Archives de catégorie : Photothèque

L’éternelle errance des migrants, dix ans après Sangatte (portfolio), Le Monde.fr, 05/11/2012

L’éternelle errance des migrants, dix ans après Sangatte (portfolio), Le Monde.fr, 05/11/2012

Depuis la fermeture de Sangatte – mise en œuvre par Nicolas Sarkozy à cause du nombre exponentiel d’arrivées (prévu pour 800 personnes, le centre en a hébergé jusqu’à 1 800) -, les clandestins sont allés s’installer 12 kilomètres plus loin, à Calais…

Voir la suite sur :

http://abonnes.lemonde.fr/societe/portfolio/2012/11/05/l-eternelle-errance-des-migrants-dix-ans-apres-sangatte_1785672_3224.html

Crédit photo : Hervé Lequeux pour Le Monde

Vincent Karle (textes), Guillaume Ribot (photos), OQTF, Obligation de quitter le territoire français (exposition et livre)

Vincent KARLE (textes), Guillaume RIBOT (photos), OQTF, Obligation de quitter le territoire français

 » OQTF : L’Obligation de quitter le territoire français est une mesure administrative d’« éloignement des étrangers » du droit français (art. L.511-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile). « Invitation à quitterla France» dans le délai d’un mois, elle devient ensuite une mesure d’expulsion.

« Sans-papiers » : étrangers réfugiés dans une illégalité trouble, noms étranges et termes administratifs indéchiffrables, voilà souvent tout ce que l’on sait d’eux. Présentés dans l’actualité en photos et en mots souvent trompeurs, ils cessent d’être des personnes pour devenir des clichés abstraits qui ne nous touchent plus.

En France, aujourd’hui, des gens comme la famille Ayari ont tourné le dos à leur passé pour venir chercher un avenir meilleur. Certains les accueillent pour leur apporter protection, soins, emploi, éducation… D’autres les traquent, les dénoncent, les égarent dans le labyrinthe de l’administration. Leur histoire est réduite à quelques mots incompréhensibles, une image artificielle, une identité confisquée.

En marge de l’action militante et du battage médiatique, nous portons un autre regard, à travers une exposition et un livre. En prenant le temps de les connaître et de partager leur vie, nous racontons l’histoire des Ayari et de toutes les personnes que nous avons rencontrées avec la parole qu’ils nous ont confiée et l’image qu’ils nous ont offerte. Sans artifices mais avec la volonté de se réapproprier le langage, le nôtre, le leur, pour ne pas que Tahar Ayari et les siens disparaissent dans l’indifférence et qu’on les oublie. »  (Vincent Karle & Guillaume Ribot)

UNE EXPO :

Vincent Karle (textes), Guillaume Ribot (photos), OQTF, Obligation de quitter le territoire français,

Du 15 juin au 15 octobre 2012

Musée dela Résistance et de la Déportationde l’Isère – Maison des Droits de l’Homme, 14, rue Hébert – 38000 Grenoble – 04 76 42 38 53 / http://www.resistance-en-isere.fr

En racontant l’histoire de la famille Ayari, une famille de sans-papiers immigrée en France, l’exposition OQTF invite à porter un regard original sur la réalité quotidienne de cette famille, intégrée dans la société française, dont la vie fut ébranlée par une récente mesure d’expulsion à leur encontre, une obligation de quitter le territoire français. Leur histoire constitue le fil rouge du parcours du visiteur, amenant à une prise de conscience plus large de la situation des sans-papiers en attente de régularisation.

L’exposition se découpe en six parties, qui sont autant d’étapes dans ce parcours aux côtés des sans-papiers. La scénographie, qui mêle intimement le texte et l’image, joue avec la lumière et les couleurs des différentes zones que traverse le visiteur, pour lui permettre d’appréhender, en se mettant à leur place autant que possible, les différents moments de la lutte de ces hommes, ces femmes et ces enfants, pour vivre en France.

DES MURS DE PAPIERS….
Reproduit avec l’aimable autorisation de Guillaume Ribot

http://www.guillaumeribot.com/fr

*

*

UN LIVRE :

Vincent Karle, Guillaume Ribot, OQTF : obligation de quitter le territoire français, Le Bec En L’air, 2012

« Sans-papiers » : une image de familles réfugiées dans une illégalité trouble, des noms aux consonances étrangères, des abréviations administratives incompréhensibles. Immigrés, clandestins ou sans-papiers, ils sont les paradoxes d’une réalité millénaire devenue depuis peu un phénomène de société et un enjeu politique à l’échelle de l’Europe. Ils cessent d’être des hommes, des femmes, des enfants, pour devenir des abstractions. Loin du sensationnel, ce livre est le fruit d’une enquête approfondie . Il donne à voir la réalité absurde et souvent angoissante d’un quotidien sans papiers, avec la volonté de se réapproprier un langage digne pour éviter que Tahar, Mouna ou Elvira ne deviennent des statistiques qui s’estompent dans l’indifférence.        (présentation éditeur)

http://www.becair.com/fiche.php?theme=16&id=110

Gaël Turine : L’Inde et le mur de la honte

Gaël Turine : L’Inde et le mur de la honte

 

