Archives de catégorie : Iles de la mer Égée

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

A Perpignan, le Visa d’or 2016 au photographe Aris Messinis pour son travail sur les migrants, lemonde.fr avec AFP, 04/09/2016

http://www.lemonde.fr/photo/article/2016/09/04/a-perpignan-le-visa-d-or-au-photographe-aris-messinis-pour-son-travail-sur-les-migrants_4992259_4789037.html#yEv7gFup8ePCIzpP.99

Lesbos (Grèce) – “Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin.” (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix

Crédit photo : Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

 

Stephanos Mangriotis, Blue Sky from Pain, Film, 2016 (programme Médimurs)

afficheBlueSky_INT

 

STEPHANOS MANGRIOTIS, BLUE SKY FROM PAIN,

collaboration : Hyacinthe Pavlides, Laurence Pillant

Film, 2016

Argument : http://www.dekadrage.org/archeologie-dune-frontie/

Présentation : dossierBlueSkyFromPain

***

After many festival selections, the Stephanos Mangriotis short film is in the official selection of the International Film Festival Rotterdam 2017 in the « Cardinal Directions » section.

TRAILER / https://vimeo.com/dekadrage/blueskytrailer

Past Festival Sélections

– Jean Rouch International Film Festival, November 2016, Paris, France.

– Carthage Film Festival, November 2016, Tunis, Tunisia.

– Jihlava International Documentary Film Festival, October 2016, Jihlava, Czech Republic.

– European Short Film Festival, « Un festival c’est trop court! », October 2016, Nice, France.

– International Short Film Festival Psarokokalo, September 2016, Athens, Greece.

– International Short Film Festival in Drama, September 2016, Drama, Greece.

– AegeanDocs, International Documentary Festival, October 2016, Lesvos, Greece.

***

LE PROJET :

Archéologie d’une frontière, projet multimedia, 2014

STEPHANOS MANGRIOTIS, LAURENCE PILLANT

Les traces et la mémoire de l’enfermement à la frontière gréco-turque

.

archéologie d'une frontière_MONTAGE 

La frontière est une construction territoriale qui introduit de la distance dans la proximité. Son «effet de miroir» ouvre une fenêtre d’observation sur la société qui l’a construite. Ce construit socio-historique est en constante évolution et redéfinition, il doit donc être compris comme dynamique et évolutif.

Ainsi la frontière gréco-turque a connu de grandes transformations ces dix dernières années. Ligne de démarcation entre deux pays aux querelles encore vives, cet espace fut longtemps surveillé et contrôlé militairement. Le début des années 2000 voit un nombre de franchissements clandestins toujours plus important. Le contexte européano-grec de répression de la migration irrégulière entraîne une « policiarisation » du contrôle migratoire. D’un contrôle militaire, la frontière voit naître un contrôle policier de plus en plus marqué. Ces transformations rapides se soldent par la naissance d’une vingtaine de lieux d’enfermement pour migrants. Sujets à des évolutions très importantes, ces lieux d’enfermement connaissent une durée de vie variable allant de quelques jours à quelques années. Du camp de fortune dans les premiers temps, au centre de rétention institutionnalisé, les lieux d’enfermement peuvent être définis par leur pluralité : entrepôt, usine, ancienne prison, commissariat, hôtel, etc.

Pour une archéologie de la frontière

Une recherche amorcée en 2009 sur les politiques migratoires européennes à la frontière gréco-turque a conduit à la découverte de lieux d’enfermement qui ne sont plus en activité. Travailler sur ces lieux présente trois intérêts majeurs :

1-D’abord par la quantité d’informations témoignées par les migrants eux-même à travers des graffitis exprimant par exemple les durées d’enfermement.

2-Ensuite par leur forme ; les traces qu’ils laissent dans le paysage conduisent aujourd’hui aux prémisses d’un travail d’archéologie de la frontière. Effets non voulus des politiques migratoires frontalières, ces lieux sont abandonnés car remplacés ou désuets par leurs conditions de rétention, l’absence de flux migratoire, l’arrêt des contrôles, etc. Ces lieux désertés sont tous autant de traces éphémères d’un phénomène encore présent inscrit dans un paysage en constante évolution.

