Archives de catégorie : MUR Etats-Unis

Miguel Díaz-Barriga, Margaret E. Dorsey, Fencing in Democracy. Border Walls, Necrocitizenship, and the Security State, Duke University Press, 2020

« Border walls permeate our world, with more than thirty nation-states constructing them. Anthropologists Margaret E. Dorsey and Miguel Díaz-Barriga argue that border wall construction manifests transformations in citizenship practices that are aimed not only at keeping migrants out but also at enmeshing citizens into a wider politics of exclusion. For a decade, the authors studied the U.S.-Mexico border wall constructed by the Department of Homeland Security and observed the political protests and legal challenges that residents mounted in opposition to the wall. In Fencing in Democracy Dorsey and Díaz-Barriga take us to those border communities most affected by the wall and often ignored in national discussions about border security to highlight how the state diminishes citizens’ rights. That dynamic speaks to the citizenship experiences of border residents that is indicative of how walls imprison the populations they are built to protect. Dorsey and Díaz-Barriga brilliantly expand conversations about citizenship, the operation of U.S. power, and the implications of border walls for the future of democracy. » (ed.)

key words : Anthropology, Chicanx and Latinx Studies, Sociology > Migration Studies

Corine Lesnes, Etats-Unis : le « Friendship Park », îlot de résistance au durcissement de la politique d’immigration, lemonde.fr, 20/06/2018

« Dans le sud-ouest de la Californie, le « Parc de l’amitié » est une enclave où les familles séparées par le « mur » se retrouvent. L’endroit survivra-t-il au mandat de Trump ? »

« Ce samedi de mai, Gloria Apolinar, immigrante entrée clandestinement aux Etats-Unis il y a plus de trente ans, est venue à Friendship Park avec sa fille Mercedes, ses deux petites-filles, le chien Shorty et deux chaises de camping. Elle a rendez-vous avec son autre fille, Luz, et son fils, Miguel, qui habitent au Mexique et qu’elle n’a pas vus depuis onze ans. Une rencontre douce-amère, aussi frustrante qu’une visite au parloir, au pied du mur grillagé qui marque la frontière entre les deux pays.

Le « Parc de l’amitié » est situé dans l’extrême sud-ouest de la Californie, là où se rencontrent les villes de San Diego (Etats-Unis) et de Tijuana (Mexique), au bord du Pacifique. Une survivance de l’époque où les Etats-Unis ne prétendaient pas être une forteresse. En fait de « parc », c’est un no man’s land de 2 000 mètres carrés, une minuscule enclave qui tente de survivre au durcissement de la politique d’immigration. »  (…)

https://lemonde.fr/international/article/2018/06/20/entre-les-etats-unis-et-le-mexique-la-drole-de-frontiere-du-friendship-park_5317895_3210.html

illustration @Damien Simonneau, Tijuana, avec son aimable autorisation

Etats-Unis / Mexique : la frontière familiale, reportage de Roberto Lugones et Florian Pfeiffer, ARTE GEIE, Mano a Mano, 2012

Nous republions l’information sur ce reportage de 2012, à propos de la séparation des familles migrantes -et de l’enfermement des enfants- à la frontière Mexique/Etats-Unis, très discutés en ce moment aux E-U, voir :

Julie Hirschfeld Davis and Michael D. Shear, How Trump Came to Enforce a Practice of Separating Migrant Families, nytimes.com, June 16, 2018

https://www.nytimes.com/2018/06/16/us/politics/family-separation-trump.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=first-column-region&region=top-news&WT.nav=top-news

 

« Quand le policier l’a arrêtée, Juanita n’avait pas payé son ticket de parking, elle n’avait pas de titre de séjour non plus, mais elle avait sept enfants qui l’attendaient à la maison. Juanita a été arrêtée et expulsée des Etats-Unis comme le sont 400 000 travailleurs mexicains chaque année. Chaque matin, l’autobus qui arrive de Tucson en Arizona à Nogales au Mexique débarque son lot d’ «indocumentados», les sans-papiers expulsés. Des hommes, des femmes qui ont tout perdu, leur maison, leur travail, leur rêve et parfois même leurs enfants.

C’est une histoire de fou. Ces hommes, ces femmes sont Mexicains. Ils vivaient clandestinement aux Etats-Unis, parfois depuis des années. Leurs enfants, eux, sont nés aux Etats-Unis. Ils sont donc citoyens américains. Alors, quand les parents «sans-papiers» se font arrêter pour une simple infraction au code de la route, la police les expulse et leurs enfants «américains» sont confiés à l’administration américaine. La plupart d’entre eux ne reverront plus jamais leurs parents. Certains seront déclarés «adoptables» par des familles américaines. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui le mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis déchire plus d’un millier de familles mexicaines.

