Archives de catégorie : MUR Etats-Unis

Corine Lesnes, Etats-Unis : le « Friendship Park », îlot de résistance au durcissement de la politique d’immigration, lemonde.fr, 20/06/2018

« Dans le sud-ouest de la Californie, le « Parc de l’amitié » est une enclave où les familles séparées par le « mur » se retrouvent. L’endroit survivra-t-il au mandat de Trump ? »

« Ce samedi de mai, Gloria Apolinar, immigrante entrée clandestinement aux Etats-Unis il y a plus de trente ans, est venue à Friendship Park avec sa fille Mercedes, ses deux petites-filles, le chien Shorty et deux chaises de camping. Elle a rendez-vous avec son autre fille, Luz, et son fils, Miguel, qui habitent au Mexique et qu’elle n’a pas vus depuis onze ans. Une rencontre douce-amère, aussi frustrante qu’une visite au parloir, au pied du mur grillagé qui marque la frontière entre les deux pays.

Le « Parc de l’amitié » est situé dans l’extrême sud-ouest de la Californie, là où se rencontrent les villes de San Diego (Etats-Unis) et de Tijuana (Mexique), au bord du Pacifique. Une survivance de l’époque où les Etats-Unis ne prétendaient pas être une forteresse. En fait de « parc », c’est un no man’s land de 2 000 mètres carrés, une minuscule enclave qui tente de survivre au durcissement de la politique d’immigration. »  (…)

https://lemonde.fr/international/article/2018/06/20/entre-les-etats-unis-et-le-mexique-la-drole-de-frontiere-du-friendship-park_5317895_3210.html

illustration @Damien Simonneau, Tijuana, avec son aimable autorisation

Etats-Unis / Mexique : la frontière familiale, reportage de Roberto Lugones et Florian Pfeiffer, ARTE GEIE, Mano a Mano, 2012

Nous republions l’information sur ce reportage de 2012, à propos de la séparation des familles migrantes -et de l’enfermement des enfants- à la frontière Mexique/Etats-Unis, très discutés en ce moment aux E-U, voir :

Julie Hirschfeld Davis and Michael D. Shear, How Trump Came to Enforce a Practice of Separating Migrant Families, nytimes.com, June 16, 2018

https://www.nytimes.com/2018/06/16/us/politics/family-separation-trump.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=first-column-region&region=top-news&WT.nav=top-news

 

« Quand le policier l’a arrêtée, Juanita n’avait pas payé son ticket de parking, elle n’avait pas de titre de séjour non plus, mais elle avait sept enfants qui l’attendaient à la maison. Juanita a été arrêtée et expulsée des Etats-Unis comme le sont 400 000 travailleurs mexicains chaque année. Chaque matin, l’autobus qui arrive de Tucson en Arizona à Nogales au Mexique débarque son lot d’ «indocumentados», les sans-papiers expulsés. Des hommes, des femmes qui ont tout perdu, leur maison, leur travail, leur rêve et parfois même leurs enfants.

C’est une histoire de fou. Ces hommes, ces femmes sont Mexicains. Ils vivaient clandestinement aux Etats-Unis, parfois depuis des années. Leurs enfants, eux, sont nés aux Etats-Unis. Ils sont donc citoyens américains. Alors, quand les parents «sans-papiers» se font arrêter pour une simple infraction au code de la route, la police les expulse et leurs enfants «américains» sont confiés à l’administration américaine. La plupart d’entre eux ne reverront plus jamais leurs parents. Certains seront déclarés «adoptables» par des familles américaines. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui le mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis déchire plus d’un millier de familles mexicaines.

A Tucson, où la lutte contre l’immigration sauvage est un bon thème de campagne électorale, les femmes mexicaines s’organisent pour lutter contre la peur et résister à la pression psychologique de l’administration américaine.

