Archives de catégorie : MEDIMURS

La rubrique MEDIMURS est consacrée à la frontière européenne en Méditerranée, telle qu’elle s’incarne en Espagne, Italie, Grèce, à Malte et à Chypre, dans les opérations de l’agence FRONTEX et du programme EUROSUR en Méditerranée, ainsi qu’aux effets des contrôles frontaliers pour les pays de la rive sud de la Méditerranée.
Elle s’appuie sur le programme de recherche Médimurs financé par le Conseil régional d’Aquitaine (2012-2015) et réalisé au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).
L’équipe de recherche est composée de : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis, P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine (dir.), L. Tassin.

Pierre Micheletti, L’“Aquarius” est le symbole du naufrage de l’Europe politique, lemonde.fr, 23/08/2018

« Dans une tribune au « Monde », Pierre Micheletti, vice-président d’Action contre la faim, estime que le périple du bateau humanitaire illustre le déni, par l’UE, du droit international des réfugiés qu’elle a elle-même établi. »

(…) « Car, bien involontairement, l’Aquarius est devenu une double figure symbolique : celle d’une dérive dans l’application ou plutôt la non-application du droit international et celle du naufrage de l’Europe politique.

La dérive vis-à-vis des textes du droit international, en particulier le déni de celui de la convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés – complétée par le protocole de 1967 –, est patente.

Comme si ce texte n’était pas assez explicite ! Selon son article premier, « (…) le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Quant à l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il dispose que « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »  (…)

Les dirigeants européens réduisent l’accueil à une démarche compassionnelle, laissée à l’appréciation, à la bonne volonté, et à la « générosité » propres à chacun des Etats membres. En occultant le fait que la politique d’asile relève du droit et d’une absolue cohérence politique. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/08/23/l-aquarius-est-le-symbole-du-naufrage-de-l-europe-politique_5345213_3232.html

illustration : S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Sandrine Morel, L’Espagne devient la première porte d’accès des migrants en Europe, lemonde.fr, 06/08/2018

« Plus de 22 000 migrants sont arrivés dans le royaume durant les sept premiers mois de l’année, devançant ainsi l’Italie. Mais on reste loin des 800 000 arrivées de 2015 en Grèce.

(…) Les avis divergent sur les raisons de l’augmentation du nombre de migrants en Espagne. La fermeture de la route libyenne a-t-elle provoqué un début de déplacement des flux vers la Méditerranée occidentale ? Ou le Maroc a-t-il relâché les contrôles pour négocier davantage d’aides financières et matérielles à l’Europe, comme le suggèrent certains analystes ?

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) assure ne pas disposer de « preuves tangibles d’un transfert de flux migratoires depuis la Libye jusqu’au Maroc ». En revanche, elle rappelle que le Maroc, qui a procédé à plusieurs régularisations de migrants, « fait actuellement face aux mêmes défis que l’Espagne, l’Italie ou la Grèce »

« Effet d’appel »

Pour le gouvernement espagnol, « la vague de pression migratoire actuelle était un phénomène prévu et de 2016 à 2017, les arrivées irrégulières ont augmenté de 170 % du fait de la fermeture des autres routes de la Méditerranée ». Pedro Sanchez a promis de faire du « respect des droits de l’homme », de la « sécurité des frontières » et de la « coopération avec les pays d’origine » les grands axes de sa politique migratoire, évoquant le possible retrait des lames tranchantes des barbelés de Ceuta et Melilla ou annonçant des renforts dans les bureaux de demandes d’asile.

De son côté, l’opposition multiplie les critiques. « Les politiques du gouvernement de Pedro Sanchez provoquent un effet d’appel, a estimé le nouveau président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, de visite à Algésiras le 1er août. Le flux ne peut pas être illimité et l’Etat-providence ne peut pas supporter l’arrivée de millions de migrants. » » (…)

https://lemonde.fr/europe/article/2018/08/04/l-espagne-devient-la-premiere-porte-d-acces-des-migrants-en-europe_5339334_3214.html

illustration : CCO Creative Commons, https://pixabay.com/fr/ciel-grues-espagne-migration-1277653/

 

Alessandra Ziniti, Lampedusa, nel museo dedicato ai migranti una stanza per rivivere i naufragi, repubblica.it, 06/08/2018

