Alessandra Ziniti, Lampedusa, nel museo dedicato ai migranti una stanza per rivivere i naufragi, repubblica.it, 06/08/2018

« È la nuova iniziativa del Comitato 3 ottobre. Attraverso un percorso segnato dagli oggetti ritrovati in mare, si arriva a una sala con salvagente appesi alle pareti e una finestra sul mare. Spente le luci, vengono proiettate le dure immagini delle traversate per coinvolgere i visitatori nel racconto » (…)

http://www.repubblica.it/cronaca/2018/08/06/news/lampedusa_nel_museo_dedicato_ai_migranti_una_stanza_per_rivivere_i_naufragi-203501570/?ref=RHRS-BH-I0-C6-P8-S1.6-T1#gallery-slider=203462931

illustration : Museo della fiducia e del dialogo per il Mediterraneo, Lampedusa

Alessandra Ziniti, Migranti, i tunisini riscoprono Lampedusa. Tredici sbarchi in 48 ore, Salvini:  » Verranno rimandati a casa », repubblica.it, 03/08/2018

« Si riaprono le rotte alternative a quella libica. Open Arms, con 87 a bordo, resta in zona Sar. Sea Watch protesta: « La nostra barca sequestrata da un mese a Malta senza motivo.

A piccoli gruppi, ma in Italia si continua a sbarcare. Di nuovo a Lampedusa, nel Siracusano, in Calabria, in Sardegna, al ritmo di almeno 100 persone al giorno su rotte giudicate minori e fino ad ora trascurate dalle attenzioni del ministro dell’Interno. (…)

Lampedusa, ma anche la Sicilia meridionale, soprattutto nella costa del Siracusano, la Calabria e la Sardegna. Ogni giorno, bucando quella che dovrebbe essere la rete di controllo in mare del dispositivo militare, sono almeno 100-150 i migranti che riescono a sbarcare sulle nostre corte. Un forte incentivo sembra aver avuto la tratta dalla Turchia sui velieri che portano migranti dalle buone capacità economiche che pagano 5000 euro a testa per viaggi gestiti dagli scafisti ucraini »  (…)

http://www.repubblica.it/cronaca/2018/08/03/news/migranti_i_tunisini_riscoprono_lampedusa_tredici_sbarchi_in_48_ore_salvini_verranno_rimandati_a_casa_-203281520/?ref=search

Une inquiétante montée du racisme en Italie, éditorial, lemonde.fr, 01/08/2018

« Matteo Salvini, le ministre de l’intérieur d’extrême droite, porte une lourde responsabilité dans la montée de la haine à l’égard des migrants.

 Un climat de plus en plus malsain s’installe en Italie. Depuis le début du mois de juin, plus d’une dizaine de faits ont été relevés où des Italiens ont attaqué des personnes étrangères ou prises pour telles. Le plus récent s’est produit dans la nuit du 29 au 30 juillet. Une jeune athlète de 22 ans, Daisy Osakue, née à Turin de parents nigérians, a reçu un projectile en pleine tête lancé d’une voiture. Il ne s’agissait que d’un œuf, mais il lui a endommagé la cornée.

« Il s’agit d’un acte raciste, a assuré cette Italienne qui devrait représenter son pays au lancer de disque aux championnats d’Europe d’athlétisme à Berlin en août. Ils cherchaient une femme de couleur. » Peu auparavant, un Marocain qui tentait d’échapper à des poursuivants qui l’avaient pris, à tort, pour un voleur, a été victime d’un accident de voiture.

Lire aussi :   En Italie, l’inquiétante multiplication des attaques racistes

Cette préoccupante flambée d’actes de racisme a provoqué une vive émotion en Italie. L’opposition de gauche a dénoncé un « climat d’intolérance et de racisme rampant », en s’en prenant principalement à Matteo Salvini. Le dirigeant de la Ligue (extrême droite), vice-président du conseil et ministre de l’intérieur, a récusé ces accusations. »  (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/08/01/une-inquietante-montee-du-racisme-en-italie_5338158_3232.html