Selon les statistiques, d’ici 2017, 15 000 enfants mexicains nés aux Etats-Unis pourraient ainsi être séparés de leurs parents. Simple monstruosité administrative ou effet pervers d’une mondialisation qui garantit la libre circulation des marchandises, mais pas celle des familles.… »

ARTE Reportage, samedi, 20 octobre 2012 à 18h35

Rediffusion vendredi 26 octobre à 10h35

Puis sur ARTE+7

(France, 2012, 52mn)

https://www.arte.tv/fr/etats-unis-mexique-la-frontiere-familiale/7003236.html

Article publié sur Enigmur en 2012 : https://enigmur.hypotheses.org/1836

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Arthur Groot, Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine, urbanews.fr, 29/09/2016

« La ville frontière a été conçue pour fédérer deux nations sur un même territoire, une nouvelle approche pour créer une unité internationale en ces temps où certains politiques sont obsédés par la création de murs aux frontières. Proposée par l’architecte Fernando Romero de l’agence FR-EE lors de la biennale de Londres, ce projet visionnaire entreprend de développer une ville nouvelle à l’intersection des états du Texas, du Nouveau Mexique et du Chihuahua, sur près de 29 000ha.

(…) « C’est une vision à long terme, une vision qui déconstruit la nécessité d’un mur en pensant de manière ambitieuse à la relation mutuelle entre deux pays à leur frontière, explique l’architecte. C’est aussi une réflexion sur la réalité quotidienne, et sur la multitude d’échanges qui coexistent déjà en créant une dépendance mutuelle forte. » (Fernando Romero, agence FR-EE Mexico).

Le plan masse est à l’image de ses convictions, avec une ville polycentrique intégrant de multiples polarités économiques et plusieurs centralités interconnectées. Le concept spatial s’établit sur un maillage composé de multiples hexagones, avec leur propre centre, connectés à des corridors de transport et à des passages frontaliers. » (…)

Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine

illustration @ibidem, Fernando Romero, agence FR-EE 

« How San Diego Built a Bridge Over the Wall », Ethan Epstein, politico.com, 16/02/2017

A simple pedestrian crossing created the world’s first true binational airport, and boosted the economies on both sides of the border.

SAN DIEGO— »Around lunchtime two days before Donald Trump’s presidential inauguration, some 200 business and civic leaders from San Diego and Tijuana, Mexico, gathered in a hotel ballroom in downtown San Diego for an event hosted by the San Diego Regional Chamber of Commerce. As the assembled professionals, decked out in business-casual attire and speaking a smattering of Spanish and English, munched on cold—not to say rubbery—chicken and green salad and sipped iced tea, the event’s keynote speaker, a UCLA economist named Lee Ohanian, delivered a pessimistic message about the man who was on everybody’s mind.

Trump’s plan to tax imports from Mexico would amount to “shooting [us] in the foot,” Ohanian declared, “with many, many unintended consequences.” Given the aging of the baby boomers and declining U.S. birth rates, Trump’s possible plan to reduce immigration levels would make it “extremely difficult” to achieve increased productivity or GDP growth, he warned. But Ohanian wound up his speech on a positive note: Trump seems like a “person who tends to change his mind,” he said. The crowd laughed nervously.

For the people who do business in Tijuana and San Diego talk, of barriers—whether it’s tariffs or even “big beautiful walls”— is anathema. They know that the health of their “mega region,” as San Diego’s Republican mayor Kevin Faulconer calls it, depends on enhancing the economic integration of the two cities that collectively boast a population of 5 million. (Roughly half live on each side.) One of the most dramatic examples of their commitment to that entwined economy is a bridge that literally crosses above the border fence. In late 2015, a terminal connecting San Diego to the Tijuana airport opened. Funded privately by American and Mexican investors, the Cross Border Xpress has created the world’s first truly binational airport. Each day, thousands of passengers from San Diego now walk easily across the border directly into the Tijuana airport. Conversely, people landing in Tijuana now walk into San Diego after their flights. The project is a striking physical manifestation of the increasing interconnectedness of the two cities. »   (…)

http://www.politico.com/magazine/story/2017/02/san-diego-bridge-border-wall-airport-tijuana-214788

