Archives de catégorie : Méditerranée Frontières

Anne Chemin, Pourquoi migrer tue, lemonde.fr, 12/04/2018

Plus l’Europe se ferme, plus le nombre de décès aux frontières augmente, au moins 40 000 depuis le début des années 1990. Jamais dans l’histoire une migration n’a causé autant de morts.

« (…) « Une indifférence mêlée de résignation »

En offrant une sépulture symbolique aux milliers de réfugiés morts aux portes de l’Europe, les associations tentent de les extraire du silence et de l’oubli. « Structurelles, les morts aux frontières passent souvent inaperçues, souligne Antoine Pécoud, professeur de sociologie à l’université Paris-XIII, dans un travail réalisé en 2017 pour la Fondation pour les sciences sociales. Les migrants meurent en général dans des endroits peu accessibles ou dans des lieux périphériques, voire fermés. Beaucoup d’entre eux voyagent clandestinement et meurent tout aussi clandestinement. Même lorsque ces décès font l’objet d’une publicité médiatique, ils suscitent souvent une indifférence mêlée de résignation. »

Les migrants morts aux portes de l’Europe sont pourtant très nombreux. Si les estimations varient, les ordres de grandeur donnent le vertige. United for Intercultural Action, un réseau de plus de 500 associations du Vieux Continent, a répertorié 17 000 décès entre 1993 et 2012. L’association Fortress Europ a comptabilisé plus de 27 000 morts de 1988 à 2016. Le consortium de journalistes The Migrants’ Files évoque le chiffre de 35 000 victimes entre 2000 et 2016. Selon Olivier Clochard, codirecteur du laboratoire Migrinter (CNRS-université de ­ Poitiers), près de 40 000 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis le début des années 1990.

Beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces. Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq

Les organisations recensent les cadavres retrouvés sur les côtes, écoutent les témoignages des rescapés et rassemblent les articles de presse sur les naufrages, mais elles savent que de nombreux décès échappent à leur vigilance : beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces.

Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq. « Il est toujours délicat de trouver un coefficient multiplicateur mais il est évident que ces chiffres sous-estiment le nombre de décès, constate Olivier Clochard. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière de migrants du monde. »  (…)

A lire

La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant, sous la direction scientifique de Michel Agier (Le Passager clandestin, 2016).
La quarantaine de chercheurs réunis au sein de Babels, programme de recherche de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, expose la violence des frontières en revenant sur l’identification des corps, la commémoration des défunts et les récits des survivants.

Atlas des migrations en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, sous la direction d’Olivier Clochard (Armand Colin, 2016).
Migreurop, un réseau d’associations, de militants et de chercheurs fondé en 2002, analyse les politiques migratoires européennes à travers des textes signés par des universitaires, mais aussi des cartes et des infographies d’une très grande richesse.

« Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome n° 64, juin 2017.
Evelyne Ritaine, chercheuse en science politique et sociologie comparatives à Sciences Po Bordeaux, revient sur l’invisibilité des migrants disparus en mer, qui sont, selon elle, « dans les limbes du politique ».

« Liberté de circuler, un privilège », Plein droit n° 116, mars 2018.
La revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés consacre ce numéro à la liberté de circulation. « Ces dernières années, on a assisté au rétablissement de contrôles à plusieurs frontières intra-européennes. Si bien que les routes migratoires vers l’Europe sont devenues les plus dangereuses du monde et que les morts aux frontières se comptent par milliers chaque année. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/12/pourquoi-migrer-tue_5284531_3232.html#Dg3YOww8xmdM66uW.99

 

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

 

 

 

 

Jérôme Gautheret, L’Italie, seule dans la tempête migratoire, lemonde.fr, 23.02.2018

« Sur les 600 000 migrants arrivés en Italie, la plupart ont traversé la Méditerranée. Des milliers d’autres y ont péri. L’île de Lampedusa, avant-poste de l’accueil, est débordée par cette crise humanitaire étroitement liée au chaos sévissant en Libye.

(…)  L’Italie prise au piège

Pour Rome, les chiffres des secours en mer sont bien sûr préoccupants. Mais ils ne disent pas tout du problème. L’essentiel est ailleurs : depuis la fin de 2013, les pays limitrophes de l’Italie (France et Autriche) ont rétabli les contrôles à leurs frontières.

Là où, jusqu’alors, l’écrasante majorité des migrants empruntant la route de la Méditerranée centrale ne faisaient que traverser le pays en direction du nord de l’Europe, ils se trouvent désormais bloqués sur le sol italien, provoquant en quelques années l’engorgement de toutes les structures d’accueil. Et les appels répétés à la solidarité européenne se heurtent à l’indifférence des partenaires de l’Italie, qui eux-mêmes doivent composer avec leurs opinions publiques, devenues très hostiles aux migrants.

