Archives de catégorie : Arts plastiques

Les migrants, absents du pavillon français de la Biennale de Venise, Jean-Jacques Larrochelle

Les migrants, absents du pavillon français de la Biennale de Venise, Jean-Jacques Larrochelle, lemonde.fr, 27/04/2016

biennale

« La crise des migrants en Europe va résonner lors de la 15e édition de la Biennale internationale d’architecture qui se tiendra à Venise du 28 mai au 27 novembre. D’importants pavillons nationaux implantés dans les Giardini, les jardins de la Sérénissime, vont restituer au public des actions architecturales concrètes : comment répondre à l’afflux de réfugiés fuyant des zones de conflit, principalement de ­Syrie, d’Irak et d’Afghanistan ; comment structurer leur accueil, voire pérenniser le séjour de certains d’entre eux dans les conditions d’un habitat et de situations sociales pérennes.

L’Allemagne, à travers des initiatives majoritairement citoyennes, réinvestit à l’adresse des réfugiés le concept de Heimat – terme intraduisible exprimant à la fois l’idée de terre d’élection et de nation –, offrant d’aussi nombreuses que tangibles, et parfois spectaculaires, solutions d’accueil et de logements, certaines réalisées, notamment à Munich, d’autres en passe de l’être. Sur un même mode, l’Autriche imagine la transformation d’immeubles de bureaux désaffectés à Vienne pour loger ces nouveaux arrivants. La Finlande, par anticipation, focalise son attention sur des solutions adaptées aux demandeurs d’asile, tandis que la Grèce reconsidère la discipline architecturale dans le contexte de crise que traverse le pays. Face à ces déclinaisons d’une même problématique qui engagent les architectes, mais pas seulement, la France fait preuve d’une remarquable cécité. »  (…)

http://www.lemonde.fr/architecture/article/2016/04/27/les-migrants-absents-du-pavillon-francais-de-la-biennale-de-venise_4909393_1809550.html#OCMvCcUAHOW8ThUG.99

biennale2

crédit photo : http://www.labiennale.org/en/architecture/

 

Le premier musée sous-marin d’Europe du sculpteur Jason deCaires Taylor, Véronique Dalmaz, culturebox.francetvinfo.fr, 02/02/2016

« Le Muséo Atlantico prend forme. Les premières sculptures de Jason deCaires Taylor ont rejoint les fonds marins de l’île de Lanzarote, en Espagne. Ouverture officielle de ce musée 100% aquatique unique en Europe : l’été 2016.

(…) Certaines de ces sculptures hyper réalistes ont été moulées sur des habitants de l’île de Lanzarote. D’autres représentent les migrants qui viennent s’échouer sur les plages des Canaries. Ces œuvres ne sont pas destinées à durer dans le temps. Conçues avec des matériaux non polluants pour l’environnement, elles sont, avant tout, des abris pour la biodiversité marine.  » (…)

Qui est Jason deCaires Taylor ?

 Jason deCaires Taylor est né le 12 aout 1974. Enfant, il a grandi en Malaisie auprès de ses parents expatriés. Une enfance entourée de coraux, de faune marine qui déterminera, adulte, son intérêt pour la protection des fonds marins. De retour en Angleterre avec sa famille, il commence à pratiquer le graff. En 1998, il décroche un diplôme au London Institute of Art (céramique et sculpture). Il multiplie les petits boulots (graveur sur pierre, scénographe de concerts) jusqu’à son déménagement sur l’île de la Grenade où il crée son premier parc de sculptures sous-marines. Trois ans plus tard, en 2009, il fonde le musée sous-marin de Cancun. Ces installations lui ont apporté une reconnaissance internationale. En 2014, il était considéré comme l’une des cent personnalités les plus novatrices de la planète.

http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/sculpture/decouvrez-le-musee-sous-marin-de-jason-decaires-taylor-a-lanzarote-234573

ndr : Une des installations s’intitule « Le radeau de Lampedusa  » (La zattera de Lampedusa) et fait référence au « Radeau de la Méduse » de Géricault (1818) : il s’agit d’une barque avec treize réfugiés à bord. Une autre, nommée « Le Rubicon », montre 35 personnes marchant vers un portail, au-delà duquel s’étend un monde nouveau.

