Archives de catégorie : ILES Méd.

Lampedusa / Ressources réflexives

* Evelyne Ritaine, « Le bois des épaves »,

dans le cadre du projet Displaced Objects, Non lieux de l’exil,   http://displacedobjects.com/

http://displacedobjects.com/2015/12/18/le-bois-des-epaves-evelyne-ritaine/

Chaises fabriquées par Cucula, Berlin (Facebook Cucula)
Chaises fabriquées par Cucula, Berlin, à partir du bois des épaves de Lampedusa (@Facebook Cucula)

* Paolo Cuttitta, « ‘Borderizing’ the Island. Setting and Narratives of the Lampedusa ‘Border Play’ »,    

ACME, 2014, 13(2), 196-21

lampedusapapeAFRReuterslaReppAbstract :

The island of Lampedusa is known as an EU border hotspot. Its high degree of ‘borderness’, though, is less the result of its geographical location than the product of a ‘borderization’ process carried out through specific policies, practices and discourses. The introduction explains what Lampedusa’s ‘borderness’ consists in: irregular landings and the changed anthropic and human landscape have turned the island into an ideal observatory for all major issues of the current debate on migration-related border controls. The first section analyses the main factors of the ‘borderization’ process. Specific political choices (establishing a detention centre, concentrating migrants, dispatching border guards, employing patrol boats, involving humanitarian workers etc.) suggest that borders are the result of the placing and interaction of ‘spatial bodies’, as well as of legislative measures and international relations. The paper also regards Italian immigration control policies as a ‘political spectacle’, and Lampedusa as the theatre of the ‘border play’. The second section therefore analyses the two narratives (the securitarian one of the ‘tough’ and the humanitarian one of the ‘humane’ border) prevailing in five different acts of the play, and shows that both are strictly connected and serve thesame purpose of governing and managing human mobility.

Télécharger PDF :  CuttittaACME2014

Crédit photo : AFP Reuters, La Repubblica

.

* Paolo Cuttitta,  Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontiera,  Milano, Mimesis (Eterotopie), 2012.

Voir :    http://enigmur.hypotheses.org/2109

Porta di Lampedusa Porta d'Europa, M. Palladino @S. Bonnefille, 2014
Porta di Lampedusa Porta d’Europa, M. Palladino, Lampedusa, @S. Bonnefille, 2014

.

* Paolo Cuttitta, « Lampedusa – Aprite quella porta », meltingpot.org, 8/10/2013

« L’ultima tragedia consumatasi nel mare di Lampedusa, con la coda delle due petizioni aperte alla firma (una per candidare Lampedusa al premio Nobel per la pace, l’altra per l’apertura di un corridoio umanitario), fornisce lo spunto per una riflessione sul ruolo della retorica dell’umanitarismo e dei diritti umani nelle politiche migratorie.

Si tratta, in effetti, di un ruolo importante; in primo luogo perché criteri umanitari sono alla base delle distinzioni canoniche tra profughi e migranti economici, tra migrazione forzata e migrazione volontaria. L’umanitarizzazione di una categoria – il riconoscimento del diritto di determinati individui all’asilo – finisce quindi per tradursi nella condanna più netta degli altri, di quelli ai quali i criteri umanitari non si applicano. La linea del confine tra “profughi” e “clandestini”, insomma, è tracciata con la matita umanitaria (una matita, in effetti, e non l’inchiostro, perché i confini di status degli stranieri sono per definizione effimeri, devono potersi cancellare e ridisegnare continuamente). L’esigenza di tutelare i diritti umani dei migranti – individuando chi ha diritto all’asilo, in modo da garantirglielo – può quindi essere utilizzata per giustificare misure più restrittive nei confronti di chi a tale diritto non può aspirare, fino a legittimare la stigmatizzazione dei “clandestini”. È il principio tante volte affermato dai nostri governanti: accoglienza per i meritevoli di protezione, pugno duro per gli irregolari. » (…)

http://www.meltingpot.org/Lampedusa-Aprite

.

lampedusa-beach-

Lina Prosa, Lampedusa Beach,

suivi de Cassandre on the road et de Programme-Penthésilée : entraînement pour la bataille finale, Paris, Les Solitaires intempestifs, 2012 (Traduit de l’Italien par Jean-Paul Manganaro)

”Le matelot ne dit pas toujours la vérité…

une fois il est revenu en arrière mais avec la moitié seulement des voyageurs

on n’a jamais rien su de l’autre moitié…

une autre fois il a vidé le bateau en pleine mer

comme une casserole d’eau sale…

tout cela parce que le clandestin

est privé de la vérité… on le garde à l’obscur de tout.

