Archives de catégorie : Photothèque

Migranti: in un scatto storie di fuga e speranza, repubblica.it, 08/02/2015

Repubblica-GiulioPiscitelli_Contrasto

 @ Giulio Piscitelli/Contrasto

« È sempre di stretta attualità il tema dei migranti e per riflettere sull’argomento giovedì 12 febbraio all’Auditorium del Goethe-Institut a Roma, avrà luogo l’incontro « Il corto circuito della Fortezza Europa. Percorsi e storie di migranti in cerca di una vita dignitosa », organizzato da Contrasto e che si inserirà nell’ambito della mostra « Between. In sospeso. Fotografie di Nanni Schiffl-Deiler« . Gli scatti della fotografa tedesca legati a quelli di Giulio Piscitelli e Alessandro Penso, reporter da anni impegnati sul tema dei flussi migratori in Europa, faranno da cornice e da riassunto fotografico all’incontro (a cura di Nicola Perilli) »

http://www.repubblica.it/solidarieta/2015/02/08/foto/migranti

 @Alessandro Penso

Repubblica-pensoalessandro

Je suis pas mort, je suis là, exposition-photo, Hélène Crouzillat et Laetitia Tura, Galerie du bar Floréal, 14/11-13/12/2014

jenesuispasmort  // Je suis pas mort, je suis là

Une exposition à la GALERIE DU BAR FLORÉAL à partir du 14 novembre

  // Les Messagers

Une projection à la MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE le 14 novembre

MOIS DE LA PHOTO À PARIS 2014

 

L’exposition Je suis pas mort, je suis là et le film documentaire Les Messagers rassemblent les recherches menées par Hélène Crouzillat et Laetitia Tura (le bar Floréal) sur la situation des migrants bloqués aux marges de l’Europe.

Entre 2007 et 2012, des séjours réguliers au Maroc, à Melilla, en Tunisie et au Sénégal, ont permis à Hélène Crouzillat et Laetitia Tura  de rencontrer les migrants qui ont bien voulu partager leurs histoires avec elles.

Des stratégies de passage des frontières aux récits de mort et de disparition dans le blanc des cartes – désert, mer et océan –, il se dessine une culture commune à tous ces parcours du début du XXIe siècle.

Nous vous présentons ici une culture en mouvement dont les pratiques ne cessent d’évoluer à mesure que les dispositifs de surveillance et de répression se transforment dans les frontières. Un patrimoine émerge de l’expérience de ces traversées ; un patrimoine qu’il est important de reconnaître.

 Dossier de presse : LaetitiaTura_barFloreal_MoisDeLaPhoto2014

 La Galerie du bar Floréal présente l’exposition du 14 novembre au 13 décembre 2014.

VERNISSAGE le mercredi 19 novembre à partir de 18h30, en présence des artistes.

La Maison Européenne de la Photographie projette le film le vendredi 14 novembre à 18h, en présence de Laetitia Tura.

 • L’exposition Je suis pas mort, je suis là est une co-production de la Galerie du Carré d’art de Chartres-de-Bretagne.

 • Exposition ouverte du vendredi 14 novembre au samedi 13 décembre 2014, du mardi au dimanche de 14h à 18h30.

 • Le bar Floréal.photographie et la Galerie du bar Floréal reçoivent le soutien du Conseil Régional d’Ile-de-France au titre des « Fabriques de culture » et de la direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

 le bar Floréal.photographie, 43, rue des Couronnes, 75020 Paris

tel. 01 43 49 55 22

contact@bar-floreal.com

www.bar-floreal.com

 

Quell’abbraccio inimmaginabile in un mare di morte, Attilio Bolzoni, repubblica.it, 15/05/2014

abbraccio_notizia--620x420

*

I soccorritori li avevano raccontati, i 366 di Lampedusa. Ma la tragedia dei migranti del 3 ottobre 2013 ora è ancora più chiaramente la tragedia di tutti. Quanti altri esseri umani saranno annegati nel nostro Mediterraneo, stretti così?

LEGGI
L’orrore in fondo al mare. Ecco come muore un migrante

VIDEO

 

http://video.repubblica.it/edizione/palermo/quell-abbraccio-inimmaginabile-in-un-mare-di-morte/165896/164385?ref=HREC1-4

Crédit photo : Sommozzatori, repubblica.it

 

Voyage hétéropique à Hal Far, Malte, Léa Lemaire, septembre 2013

 

 

Hal Far Hangar
Hal Far Hangar 

 « Les hétérotopies sont des lieux de nulle part, pourtant localisables. Des lieux « qui s’opposent à tous les autres, qui sont destinés en quelque sorte à les effacer, à les neutraliser ou à les purifier ». Ce sont « des  contre-espaces » (Michel Foucault, 1967).

Hal Far est une zone désertique sur une des îles les plus densément peuplées au monde. Ancienne base militaire, elle se trouve relativement proche de l’aéroport de Malte, au sud de l’île. Au début des années 2000, Hal Far est convertie en complexe d’accueil et d’enfermement pour migrants. Les casernes en pierres blanches, aux toits plats entourés de barrières et de fils barbelés, donnent à voir les vestiges de l’armée. La zone d’accueil est composée de cinq lieux : quatre centres ouverts et un centre de détention.