« È la nuova iniziativa del Comitato 3 ottobre. Attraverso un percorso segnato dagli oggetti ritrovati in mare, si arriva a una sala con salvagente appesi alle pareti e una finestra sul mare. Spente le luci, vengono proiettate le dure immagini delle traversate per coinvolgere i visitatori nel racconto » (…)

http://www.repubblica.it/cronaca/2018/08/06/news/lampedusa_nel_museo_dedicato_ai_migranti_una_stanza_per_rivivere_i_naufragi-203501570/?ref=RHRS-BH-I0-C6-P8-S1.6-T1#gallery-slider=203462931

illustration : Museo della fiducia e del dialogo per il Mediterraneo, Lampedusa

Alessandra Ziniti, Migranti, i tunisini riscoprono Lampedusa. Tredici sbarchi in 48 ore, Salvini:  » Verranno rimandati a casa », repubblica.it, 03/08/2018

« Si riaprono le rotte alternative a quella libica. Open Arms, con 87 a bordo, resta in zona Sar. Sea Watch protesta: « La nostra barca sequestrata da un mese a Malta senza motivo.

A piccoli gruppi, ma in Italia si continua a sbarcare. Di nuovo a Lampedusa, nel Siracusano, in Calabria, in Sardegna, al ritmo di almeno 100 persone al giorno su rotte giudicate minori e fino ad ora trascurate dalle attenzioni del ministro dell’Interno. (…)

Lampedusa, ma anche la Sicilia meridionale, soprattutto nella costa del Siracusano, la Calabria e la Sardegna. Ogni giorno, bucando quella che dovrebbe essere la rete di controllo in mare del dispositivo militare, sono almeno 100-150 i migranti che riescono a sbarcare sulle nostre corte. Un forte incentivo sembra aver avuto la tratta dalla Turchia sui velieri che portano migranti dalle buone capacità economiche che pagano 5000 euro a testa per viaggi gestiti dagli scafisti ucraini »  (…)

http://www.repubblica.it/cronaca/2018/08/03/news/migranti_i_tunisini_riscoprono_lampedusa_tredici_sbarchi_in_48_ore_salvini_verranno_rimandati_a_casa_-203281520/?ref=search

Jérôme Gautheret, Migrants : « Le gros des opérations de secours est fait par des navires marchands ou militaires », lemonde.fr, 22/06/2018

« Les navires humanitaires ne représentent que 10 % des prises en charge. Jérôme Gautheret, notre correspondant à Rome, rappelle l’obligation de porter secours aux navires en détresse. »

(…) « Les rodomontades de M. Salvini n’y changeront pas grand-chose : même sans la présence des ONG, les impératifs du droit de la mer subsistent. En premier lieu, un principe universel, rappelé par la convention de Montego Bay, en 1982 : celui de l’obligation absolue de porter secours aux navires en détresse.

Opération à hauts risques

Qui prétendrait que des navires pneumatiques de 10 mètres de long sur lesquels s’entassent en moyenne plus de 100 migrants puissent être considérés autrement ? Dans tous les cas, leur autonomie est très inférieure à ce qui serait nécessaire pour atteindre les côtes italiennes, et la zone dite de « Search and Rescue » (SAR), sur laquelle le centre de coordination des opérations de sauvetage (MRCC) de Rome a autorité, est du ressort des autorités italiennes. Donc, ONG ou pas, l’Italie conservera la responsabilité d’agir dans le canal de Sicile.

L’hystérisation actuelle du débat sur l’action des ONG est difficilement compréhensible. Même au plus fort de leur présence en mer – au début de l’été 2017, une douzaine de navires croisaient au large des côtes africaines –, les humanitaires n’ont jamais effectué la majorité des secours. Depuis le début 2018, ils ne représentent plus que 10 % à peine des prises en charge. Le gros des opérations est fait par des navires marchands, déroutés sur ordre du MRCC de Rome, ou par des navires militaires.

En revanche, les bateaux d’ONG, mieux équipés, sont souvent utilisés pour les actions de transbordement : par exemple, l’Aquarius, avec ses quatre ponts et son équipe médicale, est bien mieux adapté qu’un navire comme le VOS-Thalassa (support technique de plate-forme pétrolière), souvent réquisitionné par le MRCC, ou l’USS Trenton, de l’armée américaine.

En l’absence des navires humanitaires, ce sont donc des unités de marine marchande qui seront plus souvent réquisitionnées. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/06/22/migrants-l-hysterisation-du-debat-sur-l-action-des-ong-en-mer-est-difficilement-comprehensible_5319728_3232.html

illustration @S. Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014, programme Médimurs