Il n’a jamais vu une carte postale de Lampedusa.

Il n’en a jamais reçu.

Il ne sait pas de quoi il s’agit.

Quand on le fait débarquer rien ne dit qu’il est à Lampedusa.”

Lampedusa Beach a obtenu le prix national “Annalisa Scafi” pour le théâtre public à Rome en 2005 et le prix “Anima” pour le théâtre en 2007 http://www.solitairesintempestifs.com/livres/463-lampedusa-beach

Triptyque du naufrage (Lampedusa), Lina Prosa, a été présenté au Théâtre du Vieux-Colombier (Comédie française), Paris, janvier-février 2014

Voir  : http://enigmur.hypotheses.org/3012

.

Théâtre Senza, Valentina Zagaria : Miraculi

De l’anthropologie au théâtre : Miraculi, un spectacle porteur d’histoire, , profondeurdechamps,   26/03/2015

zagaria

 » Au cours de ses études d’anthropologie et de droit à la London School of Economics, la fondatrice de la compagnie Théâtre Senza, Valentina Zagaria, a centré son mémoire de recherche sur le terrain sur l’étude du phénomène de migration sur l’île de Lampedusa. C’est après un an de pratique du théâtre à l’école Jacques Lecoq qu’elle choisit de monter, à partir de ses recherches, un spectacle dénonçant les conditions de vie des migrants mais dépeignant aussi le quotidien des habitants de l’île. Entretien avec une jeune artiste-chercheuse.

 Pourquoi t’es-tu intéressée à ce sujet au départ ?

Valentina Zagaria : L’année précédant mon mémoire, un très bon ami à moi que j’avais rencontré en Suisse et qui venait de Zambie est mort aux Etats-Unis. Je n’ai pas pu aller aux funérailles, et n’ai jamais vu sa tombe. C’était très difficile pour moi de faire le deuil. Au même moment, je lisais dans les journaux italiens que des gens en provenance de Libye et de Tunisie disparaissaient en essayant de faire un voyage vers Lampedusa. Je me suis alors posé la question de savoir ce que devenaient les corps des naufragés, et même de ce qu’il advenait d’un corps après la mort. Ces événements résonnaient en moi et faisaient écho à ma propre histoire. De plus, j’étais déjà allée à Lampedusa à l’âge de trois ans et il y avait des photos chez mes parents. Je me sentais attirée par cette île. » (…)

http://profondeurdechamps.com/2015/03/26/de-lanthropologie-au-theatre-miraculi-un-spectacle-porteur-dhistoire/

Voir aussi : Valentina Zagaria :

Why the differences between Lampedusa (the place) and Lampedusa (the play) matter.

 

terraferma3

TERRAFERMA, Film de Emanuele Crialese, 2011,

Grand prix du jury Mostra de Venise, 2011

Synopsis : Sur l’île italienne de Linosa (dépendant de Lampedusa) au large des côtes de la Tunisie et au sud de la Sicile, la pêche traditionnelle est devenue non rentable et fait place au tourisme. Au cours d’un été où îliens et touristes se mélangent, l’île est accostée par des groupes entiers d’immigrés clandestins venus d’Afrique. Les familles de pêcheurs, déclassées socialement à la suite des difficultés de l’économie de la pêche, essaient, non sans mal, de cohabiter avec les nouveaux arrivants. Jeunes et anciens, parents et enfants, se confrontent sur l’attitude à tenir face à la détresse des réfugiés : ne pas leur venir en secours en mer et les dénoncer aux autorités comme la loi les y incite ou respecter les valeurs morales et la solidarité de l’île héritées du travail de la mer.

