Archives de catégorie : Vidéothèque

Lampedusa – Paris : Carnet De Voyage, Emiliano Pappacena, documentaire, Italie, 2012

 Lampedusa – Paris : Carnet de voyage est un documentaire « sur la route », au cours duquel le réalisateur voyage aux côtés d’un groupe de jeunes tunisiens qui ont fui leur pays suite à la révolution du Printemps Arabe.

 Au cours de ce voyage, qui débute à Lampedusa et s’achève un an plus tard à Paris, nous partageons les émotions, les rêves et les peurs de ces jeunes immigrés qui, une fois à destination, devront se rendre à l’évidence : il découvrent une Europe bien différente de ce à quoi ils s’attendaient.

 Prix & distinctions

 2012 Sélection officielle au « Kenya international Film Festival » de Nairobi

 2012 Sélection officielle « Ecrans d’à venir » à « Les Journées Cinématographiques de Carthage » en Tunisie

Titre original : Lampedusa-Parigi: diario di viaggio

 Réalisation : Emiliano Pappacena

 Année de production : 2012

 Durée : 52 minutes

 http://www.daimonproduction.com/fr/documentaries/

Mare Magnum, Ester Sparatore et Letizia Gullo, documentaire, France, 2014

cuttitta.4_2

Photo : P. Cuttitta, avec son aimable autorisation

 

Lampedusa : «Pourquoi l’âme de cette île est-elle si mortifiée?», Antoinette Delafin, RFI, 18/04/2014

« Ester Sparatore et Letizia Gullo ont choisi de filmer l’élection municipale de 2012 à Lampedusa dans Mare Magnum.

 Un documentaire dont l’angle original nous fait découvrir le point de vue des habitants de cette île oubliée du sud de l’Italie, dont les médias ne parlent que pour compter les morts tragiques de migrants naufragés et critiquer leurs conditions d’accueil calamiteuses. Ce film présenté fin mars au Cinéma du Réel à Paris montre les effets de l’Italie évanescente de l’ère Berlusconi, notamment au cours de cet hiver 2011, quand les printemps arabes avaient produit leur lot de désespérés de l’autre côté de la Méditerranée

 (…) « Sans négliger les problèmes domestiques, ceux liés à l’insularité, ni la corruption, (Giusi Nicolini)  déplore la baisse de 60 % du tourisme due à l’image négative que Lampedusa a renvoyée au monde entier du fait de l’accueil déplorable qu’elle a réservé aux migrants. Elle parle avec conviction de l’avenir dont elle rêve pour les îles Pélages, situées à la périphérie de l’Europe et au centre de la Méditerranée. Si elle devient maire, confie-t-elle, « je me mets sur la plage et je parle au Maghreb ! Je fais un discours à la Méditerranée : Pourquoi cette île a-elle étédéfigurée ? Pourquoi ses habitants ont-ils été si peu respectés en 2012 ? Pourquoi l’âme de cette île est-elle si mortifiée ? Comment a-t-on pu accepter qu’en 2011, Lampedusa ait été transformée en camp de réfugiés à ciel ouvert alors que cette île avait fondé sa dignité sur l’accueil ? »

 En réponse à un commerçant qui a le sentiment d’être envahi et que le gouvernement se préoccupe plus des migrants que des habitants de l’île, elle répond : « nous ne devons pas réclamer nos droits en comparaison de ceux des migrants. Ce sont deux problèmes différents. On doit trouver un système qui garantisse leurs droits et les droits de Lampedusa. » Au contraire, au salon de coiffure, une vieille femme aimerait « remonter le moral à une île merveilleuse qui ne doit pas être une zone de non-droit pour les migrants clandestins qui sont des êtres humains ». La candidate, en meeting, parle encore du signal qu’elle veut envoyer au gouvernement, aux instances régionales et à l’Europe. « Les réfugiés, les demandeurs d’asile qui fuient la famine et la guerre doivent avoir une chance de salut. Les iles de la Méditerranée sont là pour ça. Ce sont des radeaux de sauvetage. » (…)

 Mare Magnum, par Ester Sparatore et Letizia Gullo. France (73’). Production Ferris et Brockman 2014.

 http://www.rfi.fr/mfi/20140418-cinema-campagne-municipales-lampedusa-italie-immigration/

 

L’Italie au secours des migrants, reportage, L’effet papillon, Canal+, 26/06/2014

marenostrum

Reportage sur l’opération « Mare Nostrum » mise en place par l’Italie à la suite des naufrages d’octobre 2013 au large de Lampedusa, à bord des navires militaires italiens.

http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3356-c-effet-papillon.html?vid=1095623

.

Crédit photo : http://www.insulareport.it/flash-news/item/4061-immigrazione-sbarcati-408-migranti-ad-augusta.html#.U7rBV6qKC1I

Io sto con la sposa: un film contro le barriere, Francesca Sironi, espresso.repubblica.it, 19/05/2014

sposa3

« What border guard would ever check the documents of a bride? »

« Cinque giorni di fuga. Cinque compagni di viaggio, palestinesi e siriani. Un obiettivo: raggiungere la Svezia. Con un gruppo di ragazzi italiani e arabi ad accompagnarli, superando il filo spinato vestiti da matrimonio. Per sfidare le regole che bloccano chi fugge dalla guerra. E raccontare un’amicizia che può unire il Mediterraneo.

 Lei ha il vestito bianco. Di quelli con le balze, da sposa-principessa. Di fianco un ragazzo magro in completo, cravatta, cappotto. Dietro un piccolo corteo matrimoniale: amici con l’abito buono, signore con la messa in piega, immancabili cappelli. Abbigliati a festa, tutti quanti, stanno passando sotto il filo spinato. Perché sono clandestini, in fuga dalla guerra siriana, dalle persecuzioni in Palestina. E questa è la prima tappa del loro viaggio clandestino da Milano a Stoccolma passando per Francia e Germania. Travestiti da invitati a un matrimonio per superare i controlli di frontiera.

Lo straordinario viaggio di questo gruppo di amici è raccontato da Gabriele del Grande , Antonio Augugliaro e Khaled Soliman Alnassiry in “ Io sto con la sposa ”, un documentario-manifesto che da oggi è online per lanciare una raccolta fondi necessaria a finanziare la produzione del film » (…)

 http://espresso.repubblica.it/attualita/2014/05/19/news/

.

 Io sto con la sposa / On the bride’s side, documentario-manifesto, Antonio Augugliaro, Gabriele Del Grande e Khaled Soliman Al Nassiry 

« Quale poliziotto chiederebbe mai i documenti a una sposa? » (…)

E guardate che in ballo c’è molto di più del nostro lavoro. C’è la possibilità di dimostrare che questo amato Mediterraneo non sia soltanto un cimitero, ma che possa ancora essere il mare che ci unisce. »

 « What border policeman would stop a wedding procession to ask for the bride’s documents? » (…)

After all, this is about much more than producing a film. It’s about the possibility of showing that our beloved Mediterranean isn’t just a graveyard, but a sea that can unite us again. »

 Written, directed and produced by:
Antonio Augugliaro, Gabriele Del Grande e Khaled Soliman Al Nassiry

 http:www.iostoconlasposa.com/

http://www.iostoconlasposa.com/en/

.

« Io sto con la sposa »: la storia vera di un finto corteo nuziale per entrare in Europa. Il progetto diventa un docufilm,  Laura Eduati, L’Huffington Post, 19/05/2014

 Vedi :  VIDEO

.

sposa2.

The cost of the production and post-production of this film is 150 thousand euros. We need to raise at least half this sum before the end of June in order to complete the film in time to register for the Venice Festival in September and distribute it in the autumn.

 Participez à la réussite du projet

pour IO STO CON LA SPOSA – ON THE BRIDE’S SIDE et l’équipe !

Contribuer maintenant 

Fotografo di scena : Marco Garofalo, ibidem

Voir aussi :

Io sto con la sposa (Moi, je suis avec la mariée)

« C’est l’histoire d’un voyage de trente mille kilomètres, du nord de l’Italie (Milan) à la Suède, d’un groupe de Palestiniens et de Syriens ayant fui la guerre. Pour passer les frontières blindées d’une partie de l’Europe, ils imaginent un stratagème : un faux cortège nuptial avec sa mariée et ses invités. Quel policier s’aviserait de perturber la noce en leur demandant leurs papiers d’identité ?

Raconté en prise direct, le voyage se déploie d’un pays à l’autre, se jouant des confins interdits pour devenir un film, « Io sto con la sposa » (Moi, je suis avec la mariée) est «une histoire fantastique et pourtant terriblement vraie.»

Pour soutenir les coûts de production et postproduction du travail, un campagne de crowdfunding a été lancée. Elle devra recueillir 150.000 euros pour finir le film, le présenter à temps au Festival de Venise et le distribuer dans les salles en octobre prochain. » 

http://www.babelmed.net/arte-e-spettacolo/125-italia/

.

Fuir la guerre dans un cortège nuptial,  Övgü Pınar, babelmed.net, 27/06/2014     

 Traduction de l’Italien Matteo Mancini

 « “Une histoire fantastique mais incroyablement vraie. Un acte courageux de désobéissance civique”. C’est ainsi que les réalisateurs décrivent “Io sto con la sposa” (“J’accompagne la mariée”), un documentaire sur un faux cortège nuptial qui voyage d’Italie jusqu’en Suède pour venir en aide à cinq Palestiniens et Syriens qui fuient la guerre. “Quel flic oserait demander les papiers à une mariée ?”. “Aucun”, c’est bien ce que montre le documentaire. Le cortège réussit en effet à passer les cinq frontières qui séparent l’Italie de la Suède en traversant la France, le Luxembourg, l’Allemagne et le Danemark. Une fois sur place, les protagonistes-migrants obtiennent le statut de réfugié politique.

