Archives de catégorie : Méditerranée Frontières

Pierre Micheletti, L’“Aquarius” est le symbole du naufrage de l’Europe politique, lemonde.fr, 23/08/2018

« Dans une tribune au « Monde », Pierre Micheletti, vice-président d’Action contre la faim, estime que le périple du bateau humanitaire illustre le déni, par l’UE, du droit international des réfugiés qu’elle a elle-même établi. »

(…) « Car, bien involontairement, l’Aquarius est devenu une double figure symbolique : celle d’une dérive dans l’application ou plutôt la non-application du droit international et celle du naufrage de l’Europe politique.

La dérive vis-à-vis des textes du droit international, en particulier le déni de celui de la convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés – complétée par le protocole de 1967 –, est patente.

Comme si ce texte n’était pas assez explicite ! Selon son article premier, « (…) le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Quant à l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il dispose que « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »  (…)

Les dirigeants européens réduisent l’accueil à une démarche compassionnelle, laissée à l’appréciation, à la bonne volonté, et à la « générosité » propres à chacun des Etats membres. En occultant le fait que la politique d’asile relève du droit et d’une absolue cohérence politique. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/08/23/l-aquarius-est-le-symbole-du-naufrage-de-l-europe-politique_5345213_3232.html

illustration : S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Sandrine Morel, L’Espagne devient la première porte d’accès des migrants en Europe, lemonde.fr, 06/08/2018

« Plus de 22 000 migrants sont arrivés dans le royaume durant les sept premiers mois de l’année, devançant ainsi l’Italie. Mais on reste loin des 800 000 arrivées de 2015 en Grèce.

(…) Les avis divergent sur les raisons de l’augmentation du nombre de migrants en Espagne. La fermeture de la route libyenne a-t-elle provoqué un début de déplacement des flux vers la Méditerranée occidentale ? Ou le Maroc a-t-il relâché les contrôles pour négocier davantage d’aides financières et matérielles à l’Europe, comme le suggèrent certains analystes ?

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) assure ne pas disposer de « preuves tangibles d’un transfert de flux migratoires depuis la Libye jusqu’au Maroc ». En revanche, elle rappelle que le Maroc, qui a procédé à plusieurs régularisations de migrants, « fait actuellement face aux mêmes défis que l’Espagne, l’Italie ou la Grèce »

« Effet d’appel »

Pour le gouvernement espagnol, « la vague de pression migratoire actuelle était un phénomène prévu et de 2016 à 2017, les arrivées irrégulières ont augmenté de 170 % du fait de la fermeture des autres routes de la Méditerranée ». Pedro Sanchez a promis de faire du « respect des droits de l’homme », de la « sécurité des frontières » et de la « coopération avec les pays d’origine » les grands axes de sa politique migratoire, évoquant le possible retrait des lames tranchantes des barbelés de Ceuta et Melilla ou annonçant des renforts dans les bureaux de demandes d’asile.

De son côté, l’opposition multiplie les critiques. « Les politiques du gouvernement de Pedro Sanchez provoquent un effet d’appel, a estimé le nouveau président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, de visite à Algésiras le 1er août. Le flux ne peut pas être illimité et l’Etat-providence ne peut pas supporter l’arrivée de millions de migrants. » » (…)

https://lemonde.fr/europe/article/2018/08/04/l-espagne-devient-la-premiere-porte-d-acces-des-migrants-en-europe_5339334_3214.html

illustration : CCO Creative Commons, https://pixabay.com/fr/ciel-grues-espagne-migration-1277653/

 

Alessandra Ziniti, Migranti, i tunisini riscoprono Lampedusa. Tredici sbarchi in 48 ore, Salvini:  » Verranno rimandati a casa », repubblica.it, 03/08/2018

« Si riaprono le rotte alternative a quella libica. Open Arms, con 87 a bordo, resta in zona Sar. Sea Watch protesta: « La nostra barca sequestrata da un mese a Malta senza motivo.

A piccoli gruppi, ma in Italia si continua a sbarcare. Di nuovo a Lampedusa, nel Siracusano, in Calabria, in Sardegna, al ritmo di almeno 100 persone al giorno su rotte giudicate minori e fino ad ora trascurate dalle attenzioni del ministro dell’Interno. (…)

Lampedusa, ma anche la Sicilia meridionale, soprattutto nella costa del Siracusano, la Calabria e la Sardegna. Ogni giorno, bucando quella che dovrebbe essere la rete di controllo in mare del dispositivo militare, sono almeno 100-150 i migranti che riescono a sbarcare sulle nostre corte. Un forte incentivo sembra aver avuto la tratta dalla Turchia sui velieri che portano migranti dalle buone capacità economiche che pagano 5000 euro a testa per viaggi gestiti dagli scafisti ucraini »  (…)

http://www.repubblica.it/cronaca/2018/08/03/news/migranti_i_tunisini_riscoprono_lampedusa_tredici_sbarchi_in_48_ore_salvini_verranno_rimandati_a_casa_-203281520/?ref=search

Anne Chemin, Pourquoi migrer tue, lemonde.fr, 12/04/2018

Plus l’Europe se ferme, plus le nombre de décès aux frontières augmente, au moins 40 000 depuis le début des années 1990. Jamais dans l’histoire une migration n’a causé autant de morts.

