Martin Deleixhe, Aux bords de la démocratie. Contrôle des frontières et politique de l’hospitalité, Paris, Garnier, 2016

 Lire la recension de l’ouvrage  par Damien Simonneau, revue-emulations.net, septembre 2017 :

«  »Comment penser l’ouverture des frontières dans un monde construit sur le postulat opposé ? » (Atak, Dumitru, 2015). Si en quelque sorte Martin Deleixhe n’apporte aucune réponse définitive à cette question, son ouvrage dresse un excellent panorama de philosophie politique pour appréhender la difficulté de penser cette utopie contemporaine, et plus encore de la mettre en œuvre.

Tout au long du livre, la frontière en démocratie apparaît comme une institution prise en tenaille entre deux principes : celui de la souveraineté populaire et celui du respect de normes universelles. La définition du demos, comme exigence d’autodétermination collective des peuples et comme geste souverain de désignation d’appartenance ou non à la communauté politique, peut-elle se faire sans empiéter sur la libre circulation des migrants et restreindre leurs droits fondamentaux, proclamés comme universels ? Tel est le dilemme qu’aborde l’ouvrage. Ce fil rouge s’étire sur trois parties indépendantes qui ne débouchent pas sur le développement d’une pensée philosophique originale de la question, mais plutôt sur un passage en revue des penseurs s’y confrontant. » (…)

http://www.revue-emulations.net/lectures-critiques/lecture/deleixhe-aux-bords-de-la-democratie

Evelyne Ritaine, Migrants morts, des fantômes en Méditerranée, Bulletin Rhizome n°64 (en ligne) , Ces morts qui existent, juin 2017

  » (…) Une invisibilité radicale

Longtemps les naufrages de bateaux chargés de migrants se sont succédé dans l’indifférence. Depuis la fin des années 90 s’en déroule la litanie, opinion et médias ne s’émeuvent qu’un instant, les migrants disparus sombrent dans les statistiques. Sur cette frontière sont tolérées des pertes humaines dans une forme de  » nécropolitique » : on y pratique une politique du laisser mourir. Les migrants disparus en mer sont dans les limbes du politique. Exilés de leur communauté d’origine, ils n’y existent plus : souvent le retour y est impossible, souvent ils ont « brûlé » leur identité (sens du terme harraga en arabe classique : « ceux qui brûlent » les frontières, leurs documents officiels, leur identité). Leur tentative de passage est clandestine, et donc leurs traces souvent indétectables : leur mort elle-même ne sera que peu traçable. Jamais arrivés en Europe, ils sont devenus des unpersons, des personnes qui n’existent pas et n’ont jamais existé : « une généralité indifférenciée ». Cette invisibilité radicale est une injustice fondamentale car, pour reprendre les mots de Judith Butler : « si une vie ne peut être pleurée, elle n’est pas tout à fait une vie ; elle n’a pas valeur de vie et ne mérite pas qu’on la remarque »  (…) »

http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra/rhizome/bulletin-rhizome-n64-ces-morts-qui-existent-790.html

Republié en juin 2017 dans La Boussole, magazine interne de Médecins du monde :

http://laboussole.medecinsdumonde.org/?p=19960

Sur le même thème, voir :

* Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », EFFETS-FRONTIERES EN MEDITERRANEE : CONTROLES ET VIOLENCES, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne), https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

* Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione, 2016, 5 (1), 101–112, (en ligne) http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Arthur Groot, Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine, urbanews.fr, 29/09/2016

« La ville frontière a été conçue pour fédérer deux nations sur un même territoire, une nouvelle approche pour créer une unité internationale en ces temps où certains politiques sont obsédés par la création de murs aux frontières. Proposée par l’architecte Fernando Romero de l’agence FR-EE lors de la biennale de Londres, ce projet visionnaire entreprend de développer une ville nouvelle à l’intersection des états du Texas, du Nouveau Mexique et du Chihuahua, sur près de 29 000ha.

(…) « C’est une vision à long terme, une vision qui déconstruit la nécessité d’un mur en pensant de manière ambitieuse à la relation mutuelle entre deux pays à leur frontière, explique l’architecte. C’est aussi une réflexion sur la réalité quotidienne, et sur la multitude d’échanges qui coexistent déjà en créant une dépendance mutuelle forte. » (Fernando Romero, agence FR-EE Mexico).