Voir aussi notre rubrique RETROVISEUR : Comprendre l’enjeu migratoire en Italie

https://enigmur.hypotheses.org/5984

 

illustration : Borja Ruis, Exposicio "Murs", SOS Racisme, https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/

Cemca, Mallette numérique Migr’ART. Territoire et déplacements, juillet 2018

« Expliquer les migrations mexicaines et centraméricaines grâce à l’art contemporain

Au Mexique, comme dans le monde entier, le thème des migrations est une question brûlante sur le plan géopolitique et social, qui s’intègre dans une problématique plus générale : celle du territoire et des déplacements dont il est l’objet. Le Centre d’Études Mexicaines et Centraméricaines (Cemca, Umifre 16, composante de l’unité Amérique latine, USR3337, CNRS / Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères) se trouve au coeur de ces questions territoriales, d’une part, parce que nombre de ses chercheurs travaillent sur les migrations, d’autre part parce que ses deux antennes, l’une au Mexique, l’autre au Guatemala, le placent au carrefour de frontières stratégiques : celles de l’Amérique centrale et celle entre le Mexique et les États-Unis, objet de tous les regards depuis l’élection de Donald Trump. Dans le même temps, une myriade d’artistes contemporains donnent à voir et à penser la dynamique migratoire à travers leurs œuvres. C’est cette rencontre entre les sciences et les arts que se propose de faire connaître la mallette numérique Migr’ART en mettant à disposition des documents visuels, écrits et audios sélectionnés pour leur qualité artistique et analysés de manière scientifique » (…)

Voir p. 15 de :

http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs54.pdf

La Cimade, Dedans, dehors : une Europe qui s’enferme, lacimade.org, 27/06/2018

« La Cimade publie un rapport d’enquête et d’analyse sur la situation des personnes exilées aux frontières extérieures et intérieures de l’espace Schengen. Nourri par des observations récoltées aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée, ce rapport appelle les responsables politiques nationaux à changer radicalement de cap face à des logiques qui excluent, enferment, précarisent et trop souvent, tuent les personnes en migration.

Cette publication construite à partir de l’observation des dispositifs de surveillance et de tri des personnes migrantes aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée entend interroger la question du contrôle des frontières intérieures et extérieures de l’espace Schengen. Des membres de La Cimade ainsi que ses partenaires ont mené des missions d’enquête et d’observation dans ces différentes zones frontalières en 2017 et 2018 afin de nourrir ce travail d’analyse.

Élevée au rang de priorité numéro une de l’Union européenne (UE) depuis 2015, la question migratoire est au cœur des débats des institutions européennes et pays de l’UE. Trois années après que l’opinion publique européenne s’est émue des images de familles réfugiées en exil, il apparaît clairement que l’Europe n’a pas été à la hauteur des enjeux. Au lieu de prendre acte de l’échec de ses politiques migratoires et d’envisager d’autres moyens d’imaginer les mobilités, l’UE et ses États membres ont profité d’une augmentation importante du nombre de personnes tentant de rejoindre l’Europe pour renforcer l’existant : contrôles, surveillance et tri aux frontières internes et externes de l’espace Schengen.

Depuis plus de vingt ans, l’UE et ses États membres s’obstinent à renforcer des politiques migratoires qui ne fonctionnent pas. En témoigne le nombre de personnes ayant perdu la vie aux frontières européennes, en augmentation chaque année. Par ailleurs, alors que des citoyens et citoyennes s’organisent pour soutenir les personnes exilées, les poursuites judiciaires pour criminaliser leurs actes de solidarité se multiplient.

Les réponses européennes se doivent pourtant d’être à la hauteur des ambitions de l’UE : créatives, solidaires et protectrices des droits humains. Les politiques touchant à l’asile et la migration vont actuellement dans le sens inverse, d’où notre appel pressant à changer de cap.

Au sommaire d’un rapport illustré par des cartes, des infographies et des photographies :

  • Démultiplier les frontières pour un seul objectif : limiter le mouvement des personnes migrantes ;
  • Frontières violentes : mise en danger et violation des droits des personnes exilées ;
  • Résistances envers et contre tout. »

PDF : https://www.lacimade.org/publication/dedans-dehors-une-europe-qui-senferme/

illustration : ibidem