Considéré jusque-là comme un impératif moral par une large part de la population, l’accueil des demandeurs d’asile est l’objet de critiques croissantes. En 2015, en marge du scandale « Mafia capitale », qui secoue l’administration de la commune de Rome, l’Italie découvre que plusieurs coopératives chargées de nourrir et d’héberger les migrants se sont indûment enrichies. S’installe dans les esprits une idée dévastatrice : l’accueil des réfugiés est un « business » juteux plus qu’une œuvre humanitaire. » (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/23/l-italie-seule-dans-la-tempete-migratoire_5261553_3210.html#B8uGAl6gHM0JGvdT.99

Illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs

Paolo Cuttitta, Delocalization, Humanitarianism, and Human Rights: The Mediterranean Border Between Exclusion and Inclusion, Antipode, 2017, p.1–21

Abstract

« By reflecting on both the exclusionary and the inclusionary role of humanitarian migration and border management in the Central Mediterranean, this paper explores the relationship of humanitarianism with the delocalization of the EU border and with human rights. First, the paper analyses the role of human rights in the institutional humanitarian discourse about migration and border management at the Mediterranean EU border. The paper then analyses the Italian operation Mare Nostrum and, more generally, Italian humanitarianized border management in the Central Mediterranean. In doing this, it shows that humanitarianism contributes to the discursive legitimation and spatial delocalization of exclusionary policies and practices. Moreover, humanitarianism contributes to a symbolically and legally subordinate inclusion of migrants in the European space. While such humanitarian inclusion can be more inclusive than what human rights would require, it is posited as an act of grace rather than an enhancement of human rights. In both its exclusionary and inclusionary dimension, humanitarianism transcends and expands territorial boundaries by outsourcing responsibilities and enhancing delocalized border management »

doi: 10.1111/anti.12337

PDF:

http://www.dsps.unict.it/sites/default/files/files/Cuttitta_Delocalization%2C%20Humanitarianism%20and%20Human%20Rights.pdf

Beste İşleyen,Turkey’s governance of irregular migration at European Union borders, Environment and Planning D, 2018

Beste İşleyen, »Turkey’s governance of irregular migration at European Union borders: Emerging geographies of care and control »,  Environment and Planning D: Society and Space, March 2018

Abstract

« Combining insights from critical studies on humanitarianism and scholarly work emphasising everyday practices, this study examines Turkish policing of human mobility at European Union borders in two border cities: Edirne and İzmir. Through a focus on the central understandings, justifications and operational responses by Turkish border officials, the article highlights the intertwinement of care and control as inherent to humanitarianism in the daily governance of mobile populations at Turkey’s western borders. In so doing, the findings draw attention to discursive articulations and practices, while pointing to their moral, emotional and cultural elements. The article advances the literature by underlining the centrality of geography in impacting on the logics and practices of governing mobility within the territory of the nation state. The findings also underscore variations in border practices and the embodiment of humanitarianism between the two border cities under investigation as well as across the country. In addition, the article adds to debates on the emerging spaces of humanitarianism by bringing into focus the operation of humanitarian border policing in Turkey before departure and/or after the unsuccessful attempt of border crossing. »

Keywords: Turkey, the European Union, irregular migration, humanitarianism, border governance

PDF :

https://doi.org/10.1177/0263775818762132

Martina Tazzioli, Glenda Garelli, Containment beyond detention: The hotspot system and disrupted migration movements across Europe, Environment and Planning D: Society and Space, February 2018

Abstract

« This article deals with the ways in which migrants are controlled, contained and selected after landing in Italy and in Greece, drawing attention to strategies of containment aimed at disciplining mobility and showing how they are not narrowed to detention infrastructures. The article starts by tracing a genealogy of the use of the term ‘hotspot’ in policy documents and suggests that the multiplication of hotspots-like spaces is related to a reconceptualisation of the border as a critical site that requires prompt enforcement intervention. The article moves on by investigating the mechanisms of partitioning, identification and preventive illegalisation that are at stake in the hotspots of Lampedusa and Lesbos. Hotspots are not analysed here as sites of detention per se: rather, the essay turns the attention to the channels of forced mobility that are connected to the Hotspot System, focusing in particular on the forced transfers of migrants from the Italian cities of Ventimiglia and Como to the hotspot of Taranto. The article concludes by analysing channels of forced mobility in the light of the fight against ‘secondary movements’ that is at the core of the current European Union’s political agenda, suggesting that further academic research could engage in a genealogy of practices of migration containment. »

Keywords: Hotspot, migration, detention, containment, Mediterranean

https://doi.org/10.1177/0263775818759335