Voir : Lampedusa, « terre de désespoir », est le personnage de « Terraferma », Louis Lepron,  Rue89, 15/03/2012 http://www.rue89.com/rue89-culture/2012/03/15/

En complément : RESPIRO, film d’Emanuel Crialese, 2002,  Grand Prix de la Semaine Internationale de la Critique, Festival de Cannes 2002

Une représentation de ce qu’était la vie traditionnelle sur l’île de Lampedusa : synopsis : « Grazia ne cadre pas avec le mode de vie en usage sur la petite île italienne de Lampedusa, principalement peuplée de pêcheurs. Pendant que les hommes partent en mer, les femmes travaillent à la petite usine locale où elles salent le poisson. Grazia, par son comportement enfantin et provocateur, ne cesse d’agacer les commères. Après s’être baignée nue, elle libère tous les chiens errants retenus au château. Pour les villageois, c’en est trop ! Parce qu’ils la pensent folle, ils obligent son mari à la placer dans un hôpital psychiatrique de Milan. Grazia, éprise de liberté, se cache dans les grottes en bord de mer, ravitaillée par son fils » (Telerama)

.

Lampedusa – Paris : Carnet De Voyage , Emiliano Pappacena, documentaire, Italie, 2012

Lampedusa – Paris : Carnet de voyage est un documentaire « sur la route », au cours duquel le réalisateur voyage aux côtés d’un groupe de jeunes tunisiens qui ont fui leur pays suite à la révolution du Printemps Arabe.

Au cours de ce voyage, qui débute à Lampedusa et s’achève un an plus tard à Paris, nous partageons les émotions, les rêves et les peurs de ces jeunes immigrés qui, une fois à destination, devront se rendre à l’évidence : il découvrent une Europe bien différente de ce à quoi ils s’attendaient.

Titre original: Lampedusa-Parigi: diario di viaggio

http://www.daimonproduction.com/fr/documentaries/

.

Lampedusa non è un’isola. Profughi e migranti alle porte dell’Italia

Rapporto dedicato agli immigranti e ai richiedenti asilo redatto da A Buon Diritto Onlus sotto la direzione di un comitato scientifico composto da Laura Balbo, Luigi Ferrajoli, Tamar Pitch, Giorgio Rebuffa, Eligio Resta e Stefano Rodotà. Un vero e proprio dossier dei fatti, delle cronache e degli avvenimenti istituzionali, accaduti nel 2011.

Dalla lettura di quella ricostruzione emerge che, come in un gioco di cerchi concentrici, la crisi dello scorso anno si iscrive dentro un indirizzo di politiche sull’immigrazione perseguite in maniera determinata dall’inizio della legislatura, che a sua volta riprende la torsione data nel 2002 al Testo Unico dalla “legge Bossi-Fini”. (…)

PDF :  Lampedusanoneunisola

http://www.italiarazzismo.it/

 

LESBOS / dossier / Laurence Pillant

Lesbos, les lieux de l’enferment,  Laurence Pillant, texte et photos

Lesbos est une île grecque de la mer Égée qui a connu des arrivées importantes de migrants depuis le début des années 2000. C’est un lieu emblématique dans la mesure où cette île a vu se développer un dispositif de contrôle gréco-européen entraînant des mesures de répression des flux migratoires.

Ces photos ont été prises en 2011  dans le cadre d’un travail de recherche de doctorat toujours en cours.

(Cliquer pour agrandir)

Photo 1. Prison de Mytilène, lieu d’enfermement à Lesbos, fermée en 2005 après l’ouverture du centre de Pagani

Photo 2 – 6. Pagani, centre de rétention de 2005 à 2010

 

 lesbos

 

 

MALTE / dossier / Léa Lemaire

maltatravel

 Source : maltastar.com

Malte : île-sentinelle de l’Union européenne, Léa Lemaire, 2013

 

Malte_camps

 

Historiquement, Malte est un pays d’émigration et ne devient une terre d’immigration qu’au milieu des années 1970 (Bernardie 1999). Cependant, le problème de l’immigration irrégulière ne se construit sur l’île qu’à partir du moment où le micro-Etat devient une frontière extérieure de l’Union Européenne en 2004. Au début des années 2000, parallèlement à l’adhésion de Malte à l’Union, les routes de l’immigration irrégulière se transforment. Suite au contrôle renforcé des passages par les îles Canaries et Gibraltar, les itinéraires empruntés par les migrants se déplacent vers la Méditerranée centrale (Clochard 2009).