Photo@ Mark Peterson/Redux Pictures for Politico Magazine, ibidem

Damien Simonneau, « Le « mur » de Trump est déjà là », theconversation.com, 29/01/2017

Dans un décret dédié à la sécurité frontalière et à l’immigration, Donald Trump a quelque peu précisé son projet phare de « mur » à la frontière mexicaine. Le nouveau Président enjoint au ministère à la Sécurité intérieure de « prendre toutes les mesures appropriées pour planifier, dessiner et construire un mur physique [au singulier] en recourant aux matériaux et technologies les plus efficaces afin d’aboutir à un contrôle opérationnel total de la frontière sud ». Le décret ne fournit aucun objectif chiffré en kilomètres, ou de localisations géographiques, ni de budget précis.

Le décret ne précise donc pas à quoi ressemblerait ce « mur », si ce n’est qu’il doit être « contigu, physique ou similaire à une barrière sécurisée, physique, contiguë et infranchissable ». Comme tous les décrets présidentiels, il donne avant tout une direction politique pour satisfaire un électorat. Le contenu pratique reste à déterminer et dépend notamment des choix budgétaires validés par le Congrès. Donald Trump ordonne ainsi d’identifier les financements permis par la loi et de solliciter le Congrès pour que ce projet soit budgété. Son administration a également testé l’idée de financer le chantier via une taxation des importations mexicaines, conformément à l’idée originale de Trump de faire payer la facture par le Mexique.

Ce décret offre avant tout une marque de volontarisme sur la sécurité nationale et l’immigration. Bien que cette annonce soit mise en scène comme une rupture par rapport au gouvernement précédent, Donald Trump s’inscrit dans le processus continu de militarisation de la frontière mexicaine depuis les années 1980. Le contenu du décret représente une surenchère de plus par rapport aux décisions prises par ses prédécesseurs, républicains comme démocrates. En effet, la zone frontalière est déjà substantiellement militarisée.

La frontière mexicaine est fortement militarisée

Depuis la fin des années 1970, en effet, les gouvernements fédéraux successifs militarisent la zone frontalière avec le Mexique. Chronologiquement, trois phases peuvent être isolées.

Tout d’abord, les premiers déploiements militaires de la seconde moitié des années 1970 à 1992 sous les administrations Carter, Reagan et G.H. Bush. Cette première phase correspond à l’expansion systématique des financements à l’agence fédérale Immigration and Naturalization Service (INS). Sur le terrain, cela aboutit au déploiement de capteurs enterrés, d’hélicoptères, de spots lumineux, de bases opératoires mais également au recrutement et à la paramilitarisation progressive de la Patrouille frontalière. Cela conduit aussi à la construction d’une première « barrière » basse en chaîne dans des zones urbaines comme à El Paso (Texas) ou encore à Yuma (Arizona) entre 1978 et 1980, puis la construction en 1991 d’une « barrière primaire » en tôles entre San Diego et Tijuana (Californie).

Ensuite, sous les deux mandats de Bill Clinton (1992-2000), des opérations « blocus » par le déploiement de gardes frontaliers à certains endroits le long de la frontière ont été décidées dans le but de dissuader les candidats à la traversée non autorisée. Ce fut le cas à El Paso en septembre 1993, puis en octobre 1994 dans la région de San Diego pour être ensuite imité à différents endroits. Des « barrières secondaires » fournies par l’entreprise Sandia sont alors installées le long de la frontière.

Enfin, la « virtualisation » du contrôle frontalier dans les années 2000 a été plébiscitée par les administrations Bush puis Obama. Elle consacre le recours aux technologies virtuelles de surveillance inaugurée dès 1998 avec le Integrated Surveillance Intelligence Program (ISIS) déployé dans le sud-ouest du Texas, recyclé en 2004 dans l’American Shield Initiative (ASI), puis rénové en 2006 dans le Secure Border Initiative (SBI). La stratégie est alors d’intégrer les différentes technologies de surveillance pour faciliter les interventions des gardes frontaliers tout en construisant des « infrastructures tactiques », dont de nouvelles « barrières » et des routes de patrouille.