Aux abords du rond-point central d’Hal Far, se tient l’entrée de Lyster Barracks : une grille en métal foncé, un poste de contrôle et un soldat. Ce bâtiment militaire a été transformé en zone d’enfermement pour étrangers en 2002, au moment des négociations d’adhésion de Malte à l’Union européenne. En face de Lyster Barracks, de l’autre côté du rond point, ce qui était un champ en friche est devenu en 2006 un campement de tentes, baptisé Hal Far Tent Village. En 2012, les tentes ont été remplacées par des containers dans lesquels les résidents ont été transférés. Un peu plus bas, après le rond-point, deux casernes on été converties en centres d’accueil : l’un héberge des familles et l’autre des femmes. En contrebas, le long de la même route, se trouve Hal Far Hangar : un ancien hangar à avion où des populations migrantes ont été reçues à partir de 2008. Le hangar n’est plus un lieu d’accueil en tant que tel depuis 2012. En revanche, autour du bâtiment, ont aussi été disposés des containers où vivent toujours des migrants.

Aucun commerce ne se trouve à proximité des centres. Hal Far ne connait pas les embouteillages qui font le quotidien de Malte. La zone d’accueil est desservie par le bus X4 dont les apparitions sont peu fréquentes. La seule activité sociale à observer se trouve à l’arrêt de bus où se regroupent quelques personnages stoïques, dans l’attente du prochain passage pour La Valette.

Les photos ci-dessous ont été réalisées lors d’un terrain d’enquête à Malte, en septembre 2013, dans le cadre d’un doctorat et financé par le projet Médimurs. Les clichés ont été pris depuis l’extérieur des centres, de manière dissimulée, avec un iphone, et en compagnie d’un jeune nigérian. »

(ndlr : Toutes les photos sont de Léa Lemaire, avec son aimable autorisation)

« We are oil above water »

(un migrant somalien résident du hangar, janvier 2010)

Lyster Barracks
Lyster Barracks
Women centre
Women centre
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Hangar
Hal Far Hangar
Bus Stop
Bus Stop

World Press Photo, 2014, John Steinmeyer

worldpressdjibouti2

26 février 2013, Djibouti. Des migrants africains tentent de capter le réseau téléphonique somalien (moins cher) depuis Djibouti, pour joindre leurs proches. Crédits : JOHN STEINMEYER/VII POUR « NATIONAL GEOGRAPHIC » http://lemonde.fr/culture/portfolio/2014/02/14/

.

Les résultats du 57e World Press Photo ont été annoncés le 14 février. C’est John Stanmeyer, photojournaliste de l’agence VII, qui remporte le premier prix. Son image réalisée pour National Geographic, a été prise à Djibouti en février 2013, et montre des migrants africains tentant de capter un réseau téléphonique pour joindre leurs proches.

 .

Gary Knight, confondateur de l’agence VII, est le président du jury du World Press Photo, la récompense la  plus connue dans le photojournalisme. Après des années de photos spectaculaires et tragiques, l’institution a donné sa plus haute récompense à une photo inhabituelle et poétique, sans drame apparent, signée de John Stanmeyer. Le photographe explique ce choix, et revient sur les polémiques qui ont entouré le World Press récemment.

Propos recueillis par Claire Guillot

« La photo qui a remporté le prix World Press Photo de l’année (John Stanmeyer) rompt avec les habitudes du World Press. Comment expliquez-vous ce changement ?

Il y a une rupture par rapport à toutes les photos récompensées par le World Press Photo auparavant, car on n’y voit pas le désespoir, la violence habituels. Cette image très forte représente, au contraire, une scène belle et poétique, tout en traitant d’une question cruciale dans le monde entier, les migrations. Ce sont des gens qui cherchent à échapper à leur condition. Ils tendent le bras avec leur téléphone portable pour essayer de capter un signal, et tentent de communiquer avec leurs proches.

Il y a énormément d’images spectaculaires qui traitent de ce thème, mais elles montrent en général la fin du voyage : il y a très peu de place laissée à l’imagination. Cette image se concentre sur le début du voyage, et ne livre pas tout.

Autre changement : le sujet traité n’est pas un conflit, mais un problème de société et d’économie.

La question des migrations est une question mondiale et primordiale. Ici, le photographe l’a traitée de façon très originale. En général, on voit plutôt les gens dans des bateaux, qui sautent des clôtures, qui sont arrêtés, brutalisés, isolés. C’est la représentation habituelle. Le problème, c’est qu’au bout d’un moment, on n’est plus interpellé par ces images. Là, c’est une nouvelle façon d’attirer l’attention, la photo pose beaucoup de questions, et c’est ce qu’une bonne photo doit faire. Elle demande une implication de la part du lecteur. Et c’est une image qui peut résonner dans le monde entier, chez plein de gens. Quand la photo est violente, qu’elle montre des destructions et la guerre, ça paraît loin de notre expérience. Mais quelqu’un qui tente de joindre des proches avec un téléphone mobile, c’est quelque chose d’universel. » (…)

http://lemonde.fr/culture/article/2014/02/14/world-press-photo