Archives de catégorie : Vidéothèque

Etats-Unis / Mexique : la frontière familiale, reportage de Roberto Lugones et Florian Pfeiffer, ARTE GEIE, Mano a Mano, 2012

Nous republions l’information sur ce reportage de 2012, à propos de la séparation des familles migrantes -et de l’enfermement des enfants- à la frontière Mexique/Etats-Unis, très discutés en ce moment aux E-U, voir :

Julie Hirschfeld Davis and Michael D. Shear, How Trump Came to Enforce a Practice of Separating Migrant Families, nytimes.com, June 16, 2018

https://www.nytimes.com/2018/06/16/us/politics/family-separation-trump.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=first-column-region&region=top-news&WT.nav=top-news

 

« Quand le policier l’a arrêtée, Juanita n’avait pas payé son ticket de parking, elle n’avait pas de titre de séjour non plus, mais elle avait sept enfants qui l’attendaient à la maison. Juanita a été arrêtée et expulsée des Etats-Unis comme le sont 400 000 travailleurs mexicains chaque année. Chaque matin, l’autobus qui arrive de Tucson en Arizona à Nogales au Mexique débarque son lot d’ «indocumentados», les sans-papiers expulsés. Des hommes, des femmes qui ont tout perdu, leur maison, leur travail, leur rêve et parfois même leurs enfants.

C’est une histoire de fou. Ces hommes, ces femmes sont Mexicains. Ils vivaient clandestinement aux Etats-Unis, parfois depuis des années. Leurs enfants, eux, sont nés aux Etats-Unis. Ils sont donc citoyens américains. Alors, quand les parents «sans-papiers» se font arrêter pour une simple infraction au code de la route, la police les expulse et leurs enfants «américains» sont confiés à l’administration américaine. La plupart d’entre eux ne reverront plus jamais leurs parents. Certains seront déclarés «adoptables» par des familles américaines. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui le mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis déchire plus d’un millier de familles mexicaines.

A Tucson, où la lutte contre l’immigration sauvage est un bon thème de campagne électorale, les femmes mexicaines s’organisent pour lutter contre la peur et résister à la pression psychologique de l’administration américaine.

Selon les statistiques, d’ici 2017, 15 000 enfants mexicains nés aux Etats-Unis pourraient ainsi être séparés de leurs parents. Simple monstruosité administrative ou effet pervers d’une mondialisation qui garantit la libre circulation des marchandises, mais pas celle des familles.… »

ARTE Reportage, samedi, 20 octobre 2012 à 18h35

Rediffusion vendredi 26 octobre à 10h35

Puis sur ARTE+7

(France, 2012, 52mn)

https://www.arte.tv/fr/etats-unis-mexique-la-frontiere-familiale/7003236.html

Article publié sur Enigmur en 2012 : https://enigmur.hypotheses.org/1836

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Stéphanie Latte Abdallah, Thomas Richard, Palestine : un pays virtuel au bout d’une route sans raison, theconversation.com, 14/06/2018

« « Qu’est-ce qui m’attend dans la direction que je ne prends pas ? » écrivait Jack Kerouac dans Les Souterrains.

Ici, la question est plutôt, qu’est-ce qui m’attend dans la direction que je ne peux pas prendre ? Inner Mapping de Stéphanie Latte Abdallah et Emad Ahmad appartient à la catégorie des road-movies, mais sur un terrain où les routes égarent.

Lors des reportages en Palestine, des mots reviennent : barrages, routes de contournement, routes interdites, murs, clôtures, mais à force d’être répétés, ces termes ont fini par prendre une connotation abstraite, vue de l’extérieur, et avec eux, c’est la représentation elle-même du pays qui a fini par devenir elle aussi abstraite.

Carte sans territoire

La Palestine, dans ce regard, c’est une carte qui n’a pas de sens, et pour reprendre un jeu de mots houellebecquien, qui ne correspond pas au territoire.

C’est cette fêlure dans la représentation que ce documentaire cherche à explorer en prenant un dispositif original : trois caméras GoPro fixées sur la voiture, une autre qui filme l’intérieur, les rencontres et les réactions des passagers, avec pour guide le système GPS palestinien, à travers la Cisjordanie. Stéphanie Latte Abdallah l’explique ainsi :

« Je suis partie de l’idée de mettre à l’épreuve cet objet global, banal qu’est le GPS ; de donner corps à cet espace absurde, fragmenté entre la réalité des déplacements en son sein et les espaces mémoriels, politiques qui se dérobent toujours plus sous les pieds des habitants et deviennent un espace imaginé, rêvé. Pour rendre visible la distorsion, nous avons expérimenté la carte, en devenant, sans l’avoir au départ décidé, les sujets de cette déambulation ; les images distordues des Gopros, saturées en couleur, filment un paysage infini, possible, auxquelles s’affrontent celles de la caméra qui racontent l’espace vécu. »

Chacun est frontière

Et les termes prennent alors une autre réalité, celle d’un monde où la technique ne signale pas des bouchons, mais des déplacements de barrages, et où la route réelle, celle qui permettrait de tourner à gauche et de rejoindre la destination n’existe pas parce qu’elle est israélienne, et donc interdite.

