Archives de catégorie : Migrants à la mer

Evelyne Ritaine, Blessures de frontières sur le chemin de migration, in Actes de la journée d’étude Orspere-Samdarra “Vulnérabilités et demande d’asile”, 6/12/2017, Lyon

“En quoi le chemin de migration est-il, pour le migrant irrégulier, une série d’épreuves infligées à/par son corps ?

Nous savons tous, et je n’y reviens pas, que ceux qui s’exilent partent pour fuir des conditions de vie dramatiques. Ils sont déjà marqués de ce sceau tragique. Le parcours clandestin qui est, en outre, imposé à celles et ceux qui partent de façon irrégulière est, à son tour, porteur de nouvelles blessures, l’actualité nous le rappelle tous les jours. Il s’agit ici pour nous d’analyser les conditions de ce voyage irrégulier, pour qu’ensuite d’autres en élucident les possibles traumatismes.”  (…)

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf

ilustration @Lisa Ritaine, avec son aimable autorisation

Niamh McIntyre and Mark Rice-Oxley, The List :It’s 34,361 and rising: how the List tallies Europe’s migrant bodycount, theguardian.com, 20/06/2018

The deaths do not just occur at sea – but in detention blocks, asylum units and even town centres. Here’s how the List is put together.

(…) “Because the data is not comprehensive, as we don’t have records of every incident, the true death toll is certain to be much higher.

“We have no way of knowing the actual number of deaths, but this does show there has been a gradual and very steady increase,” says Thomas Spijkerboer, professor of Migration Law at Vrije Universiteit Amsterdam. “The major significance of the List is in its signals. It shows that this has been ongoing for 25 years and the people who pretend to be shocked now should have been shocked a long time ago.”” (…)

The List :A project distributing a list of the refugees and migrants who have died trying to reach Europe, compiled by United for Intercultural Action, and in association with the Chisenhale Gallery in London and the Liverpool Biennial

Download a PDF of the List here

https://www.theguardian.com/world/2018/jun/20/the-list-europe-migrant-bodycount

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa,2015, programme Médimurs.
Mimmo Paladino,Porta di Lampedusa, Porta d'Europa,  2008

Actes de la journée d’étude Orpsere-Samdarra « Vulnérabilités et demande d’asile «, le 6 décembre 2017 (Lyon)

  Argumentaire :

“Les directives européennes Procédures (Directive 2013/33/UE) transposées en droit interne soulignent la nécessité d’évaluer et de prendre en compte la vulnérabilité des demandeurs d’asile. Appliquée en France lors de la réforme de juillet 2015, la question de la vulnérabilité devient centrale dans la procédure d’asile.

Que recouvre la notion de vulnérabilité ? Comment l’évaluer ? Qui sont les personnes dites vulnérables ? La directive Procédures établit une liste, non exhaustive, de critères de vulnérabilité des demandeurs « du fait notamment de leur âge, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, d’un handicap, d’une maladie grave, de troubles mentaux, ou de conséquences de tortures, de viols, ou d’autres formes graves de violences psychologiques, physiques ou sexuelles ». Quel est l’effet de cette détection sur la procédure de demande d’asile ? Quid des personnes qui ne sont pas considérées comme vulnérables ? Les procédures de détection, telles qu’elles ont été mises en place, permettent-elles de diagnostiquer des vulnérabilités peu visibles mais bien présentes ? Qu’en est-il de la prise en compte de la souffrance psychique et de l’accès aux soins en santé mentale ?

Du côté des personnes migrantes concernées, il existe un enjeu à faire valoir ses souffrances. Les dispositifs cliniques qui travaillent à la restauration de la subjectivité mettent en avant le fait que les personnes rencontrées en consultation sont souvent résilientes. Le fait d’apposer le qualificatif de vulnérable à la personne ne risque-t-il pas de l’« incapaciter » ? N’y a-t-il pas un risque de stigmatisation ? Ou bien au contraire, cela offre-t-il la possibilité d’un processus de reconnaissance sociale ?

Du côté des professionnels de santé, il existe un réel malaise à rédiger des certificats de vulnérabilité. Certains critiquent une instrumentalisation de la pratique clinique à des fins politiques et dénoncent le risque de discriminer certains demandeurs d’asile par rapport à d’autres. Les soignants craignent d’être débordés par des démarches administratives.”

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf

 

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, La Voix de ceux qui crient, Paris, Albin Michel, 2018

“Si des hommes et des femmes demandent l’asile à la France, c’est parce qu’ils cherchent un lieu inviolable où se réfugier. En danger de mort, ils ont dû quitter leur pays après avoir été pourchassés, persécutés, emprisonnés, torturés.

Désormais, ils vivent auprès de nous, et nous ne connaissons pas leur histoire. Autour d’eux comme en eux règne un désert de parole : personne ne prend le temps de les écouter, et s’ils crient dans leurs cauchemars ou lorsque leurs tragédies surgissent à leur conscience, leur voix singulière est perdue, étranglée de violence, de peur et de fatigue.

Depuis 2010, à l’hôpital Avicenne de Bobigny, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky rencontre ces hommes et ces femmes à bout de souffle. Elle rapporte ici les paroles qui lui ont été confiées dans le vif de la consultation. Et révèle comment, dans ce cadre, les demandeurs d’asile se mettent en quête de retrouver leur voix. Conquérant peu à peu la capacité de raconter leur vie, ils regagnent alors celle d’en avoir une…

Le migrant n’est pas une figure transitoire de notre société. Sa présence questionne la mise en pratique de nos valeurs. Par son ampleur éclairante, la pensée de l’anthropologue et psychologue clinicienne s’impose pour aborder la question du lien social et politique et celle de la place de l’étranger dans la France du XXIe siècle.”  (présentation éditeur)

Voir aussi :

https://nle.hypotheses.org/4462

Daniel Howden, Why Journalists Covering the Refugee Crisis Face Moral Injury, newsdeeply.com , April 23, 2018

The refugee crisis saw many journalists confronted with trauma and hypocrisy on their home turf. Professor Anthony Feinstein discusses his latest work on the effects on those involved and their wider relevance.

“In 2016, the renowned psychiatrist Anthony Feinstein was approached by Hannah Storm, director of the International News Safety Institute. She was concerned at some of the personal accounts she was hearing from journalists working on what was then known as Europe’s refugee crisis.

Feinstein pioneered the study of the effects of conflict reporting on the psychological well-being of journalists. Storm wanted him to conduct a new study looking at the impact of the refugee crisis on those covering it.

A professor at the University of Toronto, Feinstein’s previous work with reporters was turned into the documentary “Journalists Under Fire” which was short-listed for an Academy Award and won a 2012 Peabody Award.

The South African-born professor helped to broaden the understanding of the relationship between post-traumatic stress disorder (PTSD) and front-line reporting. But in the case of the refugee crisis, he was curious about the role that a less well-understood condition, “moral injury,” might be playing.

A concept familiar to the U.S. and other militaries involved in Iraq, the condition would prove to be prevalent among the journalists working on refugee stories who took part in the survey.

The resulting study, co-authored by Hannah Storm and Bennis Pavisian, was published by the Journal of the Royal Society of Medicine. Here, Feinstein discusses his findings and their wider relevance.”   (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/04/23/why-journalists-covering-the-refugee-crisis-face-moral-injury

 

illustration : https://pxhere.com/en/photo/948785

CC0 Public Domain