Archives de catégorie : EDITION SPECIALE

Cette rubrique attire l’attention sur des informations rares et/ou originales

A las puertas de Europa, por Guillermo Abril, Fotografía de Carlos Spottorno, El País Semanal, 11/04/2014

Exceptionnel document interactif !

Viajamos a las puertas de entrada en la Unión Europea. A los llamados “puntos calientes”. Lugares remotos y olvidados donde se vive el drama de la inmigración a diario. Un recorrido por la frontera sur en el que somos testigos del rescate al límite de una patera por la Marina italiana. Y seguimos a sus ocupantes a bordo de una nave que hace de puesto fronterizo cerca de Lampedusa (Italia). Subimos al monte Gurugú, donde los subsaharianos aguardan para saltar la valla de Melilla (España). Tocamos las cuchillas de la verja griega, levantada en 2012 para tapar el mayor agujero de clandestinos del continente. Nos adentramos en un campo de refugiados sirios en Bulgaria, un país desbordado por el flujo de extranjeros. Esta es la odisea que viven cientos de miles de personas sorprendidas en las grietas de la fortaleza europea. Y también la de las que no fueron detectadas.

http://elpais.com/especiales/2014/europa-frontera-sur/las-fronteras.html

Photo : Valla Melilla, Carlos Spottorno, ibidem

valla2

World Press Photo, 2014, John Steinmeyer

worldpressdjibouti2

26 février 2013, Djibouti. Des migrants africains tentent de capter le réseau téléphonique somalien (moins cher) depuis Djibouti, pour joindre leurs proches. Crédits : JOHN STEINMEYER/VII POUR “NATIONAL GEOGRAPHIC” http://lemonde.fr/culture/portfolio/2014/02/14/

.

Les résultats du 57e World Press Photo ont été annoncés le 14 février. C’est John Stanmeyer, photojournaliste de l’agence VII, qui remporte le premier prix. Son image réalisée pour National Geographic, a été prise à Djibouti en février 2013, et montre des migrants africains tentant de capter un réseau téléphonique pour joindre leurs proches.

 .

Gary Knight, confondateur de l’agence VII, est le président du jury du World Press Photo, la récompense la  plus connue dans le photojournalisme. Après des années de photos spectaculaires et tragiques, l’institution a donné sa plus haute récompense à une photo inhabituelle et poétique, sans drame apparent, signée de John Stanmeyer. Le photographe explique ce choix, et revient sur les polémiques qui ont entouré le World Press récemment.

Propos recueillis par Claire Guillot

“La photo qui a remporté le prix World Press Photo de l’année (John Stanmeyer) rompt avec les habitudes du World Press. Comment expliquez-vous ce changement ?

Il y a une rupture par rapport à toutes les photos récompensées par le World Press Photo auparavant, car on n’y voit pas le désespoir, la violence habituels. Cette image très forte représente, au contraire, une scène belle et poétique, tout en traitant d’une question cruciale dans le monde entier, les migrations. Ce sont des gens qui cherchent à échapper à leur condition. Ils tendent le bras avec leur téléphone portable pour essayer de capter un signal, et tentent de communiquer avec leurs proches.

Il y a énormément d’images spectaculaires qui traitent de ce thème, mais elles montrent en général la fin du voyage : il y a très peu de place laissée à l’imagination. Cette image se concentre sur le début du voyage, et ne livre pas tout.

Autre changement : le sujet traité n’est pas un conflit, mais un problème de société et d’économie.

La question des migrations est une question mondiale et primordiale. Ici, le photographe l’a traitée de façon très originale. En général, on voit plutôt les gens dans des bateaux, qui sautent des clôtures, qui sont arrêtés, brutalisés, isolés. C’est la représentation habituelle. Le problème, c’est qu’au bout d’un moment, on n’est plus interpellé par ces images. Là, c’est une nouvelle façon d’attirer l’attention, la photo pose beaucoup de questions, et c’est ce qu’une bonne photo doit faire. Elle demande une implication de la part du lecteur. Et c’est une image qui peut résonner dans le monde entier, chez plein de gens. Quand la photo est violente, qu’elle montre des destructions et la guerre, ça paraît loin de notre expérience. Mais quelqu’un qui tente de joindre des proches avec un téléphone mobile, c’est quelque chose d’universel.” (…)

http://lemonde.fr/culture/article/2014/02/14/world-press-photo

Triptyque du naufrage (Lampedusa), Lina Prosa, Théâtre du Vieux-Colombier (Comédie française), Paris, janvier-février 2014

lampedusaparigi

 

Triptyque du naufrage : Lampedusa Beach

Du 1er au 3 février 2014, Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

Lina Prosa

Mise en scène Christian Benedetti

Avec Céline Samie

Des sinistres faits divers que la presse nous rapporte des plages de Lampedusa, Lina Prosa tire une pièce bouleversante sur le parcours d’une femme, Shauba. Migrante comme tant d’autres, naufragée comme beaucoup, avalée par la mer, elle s’accroche à quelques centaines de mètres de la plage à sa paire de lunettes de soleil – dernière bouée avant la descente dans les flots. À travers ce monologue traversé d’une fulgurance poétique, l’auteure italienne nous entraîne dans le naufrage de ceux qui rêvent d’accoster une terre d’espérance.

