranée semble avoir quelque peu perdu son sourire de limen (de seuil, de lieu de rencontre et de relation à l’autre) pour adopter le rictus du limes (de la séparation, de la frontière infranchissable par l’ennemi). » (…)

(…) « Alors, finalement, qui contrôle l’ensemble des frontières européennes? Nous nous proposons de réfléchir ici à la dimension la moins étudiée de la construction politique de la frontière extérieure de l’UE, c’est-à-dire au sens politique que prend la question du contrôle de la frontière dans les jeux politiques internes de chaque Etat méridional. Il s’agit d’analyser, avec les outils de l’anthropologie politique et de la sociologie politique, comment ce sens a été construit, et ce faisant de réintroduire, dans l’étude de la construction politique de la frontière extérieure de l’UE, un facteur de perturbation dont ni l’étude des procédures de contrôle ni les travaux sur la politique européenne ne suffisent à rendre compte.

Les deux épisodes évoqués (plus haut) font écho à tous ceux que rapporte régulièrement la presse : de Lampedusa à Ceuta et Melilla, des îles Canaries aux îles de la mer Egée, du détroit de Gibraltar au détroit d’Otrante, cet espace est saturé de drames humains et de politisation. L’historicisation de la question révèle un double « rabattement » effectué par les jeux politiques et médiatiques et que l’on retrouve dans le débat public. En Méditerranée, comme ailleurs, la question du contrôle de la frontière est largement ramenée à celle du contrôle de l’immigration, et la notion de risque presque toujours corrélée au problème de l’immigration clandestine. Certes, la gestion d’une frontière concerne également les flux de marchandises, les trafics clandestins, les risques terroristes, mais ces thèmes sont plutôt traités dans des cercles experts ou bien liés, dans le discours politique, à la criminalisation de l’immigration. Cela explique une des contradictions auxquelles se heurte l’analyse des migrations : les chiffres relatifs aux franchissements clandestins de la frontière sont toujours surévalués par rapport aux autres modes d’accès illégaux au territoire, notamment l’overstaying, qui consiste à demeurer sur un territoire après la date d’expiration du visa qui avait permis d’y entrer légalement. C’est donc le franchissement illégal de la frontière territoriale qui fait l’objet de multiples interprétations et controverses politiques, en raison de son caractère à la fois spectaculaire et dramatique, alors même que la réalité sociologique du phénomène révèle que la frontière (en l’occurrence extérieure de l’UE) est autant dans les aéroports, les ports, les préfectures, les consulats, que le long des limites territoriales.

Ce premier rabattement en induit un second : la gestion de la frontière, surinvestie par les acteurs politiques en tant que question de sécurité, est ramenée à la gestion spatiale des entrées sur le territoire et, par conséquent, à la matérialité des dispositifs de contrôle mis en place : « [Les murs aux frontières] répondent à la situation de non-droit qui gagne progressivement les Etats-nations, contestant leur souveraineté et contribuant à leur affaiblissement, et à laquelle ces derniers réagissent en adoptant des mesures exceptionnelles militaires et policières, au détriment des procédures juridiques et disciplinaires normales » (Brown, 2009). Toutefois, cette exacerbation de la dimension territoriale de la frontière entraîne une difficulté au niveau pratique. En Méditerranée, les contraintes spatiales sont fortes et le contrôle de cette mer quasi fermée particulièrement complexe. Les frontières ne sont pas toutes linéaires et terrestres, comme entre les Etats-Unis et le Mexique ; ce ne sont pas non plus un vaste espace maritime, homogène, comme au Nord de l’Australie, face à l’Asie du Pacifique. Concrètement, le contrôle doit porter sur quelques frontières terrestres (entre Slovénie et Croatie ; entre Grèce et Turquie, Bulgarie, Macédoine, Albanie), mais aussi sur des espaces maritimes à souverainetés diverses, sur des détroits (de Gibraltar, de Sicile, d’Otrante), sur des îles (Malte, Baléares, îles de la mer Egée, îles italiennes, auxquelles on peut ajouter les Canaries, dans l’océan Atlantique, qui fonctionnent comme un pont vers l’Europe du Sud) et sur des enclaves territoriales (villes espagnoles de Ceuta et Melilla en territoire marocain).

