Archives de catégorie : BALKANS routes

Beste İşleyen,Turkey’s governance of irregular migration at European Union borders, Environment and Planning D, 2018

Beste İşleyen, »Turkey’s governance of irregular migration at European Union borders: Emerging geographies of care and control »,  Environment and Planning D: Society and Space, March 2018

Abstract

« Combining insights from critical studies on humanitarianism and scholarly work emphasising everyday practices, this study examines Turkish policing of human mobility at European Union borders in two border cities: Edirne and İzmir. Through a focus on the central understandings, justifications and operational responses by Turkish border officials, the article highlights the intertwinement of care and control as inherent to humanitarianism in the daily governance of mobile populations at Turkey’s western borders. In so doing, the findings draw attention to discursive articulations and practices, while pointing to their moral, emotional and cultural elements. The article advances the literature by underlining the centrality of geography in impacting on the logics and practices of governing mobility within the territory of the nation state. The findings also underscore variations in border practices and the embodiment of humanitarianism between the two border cities under investigation as well as across the country. In addition, the article adds to debates on the emerging spaces of humanitarianism by bringing into focus the operation of humanitarian border policing in Turkey before departure and/or after the unsuccessful attempt of border crossing. »

Keywords: Turkey, the European Union, irregular migration, humanitarianism, border governance

PDF :

https://doi.org/10.1177/0263775818762132

Marina Rafenberg, A Lesbos, le cauchemar des réfugiés de Moria, lemonde.fr, 13/12/2017

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, le camp situé sur l’île grecque en abrite plus de 6 700.

« Sur un mur, un graffiti « Bienvenue en prison » donne le ton. Au milieu des champs d’oliviers de Lesbos, le camp de Moria est entouré de barbelés, surveillé par la police, interdit théoriquement aux journalistes. Le site est l’un des cinq « hotspots » de Grèce, où les réfugiés sont entassés le temps que leurs demandes d’asile soient étudiées.

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, il abrite désormais plus de 6 700 réfugiés, d’après les chiffres du ministère grec de l’immigration. Alors que l’accord UE-Turquie du 20 mars 2016 avait pratiquement mis fin aux traversées, depuis le mois d’août les arrivées sont à nouveau régulières : 15 800 personnes ont accosté sur les côtes de l’île grecque en quatre mois, surtout des familles, originaires de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan d’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Certes, en août 2015, 3 000 réfugiés pouvaient débarquer à Lesbos en une journée, mais la route vers Athènes était alors libre, et les réfugiés ne restaient que quelques jours sur l’île.

Dans le camp, à l’approche de l’hiver, aucun chauffage n’a été installé. Lors de pluies importantes, les tentes sont inondées. L’eau courante n’est à disposition que deux ou trois heures par jour. Les ordures s’entassent et les toilettes sont dans un état affligeant. Plusieurs ONG n’opèrent plus à l’intérieur de l’enceinte, le gouvernement gère directement tous les services. « Les médecins sont peu disponibles, et d’habitude, ils ne te donnent même pas un antidouleur », soupire Anin, une jeune Syrienne de Deir ez-Zor qui souffre des dents.

« Ce camp à la porte de l’Europe est bien pire que ceux que j’ai pu visiter en Turquie, au Liban, en Jordanie ! », lance un humanitaire en mission. « Nous sommes traités comme des animaux », s’énerve Mustafa, un Palestinien de Yarmouk, en Syrie. »   (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/13/a-lesbos-le-cauchemar-des-refugies-de-moria_5229015_3214.html#0uhZyYHCUBUDJSfb.99

photo @Laurence Pillant, Lesbos, 2013 (programme Médimurs)