« (…) « Une indifférence mêlée de résignation »

En offrant une sépulture symbolique aux milliers de réfugiés morts aux portes de l’Europe, les associations tentent de les extraire du silence et de l’oubli. « Structurelles, les morts aux frontières passent souvent inaperçues, souligne Antoine Pécoud, professeur de sociologie à l’université Paris-XIII, dans un travail réalisé en 2017 pour la Fondation pour les sciences sociales. Les migrants meurent en général dans des endroits peu accessibles ou dans des lieux périphériques, voire fermés. Beaucoup d’entre eux voyagent clandestinement et meurent tout aussi clandestinement. Même lorsque ces décès font l’objet d’une publicité médiatique, ils suscitent souvent une indifférence mêlée de résignation. »

Les migrants morts aux portes de l’Europe sont pourtant très nombreux. Si les estimations varient, les ordres de grandeur donnent le vertige. United for Intercultural Action, un réseau de plus de 500 associations du Vieux Continent, a répertorié 17 000 décès entre 1993 et 2012. L’association Fortress Europ a comptabilisé plus de 27 000 morts de 1988 à 2016. Le consortium de journalistes The Migrants’ Files évoque le chiffre de 35 000 victimes entre 2000 et 2016. Selon Olivier Clochard, codirecteur du laboratoire Migrinter (CNRS-université de ­ Poitiers), près de 40 000 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis le début des années 1990.

Beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces. Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq

Les organisations recensent les cadavres retrouvés sur les côtes, écoutent les témoignages des rescapés et rassemblent les articles de presse sur les naufrages, mais elles savent que de nombreux décès échappent à leur vigilance : beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces.

Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq. « Il est toujours délicat de trouver un coefficient multiplicateur mais il est évident que ces chiffres sous-estiment le nombre de décès, constate Olivier Clochard. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière de migrants du monde. »  (…)

A lire

La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant, sous la direction scientifique de Michel Agier (Le Passager clandestin, 2016).
La quarantaine de chercheurs réunis au sein de Babels, programme de recherche de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, expose la violence des frontières en revenant sur l’identification des corps, la commémoration des défunts et les récits des survivants.

Atlas des migrations en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, sous la direction d’Olivier Clochard (Armand Colin, 2016).
Migreurop, un réseau d’associations, de militants et de chercheurs fondé en 2002, analyse les politiques migratoires européennes à travers des textes signés par des universitaires, mais aussi des cartes et des infographies d’une très grande richesse.

« Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome n° 64, juin 2017.
Evelyne Ritaine, chercheuse en science politique et sociologie comparatives à Sciences Po Bordeaux, revient sur l’invisibilité des migrants disparus en mer, qui sont, selon elle, « dans les limbes du politique ».

« Liberté de circuler, un privilège », Plein droit n° 116, mars 2018.
La revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés consacre ce numéro à la liberté de circulation. « Ces dernières années, on a assisté au rétablissement de contrôles à plusieurs frontières intra-européennes. Si bien que les routes migratoires vers l’Europe sont devenues les plus dangereuses du monde et que les morts aux frontières se comptent par milliers chaque année. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/12/pourquoi-migrer-tue_5284531_3232.html#Dg3YOww8xmdM66uW.99

 

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

 

 

 

 

Jérôme Gautheret, L’Italie, seule dans la tempête migratoire, lemonde.fr, 23.02.2018

« Sur les 600 000 migrants arrivés en Italie, la plupart ont traversé la Méditerranée. Des milliers d’autres y ont péri. L’île de Lampedusa, avant-poste de l’accueil, est débordée par cette crise humanitaire étroitement liée au chaos sévissant en Libye.

(…)  L’Italie prise au piège

Pour Rome, les chiffres des secours en mer sont bien sûr préoccupants. Mais ils ne disent pas tout du problème. L’essentiel est ailleurs : depuis la fin de 2013, les pays limitrophes de l’Italie (France et Autriche) ont rétabli les contrôles à leurs frontières.

Là où, jusqu’alors, l’écrasante majorité des migrants empruntant la route de la Méditerranée centrale ne faisaient que traverser le pays en direction du nord de l’Europe, ils se trouvent désormais bloqués sur le sol italien, provoquant en quelques années l’engorgement de toutes les structures d’accueil. Et les appels répétés à la solidarité européenne se heurtent à l’indifférence des partenaires de l’Italie, qui eux-mêmes doivent composer avec leurs opinions publiques, devenues très hostiles aux migrants.

Considéré jusque-là comme un impératif moral par une large part de la population, l’accueil des demandeurs d’asile est l’objet de critiques croissantes. En 2015, en marge du scandale « Mafia capitale », qui secoue l’administration de la commune de Rome, l’Italie découvre que plusieurs coopératives chargées de nourrir et d’héberger les migrants se sont indûment enrichies. S’installe dans les esprits une idée dévastatrice : l’accueil des réfugiés est un « business » juteux plus qu’une œuvre humanitaire. » (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/23/l-italie-seule-dans-la-tempete-migratoire_5261553_3210.html#B8uGAl6gHM0JGvdT.99

Illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs