Archives de catégorie : Iconothèque

Etats-Unis / Mexique : la frontière familiale, reportage de Roberto Lugones et Florian Pfeiffer, ARTE GEIE, Mano a Mano, 2012

Nous republions l’information sur ce reportage de 2012, à propos de la séparation des familles migrantes -et de l’enfermement des enfants- à la frontière Mexique/Etats-Unis, très discutés en ce moment aux E-U, voir :

Julie Hirschfeld Davis and Michael D. Shear, How Trump Came to Enforce a Practice of Separating Migrant Families, nytimes.com, June 16, 2018

https://www.nytimes.com/2018/06/16/us/politics/family-separation-trump.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=first-column-region&region=top-news&WT.nav=top-news

 

« Quand le policier l’a arrêtée, Juanita n’avait pas payé son ticket de parking, elle n’avait pas de titre de séjour non plus, mais elle avait sept enfants qui l’attendaient à la maison. Juanita a été arrêtée et expulsée des Etats-Unis comme le sont 400 000 travailleurs mexicains chaque année. Chaque matin, l’autobus qui arrive de Tucson en Arizona à Nogales au Mexique débarque son lot d’ «indocumentados», les sans-papiers expulsés. Des hommes, des femmes qui ont tout perdu, leur maison, leur travail, leur rêve et parfois même leurs enfants.

C’est une histoire de fou. Ces hommes, ces femmes sont Mexicains. Ils vivaient clandestinement aux Etats-Unis, parfois depuis des années. Leurs enfants, eux, sont nés aux Etats-Unis. Ils sont donc citoyens américains. Alors, quand les parents «sans-papiers» se font arrêter pour une simple infraction au code de la route, la police les expulse et leurs enfants «américains» sont confiés à l’administration américaine. La plupart d’entre eux ne reverront plus jamais leurs parents. Certains seront déclarés «adoptables» par des familles américaines. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui le mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis déchire plus d’un millier de familles mexicaines.

A Tucson, où la lutte contre l’immigration sauvage est un bon thème de campagne électorale, les femmes mexicaines s’organisent pour lutter contre la peur et résister à la pression psychologique de l’administration américaine.

Selon les statistiques, d’ici 2017, 15 000 enfants mexicains nés aux Etats-Unis pourraient ainsi être séparés de leurs parents. Simple monstruosité administrative ou effet pervers d’une mondialisation qui garantit la libre circulation des marchandises, mais pas celle des familles.… »

ARTE Reportage, samedi, 20 octobre 2012 à 18h35

Rediffusion vendredi 26 octobre à 10h35

Puis sur ARTE+7

(France, 2012, 52mn)

https://www.arte.tv/fr/etats-unis-mexique-la-frontiere-familiale/7003236.html

Article publié sur Enigmur en 2012 : https://enigmur.hypotheses.org/1836

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Stéphanie Latte Abdallah, Thomas Richard, Palestine : un pays virtuel au bout d’une route sans raison, theconversation.com, 14/06/2018

« « Qu’est-ce qui m’attend dans la direction que je ne prends pas ? » écrivait Jack Kerouac dans Les Souterrains.

Ici, la question est plutôt, qu’est-ce qui m’attend dans la direction que je ne peux pas prendre ? Inner Mapping de Stéphanie Latte Abdallah et Emad Ahmad appartient à la catégorie des road-movies, mais sur un terrain où les routes égarent.

Lors des reportages en Palestine, des mots reviennent : barrages, routes de contournement, routes interdites, murs, clôtures, mais à force d’être répétés, ces termes ont fini par prendre une connotation abstraite, vue de l’extérieur, et avec eux, c’est la représentation elle-même du pays qui a fini par devenir elle aussi abstraite.

Carte sans territoire

La Palestine, dans ce regard, c’est une carte qui n’a pas de sens, et pour reprendre un jeu de mots houellebecquien, qui ne correspond pas au territoire.

C’est cette fêlure dans la représentation que ce documentaire cherche à explorer en prenant un dispositif original : trois caméras GoPro fixées sur la voiture, une autre qui filme l’intérieur, les rencontres et les réactions des passagers, avec pour guide le système GPS palestinien, à travers la Cisjordanie. Stéphanie Latte Abdallah l’explique ainsi :

« Je suis partie de l’idée de mettre à l’épreuve cet objet global, banal qu’est le GPS ; de donner corps à cet espace absurde, fragmenté entre la réalité des déplacements en son sein et les espaces mémoriels, politiques qui se dérobent toujours plus sous les pieds des habitants et deviennent un espace imaginé, rêvé. Pour rendre visible la distorsion, nous avons expérimenté la carte, en devenant, sans l’avoir au départ décidé, les sujets de cette déambulation ; les images distordues des Gopros, saturées en couleur, filment un paysage infini, possible, auxquelles s’affrontent celles de la caméra qui racontent l’espace vécu. »

Chacun est frontière

Et les termes prennent alors une autre réalité, celle d’un monde où la technique ne signale pas des bouchons, mais des déplacements de barrages, et où la route réelle, celle qui permettrait de tourner à gauche et de rejoindre la destination n’existe pas parce qu’elle est israélienne, et donc interdite.