Laissons la parole au journaliste italien Gabriele del Grande, un des créateurs du projet “J’accompagne la mariée”. 

 Quand avez-vous décidé d’entreprendre ce “voyage de noces” ?

 C’était en Octobre 2013, l’Italie était choquée par la mort de cinq-cents migrants lors des naufrages du 3 et du 11 octobre à Lampedusa. J’étais rentré à Milan depuis un mois, après mon dernier voyage en Syrie comme reporter de guerre. Milan était devenue une zone de transit pour les milliers de réfugiés syriens. Ils arrivaient à bord des trains en provenance du sud de l’Italie, après avoir débarqué en Sicile en suivant les routes des contrebandiers libyens et égyptiens. Une fois à Milan, toujours à l’aide des contrebandiers, les migrants cherchaient un moyen de rejoindre l’Europe du nord. Durant ces jours j’allais souvent à la gare centrale avec un ami poète syro-palestinien, Khaled Soliman Al Nassiry (co-réalisateur du film). Avec le temps, on a connu cinq palestiniens et syriens qui avaient fuient la guerre, avec lesquels on a lié d’amitié. On les a hébergés chez nous. Et quand on s’est demandés comment les aider à poursuivre leur voyage vers la Suède, on a eu l’idée du faux cortège nuptial. Un ami réalisateur, Antonio Augugliaro (co-réalisateur du film) nous a persuadés de filmer le voyage et d’en faire un documentaire.

 Qui sont les migrants que vous avez aidés et d’où viennent- ils ?

 C’étaient des Syriens et des Palestiniens qui avaient fui la guerre en Syrie. Un étudiant universitaire en langue et littérature anglaise (Abdallah), un couple de vieux opposants de la gauche syrienne (Mona et Ahmed) et un enfant rappeur en voyage avec son père (Manar et Alaa). » (…)

http://www.babelmed.net/arte-e-spettacolo/125-italia/13590-fuir-la-guerre-dans-un-cortege-nuptial.html

Trailer officiel :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dv93D83aps4

.

Voir aussi : Io sto con la sposa, presentazione Biennale di Venezia 2014

http://enigmur.hypotheses.org/4071

“A contre-courant”, documentaire de Nathalie Loubeyre

contrecourantSynopsis : Depuis le milieu des années 1990, plus de 20 000 migrants sont morts en tentant de gagner l’Europe, dont une grande partie en Méditerranée. En juillet 2012, la coalition euro- africaine Boats4People affrète un bateau de la solidarité pour exercer un droit de regard citoyen en mer et pour défendre la liberté de circulation.

 Extrait du film : https://vimeo.com/84739305

 La réalisatrice parle du tournage : « Dès que j’en ai entendu parler, j’ai demandé à être sur le bateau de Boats4People, pour y réaliser une séquence de mon film La mécanique des flux, un film documentaire sur la violence de la politique migratoire européenne. Mais finalement, grâce au film No comment que nous avions réalisé à Calais, Joël Labat et moi-même, et grâce à notre engagement bien connu sur la question des migrants, l’équipe de Boats4People nous a demandé de rester tout le voyage pour faire aussi le film de l’opération.

 Ce voyage maritime en compagnie d’activistes de différents pays a été particulièrement dense et riche, à la fois à vivre et à filmer. Etre sur ce bateau en route pour l’autre rive, à l’envers des migrants, pour exprimer en mer notre solidarité avec eux et notre révolte, donnait à chacun, miné par cette politique mortifère et raciste, le sentiment d’être enfin à la bonne place, en accord avec soi-même. Même si tout le monde à bord savait que le chemin serait encore long avant que l’Europe, peuples et gouvernants, ne change de regard sur la question de la migration, même si nous avions tous conscience d’être à rebours de la doxa dominante en cette période de crise économique où le migrant sert de bouc émissaire, chacun avait sur ce bateau le sentiment de vivre un moment exceptionnel et l’espoir d’être au début d’un mouvement international important. » (…)

 http://acontrecourant-lefilm.com/?cat=6

Tell me Films & Pays des Miroirs, avec la coordination Boats4people et le soutien de la Fondation Rosa Luxemburg présentent “A contre-courant” de Nathalie Loubeyre.

 La projection sera suivie d’une discussion en présence de la réalisatrice et de membres de la coalition Boats4People.

 jeudi 19 juin à 20:00, Le Nouveau Latina, 20 rue du Temple, 75004 Paris