Depuis 2002, environ 16000 migrants sont arrivés à Malte par bateau. Originaires d’Afrique sub-saharienne, la majorité des nouveaux arrivants demande l’asile aux autorités maltaises. En tant que membre de l’Union européenne depuis 2004, Malte se doit d’appliquer le règlement Dublin II, qui détermine l’Etat responsable pour chaque demande d’asile déposée dans l’Union. L’Etat responsable étant généralement celui de première entrée, Malte est donc en charge de l’accueil et du contrôle de la quasi-totalité des demandeurs d’asile entrés dans l’Union par son territoire. Néanmoins, sur les 16000 arrivées, les estimations du gouvernement indiquent que seulement 4000 Sub-sahariens vivraient à Malte à l’heure actuelle.

Cependant, arguant de la vulnérabilité de l’île-frontière face aux arrivées de demandeurs d’asile, tant sur la scène nationale qu’européenne, les autorités maltaises ont développé un dispositif de type sécuritaire. Celui-ci vise d’une part à détenir de manière inconditionnelle toute personne arrivant sans document dans des casernes militaires (enfermement) ; d’autre part, il s’attache à sélectionner puis transférer des réfugiés de Malte vers d’autres Etats européens (ex-filtrage).

Les pratiques sécuritaires vis-à-vis de l’immigration ne font pas de Malte une exception. Les autorités nationales et européennes, depuis le milieu des années 1980, se sont engagées dans un travail politique visant à transformer l’immigration en menace (Bigo 1998). Le cas maltais est, cependant, spécifique en ce qu’il incarne la fabrique d’une île-sentinelle de l’Union européenne. Si l’île n’est pas sentinelle en soi, l’interaction entre un discours politique, des pratiques administratives et des expériences de vie de migrants, construit une atmosphère de contrôle total qui réifie les caractéristiques essentialisées de l’île comme un espace clos et isolé.

Références :

Bernardie, N.  « Malte Parfum d’Europe Souffle d’Afrique », Bordeaux, CRET, Coll. « Iles et Archipels » n°27, 1999.

Bigo, D. « Sécurité et immigration : vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures & Conflits, 1998, n°31-32, pp. 12-38.

Clochard, O. « Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires », Armand Colin, Paris, 2009.

Carte :     http://closethecamps.org/2013/11/24/malte

*

*

Malte, bibliographie sélective, Léa Lemaire, 2013

Articles scientifiques :

Debono D., 2013. “‘Less than human’: the detention of irregular immigrants in Malta” Race & Class 55: 60-81.

Durick H. E. 2012. “African Irregular Migrants in Malta: Exploring Perceptions and Renegotiating the Socio-Cultural Siege of Malta” Pursuit – The Journal of Undergraduate Research at the University of Tennessee: 4(1): 483-498.

Lutterbeck D., 2009. “SmallFrontierIsland: Malta and the Challenge of Irregular Immigration”, Medterranean Quarterly, 20: 119-144.

Mainwaring C., 2012. ‘Resisting distalisation? Malta and Cyprus’ influence on EU migration and asylum policies’. Refugee Survey Quarterly, special issue, 31(4): 38-66.

Mainwaring C., 2012. ‘Constructing a Crisis: The Role of Immigration Detention in Malta’. Population, Space and Place, special issue, 18(6): 687–700.

Mainwaring, C., 2008. ‘On the Edge of Exclusion: the changing nature of immigration in Cyprus and Malta’. The Cyprus Review, special issue, 20(2): 19-49.

Pisani M., 2012. “Addressing the ‘Citizenship Assumption’ in Critical Pedagogy: exploring the case of rejected female sub-Saharan African asylum seekers in Malta”, Power and Education Special Issue: Migration & Education, 4(2): 185‑195.

Pisani M., 2013. “‘We are going to fix your vagina, just the way we like it’: some reflections on the construction of [sub-Saharan] African female asylum seekers in Malta and their efforts to speak back”, Postcolonial Directions in Education, 2(1): 68-99.

Rodier C., & Teule C., 2005. “Enfermement des étrangers : l’Europe sous la menace du syndrome maltais”, Cultures & Conflits, (57) :119-155.

Articles de presse :

« La mort d’un migrant dans un fourgon de l’armée agite l’île de Malte », Geoffrey Le Guilcher, Les Inrocks, 14/07/2012 :

http://www.lesinrocks.com/2012/07/14/actualite/mort-migrant-fourgon-armee-agite-malte-11278322/

« Malte Alcatraz de l’Europe pour migrants africains », Geoffrey Le Guilcher et Basile  Lemaire,  Les Inrocks, 12/04/2012 :                                                                                     http://www.lesinrocks.com/2012/04/12/actualite/malte-alcatraz-de-leurope-pour-migrants-africains-11247479/

« Malte l’île-prison », Nathalie Bernardie-Tahir et Anne Blanchier, Le Monde Diplomatique, 08/11/2010 : http://blog.mondediplo.net/2010-11-08-Malte-l-ile-prison

« Réfugiés de Libye : les oubliés de Malte », Carine Fouteau, Mediapart, 08/06/2011 : http://www.mediapart.fr/journal/international/070611/refugies-de-libye-les-oublies-de-malte 

*

*

Voyage hétéropique à Hal Far, Malte, Léa Lemaire, septembre 2013

Hal Far Hangar
Hal Far Hangar

Les hétérotopies sont des lieux de nulle part, pourtant localisables. Des lieux « qui s’opposent à tous les autres, qui sont destinés en quelque sorte à les effacer, à les neutraliser ou à les purifier ». Ce sont « des  contre-espaces » (Michel Foucault, 1967).

Hal Far est une zone désertique sur une des îles les plus densément peuplées au monde. Ancienne base militaire, elle se trouve relativement proche de l’aéroport de Malte, au sud de l’île. Au début des années 2000, Hal Far est convertie en complexe d’accueil et d’enfermement pour migrants. Les casernes en pierres blanches, aux toits plats entourés de barrières et de fils barbelés, donnent à voir les vestiges de l’armée. La zone d’accueil est composée de cinq lieux : quatre centres ouverts et un centre de détention.

Aux abords du rond-point central d’Hal Far, se tient l’entrée de Lyster Barracks : une grille en métal foncé, un poste de contrôle et un soldat. Ce bâtiment militaire a été transformé en zone d’enfermement pour étrangers en 2002, au moment des négociations d’adhésion de Malte à l’Union européenne. En face de Lyster Barracks, de l’autre côté du rond point, ce qui était un champ en friche est devenu en 2006 un campement de tentes, baptisé Hal Far Tent Village. En 2012, les tentes ont été remplacées par des containers dans lesquels les résidents ont été transférés. Un peu plus bas, après le rond-point, deux casernes on été converties en centres d’accueil : l’un héberge des familles et l’autre des femmes. En contrebas, le long de la même route, se trouve Hal Far Hangar : un ancien hangar à avion où des populations migrantes ont été reçues à partir de 2008. Le hangar n’est plus un lieu d’accueil en tant que tel depuis 2012. En revanche, autour du bâtiment, ont aussi été disposés des containers où vivent toujours des migrants.

Aucun commerce ne se trouve à proximité des centres. Hal Far ne connait pas les embouteillages qui font le quotidien de Malte. La zone d’accueil est desservie par le bus X4 dont les apparitions sont peu fréquentes. La seule activité sociale à observer se trouve à l’arrêt de bus où se regroupent quelques personnages stoïques, dans l’attente du prochain passage pour La Valette.

Les photos ci-dessous ont été réalisées lors d’un terrain d’enquête à Malte, en septembre 2013, dans le cadre d’un doctorat et financé par le projet Médimurs. Les clichés ont été pris depuis l’extérieur des centres, de manière dissimulée, avec un iphone, et en compagnie d’un jeune nigérian.

(ndlr : Toutes les photos sont de Léa Lemaire)

« We are oil above water » (un migrant somalien résident du hangar, janvier 2010)

Lyster Barracks
Lyster Barracks
Women centre
Women centre
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Hangar
Hal Far Hangar
Bus Stop
Bus Stop

 

 

EGEE (ILES DE LA MER) / dossier

P1050545Un cimetière en mer Egée,  Giannis Elafrou,  I Kathimerini, Courrier international, 30 octobre 2013

(Crédit photo : Lisa Ritaine, 2012)

.

De plus en plus de réfugiés syriens meurent dans l’indifférence en tentant la traversée vers l’Europe.

« Le 19 mars 2013, sur une côte de Lesbos, en mer Egée, les corps d’une femme et de ses deux enfants ont été repêchés, ainsi que ceux d’une jeune femme enceinte de 17 ans, d’un mineur et d’un homme. Il s’agissait de réfugiés syriens.

Dans la barque qui les transportait, il y avait d’autres personnes, qui sont portées disparues. Parmi elles, une famille de cinq personnes, ainsi qu’un jeune homme de 14 ans. Tous vivaient en Grèce et avaient été contraints de retourner en Syrie à cause de la crise économique qui s’est abattue sur notre pays. Mais quand la guerre civile a éclaté en Syrie, ils ont décidé de faire le chemin en sens inverse pour revenir là où ils avaient vécu des années, là où sont nés leurs enfants et où ils ont grandi – sans pour autant obtenir des droits ou des papiers.

On ne s’intéresse pas assez à la douleur qui se cache derrière les mots “immigré clandestin” et les données statistiques sur les immigrants illégaux ou sur ceux qui ne sont pas arrivés dans notre pays parce qu’ils se sont noyés. La tragédie de Lampedusa a mis en lumière la situation horrifiante que l’on peut voir aux frontières maritimes de l’Union européenne et l’application d’une politique élaborée pour interdire l’approche de la “forteresse Europe” aux migrants et aux réfugiés. La mer Egée pourrait raconter de très nombreuses histoires dramatiques, puisque, depuis des années, elle est l’un des principaux itinéraires par lesquels les réseaux de passeurs acheminent les immigrés illégaux en Europe. » (…)

Lire la suite :

http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/30/

Voir aussi :

VIDEO : Greece grapples with illegal immigrants, Al Jazeera English

https://www.youtube.com/watch?v=Zw3eTgxzyO4&feature=player_Embedded

.

Soixante-et-un migrants se noient au large de la Turquie, Le Nouvel Observateur, 6/9/2012

Le naufrage d’un bateau chargé de migrants clandestins au large de la côte ouest de la Turquie a fait au moins 61 morts, dont des Palestiniens et des Syriens et pour moitié des enfants, apprend-on auprès des autorités locales…

Lire la suite : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120906.REU5310/soixante-et-un-migrants-se-noient-au-large-de-la-turquie.html

.

Systematic push backs of refugees at the Greek border, Pro Asyl, 2013

Pushbacks_web

Pro Asyl’s report “PUSHED BACK” reveals systematic push backs of refugees in the Aegean Sea, from GreekIslands and at the Greek-Turkish land border.

The majority of the victims are refugees from Syria – men, women, children, babies, and people suffering from severe illness – trying to enter Europe to seek international protection or to reunite with their families. While the EU publicly repeats its commitment to stand by Syrian refugees, their fundamental human rights are being violated at the European border.

According to the interviewees’ eyewitness accounts, it can be estimated that over 2,000 persons were pushed back, given the make-up of the groups they travelled with. The PRO ASYL report accuses the Greek government, the border police and the coastguard of these practices, and raises the question of wider European complicity.

Report « PUSHED BACK – systematic human rights violations against refugees in the aegean sea and at the greek-turkish land border » (pdf)

http://www.proasyl.de/en/home/

.

Walls of Shame. Accounts from the Inside: the Detention Centres of Evros, Pro Asyl, 2012

walls of shame

■ » Greece has been repeatedly criticised for its human rights violations,specifically for the appalling detention conditions for immigrants in the border region Evros.

Most important human rights institutions and organisationshave published reports condemning the fundamental deficits in the Greek reception and protection system.

Following this harsh criticism, the Greek government declared its commitment to improve the asylum and reception system and therefore announced a national Action Plan 2010. However, so far there have been almost no improvements. Human rights violations continue. What we have observed in Evros area is a multilevel deterrence system implemented by the Greek police and Frontex.

The detention in Evros is synonimous with brutality, despairand dehumanisation. In this case, calling an emergency of «mass-immigration» has given the Greek government and the EU an excuse for violating human dignity. »  (…)

 Download at :  http://www.proasyl.de/en/home/