Ou, à rebours, lorsque le GPS passe sur la carte israélienne, c’est un tout autre espace qui se dessine, formé de routes de contournements qui joignent les colonies au sommet des collines en évitant les localités palestiniennes.

En suivant les méandres de ces cheminements détournés, le film suit un territoire tout entier devenu frontière, des découpages qui n’existent pas sur les cartes mais sont présents dans la réalité et qui s’imposent aux gens, à l’épaisseur du territoire, des frontières dont un GPS palestinien acculé par la colonisation et l’occupation tente de rendre compte :

« Nous portons chacun en nous notre propre frontière en raison de nos possibilités différentes de déplacement : Emad en tant que Gazaoui, Faisal, le chef opérateur comme Jérusalémite et moi, de nationalité française, vivant en Palestine. À présent démultipliée et individualisée, la frontière-ligne est absente. »

Une cartographie intérieure

Chaque individu détient alors un vécu et une vision de l’espace traversé, et en cela, le documentaire est bien une cartographie intérieure. Au fil des trajets, l’auteure-réalisatrice et le réalisateur vont à la rencontre des gens, Palestiniens, colons, Israéliens qui vivent ou circulent dans des espaces de facto partagés, les interrogent et s’interrogent sur ce que cela signifie de circuler sur ce territoire, de la négation chez certains de l’existence même d’une frontière à la brusque prise de conscience chez d’autres de la réalité d’une limite qu’ils ne peuvent passer, ou dont ils ont refoulé l’existence.

Le film s’inscrit alors dans un parcours des Palestines du quotidien, morcelées, personnelles, marquées par ces détours qui transforment l’appréhension du territoire et la relation d’appartenance à celui-ci.

Le refus du spectaculaire participe de cette démarche : il ne s’agit pas ici de provoquer le scandale, ou d’entrer dans une polémique mais de susciter la réflexion sur ce que cela veut dire que de vivre sur la propre borne de son territoire, de vivre chez soi en errance.

« Comment se construisent peu à peu l’étrangeté, la défiance vis-à-vis d’un paysage et d’un espace parcouru, auparavant familier, c’est ce que nous avons filmé, quand les routes séparent et éloignent plus qu’elles ne relient, ajoutant une autre forme de violence, “infrastructurelle” cette fois. »

La frontière en films

Le film rappelle aussi ce motif de la frontière qui irrigue par ailleurs le cinéma de Palestine, et prolonge la réflexion entamée par Rashid Masharawi dans Ticket to Jerusalem (2002) ou Kazuya Ogawa avec Pink Subaru (2009) et qui ont fait de la circulation en espace clos un motif majeur de la représentation du territoire.

Au début des années 2000, au moment de la Seconde Intifada et de la construction du mur de séparation, Michel Khleifi et Eyal Sivan avaient commencé à explorer cette thématique avec Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël – du numéro de la résolution de l’ONU partageant la Palestine mandataire, et dont ils suivaient les frontières jamais tracées-, tandis que Simone Bitton titrait simplement son film Mur en suivant le tracé de cette barrière alors nouvelle.

Emad Ahmad et Stéphanie Latte Abdallah tracent leur route alors que le choc de cette construction est passé, et que l’occupation au jour le jour a pris de nouvelles formes depuis la fin de la seconde Intifada (2000-2006) (lire notamment l’introduction de Israël/Palestine, l’illusion de la séparation).

Ils sont à la fois les témoins et les acteurs de la transformation des relations au paysage induites depuis, de la privatisation de la sécurité aux checkpoints dits frontaliers, et de la virtualisation de plus en plus grande du pays lui-même symbolisée par son GPS fou.

Évoquer les parcours en Terre Sainte, longtemps, cela a voulu dire suivre Maurice Halbwachs (La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte) et mettre ses pas dans les pas d’un territoire recréé par les traces de milliers de pèlerins et voyageurs venus donner chair à leur vie religieuse en suivant les routes de Palestine, où ils croisaient les cheminements locaux, personnels des habitants, tant il est vrai qu’un territoire vit par les empreintes qui y sont laissées.

Dans le cas présent, l’espace, rétréci jusqu’à n’être plus qu’une frontière intime, se vit au risque de perdre le lien avec l’idée qui anime encore la Palestine politique, pays virtuel au bout d’une route sans raison. »

Inner Mapping , Film documentaire de Stéphanie Latte Abdallah et Emad Ahmad (Palestine/France, CNRS Images, 2017).

Projection-débat le 15 juin de 18h à 20h, Amphithéâtre François Furet de l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006, entrée libre. « Inner Mapping » sera également au programme du festival des cinémas arabes à Paris organisé par l’Institut du Monde Arabe du 28 juin au 8 juillet.

Stéphanie Latte Abdallah  Historienne, CNRS, CERI, Sciences Po – USPC

Thomas Richard   Chercheur associé, sciences politiques, Université Clermont Auvergne

https://theconversation.com/palestine-un-pays-virtuel-au-bout-dune-route-sans-raison-98134

The Conversation

Ai Weiwei, Human Flow, documentaire, février 2018

« Plus de 65 millions de personnes à travers le monde ont été contraintes de quitter leur pays pour fuir la famine, les bouleversements climatiques et la guerre : il s’agit du plus important flux migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale. Réalisé par l’artiste de renommée internationale Ai Weiwei, HUMAN FLOW aborde l’ampleur catastrophique de la crise des migrants et ses terribles répercussions humanitaires.
Tourné sur une année dans 23 pays, le documentaire s’attache à plusieurs trajectoires d’hommes et de femmes en souffrance partout dans le monde – de l’Afghanistan au Bangladesh, de la France à la Grèce, de l’Allemagne à l’Irak, d’Israël à l’Italie, du Kenya au Mexique et à la Turquie. HUMAN FLOW recueille les témoignages des migrants qui racontent leur quête désespérée de justice et de sécurité. Ils nous parlent des camps de réfugiés surpeuplés, de leurs périples en mer à très haut risque, des frontières hérissées de barbelés, de leur sentiment de détresse et de désenchantement, mais aussi de leur courage, de leur résilience et de leur volonté d’intégration. Ils évoquent la vie qu’ils ont dû abandonner et l’incertitude absolue d’un avenir meilleur.
HUMAN FLOW nous interroge sur l’une des questions essentielles à notre époque : la société mondialisée parviendra-t-elle à s’extraire de la peur, de l’isolement et du repli sur soi ? Saura-t elle se tourner vers l’ouverture aux autres, la liberté et le respect des droits de l’homme ?  » (ed.)

EXODI/ESODI, Migratory routes from Sub-Saharan Countries to Europe, Doctors for Human Rights

« EXODI is an interactive web map built using the testimonies of 2,600 migrants from Sub-Saharan Africa collected over four years of activity (2014-2017) by the operators and volunteers of Medici per i Diritti Umani/Doctors for Human Rights (Medu). These testimonies were gathered amongst those 900 thousand men, women and children who have landed on Italian shores in the past 16 years, of which almost half in the last 36 months. They belong to those who survived the crossing of the Central Mediterranean (which has seen at least twenty thousand migrants dead or missing since 2002), the crossing of the Sahara and the kidnapping and imprisonment along these routes, whose number of victims is tragically high although unknown in its entirety.

The map describes in the most simple and detailed way possible the Migratory Routes from Sub-Saharan countries to Italy, along with the difficulties, violence, tragedies and hopes encountered by the witnesses throughout their journeys.

This map is addressed to all those who want to further deepen their understanding of these extreme human experiences which mark our time. In this sense, EXODI is not only a map with routes or a report of data and statistics. It is, above all, a testimony of these life stories. It is an interactive and growing web map periodically updated with new testimonies gathered from all those who are willing to share the story of their journey. The information here presented was collected in Sicily (in the Pozzallo Hotspot, in the the Centres of Special Reception for Asylum Seekers/CAS of Ragusa and in the Reception Centre for Asylum Seekers/CARA of Mineo) and in Rome (in informal reception centers and at the Medu Psychè Centre for rehabilitation of victims of torture). The testimonials were also collected in Ventimiglia and in Egypt, specifically in Aswan and Cairo. Medu is active throughout all of these locations, working to guarantee social services and medical care to migrants as well as psychological rehabilitation for victims of torture and inhuman and degrading treatment. Through updated data EXODI also aims to describe the physical and mental consequences of these migratory journeys on the health of an entire generation of young Africans; a journey in which, as one witness said, « you are no longer considered a human being ». » (ed.)

http://esodi.mediciperidirittiumani.org/en/

foto di narciso contreras per medu

 

Ai Weiwei, Les réfugiés connectés, Expo virtuelle, forumviesmobiles.org

Ai Weiwei conduit depuis 2015 un projet de grande ampleur visant à témoigner de la situation des réfugiés. Dans ce cadre, le Forum Vies mobiles lui a demandé de prêter une attention particulière à leur usage du smartphone et à la façon dont cela conditionne leur mobilité. Dans ce projet dévoilé en 3 temps, découvrez les photos et vidéos de l’artiste chinois ainsi que leur analyse par la sociologue de la mobilité Mimi Sheller. (site)

————————-

« Depuis décembre 2015, je me suis lancé dans un projet visant à témoigner de la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. En identifiant l’origine des réfugiés et en suivant leurs pérégrinations, je cherche à enregistrer et à analyser leur condition d’existence et les conséquences que cela entraîne pour nous.