3-Photographier ces lieux abandonnés et vides permet d’avoir un regard qui sort des images sensationnelles et «humanistes» abondamment véhiculées par les médias. L’absence d’individu semble pouvoir retranscrire une réalité passée mais toujours vive, tout en permettant au spectateur une appréhension sensible de l’enfermement.

L’incroyable rapidité et flexibilité des flux migratoires autour de la Méditerranée, les changements de routes migratoires et l’effet de canalisation de ces flux par les politiques migratoires européennes, conduisent à la fermeture et l’ouverture de lieux de privation de liberté pour migrants. La trace laissée dans les sociétés qui sont traversées par ces lieux est peu exploitée. Pourtant ils semblent avoir marqué à la fois les sociétés d’accueil mais aussi les migrants qui y ont transité.

 Comment retranscrire une réalité passée ?

 L’enfermement mobilise de nombreux acteurs. Des migrants aux autorités, il sera important de récolter leurs témoignages (audio, vidéo, écrit). Un travail de recherche des acteurs anciennement impliqués devra être effectué en amont pour chacun des lieux en question. A l’heure actuelle, cinq lieux sont privilégiés du fait de leur ancienneté et de leur hétérogénéité, présentant ainsi un large éventail de situations existantes. Ainsi les périphéries de Samos, d’Evros, de Lesbos et de Chios seront visitées.

 Les différentes traces recueillies prendront la forme d’entretiens filmés, de témoignages enregistrés et de photographies. À ces traces recueillies seront apposés des textes et dessins réalisés par des migrants et des employés de lieux d’enfermement. Ce matériel aboutira à la réalisation d’une vidéo multimédia et d’une exposition photographique accompagnée de légendes, textes, cartes et croquis de lieux visités. 

Archéologie d’une Frontière – TEASER from Dekadrage Projects on Vimeo.

 Présentation des réalisateurs:

A l’origine de ce projet il y a une rencontre entre un photographe et une géographe ayant une sensibilité partagée sur les questions relatives à la migration contemporaine en Grèce et l’envie d’un échange trans-disciplinaire. Un projet commun sur ces thématiques a donné lieu à l’ouvrage Europa Inch’Allah en 2011, qui aborde l’attente des migrants à Patras. Stéphanos Mangriotis est photographe indépendant, membre et co-fondateur du collectif Dekadrage à Marseille. Dans son travail sur les frontières et la migration, il cherche à être en prise avec une réalité sociale et aborde ces sujets d’une façon sensible et parfois symbolique. Laurence Pillant est doctorante en géographie à l’université de Harokopio et d’Aix-Marseille, elle travaille sur les nouveaux espaces et formes du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque.

Galerie :

illustrations @S. Mangriotis, programme Médimurs

L‘île de Lesbos débordée par les réfugiés, euronews, 11/12/2015

 

Le signe de la paix dessinée avec des gilets de sauvetage échoués sur la côte de Lesbos, opération Greenpeace et MSF.
Le signe de la paix dessinée avec des gilets de sauvetage échoués sur la côte de Lesbos, opération Greenpeace et MSF.

 

“La côte de l‘île grecque de Lesbos est couverte de points orange, des gilets de sauvetage abandonnés par les réfugiés à leur arrivée. Parfois ce sont des canots de trafiquants qui sont laissés de la sorte.

Selon le HCR, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 647 000 personnes ont rejoint la Grèce par mer cette année. Parmi eux 370 000 sont arrivés à Lesbos. En octobre l‘île a compté plus de 210 000 arrivées, un chiffre bien supérieur aux 7 400 personnes comptabilisées l’année dernière à la même époque.

Pour les autorités grecques l’aide aux demandeurs d’asile est difficile à gérer. Pour le responsable du centre d’accueil de l‘île, la priorité pour ces personnes est de trouver un environnement qui « leur permet de se reposer. Ces gens ont fait un voyage inimaginable dans des circonstances inhumaines qui vont au-delà de ce qui est pensable », précise Athanasios Papathemelis. (…)”

http://fr.euronews.com/2015/11/12/l-ile-de-lesbos-debordee-par-les-refugies/

Scenes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS
Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

Lesbos (Grèce) – “Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif  sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin.” (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix