Archives de catégorie : Migrants à la mer

Pierre Micheletti, L’“Aquarius” est le symbole du naufrage de l’Europe politique, lemonde.fr, 23/08/2018

« Dans une tribune au « Monde », Pierre Micheletti, vice-président d’Action contre la faim, estime que le périple du bateau humanitaire illustre le déni, par l’UE, du droit international des réfugiés qu’elle a elle-même établi. »

(…) « Car, bien involontairement, l’Aquarius est devenu une double figure symbolique : celle d’une dérive dans l’application ou plutôt la non-application du droit international et celle du naufrage de l’Europe politique.

La dérive vis-à-vis des textes du droit international, en particulier le déni de celui de la convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés – complétée par le protocole de 1967 –, est patente.

Comme si ce texte n’était pas assez explicite ! Selon son article premier, « (…) le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Quant à l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il dispose que « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »  (…)

Les dirigeants européens réduisent l’accueil à une démarche compassionnelle, laissée à l’appréciation, à la bonne volonté, et à la « générosité » propres à chacun des Etats membres. En occultant le fait que la politique d’asile relève du droit et d’une absolue cohérence politique. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/08/23/l-aquarius-est-le-symbole-du-naufrage-de-l-europe-politique_5345213_3232.html

illustration : S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Jérôme Gautheret, Migrants : « Le gros des opérations de secours est fait par des navires marchands ou militaires », lemonde.fr, 22/06/2018

« Les navires humanitaires ne représentent que 10 % des prises en charge. Jérôme Gautheret, notre correspondant à Rome, rappelle l’obligation de porter secours aux navires en détresse. »

(…) « Les rodomontades de M. Salvini n’y changeront pas grand-chose : même sans la présence des ONG, les impératifs du droit de la mer subsistent. En premier lieu, un principe universel, rappelé par la convention de Montego Bay, en 1982 : celui de l’obligation absolue de porter secours aux navires en détresse.

Opération à hauts risques

Qui prétendrait que des navires pneumatiques de 10 mètres de long sur lesquels s’entassent en moyenne plus de 100 migrants puissent être considérés autrement ? Dans tous les cas, leur autonomie est très inférieure à ce qui serait nécessaire pour atteindre les côtes italiennes, et la zone dite de « Search and Rescue » (SAR), sur laquelle le centre de coordination des opérations de sauvetage (MRCC) de Rome a autorité, est du ressort des autorités italiennes. Donc, ONG ou pas, l’Italie conservera la responsabilité d’agir dans le canal de Sicile.

L’hystérisation actuelle du débat sur l’action des ONG est difficilement compréhensible. Même au plus fort de leur présence en mer – au début de l’été 2017, une douzaine de navires croisaient au large des côtes africaines –, les humanitaires n’ont jamais effectué la majorité des secours. Depuis le début 2018, ils ne représentent plus que 10 % à peine des prises en charge. Le gros des opérations est fait par des navires marchands, déroutés sur ordre du MRCC de Rome, ou par des navires militaires.

En revanche, les bateaux d’ONG, mieux équipés, sont souvent utilisés pour les actions de transbordement : par exemple, l’Aquarius, avec ses quatre ponts et son équipe médicale, est bien mieux adapté qu’un navire comme le VOS-Thalassa (support technique de plate-forme pétrolière), souvent réquisitionné par le MRCC, ou l’USS Trenton, de l’armée américaine.

En l’absence des navires humanitaires, ce sont donc des unités de marine marchande qui seront plus souvent réquisitionnées. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/06/22/migrants-l-hysterisation-du-debat-sur-l-action-des-ong-en-mer-est-difficilement-comprehensible_5319728_3232.html

illustration @S. Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Evelyne Ritaine, Blessures de frontières sur le chemin de migration, in Actes de la journée d’étude Orspere-Samdarra « Vulnérabilités et demande d’asile », 6/12/2017, Lyon

« En quoi le chemin de migration est-il, pour le migrant irrégulier, une série d’épreuves infligées à/par son corps ?