Il semble que ce double rabattement, sur l’immigration clandestine et sur la dimension spatiale du contrôle, soit le produit de la « securitization » de la frontière par les Etats d’Europe du Sud, c’est-à-dire d’un processus cognitif de classification d’un problème comme relevant de solutions sécuritaires. Le scénario politique de « securitization » des limites territoriales se déroule en trois actes : tout d’abord, la construction de la contiguïté comme risque (ici, de flux transfrontaliers) ; ensuite, la mise en œuvre d’un certain type de solutions sécuritaires (ici, l’édification de barrières et l’installation de dispositifs de contrôle des déplacements, dotés de technologies de surveillance) ; enfin, l’élaboration d’une légitimation globale de cette entreprise politique, laquelle légitimation est enserrée dans les rets des concurrences politiques internes et varie selon les Etats. Cette interprétation de la frontière comme enjeu sécuritaire est prise dans les injonctions contradictoires de la construction européenne. Certes, l’UE détermine la mise à l’agenda de la question du contrôle de la frontière, en sommant les Etats intégrés à l’espace Schengen d’appliquer les principes européens en la matière. Cependant, la difficile gestation d’une politique commune de l’immigration et de la frontière, due aux préférences des Etats pour l’intergouvernemental, bloque la communautarisation de la frontière et condamne les différents acteurs politiques (nationaux et européens) à une gestion par urgences successives et à une escalade hasardeuse des moyens de contrôle déployés. La logique du maintien de l’ordre s’impose alors à la frontière, avec le déploiement toujours plus important de forces policières et militaires, et l’utilisation toujours croissante de technologies militaires et de moyens de contrôle sophistiqués, le tout dans une fuite en avant désespérée. Le cercle vicieux de cette politique du maintien de l’ordre à courte vue est bien connu : la militarisation d’une partie de la frontière entraîne le détournement des tentatives de passage vers d’autres espaces, fait fructifier les affaires des réseaux de passeurs et multiplie les risques pour les clandestins, cette situation de désordre entraînant à son tour un nouveau déploiement de la militarisation. Et le cercle vicieux reprend de plus belle.

Il s’agit donc ici de raisonner dans une perspective de construction sécuritaire de l’objet politique « frontière ». A ce titre, nous affrontons un processus double et, en apparence, contradictoire. D’une part, la déterritorialisation du phénomène de la frontière dans la globalisation est un processus bien établi : désormais, l’« effet frontière » est partout, indépendant de l’espace et du temps, porté par le statut de chaque personne ; dans la société de contrôle dominée par les nouvelles technologies de l’information, « ce qui compte n’est pas la barrière, mais l’ordinateur qui repère la position de chacun, licite ou illicite, et opère une modulation universelle » (Deleuze, 1990). D’autre part, la construction politique de certains espaces comme étant particulièrement à risques s’illustre dans des exemples de plus en plus nombreux : le renforcement des frontières au sens spatial du terme, l’hyper-bordering, est attesté dans de nombreux cas (Ritaine, 2009). Certes, ces blindages doivent être compris comme les pièces de dispositifs de contrôle globalisés et largement virtuels. Cependant, ils ont pour les acteurs politiques nationaux un sens particulier, selon qu’ils sont matériels ou immatériels, intérieurs ou à distance, nationaux ou communautaires. Selon les conjonctures dans lesquelles ils sont pris, ces acteurs s’en servent pour construire des solutions sécuritaires différentes.

Dès lors, notre hypothèse est que la charge politico-symbolique de la question du contrôle de la frontière pour les Etats méridionaux est stratégique au point de déterminer en grande partie les modalités des contrôles mis en place et les intrications entre décisions nationales et décisions européennes.

La question du contrôle des frontières en Méditerranée a été mise à l’agenda (aux niveaux européen et national) par l’ouverture d’un espace de libre circulation à l’intérieur de l’espace Schengen et par l’invention corrélée de frontières extérieures de l’UE. Ce moment de genèse peut être analysé du point de vue de la production de normes européennes sur un espace particulièrement complexe à contrôler. Il existe en effet une version méditerranéenne des frontières extérieures de l’UE, un régime frontalier particulier, largement déterminé par les conditions d’intégration des différents pays méditerranéens dans l’espace Schengen. La mise en œuvre des principes de ce nouveau régime révèle des jeux politiques complexes, entre tactiques internes, stratégies étatiques et tentatives de communautarisation, tant il est vrai que cette frontière méditerranéenne est saturée par les échanges politiques. Considéré comme un produit de ces différents processus et tensions, l’actuel dispositif de contrôle apparaît moins planifié et légal-rationnel qu’erratique et théâtralisé. » (…)

PDF :

http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/Etude%20186.pdf

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Jérôme Gautheret, Migrants : « Le gros des opérations de secours est fait par des navires marchands ou militaires », lemonde.fr, 22/06/2018

« Les navires humanitaires ne représentent que 10 % des prises en charge. Jérôme Gautheret, notre correspondant à Rome, rappelle l’obligation de porter secours aux navires en détresse. »

(…) « Les rodomontades de M. Salvini n’y changeront pas grand-chose : même sans la présence des ONG, les impératifs du droit de la mer subsistent. En premier lieu, un principe universel, rappelé par la convention de Montego Bay, en 1982 : celui de l’obligation absolue de porter secours aux navires en détresse.