Triptyque du naufrage: Lampedusa Snow

31 janvier, 1er février, 4 février 2014,Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

Lina Prosa

Mise en scène Lina Prosa

Avec Bakary Sangaré

Lampedusa Snow parle d’un naufrage en montagne, la victime est un homme, Mohamed, peut-être le frère de Shauba – la femme de Lampedusa Beach. Ce texte a été écrit à partir d’un fait divers : il y a trois ans, cent migrants africains ont débarqué à Lampedusa et ont été transférés vers les Alpes à mille huit cents mètres d’altitude, laissés là, dans l’attente de démarches bureaucratiques d’identification. Si Lampedusa Beach requiert une actrice capable de descendre sous l’eau en apnée, Lampedusa Snow est écrit pour un acteur dont le souffle doit lui permettre de résister à une très haute altitude.

Triptyque du naufrage : Lampedusa Way

1er février, 2 février , 5 février 2014, Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

Lina Prosa

Mise en scène Lina Prosa

Avec Cécile Brune et Gilles David

Lina Prosa poursuit son écriture du naufrage avec Lampedusa Way, dernier volet de son triptyque. Cette pièce, en cours d’écriture, est créée dans une mise en scène de l’auteure à l’occasion des Rendez-vous contemporains qui présentent les trois pièces, que vous pouvez découvrir indépendamment ou en intégrale. Cette fois, ce sera un duo. Les parents de Shauba et Mohamed peut-être, partis à la recherche de leurs enfants. Trois textes différents dans une même conscience de l’errance, de l’espoir et de la folie des hommes.

nota : Intégrale le 1er février 2014

http://www.comedie-francaise.fr/saison.php?id=518

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20140124.AFP8371/les-naufrages-de-lampedusa-ressuscites-sur-la-scene-de-la-comedie-francaise.html

.

Lina Prosa, Lampedusa Beach suivi de Cassandre on the road et de Programme-Penthésilée : entraînement pour la bataille finale, Paris, Les Solitaires intempestifs, 2012 (Traduit de l’Italien par Jean-Paul Manganaro)

lampedusa-beach- “Le matelot ne dit pas toujours la vérité…

une fois il est revenu en arrière mais avec la moitié seulement des voyageurs

on n’a jamais rien su de l’autre moitié…

une autre fois il a vidé le bateau en pleine mer

comme une casserole d’eau sale…

tout cela parce que le clandestin

est privé de la vérité… on le garde à l’obscur de tout.

Il n’a jamais vu une carte postale de Lampedusa.

Il n’en a jamais reçu.

Il ne sait pas de quoi il s’agit.

Quand on le fait débarquer rien ne dit qu’il est à Lampedusa.”

Lampedusa Beach a obtenu le prix national “Annalisa Scafi” pour le théâtre public à Rome en 2005 et le prix “Anima” pour le théâtre en 2007.

http://www.solitairesintempestifs.com/livres/463-lampedusa-beach

 

Source photo : http://www.repubblica.it/spettacoli/teatro-danza/2013/10/29/news/a_parigi_va_in_scena_la_tragedia_di_lampedusa-69770263/?ref=search

Walls Separate Worlds

wallswebLe projet Walls conçu par la Compagnie théâtrale Astragali de Lecce (Italie), et soutenu par le programme Culture 2007-2013 de la Commission européenne, se propose d’interroger les identités de frontière en Méditerranée, et de les dissiper à travers la création et l’information.

Plusieurs rencontres et résidences artistiques rythmeront ce projet selon quatre grands axes thématiques : «Théâtre au croisement des nouveaux murs » (Şerince, Turquie), « Anciens et nouveaux murs » (Zante, Grèce), « Murs et mémoires » (Paris, France), « Langues maternelles, révélatrices de conflits à travers le théâtre » (Nocosie, Chypre). Le projet sera également accompagné par la production de contenus journalistiques concernant les frontières (agenda, reportages, chroniques culturelles, etc.).

De nombreux partenaires sont impliqués dans Walls, parmi eux : l’Université du Salento, Le théâtre public des Pouilles, l’International Theatre Institute (Italie), l’International Theatre Institute(Chypre), le Theatre Institute – Direction Générale Internationale (France), Association Un vrai Beau Gars (France), Theatre Tsi Zakynthos (Grèce), la Performance Research Association (Turquie) et le site Babelmed (Italie).

http://www.babelmed.net/cultura-e-societa/36-

Contacts:

Astragali :

teatro@astragali.org

www.astragali.org

Babelmed :

info@babelmed.net

www.babelmed.net

BORDER CROSSING OBSERVATORY, MONASH ARTS, Australia

 

border-logoThe Border Crossing Observatory (BOb) is an innovative virtual research centre that connects Australian and international stakeholders to high quality, independent and cutting edge research on border crossings.

Based at Monash University, BOb draws together an international network of critical criminologists and researchers from related disciplines who work in connection with key NGOs to examine border crossings and irregular migration differently, putting the experiences of human beings at the centre.

BOb is built on a strong foundation of empirical research. Our researchers adopt inter-disciplinary social science approaches to research irregular migration and border control.

Our research seeks to transform knowledge and develop new ways of thinking, bringing new insights into policy debates associated with irregular migration and border control.

Our Research Agenda includes:

AUSTRALIAN BORDER DEATHS DATABASE

See :

http://artsonline.monash.edu.au/thebordercrossingobservatory/

http://vimeo.com/60050156