Archives de catégorie : ILES Méd.

Jérôme Gautheret, L’Italie, seule dans la tempête migratoire, lemonde.fr, 23.02.2018

« Sur les 600 000 migrants arrivés en Italie, la plupart ont traversé la Méditerranée. Des milliers d’autres y ont péri. L’île de Lampedusa, avant-poste de l’accueil, est débordée par cette crise humanitaire étroitement liée au chaos sévissant en Libye.

(…)  L’Italie prise au piège

Pour Rome, les chiffres des secours en mer sont bien sûr préoccupants. Mais ils ne disent pas tout du problème. L’essentiel est ailleurs : depuis la fin de 2013, les pays limitrophes de l’Italie (France et Autriche) ont rétabli les contrôles à leurs frontières.

Là où, jusqu’alors, l’écrasante majorité des migrants empruntant la route de la Méditerranée centrale ne faisaient que traverser le pays en direction du nord de l’Europe, ils se trouvent désormais bloqués sur le sol italien, provoquant en quelques années l’engorgement de toutes les structures d’accueil. Et les appels répétés à la solidarité européenne se heurtent à l’indifférence des partenaires de l’Italie, qui eux-mêmes doivent composer avec leurs opinions publiques, devenues très hostiles aux migrants.

Considéré jusque-là comme un impératif moral par une large part de la population, l’accueil des demandeurs d’asile est l’objet de critiques croissantes. En 2015, en marge du scandale « Mafia capitale », qui secoue l’administration de la commune de Rome, l’Italie découvre que plusieurs coopératives chargées de nourrir et d’héberger les migrants se sont indûment enrichies. S’installe dans les esprits une idée dévastatrice : l’accueil des réfugiés est un « business » juteux plus qu’une œuvre humanitaire. » (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/23/l-italie-seule-dans-la-tempete-migratoire_5261553_3210.html#B8uGAl6gHM0JGvdT.99

Illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs

Guido Nicolosi, Lampedusa. Les damnés de la mer, Editions de l’Aube, 2017

 « Lampedusa est devenue un îlot d’espoir pour les damnés de la mer, et un miroir pour l’Europe et ses valeurs. Guido Nicolosi nous offre un ouvrage très intéressant, car pour traiter des drames des migrants et des réfugiés qui débarquent dans des conditions dramatiques au sud de l’Italie, il considère les imaginaires et les représentations sociales des acteurs et des observateurs, notamment des médias. À la carte territoriale et physique, Guido Nicolosi superpose les cartes mentales. Telle est la grande originalité de sa démarche qui confronte les imaginaires des acteurs à différents niveaux. » Pierre Musso

 « Le livre de Guido Nicolosi s’ouvre sur le drame lui-même, sur la tragédie vécue et restituée par l’enquête. Comment les habitants de l’île pourraient-ils sortir indemnes d’une telle expérience ? Le drame de Lampedusa et des ­nau­fragés est l’occasion d’une réflexion sur les migrations et les questions de territoire. » Valérie Souffron

(ed.)

Guido Nicolosi est un sociologue et spécialiste des médias sicilien. Il enseigne à l’université de Catane, et il est membre associé au Cetcopra, Paris-1

Lampedusa, il garante dei detenuti: « L’hotspot per migranti trasformato in un carcere indecoroso », repubblica.it, 24/01/2018

Mauro Palma è stato in visita sull’isola: « I ragazzi non possono uscire, sembra un istituto di reclusione »

« E’ inaccettabile che nell’hospot di Lampedusa dopo un anno dalla nostra denuncia ci siano ancora i water senza porte e materassi sporchi ». E’ quanto dice Mauro Palma, Garante nazionale dei detenuti di ritorno dalla visita all’hotspot di Lampedusa. « La situazione più preoccupante che ho trovato – dice Palma a Palermo per incontrare la stampa – è che le condizioni trovate nel centro sono le stesse di un anno fa e che già avevamo denunciato al Ministero dell’Interno. Tutte le indicazioni di miglioramento che avevamo proposto non sono state fatte. Avevamo chiesto che gli ambienti fossero decorosi. E’ inaccettabile in Europa avere ancora bagni alla turca senza porte. Così come i materassi su cui non ci poggeremmo mai sopra. Questo non toglie nulla alla professionalità delle persone ma gli standard vanno mantenuti ». (…)

http://palermo.repubblica.it/cronaca/2018/01/24/news/lampedusa_il_garante_dei_detenuti_l_hotspot_per_migranti_e_indecoroso_-187157588/?ref=RHRS-BH-I0-C6-P3-S1.6-T1

Eric Valmir, Pêcheurs d’hommes, Paris, Robert Laffont, 2018

  « « Moi, c’est Nicolo. J’aurai bientôt vingt-cinq ans et jamais je ne quitterai Lampedusa. C’est mon île au centre de la mer. »

Au cœur de la Méditerranée, entre Afrique et Europe, Lampedusa, symbole de l’une des plus grandes hontes contemporaines : au fil des années, ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la guerre et la misère, ceux qu’on appelle aujourd’hui « les migrants », venus s’échouer, souvent mourir, sur ses côtes. Lampedusa, des paysages d’une beauté paradisiaque sous la sublime lumière du sud de l’Italie, mais mauvaise réputation, donc. Maudite ? Mal aimée, mal comprise en tout cas. Nicolo aurait toutes les raisons de la détester, cette île qui a rendu son père fou – parce que « son métier, c’était d’attraper des poissons, pas de pêcher des hommes ». Mais il choisit de nous la raconter, elle et ses habitants, à travers son regard de petit garçon puis de jeune homme confronté à l’indifférence du monde mais déterminé à sauvegarder sa beauté.

Déclaration d’amour à la terre natale, Pêcheurs d’hommes est à la fois un portrait intime, éclatant de couleurs et de soleil, et une fresque qui nous interroge sur le monde que nous voulons.

Éric Valmir a été le correspondant de Radio France en Italie pendant 5 ans. Installé à Rome, il couvre toute l’actualité italienne, produit et réalise la série radiophonique « Ciao Ragazzi » et commence à écrire Magari. Rentré à Paris, il anime depuis septembre 2011 sur France Inter un rendez-vous matinal politique « Les jeunes dans la présidentielle », qui connaît rapidement un succès d’audience. Il est également l’auteur, chez Robert Laffont, de Toute une nuit (2005), De la difficulté d’évoquer Dieu dans un monde qui pense ne pas en avoir besoin (entretiens avec le cardinal Oscar Rodríguez Maradiaga, 2008), et de Italie, belle et impossible (2011) chez Editalie ».

(source : éditeur)

 http://www.laffont.fr/site/pecheurs_d_hommes_&100&9782221202623.html

 

 

Marina Rafenberg, A Lesbos, le cauchemar des réfugiés de Moria, lemonde.fr, 13/12/2017

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, le camp situé sur l’île grecque en abrite plus de 6 700.

« Sur un mur, un graffiti « Bienvenue en prison » donne le ton. Au milieu des champs d’oliviers de Lesbos, le camp de Moria est entouré de barbelés, surveillé par la police, interdit théoriquement aux journalistes. Le site est l’un des cinq « hotspots » de Grèce, où les réfugiés sont entassés le temps que leurs demandes d’asile soient étudiées.

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, il abrite désormais plus de 6 700 réfugiés, d’après les chiffres du ministère grec de l’immigration. Alors que l’accord UE-Turquie du 20 mars 2016 avait pratiquement mis fin aux traversées, depuis le mois d’août les arrivées sont à nouveau régulières : 15 800 personnes ont accosté sur les côtes de l’île grecque en quatre mois, surtout des familles, originaires de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan d’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Certes, en août 2015, 3 000 réfugiés pouvaient débarquer à Lesbos en une journée, mais la route vers Athènes était alors libre, et les réfugiés ne restaient que quelques jours sur l’île.

Dans le camp, à l’approche de l’hiver, aucun chauffage n’a été installé. Lors de pluies importantes, les tentes sont inondées. L’eau courante n’est à disposition que deux ou trois heures par jour. Les ordures s’entassent et les toilettes sont dans un état affligeant. Plusieurs ONG n’opèrent plus à l’intérieur de l’enceinte, le gouvernement gère directement tous les services. « Les médecins sont peu disponibles, et d’habitude, ils ne te donnent même pas un antidouleur », soupire Anin, une jeune Syrienne de Deir ez-Zor qui souffre des dents.

« Ce camp à la porte de l’Europe est bien pire que ceux que j’ai pu visiter en Turquie, au Liban, en Jordanie ! », lance un humanitaire en mission. « Nous sommes traités comme des animaux », s’énerve Mustafa, un Palestinien de Yarmouk, en Syrie. »   (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/13/a-lesbos-le-cauchemar-des-refugies-de-moria_5229015_3214.html#0uhZyYHCUBUDJSfb.99

photo @Laurence Pillant, Lesbos, 2013 (programme Médimurs)