Nous savons tous, et je n’y reviens pas, que ceux qui s’exilent partent pour fuir des conditions de vie dramatiques. Ils sont déjà marqués de ce sceau tragique. Le parcours clandestin qui est, en outre, imposé à celles et ceux qui partent de façon irrégulière est, à son tour, porteur de nouvelles blessures, l’actualité nous le rappelle tous les jours. Il s’agit ici pour nous d’analyser les conditions de ce voyage irrégulier, pour qu’ensuite d’autres en élucident les possibles traumatismes. »  (…)

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf

ilustration @Lisa Ritaine, avec son aimable autorisation

Niamh McIntyre and Mark Rice-Oxley, The List :It’s 34,361 and rising: how the List tallies Europe’s migrant bodycount, theguardian.com, 20/06/2018

The deaths do not just occur at sea – but in detention blocks, asylum units and even town centres. Here’s how the List is put together.

(…) « Because the data is not comprehensive, as we don’t have records of every incident, the true death toll is certain to be much higher.

“We have no way of knowing the actual number of deaths, but this does show there has been a gradual and very steady increase,” says Thomas Spijkerboer, professor of Migration Law at Vrije Universiteit Amsterdam. “The major significance of the List is in its signals. It shows that this has been ongoing for 25 years and the people who pretend to be shocked now should have been shocked a long time ago.” » (…)

The List :A project distributing a list of the refugees and migrants who have died trying to reach Europe, compiled by United for Intercultural Action, and in association with the Chisenhale Gallery in London and the Liverpool Biennial

Download a PDF of the List here

https://www.theguardian.com/world/2018/jun/20/the-list-europe-migrant-bodycount

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa,2015, programme Médimurs.
Mimmo Paladino,Porta di Lampedusa, Porta d'Europa,  2008

Actes de la journée d’étude Orpsere-Samdarra « Vulnérabilités et demande d’asile «, le 6 décembre 2017 (Lyon)

  Argumentaire :

« Les directives européennes Procédures (Directive 2013/33/UE) transposées en droit interne soulignent la nécessité d’évaluer et de prendre en compte la vulnérabilité des demandeurs d’asile. Appliquée en France lors de la réforme de juillet 2015, la question de la vulnérabilité devient centrale dans la procédure d’asile.

Que recouvre la notion de vulnérabilité ? Comment l’évaluer ? Qui sont les personnes dites vulnérables ? La directive Procédures établit une liste, non exhaustive, de critères de vulnérabilité des demandeurs « du fait notamment de leur âge, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, d’un handicap, d’une maladie grave, de troubles mentaux, ou de conséquences de tortures, de viols, ou d’autres formes graves de violences psychologiques, physiques ou sexuelles ». Quel est l’effet de cette détection sur la procédure de demande d’asile ? Quid des personnes qui ne sont pas considérées comme vulnérables ? Les procédures de détection, telles qu’elles ont été mises en place, permettent-elles de diagnostiquer des vulnérabilités peu visibles mais bien présentes ? Qu’en est-il de la prise en compte de la souffrance psychique et de l’accès aux soins en santé mentale ?

Du côté des personnes migrantes concernées, il existe un enjeu à faire valoir ses souffrances. Les dispositifs cliniques qui travaillent à la restauration de la subjectivité mettent en avant le fait que les personnes rencontrées en consultation sont souvent résilientes. Le fait d’apposer le qualificatif de vulnérable à la personne ne risque-t-il pas de l’« incapaciter » ? N’y a-t-il pas un risque de stigmatisation ? Ou bien au contraire, cela offre-t-il la possibilité d’un processus de reconnaissance sociale ?

Du côté des professionnels de santé, il existe un réel malaise à rédiger des certificats de vulnérabilité. Certains critiquent une instrumentalisation de la pratique clinique à des fins politiques et dénoncent le risque de discriminer certains demandeurs d’asile par rapport à d’autres. Les soignants craignent d’être débordés par des démarches administratives. »

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf