Anne Mathieu, Quand le droit d’asile mobilisait au nom de la République, monde-diplomatique.fr, janvier 2018

Durant les années 1930, dans un contexte de chômage grandissant, plusieurs lois sont votées en France pour limiter l’immigration et refouler les étrangers « indésirables ». Face à des partis politiques et une grande presse qui multiplient les campagnes xénophobes, des intellectuels prennent la plume. Ils défendent la tradition nationale du droit d’asile pour les milliers de réfugiés espagnols, italiens, etc., qui fuient la répression dans leur pays.

(…) « « Un pays gris, méchant, hostile, un pays sans issue, sans air, sans ciel, sans horizon, sans chaleur, sans espoir ; un pays que nous ignorons, nous, les Français, et qui pourtant se trouve en France, en plein cœur de Paris. » C’est ainsi que la reportrice Magdeleine Paz décrit la préfecture de Paris et son cortège de réfugiés attendant en ses murs, en 1938, dans Le Populaire. Elle y publie une série de douze articles entre le 31 juillet et le 13 août, intitulée ironiquement « France, terre d’asile ». La journaliste cherche à faire connaître la situation des étrangers, en cette terre hexagonale d’accueil. Juifs exilés de l’Allemagne nazie, travailleurs polonais, italiens, etc., ils y mènent une vie de « bêtes aux abois ». Le secrétaire général de la LDH Émile Kahn, également professeur et militant socialiste, dépeint lui aussi cet autre monde sis dans la capitale. En mai 1938, dans l’organe de son organisation, Les Cahiers des droits de l’homme, il enjoint aux militants la lucidité : « Passez à la préfecture de police. Des malheureux, impérativement convoqués, attendent en tremblant qu’on les appelle. On les pousse, devant les fonctionnaires anonymes, qui, d’un mot, décident de leur sort. » Le Droit de vivre fait chorus avec cette accusation d’arbitraire administratif. Son directeur Bernard Lecache y incrimine « certains fonctionnaires irresponsables, trop souvent haineux, intolérants, dénués, en tout cas, de cette objectivité qui fait la force d’une démocratie ». Le 1er juin 1938 paraît un manifeste de la LDH qui souligne : « Partout, les subalternes font du zèle. ».

Déjà dénoncés depuis plusieurs années, les « expulsions » et les « refoulements » se multiplient en mai 1938. « Ce qui se passe en ce moment, sous le couvert de l’application d’un décret-loi, est tout simplement détestable. C’est la grande rafle », condamne alors Bernard Lecache. »   (…)

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/01/MATHIEU/58244

voir aussi :

Philippe Videlier, La France s’interroge sur la meilleure manière d’intégrer les étrangers. Répertoire ancien pour xénophobie moderne, monde-diplomatique.fr, octobre 1993

https://www.monde-diplomatique.fr/1993/10/VIDELIER/45686

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Daniel Howden, Why Journalists Covering the Refugee Crisis Face Moral Injury, newsdeeply.com , April 23, 2018

The refugee crisis saw many journalists confronted with trauma and hypocrisy on their home turf. Professor Anthony Feinstein discusses his latest work on the effects on those involved and their wider relevance.

« In 2016, the renowned psychiatrist Anthony Feinstein was approached by Hannah Storm, director of the International News Safety Institute. She was concerned at some of the personal accounts she was hearing from journalists working on what was then known as Europe’s refugee crisis.

Feinstein pioneered the study of the effects of conflict reporting on the psychological well-being of journalists. Storm wanted him to conduct a new study looking at the impact of the refugee crisis on those covering it.

A professor at the University of Toronto, Feinstein’s previous work with reporters was turned into the documentary “Journalists Under Fire” which was short-listed for an Academy Award and won a 2012 Peabody Award.

The South African-born professor helped to broaden the understanding of the relationship between post-traumatic stress disorder (PTSD) and front-line reporting. But in the case of the refugee crisis, he was curious about the role that a less well-understood condition, “moral injury,” might be playing.

A concept familiar to the U.S. and other militaries involved in Iraq, the condition would prove to be prevalent among the journalists working on refugee stories who took part in the survey.

The resulting study, co-authored by Hannah Storm and Bennis Pavisian, was published by the Journal of the Royal Society of Medicine. Here, Feinstein discusses his findings and their wider relevance. »   (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/04/23/why-journalists-covering-the-refugee-crisis-face-moral-injury

 

illustration : https://pxhere.com/en/photo/948785

CC0 Public Domain

 

Anne Chemin, Pourquoi migrer tue, lemonde.fr, 12/04/2018

Plus l’Europe se ferme, plus le nombre de décès aux frontières augmente, au moins 40 000 depuis le début des années 1990. Jamais dans l’histoire une migration n’a causé autant de morts.

« (…) « Une indifférence mêlée de résignation »

En offrant une sépulture symbolique aux milliers de réfugiés morts aux portes de l’Europe, les associations tentent de les extraire du silence et de l’oubli. « Structurelles, les morts aux frontières passent souvent inaperçues, souligne Antoine Pécoud, professeur de sociologie à l’université Paris-XIII, dans un travail réalisé en 2017 pour la Fondation pour les sciences sociales. Les migrants meurent en général dans des endroits peu accessibles ou dans des lieux périphériques, voire fermés. Beaucoup d’entre eux voyagent clandestinement et meurent tout aussi clandestinement. Même lorsque ces décès font l’objet d’une publicité médiatique, ils suscitent souvent une indifférence mêlée de résignation. »

Les migrants morts aux portes de l’Europe sont pourtant très nombreux. Si les estimations varient, les ordres de grandeur donnent le vertige. United for Intercultural Action, un réseau de plus de 500 associations du Vieux Continent, a répertorié 17 000 décès entre 1993 et 2012. L’association Fortress Europ a comptabilisé plus de 27 000 morts de 1988 à 2016. Le consortium de journalistes The Migrants’ Files évoque le chiffre de 35 000 victimes entre 2000 et 2016. Selon Olivier Clochard, codirecteur du laboratoire Migrinter (CNRS-université de ­ Poitiers), près de 40 000 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis le début des années 1990.

Beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces. Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq

Les organisations recensent les cadavres retrouvés sur les côtes, écoutent les témoignages des rescapés et rassemblent les articles de presse sur les naufrages, mais elles savent que de nombreux décès échappent à leur vigilance : beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces.

Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq. « Il est toujours délicat de trouver un coefficient multiplicateur mais il est évident que ces chiffres sous-estiment le nombre de décès, constate Olivier Clochard. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière de migrants du monde. »  (…)

A lire

La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant, sous la direction scientifique de Michel Agier (Le Passager clandestin, 2016).
La quarantaine de chercheurs réunis au sein de Babels, programme de recherche de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, expose la violence des frontières en revenant sur l’identification des corps, la commémoration des défunts et les récits des survivants.

Atlas des migrations en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, sous la direction d’Olivier Clochard (Armand Colin, 2016).
Migreurop, un réseau d’associations, de militants et de chercheurs fondé en 2002, analyse les politiques migratoires européennes à travers des textes signés par des universitaires, mais aussi des cartes et des infographies d’une très grande richesse.

« Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome n° 64, juin 2017.
Evelyne Ritaine, chercheuse en science politique et sociologie comparatives à Sciences Po Bordeaux, revient sur l’invisibilité des migrants disparus en mer, qui sont, selon elle, « dans les limbes du politique ».

« Liberté de circuler, un privilège », Plein droit n° 116, mars 2018.
La revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés consacre ce numéro à la liberté de circulation. « Ces dernières années, on a assisté au rétablissement de contrôles à plusieurs frontières intra-européennes. Si bien que les routes migratoires vers l’Europe sont devenues les plus dangereuses du monde et que les morts aux frontières se comptent par milliers chaque année. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/12/pourquoi-migrer-tue_5284531_3232.html#Dg3YOww8xmdM66uW.99

 

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

 

 

 

 

Colloque international : La fabrique locale de la frontière : regards comparatifs et interdisciplinaires, Nice, Avril 2018

Le laboratoire ERMES (UNS-UCA), en partenariat avec le CReSPo (Université Saint-Louis de Bruxelles) et le Laboratoire de Sociologie Visuelle (Université de Gênes) organise, les 26 et 27 avril 2018 à Nice, le colloque international La fabrique locale de la frontière : regards comparatifs et interdisciplinaires.

PROGRAMME :   fabriquelocale

Pour plus d’informations :

colloquefocale@gmail.com 

Photo @Jeanne Menjoulet,  "Shall we move forward or move back ? red or blue ?", Petite ceinture, Paris 17ème https://www.flickr.com/photos/jmenj/29884649681/in/photostream/ https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Shall we move forward or move back ?

 

 

 

Journée d’étude : Gestion des corps migrants, Corps aux frontières, corps enfermés, corps morts, MMSH, Aix/Provence, 3 avril 2018

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence

Mardi 3 avril 2018, 9h30-17h, salle PAF

 

Programme

9h30-10h Accueil et introduction générale

Journée organisée par Marie Bassi (École française de Rome) et Farida Souiah (AMU, CNRS, LAMES, LabexMed)

10h-12h30 Les corps à l’épreuve des frontières

* « Blessures de frontières : les épreuves du chemin pour le corps migrant »

Evelyne Ritaine (FNSP, Centre Émile Durkheim, France)

* « What is the “body” of the migrant? Biopolitical value through exploitation in the EU-Libyan migration deal »

Martina Tazzioli (Swansea University, Royaume-Uni)

* « Managing bodies in distress at sea. Governmental and non-governmental actors, policies and practices in the Central Mediterranean »

Paolo Cuttitta (Vrije Universiteit, Pays-Bas)

12h30-14h Pause déjeuner

14h-16h30  Identification, inhumation et commémoration des corps migrants

* « Des traces anonymes. Le traitement des morts aux frontières hispano-marocaines »

Carolina Kobelinsky (CNRS, LESC, France)

* « ‘Not in my cemetery’ : déni et relégation des corps de migrants morts à la frontière »

Laurence Pillant (CNRS, TELEMME, France)

* « Burying the victims of Europe’s border: migration and dignity in a Tunisian coastal town »

Valentina Zagaria (London School of Economics and Political Science, Royaume-Uni)

16h30-17h Conclusion générale

 

illustration @Jason deCaires Taylor, "Le radeau de Lampedusa" ("La zattera de Lampedusa"), installation sous-marine, île de Lanzarote, Espagne