A Tucson, où la lutte contre l’immigration sauvage est un bon thème de campagne électorale, les femmes mexicaines s’organisent pour lutter contre la peur et résister à la pression psychologique de l’administration américaine.

Selon les statistiques, d’ici 2017, 15 000 enfants mexicains nés aux Etats-Unis pourraient ainsi être séparés de leurs parents. Simple monstruosité administrative ou effet pervers d’une mondialisation qui garantit la libre circulation des marchandises, mais pas celle des familles.… »

ARTE Reportage, samedi, 20 octobre 2012 à 18h35

Rediffusion vendredi 26 octobre à 10h35

Puis sur ARTE+7

(France, 2012, 52mn)

https://www.arte.tv/fr/etats-unis-mexique-la-frontiere-familiale/7003236.html

Article publié sur Enigmur en 2012 : https://enigmur.hypotheses.org/1836

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Arthur Groot, Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine, urbanews.fr, 29/09/2016

« La ville frontière a été conçue pour fédérer deux nations sur un même territoire, une nouvelle approche pour créer une unité internationale en ces temps où certains politiques sont obsédés par la création de murs aux frontières. Proposée par l’architecte Fernando Romero de l’agence FR-EE lors de la biennale de Londres, ce projet visionnaire entreprend de développer une ville nouvelle à l’intersection des états du Texas, du Nouveau Mexique et du Chihuahua, sur près de 29 000ha.

(…) « C’est une vision à long terme, une vision qui déconstruit la nécessité d’un mur en pensant de manière ambitieuse à la relation mutuelle entre deux pays à leur frontière, explique l’architecte. C’est aussi une réflexion sur la réalité quotidienne, et sur la multitude d’échanges qui coexistent déjà en créant une dépendance mutuelle forte. » (Fernando Romero, agence FR-EE Mexico).

Le plan masse est à l’image de ses convictions, avec une ville polycentrique intégrant de multiples polarités économiques et plusieurs centralités interconnectées. Le concept spatial s’établit sur un maillage composé de multiples hexagones, avec leur propre centre, connectés à des corridors de transport et à des passages frontaliers. » (…)

Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine

illustration @ibidem, Fernando Romero, agence FR-EE 

« How San Diego Built a Bridge Over the Wall », Ethan Epstein, politico.com, 16/02/2017

A simple pedestrian crossing created the world’s first true binational airport, and boosted the economies on both sides of the border.

SAN DIEGO— »Around lunchtime two days before Donald Trump’s presidential inauguration, some 200 business and civic leaders from San Diego and Tijuana, Mexico, gathered in a hotel ballroom in downtown San Diego for an event hosted by the San Diego Regional Chamber of Commerce. As the assembled professionals, decked out in business-casual attire and speaking a smattering of Spanish and English, munched on cold—not to say rubbery—chicken and green salad and sipped iced tea, the event’s keynote speaker, a UCLA economist named Lee Ohanian, delivered a pessimistic message about the man who was on everybody’s mind.

Trump’s plan to tax imports from Mexico would amount to “shooting [us] in the foot,” Ohanian declared, “with many, many unintended consequences.” Given the aging of the baby boomers and declining U.S. birth rates, Trump’s possible plan to reduce immigration levels would make it “extremely difficult” to achieve increased productivity or GDP growth, he warned. But Ohanian wound up his speech on a positive note: Trump seems like a “person who tends to change his mind,” he said. The crowd laughed nervously.

For the people who do business in Tijuana and San Diego talk, of barriers—whether it’s tariffs or even “big beautiful walls”— is anathema. They know that the health of their “mega region,” as San Diego’s Republican mayor Kevin Faulconer calls it, depends on enhancing the economic integration of the two cities that collectively boast a population of 5 million. (Roughly half live on each side.) One of the most dramatic examples of their commitment to that entwined economy is a bridge that literally crosses above the border fence. In late 2015, a terminal connecting San Diego to the Tijuana airport opened. Funded privately by American and Mexican investors, the Cross Border Xpress has created the world’s first truly binational airport. Each day, thousands of passengers from San Diego now walk easily across the border directly into the Tijuana airport. Conversely, people landing in Tijuana now walk into San Diego after their flights. The project is a striking physical manifestation of the increasing interconnectedness of the two cities. »   (…)

http://www.politico.com/magazine/story/2017/02/san-diego-bridge-border-wall-airport-tijuana-214788

Photo@ Mark Peterson/Redux Pictures for Politico Magazine, ibidem