Dans le cadre de ce projet plus vaste, je m’intéresse particulièrement à la façon dont les personnes déplacées communiquent et se rapprochent les uns des autres grâce aux smartphones. Pour les hommes et les femmes qui sont dans les camps de réfugiés, ou en chemin entre leur pays d’origine et des lieux plus sûrs, le smartphone est le moyen de communication le plus important. Même quand ils ont perdu tout le reste, ils mettent à l’abri leur téléphone. Lors de la traversée de mers dangereuses, ils les emballent dans du plastique afin de les protéger de l’eau. Quand les bateaux semblent sur le point de couler, ils utilisent ces téléphones pour appeler leurs proches ou envoyer des appels au secours. Pendant leurs longs voyages, ils sont également nombreux à s’en servir pour témoigner de ce qu’ils ont vu et entendu.

Lorsque les réfugiés ont réussi à fuir la guerre, malgré le danger, et arrivent sur les côtes de l’Europe, leur première préoccupation est d’appeler chez eux, pour prévenir leurs proches qu’ils sont sains et saufs. Les smartphones leur permettent de contacter des êtres chers, restés dans un pays ravagé par la guerre ou déjà installés en Europe. Avec ces mêmes appareils, ils peuvent aussi chercher de l’aide ou échanger des informations avec d’autres réfugiés. D’importantes décisions sont prises lorsqu’ils communiquent avec des passeurs ou discutent entre eux de la prochaine étape par texto ou par téléphone. Dans tous les camps, les lieux les plus animés sont les bornes de chargement et les cafés avec des prises électriques, où les gens discutent et partagent les nouvelles. Au camp d’Idomeni, près de la frontière gréco-macédonienne, les réfugiés ont même développé leur propre réseau pour passer des annonces, partager des informations et même retrouver leur famille.

Mon studio et moi avons rassemblé des photographies de réfugiés en train d’utiliser un smartphone dans des lieux divers, à différentes étapes du voyage. Nous disposons aussi de vidéos racontant de brèves histoires sur l’expérience des réfugiés, les équipes de secours et les différents acteurs impliqués dans la crise. Une première sélection de ces documents a été proposée au Forum Vies Mobiles (décembre 2015 à février 2016), dans le cadre d’un effort soutenu visant à sauvegarder les témoignages historiques sur la crise des réfugiés. »

Ai Weiwei

———————-

« Les travaux de sciences sociales sur la crise mondiale des réfugiés ont tendance, pour la plupart, à mettre en avant les situations les plus désespérées (comme les morts en mer), les populations les plus vulnérables (comme les enfants) et les lieux conflictuels les plus dramatiques (comme la « Jungle » de Calais). Les images d’Ai Weiwei offrent une représentation plus quotidienne des déplacements de dizaines de milliers de personnes sur la Méditerranée et en Europe. Discret sur les aspects dramatiques, il montre les individus pris dans des situations difficiles et personnalise l’expérience de mobilité immobile ou d’immobilité mobile. Dans une autre vidéo, un jeune homme vêtu d’une veste du HCR raconte qu’il a aidé à procurer de la nourriture à un Iranien qui partait dans un bus pour Mytilène, afin de prendre le bateau vers Athènes. L’homme le remercie avec effusion et il explique : « Avec de petits gestes comme celui-ci, vous pouvez leur faciliter la vie et les aider. Et c’est agréable. C’est une façon de leur témoigner de l’affection. »

Les réfugiés nous rappellent que nous devons maintenir « une mobilité connectée dans un monde déconnecté », tout en évoquant subtilement sa dépendance aux connexions aériennes (Sheller 2016). Ironie de l’histoire, ces communications fonctionnent grâce aux satellites d’origine militaire, ceux-là mêmes qui permettent la guerre, les ciblages GPS, les attaques de drones. Les systèmes humanitaires conçus pour protéger ceux qui fuient la guerre sont en échec. Pourtant, aujourd’hui, la violence humaine et la fuite des réfugiés sont relayées par les téléphones portables, les textos, les photographies et la connexion électronique. »

Mimi Sheller

http://artisticlab.forumviesmobiles.org/fr/the-refugee-project

http://forumviesmobiles.org/

illustration @A. Weiwei, ibidem