Ou, à rebours, lorsque le GPS passe sur la carte israélienne, c’est un tout autre espace qui se dessine, formé de routes de contournements qui joignent les colonies au sommet des collines en évitant les localités palestiniennes.

En suivant les méandres de ces cheminements détournés, le film suit un territoire tout entier devenu frontière, des découpages qui n’existent pas sur les cartes mais sont présents dans la réalité et qui s’imposent aux gens, à l’épaisseur du territoire, des frontières dont un GPS palestinien acculé par la colonisation et l’occupation tente de rendre compte :

« Nous portons chacun en nous notre propre frontière en raison de nos possibilités différentes de déplacement : Emad en tant que Gazaoui, Faisal, le chef opérateur comme Jérusalémite et moi, de nationalité française, vivant en Palestine. À présent démultipliée et individualisée, la frontière-ligne est absente. »

Une cartographie intérieure

Chaque individu détient alors un vécu et une vision de l’espace traversé, et en cela, le documentaire est bien une cartographie intérieure. Au fil des trajets, l’auteure-réalisatrice et le réalisateur vont à la rencontre des gens, Palestiniens, colons, Israéliens qui vivent ou circulent dans des espaces de facto partagés, les interrogent et s’interrogent sur ce que cela signifie de circuler sur ce territoire, de la négation chez certains de l’existence même d’une frontière à la brusque prise de conscience chez d’autres de la réalité d’une limite qu’ils ne peuvent passer, ou dont ils ont refoulé l’existence.

Le film s’inscrit alors dans un parcours des Palestines du quotidien, morcelées, personnelles, marquées par ces détours qui transforment l’appréhension du territoire et la relation d’appartenance à celui-ci.

Le refus du spectaculaire participe de cette démarche : il ne s’agit pas ici de provoquer le scandale, ou d’entrer dans une polémique mais de susciter la réflexion sur ce que cela veut dire que de vivre sur la propre borne de son territoire, de vivre chez soi en errance.

« Comment se construisent peu à peu l’étrangeté, la défiance vis-à-vis d’un paysage et d’un espace parcouru, auparavant familier, c’est ce que nous avons filmé, quand les routes séparent et éloignent plus qu’elles ne relient, ajoutant une autre forme de violence, “infrastructurelle” cette fois. »

La frontière en films

Le film rappelle aussi ce motif de la frontière qui irrigue par ailleurs le cinéma de Palestine, et prolonge la réflexion entamée par Rashid Masharawi dans Ticket to Jerusalem (2002) ou Kazuya Ogawa avec Pink Subaru (2009) et qui ont fait de la circulation en espace clos un motif majeur de la représentation du territoire.

Au début des années 2000, au moment de la Seconde Intifada et de la construction du mur de séparation, Michel Khleifi et Eyal Sivan avaient commencé à explorer cette thématique avec Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël – du numéro de la résolution de l’ONU partageant la Palestine mandataire, et dont ils suivaient les frontières jamais tracées-, tandis que Simone Bitton titrait simplement son film Mur en suivant le tracé de cette barrière alors nouvelle.

Emad Ahmad et Stéphanie Latte Abdallah tracent leur route alors que le choc de cette construction est passé, et que l’occupation au jour le jour a pris de nouvelles formes depuis la fin de la seconde Intifada (2000-2006) (lire notamment l’introduction de Israël/Palestine, l’illusion de la séparation).

Ils sont à la fois les témoins et les acteurs de la transformation des relations au paysage induites depuis, de la privatisation de la sécurité aux checkpoints dits frontaliers, et de la virtualisation de plus en plus grande du pays lui-même symbolisée par son GPS fou.

Évoquer les parcours en Terre Sainte, longtemps, cela a voulu dire suivre Maurice Halbwachs (La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte) et mettre ses pas dans les pas d’un territoire recréé par les traces de milliers de pèlerins et voyageurs venus donner chair à leur vie religieuse en suivant les routes de Palestine, où ils croisaient les cheminements locaux, personnels des habitants, tant il est vrai qu’un territoire vit par les empreintes qui y sont laissées.

Dans le cas présent, l’espace, rétréci jusqu’à n’être plus qu’une frontière intime, se vit au risque de perdre le lien avec l’idée qui anime encore la Palestine politique, pays virtuel au bout d’une route sans raison. »

Inner Mapping , Film documentaire de Stéphanie Latte Abdallah et Emad Ahmad (Palestine/France, CNRS Images, 2017).

Projection-débat le 15 juin de 18h à 20h, Amphithéâtre François Furet de l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006, entrée libre. « Inner Mapping » sera également au programme du festival des cinémas arabes à Paris organisé par l’Institut du Monde Arabe du 28 juin au 8 juillet.