À ce titre, une des pièces législatives maîtresse de l’administration Bush est sans doute le Secure Fence Act du 26 octobre 2006 dont l’objectif était, bien avant Trump, d’atteindre « le contrôle opérationnel de la frontière » en complétant « d’ici à 18 mois » la « barrière frontalière » dans les zones rurales.

Toujours plus de « barrières » face à des migrants moins nombreux

La militarisation de la frontière correspond à un dispositif de sécurité complexe qui s’accompagne de la modernisation et de la construction des points de passages frontaliers, du déploiement de drones ou de dirigeables pour surveiller verticalement les zones montagneuses et la mise en place de checkpoints.

Les « barrières » ne sont qu’un élément du dispositif. Elles ont pour spécificité de matérialiser la ligne frontière. Deux types de « barrières » existent en fonction des terrains : les « barrières pédestres » et les « barrières contre les véhicules ». D’après l’agence fédérale CBP (Customs and Border Protection), en 2015, environ 1 000 kilomètres cumulés étaient équipés de « barrières » sur une longueur totale de 3 141 kilomètres de frontière. La militarisation de la zone frontalière est en fait un laboratoire depuis les années 1980 mais accéléré dans les années 2000 pour tester de nouvelles technologies de contrôle à distance, dans une collaboration entre les agences fédérales (appuyées par le militaire) et les industries de défense et de sécurité. Cette militarisation se poursuit alors même que le nombre de traversées diminue.

Les données pour quantifier le phénomène de migration non autorisée à travers la frontière mexicaine correspondent aux statistiques d’arrestations publiées annuellement par CBP. En 2014, 229 000 personnes ont ainsi été arrêtées le long de la frontière sud-ouest – soit une diminution importante par rapport au record de 1,6 million de personnes arrêtées en 2000 et 809 000 en 2007 avant la crise économique.

Depuis 2005, les statistiques indiquent une diminution continue des arrestations à la frontière. Dans ce contexte, la migration nette entre le Mexique et les États-Unis est nulle en 2012, voire négative en 2015. Depuis l’été 2014, les routes migratoires, notamment depuis l’Amérique centrale, semblent plutôt déboucher sur le sud-est du Texas, où le nombre de migrants arrêtés a augmenté.

Malgré ces changements dans les caractéristiques migratoires, l’idée de « murer » la frontière a été électoralement payante en 2016.

Trump, nouvel acteur du spectacle du territoire muré

Alors que le projet de « mur » soulève encore beaucoup d’inconnues, le décret du 25 janvier doit être considéré comme un élément supplémentaire dans le spectacle politique du territoire muré que joue Donald Trump, comme beaucoup d’autres acteurs anti-migrants aux États-Unis. En plus de servir de lieu de contrôle, le territoire muré est le lieu d’une mise en scène : celle de la réassurance d’un électorat en mal de certitudes face à des migrations perçues comme intrusives, angoissantes et chaotiques.

Conformément à sa stratégie de conquête du pouvoir, Donald Trump file cette métaphore du « barrage contre les flux » tout en s’érigeant en protecteur qui sécurise les frontières face à des menaces extériorisées. Il inaugure ainsi une nouvelle étape dans un processus de militarisation déjà bien engagé. Et cela peu importe si les migrations sont moins importantes qu’auparavant, l’efficacité de la militarisation douteuse et la frontière déjà blindée.

https://theconversation.com/le-mur-de-trump-est-deja-la-72002?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter&utm_term=Autofeed#link_time=1485753286

photo@ La “barrière secondaire (Secondary fencing)” de Sandia à Otay-Mesa (Californie), construite parallèlement à la « barrière primaire" en taule, derrière une route de patrouille et des réverbères (décembre 2012). Damien Simonneau/DR, Author provided