Archives de catégorie : Méditerranée Frontières

Olivier Clochard, Julie Lemoux, « Voyager d’Alger à Marseille – Retour sur cinq décennies de dispositifs relatifs aux contrôles des migrations », L’Espace Politique [En ligne], 31, 2017-1

Recherche issue du programme MEDIMURS

(…) « L’objet de notre article concerne l’évolution des dispositifs de contrôle qui ont été adoptés vis-à-vis des Algériens souhaitant voyager vers Marseille (et plus largement la France). En adoptant une approche historique1, il s’agit de saisir les mécanismes de cette construction frontalière qui s’est mise en place après l’indépendance algérienne. Autrement dit, nous interrogeons les changements apportés à l’agencement de cette frontière, ainsi que l’évolution des pratiques prescrites dans le cadre normatif, afin de considérer les conditions administratives d’entrée à remplir avant le départ, les mesures de surveillance qui s’opèrent au moment du passage des frontières, et le traitement des migrants en situation irrégulière, soit trois dispositifs qui sont aujourd’hui imbriqués dans un jeu d’échelles multiples. Au-delà de ces transformations et des effets induits sur les flux migratoires de l’Algérie vers la France que nous rappellerons, comment l’évolution de ces différents dispositifs et leur mise en réseau se rapporte-t-elle à l’établissement d’une frontière migratoire malléable ? Cette « malléabilité́ des frontières » (Gottman, 1952, p. 59) semble refléter la volonté de la France d’externaliser ses contrôles migratoires, et faute de pouvoir y arriver, les autorités françaises font en sorte d’assouplir voire de négliger leurs obligations légales à la frontière, et dans le cas qui nous intéresse au sein du port de Marseille. Selon Jean Gottmann (1952), l’organisation politique de ces espaces frontaliers se combine nécessairement avec les questions de circulation, les mouvements des personnes ne cessant d’affecter l’organisation interne des États et celle mise en place à leurs frontières. Dans une perspective historique, la lecture de ces espaces frontaliers semble en effet montrer que les limites sont prises dans une dialectique entre le mouvement de « cloisonnement du monde » et celui de la circulation, soit une interprétation qui demeure contemporaine et permet de saisir l’évolution de cette frontière méditerranéenne. Si les évolutions techniques des dispositifs comme les procédures de demande de visa, les bases de données informatiques et les lieux de détention administrative transforment la frontière en la déplaçant de part et d’autre des limites internationales, en la dilatant à l’échelle d’une région frontalière et la connectant à d’autres lieux, il ne faut pas omettre le poids des décisions informelles ou arbitraires qui font «apparaître une certaine malléabilité des pratiques de contrôle» (Darley, 2008, p. 23) »  (…)

http://espacepolitique.revues.org/4261

carte @ Olivier Clochard, 2015
photo en une @ dossier de presse de "La traversée" de Élisabeth Leuvrey, Documentaire, France, 2012, Production : Les Écrans du large
 

Salim Chena, Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe, lamenparle, 15/03/2017

(…) « En effet, au début des années 2000, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne ont lancé la politique dite d’externalisation des frontières de l’Union européenne, aujourd’hui largement banalisée au travers des hotspots. Il s’agit, en réalité, d’une gestion déterritorialisée de l’immigration et de l’asile dans laquelle le candidat est sélectionné, vetted, avant même d’entrer dans l’espace européen selon une logique à la fois utilitaire et sécuritaire (Valluy, 2009). Le Maroc fut le premier pays maghrébin à transposer juridiquement les exigences européennes – restrictives et répressives – en matière de politique migratoire dans la loi 02-03 du 11 novembre 2003 (Belguendouz, 2005)1, puis il a abrité la Conférence euro-africaine sur les migrations de 2006. A l’origine de ces inquiétudes, pour dire le moins, européennes, se trouvent les enclaves espagnoles dans le nord du Maroc : les villes de Ceuta et Mellila – considérées comme des colonies par Rabat. Puis, après les évènements de l’automne 2005, ce fut la route des Canaries – bien plus longue et dangereuse – qui se développait, puis s’est déplacée de Laayoune (Maroc) à Nouadhibou (Mauritanie) jusqu’à Saint-Louis (Sénégal). Cette nouvelle route – parmi d’autres à venir – avait donné à la jeune agence Frontex l’occasion de prouver son utilité avec les Opérations conjointes Hera – chargées de surveiller les îles Canaries et les côtes d’Afrique de l’Ouest – qui en ont finalement eu raison.

Mais, au-delà d’une conception étriquée de la sécurité2, il y a une réalité politique et sociale de la migration irrégulière. Depuis le début du XXIè siècle, le Maghreb redécouvre son africanité par intermédiaire des études sahariennes et que l’économie politique des grandes découvertes, puis les frontières et l’éducation coloniales avaient occultée ; le tropisme européen du Maghreb méditerranéen n’a été remis en cause qu’après la fermeture progressive de l’espace européen aux maghrébins dès les années 1980 et 1990 et l’intériorisation de l’espace saharo-sahélien comme limes stratégique – autant à l’échelle régionale dans le triangle relationnel Maroc-Algérie-Libye qu’à l’échelle globale avec l’introduction du Sahara comme théâtre périphérique de la Global War on Terror américaine. Surtout, le rôle d’entrainement des politiques publiques des Etats pétroliers dans le développement du Sahara a contribué à urbaniser le désert et à revitaliser des activités traditionnelles (transport, commerce) à l’heure de la mondialisation. »  (…)

http://lamenparle.hypotheses.org/577

photo@ Stephanos Mangriotis, Ceuta, avec autorisation.