Stéphanie Latte Abdallah  Historienne, CNRS, CERI, Sciences Po – USPC

Thomas Richard   Chercheur associé, sciences politiques, Université Clermont Auvergne

https://theconversation.com/palestine-un-pays-virtuel-au-bout-dune-route-sans-raison-98134

The Conversation

Ai Weiwei, Human Flow, documentaire, février 2018

« Plus de 65 millions de personnes à travers le monde ont été contraintes de quitter leur pays pour fuir la famine, les bouleversements climatiques et la guerre : il s’agit du plus important flux migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale. Réalisé par l’artiste de renommée internationale Ai Weiwei, HUMAN FLOW aborde l’ampleur catastrophique de la crise des migrants et ses terribles répercussions humanitaires.
Tourné sur une année dans 23 pays, le documentaire s’attache à plusieurs trajectoires d’hommes et de femmes en souffrance partout dans le monde – de l’Afghanistan au Bangladesh, de la France à la Grèce, de l’Allemagne à l’Irak, d’Israël à l’Italie, du Kenya au Mexique et à la Turquie. HUMAN FLOW recueille les témoignages des migrants qui racontent leur quête désespérée de justice et de sécurité. Ils nous parlent des camps de réfugiés surpeuplés, de leurs périples en mer à très haut risque, des frontières hérissées de barbelés, de leur sentiment de détresse et de désenchantement, mais aussi de leur courage, de leur résilience et de leur volonté d’intégration. Ils évoquent la vie qu’ils ont dû abandonner et l’incertitude absolue d’un avenir meilleur.
HUMAN FLOW nous interroge sur l’une des questions essentielles à notre époque : la société mondialisée parviendra-t-elle à s’extraire de la peur, de l’isolement et du repli sur soi ? Saura-t elle se tourner vers l’ouverture aux autres, la liberté et le respect des droits de l’homme ?  » (ed.)

« Fuocoammare », Lampedusa, feu en mer, Marie Soyeux, la-croix.com, 27/09/2016

fuocoammare2

 » (…) En se refusant le droit au commentaire, Gianfranco Rosi s’oblige à positionner son regard, avec une exigence et une patience extrêmes. Lorsqu’il s’installe sur l’île de Lampedusa, à 200 kilomètres de la Sicile, après le terrible naufrage du 3 octobre 2013, mille caméras l’ont précédé.

Toutes ont rendu compte de la tragédie répétée de ces rivages. Des images, des chiffres, des interviews ont été compilés. On parle de 400 000 migrants depuis 1990 – pour combien de morts ? L’énormité des chiffres n’en demeure pas moins abstraite à ses yeux. Son intention n’est alors pas politique, mais plutôt éthique.

Il s’agit de trouver le point de vue qui échappe à la fois à l’abrutissement des données et à la violence soudaine des images. Il pose sa caméra pour longtemps – dix-huit mois – et de biais.

Lui qui affirme haïr les ciels bleus et ne rien pouvoir filmer sous une lumière trop vive s’imbibe de l’hiver de Lampedusa. Il part à la rencontre de quelques habitants, troublé par un paradoxe : ces derniers, au plus près du drame, ne sont pour beaucoup plus en contact avec les migrants. » (…)

> (Re) lire : À Berlin, un Ours d’or pour Lampedusa

http://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Fuocoammare-Lampedusa-feu-en-mer-2016-09-27-1200792099

Voir aussi notre rubrique Lampedusa :

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/lampedusa-2013-2015

 

 

 

Soy Nero (film de Rafi Pitts) : des Etats-Unis à l’Irak, l’odyssée absurde d’un saute-frontière, Mathieu Macheret, lemonde.fr, 20/09/2016

 » (…) C’est de cette condition apatride que traite Soy Nero, son nouveau film, lui-même sans port d’attache, puisqu’il se déroule entre le Mexique, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Pitts tend sans doute un miroir de sa propre situation à travers l’aberration administrative qui frappe son protagoniste Nero, jeune Latino-Américain de 19 ans, né et grandi à Los Angeles, mais déporté par les services d’immigration au Mexique, où il ne connaît rien ni personne. Alors, Nero tente le tout pour le tout, et passe clandestinement la frontière, avec l’intention de s’engager comme « green card soldier » dans l’armée américaine, seule chance pour nombre d’étrangers d’obtenir leur naturalisation.

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros, et l’on craint qu’il ne déroule les étapes d’une telle traversée, comme une simple suite de péripéties. Mais la frontière que traverse Nero fait apparaître sa double nature réelle et fantasmatique, comme dans cette scène où le héros se faufile dans le dos des gardes-frontières américains, au moment où le ciel éclate de mille feux d’artifice pour le Nouvel An. L’esthétique nous déplace alors dans le registre de la fable, dans le flou complet que recouvre toute notion d’identité dans le contexte géopolitique actuel. » (…)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/09/20/soy-nero-l-odyssee-absurde-d-un-saute-frontiere_5000432_3476.html#SqezkTIkK3u0hPkt.99

Crédit photo : Une scène du film allemand, français et mexicain de Rafi Pitts, « Soy Nero ». TWENTY TWENTY VISION FILMPRODUKTION/SENORITA FILMS/PIMIENTA FILMS/ZDFARTE/SOPHIE DULAC DISTRIBUTION