Le plan masse est à l’image de ses convictions, avec une ville polycentrique intégrant de multiples polarités économiques et plusieurs centralités interconnectées. Le concept spatial s’établit sur un maillage composé de multiples hexagones, avec leur propre centre, connectés à des corridors de transport et à des passages frontaliers. » (…)

Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine

illustration @ibidem, Fernando Romero, agence FR-EE 

Olivier Razemon, Le bloc de béton, nouveau venu dans le paysage urbain, lemonde.fr, 22/08/2017

A propos d’architecture sécuritaire ou architecture de prévention situationnelle.

« Du béton. Du béton partout. Les villes européennes, de nos jours, se garnissent de blocs de béton. Les mégapoles, comme le rappelle Le Point , mais aussi les petites villes, telles les stations balnéaires de la Côte d’Opale. Ces aménagements sont censés sécuriser durablement une rue ou une aire piétonne, comme le miroir d’eau de la place de la Bourse, à Bordeaux, ou constituer un aménagement temporaire, par exemple à Saint-Germain en Laye (Yvelines) pour la Fêtes des Loges.

L’installation de ces blocs est évidemment une réponse aux attentats à la voiture-bélier, ou aux « actes de folie » consistant à utiliser un véhicule motorisé comme une arme. Ce type d’attentat se multiplie en Europe, comme le constate un article des Décodeurs du Monde. A Barcelone, les Ramblas n’étaient d’ailleurs pas équipés de tels blocs, ce qui a entraîné une polémique  »  (…)

http://transports.blog.lemonde.fr/2017/08/22/bloc-beton-paysage-urbain/

***

Cet article nous permet de rappeler que les murs et obstacles divers à la libre circulation constituent aussi ce qu’il est convenu de nommer l’architecture sécuritaire ou architecture de prévention situationnelle.

Voir à ce propos :

Nan Ellin (ed.), Architecture of Fear, Princeton, Princeton Architectural Press, 1997

« Architecture of Fear examines the ways in which the contemporary landscape is shaped by our society’s preoccupation with fear, as apparent in home design, security systems, gated communities, semi-public spaces (shopping malls, theme parks, casinos, office atriums), zoning regulations, and cyberspace. This fixation also manifests itself in efforts to provide public parks but control the problem of homelessness. The essayists in Architecture of Fear explain that such disjointed efforts exacerbate rather than eradicate the sources and perception of fear and insecurity. Thus, in contrast to alarmist, apocalyptic treatments, the contributors offer concrete, level-headed suggestions for proaction, not reaction, to counter both real (actual crime) and perceived (media-magnified) problems in contemporary society. » (ed.)

*

« La blessure infligée par les actes terroristes perpétrés à Paris ce vendredi 13 novembre 2015 tient en partie au fait qu’ils ont usé des qualités spécifiques aux espaces publics urbains pour les retourner contre elles-mêmes : hospitalité, suspension des identités et confiance a priori en autrui. Toutes ces caractéristiques sont au fondement des échanges civils dans les espaces publics démocratiques. » Carole Gayet-Viaud, « Les espaces publics démocratiques à l’épreuve du terrorisme », Métropolitiques, 20/11/2015.

http://www.metropolitiques.eu/Les-espaces-publics-democratiques.html

*

« Espaces voués principalement à la circulation des hommes… et des marchandises, les espaces publics sont, eux aussi, sécurisés : disparition ou modification des bancs publics, susceptibles d’encourager le séjour d’individus indésirables (clochards, zonards, ivrognes, mendiants) au profit d’un mobilier urbain d’“avant-garde” d’abord destiné à orienter et canaliser les flux ; multiplication des passages, des passerelles et des escaliers roulants fonctionnant comme filtres à l’égard des rues populaires voisines ; mise en place, sous couvert d’“embellissement”, de bacs à fleurs, de fontaines et d’escaliers à l’entrée des voies commerciales pour éviter l’irruption soudaine de véhicules “suspects”… ». Jean-Pierre Garnier, « Un espace indéfendable. L’aménagement urbain à l’heure sécuritaire », 2011, http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2011/05/urbanisme-anti-insurrectionnel.html

 

illustration @ La revue italienne San Rocco, consacrée à l'architecture, publiait en décembre 2010, des montages ironiques sur la sécurisation des espaces publics italiens

http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2011/05/anti-urbain-litalienne.html