Opération à hauts risques

Qui prétendrait que des navires pneumatiques de 10 mètres de long sur lesquels s’entassent en moyenne plus de 100 migrants puissent être considérés autrement ? Dans tous les cas, leur autonomie est très inférieure à ce qui serait nécessaire pour atteindre les côtes italiennes, et la zone dite de « Search and Rescue » (SAR), sur laquelle le centre de coordination des opérations de sauvetage (MRCC) de Rome a autorité, est du ressort des autorités italiennes. Donc, ONG ou pas, l’Italie conservera la responsabilité d’agir dans le canal de Sicile.

L’hystérisation actuelle du débat sur l’action des ONG est difficilement compréhensible. Même au plus fort de leur présence en mer – au début de l’été 2017, une douzaine de navires croisaient au large des côtes africaines –, les humanitaires n’ont jamais effectué la majorité des secours. Depuis le début 2018, ils ne représentent plus que 10 % à peine des prises en charge. Le gros des opérations est fait par des navires marchands, déroutés sur ordre du MRCC de Rome, ou par des navires militaires.

En revanche, les bateaux d’ONG, mieux équipés, sont souvent utilisés pour les actions de transbordement : par exemple, l’Aquarius, avec ses quatre ponts et son équipe médicale, est bien mieux adapté qu’un navire comme le VOS-Thalassa (support technique de plate-forme pétrolière), souvent réquisitionné par le MRCC, ou l’USS Trenton, de l’armée américaine.

En l’absence des navires humanitaires, ce sont donc des unités de marine marchande qui seront plus souvent réquisitionnées. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/06/22/migrants-l-hysterisation-du-debat-sur-l-action-des-ong-en-mer-est-difficilement-comprehensible_5319728_3232.html

illustration @S. Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Evelyne Ritaine, Blessures de frontières sur le chemin de migration, in Actes de la journée d’étude Orpsere-Samdarra « Vulnérabilités et demande d’asile », 6/12/2017, Lyon

« En quoi le chemin de migration est-il, pour le migrant irrégulier, une série d’épreuves infligées à/par son corps ?

Nous savons tous, et je n’y reviens pas, que ceux qui s’exilent partent pour fuir des conditions de vie dramatiques. Ils sont déjà marqués de ce sceau tragique. Le parcours clandestin qui est, en outre, imposé à celles et ceux qui partent de façon irrégulière est, à son tour, porteur de nouvelles blessures, l’actualité nous le rappelle tous les jours. Il s’agit ici pour nous d’analyser les conditions de ce voyage irrégulier, pour qu’ensuite d’autres en élucident les possibles traumatismes. »  (…)

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf

ilustration @Lisa Ritaine, avec son aimable autorisation

Niamh McIntyre and Mark Rice-Oxley, The List :It’s 34,361 and rising: how the List tallies Europe’s migrant bodycount, theguardian.com, 20/06/2018

The deaths do not just occur at sea – but in detention blocks, asylum units and even town centres. Here’s how the List is put together.

(…) « Because the data is not comprehensive, as we don’t have records of every incident, the true death toll is certain to be much higher.

“We have no way of knowing the actual number of deaths, but this does show there has been a gradual and very steady increase,” says Thomas Spijkerboer, professor of Migration Law at Vrije Universiteit Amsterdam. “The major significance of the List is in its signals. It shows that this has been ongoing for 25 years and the people who pretend to be shocked now should have been shocked a long time ago.” » (…)

The List :A project distributing a list of the refugees and migrants who have died trying to reach Europe, compiled by United for Intercultural Action, and in association with the Chisenhale Gallery in London and the Liverpool Biennial

Download a PDF of the List here

https://www.theguardian.com/world/2018/jun/20/the-list-europe-migrant-bodycount

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa,2015, programme Médimurs.
Mimmo Paladino,Porta di Lampedusa, Porta d'Europa,  2008