Crédit photo : G. Turine, 2011

* Photo Reporter Festival international en Baie de Saint-Brieuc

19 oct.- 11 nov. 2012

http://www.festival-photoreporter.fr/?page_id=109

* Temps de pose ARTE Reportage

« Mort au pied du mur »

Photos : Gaël Turine – Agence VU – Festival Photoreporter de Saint-Brieuc

Réalisation : Serge Challon – Vu dela Terre

Béatrice Augereau, Anne Mangin et Jean-Claude Amann – France 2012

Une série de photos exclusives, commentées par l’auteur.

 Ici le photographe évoque l’impossibilité de s’approcher de ce mur  et de le photographier…

https://www.arte.tv/fr/mort-au-pied-du-mur/7015142.html

* Biographie :

Photographe permanent pour le magazine Le Vif / l’Express

Expositions principales :

2007 – « L’ enfer me ment « , Palais de justice, Bruxelles

2006 – « Other Worlds » à la galerie Husson, Bruxelles

2004 – « D’un monde à l’autre », Musée dela Photographie, Charleroi, Belgique

– « Avoir 20 ans à Kaboul » :

Galerie Jacques Franck, Bruxelles, Belgique

Galerie Focale, Genève, Suisse

Galerie Bleu du ciel à Lyon, France

Galerie Leica à Francfort, Allemagne

2003 – « Aveuglément » Centre des Cultures du Monde, Anvers, Belgique

2002 – « Aveuglément » :

Posfurhamt gallery, Berlin, Allemagne

Nikon Gallery, Zurich, Suisse

2001 « Aveuglément » :

Galerie Fait et Cause, Paris, France

Galerie San Fedele, Milan, Italie

Galerie Focale, Genève, Suisse

Galerie deLa Maison Internationale, Bruxelles, Belgique

2000 « Burkina Faso » Bibliothèque Municipale, Luxembourg

1999 «La Cécité des rivières en Côte d’Ivoire » Visa Pour l’Image, Perpignan, France

1998 « Érythrée » Galerie Echange et Synergie, Bruxelles, Belgique

http://actuphoto.com/photographes/biographies/gael-turine-2331.html

Sara Prestianni : Grèce, limbes aux portes de l’Europe

@ Sara Prestianni | centre de rétention-Fellakio |

 

 

Un reportage qui essaye de suivre le transit des migrants en
Grèce, de la frontière avec la
Turquie à Patras, en fuite vers l’Italie.

par Sara Prestianni | 9 septembre 2008 |

 

Ils sont 150 000 les migrants qui chaque année traversent la frontière gréco-turque, à travers la mer Egée, la rivière Evros ou la terre remplie de mines. Ils viennent principalement d’Afghanistan, Inde, Pakistan, Irak, Somalie, Nigeria, Palestine, Birmanie, Iran, Maghreb.

De l’île de Samos, on voit la Turquie, elle est à moins d’un mille, mais pour la traversé, à cause des fortes courantes, il faut prendre un canot gonflable et espérer que la Garde Cote ne te repousse pas du côté turque des vagues. Sur les plages de l’île arrivent les restes de la traversée : gilets de sauvetage, canots, chaussures….

lire la suite sur la site de Migreurop

et voir l’album photo

 

 

 

 

 

 

 

 

Anne-Marie Filaire, photographe du territoire

 Photo Abu Dis, A.-M. Filaire

« Son travail photographique ne tient pas du
reportage mais s’apparente à une attitude de documentariste. Ce qu’elle traque
dans ses vastes panoramas ne relève pas d’un instantané ou d’une actualité
livrée dans sa réalité brute. Au contraire, ses recherches consacrées aux
paysages du Moyen-Orient, à travers l’évocation de lieux dans lesquels
l’histoire se construit sous nos yeux, nous donnent à lire l’événement en train
de se produire.
Photographe d’investigation, Anne-Marie Filaire parcourt
Israël et la Palestine en effectuant des relevés extrèmement précis des
paysages. Cette enquête minutieuse la conduit à traverser des frontières parfois
tangibles, parfois invisibles, ou qui se matérialisent subitement à quelques
mois d’intervalle. Ses photographies sont donc majoritairement consacrées à des
entre-deux, des zones tampons dans lesquelles, même si aucun habitant n’est
présent, les traces de l’activité humaine saturent l’espace »…

Lire la suite sur :

http://pec19.pagesperso-orange.fr/Site/niveau1/amf/amfilaire.htm

http://www.photosapiens.com/Enfermement-Filaire-Anne-Marie_4094.html