Voir les images :

http://lemonde.fr/planete/video/2016/02/12/museo-atlantico-premier-musee-en-europe-au-fond-de-l-ocean_4864628_3244.html

crédit photo : Jason deCaires Taylor

Les murs perdus d’El Seed, Lilia Blaise, inkyfada.com, 02/07/2014

elseed-triptique4-douze-inkyfada imageelseed

 @El Seed

Le graffeur tunisien a parcouru pendant plus de trois semaines la Tunisie laissant sa trace sur des lieux oubliés du paysage, des endroits qui ont une valeur émotionnelle ou historique.

« El Seed, graffeur franco-tunisien, s’est fait connaître en Tunisie en graffant un verset du Coran sur le minaret d’une mosquée à Gabès. L’artiste, dont le travail appelle à la tolérance, a parcouru pendant quatre semaines la Tunisie et a laissé sa trace sur des lieux oubliés du paysage, qui ont une valeur émotionnelle ou historique pour la Tunisie.  (…)

« Je voulais sortir du processus de l’art dit « révolutionnaire » , montrer ces villes de la Tunisie, chargées d’histoire, que l’on a tendance à oublier. » Si El Seed trouve une certaine beauté dans les tags de la révolution qui expriment une liberté nouvelle par rapport à un art « bourgeois » du tag toléré et contrôlé sous Ben Ali selon le graffeur, il souhaite s’en démarquer. Les tags d’El Seed dénotent par rapport aux œuvres citoyennes de la révolution, comme les graffitis laissés sur les murs à l’entrée de Kasserine témoignant de la lutte pendant la révolution ou encore ceux de Regueb, portraits des martyrs de la ville.

El Seed semble vouloir aller vers une seconde phase de l’histoire de la révolution, celle où le pays se redécouvre et retrouve son héritage.

 Comme beaucoup d’autres Tunisiens issus de l’immigration ou simplement comme les Tunisiens qui étaient restés dans la capitale du pays, Faouzi de son vrai nom, admet qu’il a renoué avec la terre de ses ancêtres après la révolution. Plus encore, il s’agit pour lui d’un travail de mémoire dans une Tunisie marginalisée pendant plus de cinquante ans. Mis à part le village de son grand-père, El Seed n’a pas planifié à l’avance les villes dans lesquelles il s’est arrêté pour peindre. C’est au gré des rencontres et des récits locaux qu’il a choisi les lieux. »  (…)

https://inkyfada.com/2014/07/les-murs-perdus-del-seed/

 elseed-triptique2-Tataouine-inkyfada

 

Les murs perdus : Calligraffiti, voyage à travers la Tunisie de El Seed  (Auteur),  Mehdi Ben Cheikh (Auteur),  Jeffrey Deitch (Préface), éd. Gourcuff Gradenigo, 2014   elseed-cover-livre-inkyfada

 

 

 

Draunara, installation, Federica Cellini, 2014

Draunara-PRESS-IMAGE

 

 Draunara, Federica Cellini, Ana B.K, widewalls.ch , 26/05/2014

 « Washed away onto the shores of the island, migrants from Africa keep arriving to Lampedusa, a small island just off the coast of Sicily. (…)

 The Unstoppable Tempest 

Draunara takes its name from the local term for a storm that swoops over the island coming from the sea. The author of the piece draws a parallel between the tempest and the overwhelming number of people arriving from the same direction. Although the arrivals are much higher than the population of the islet, which is only around 5.000, the locals are devoted to helping the unfortunate migrants welcoming them on the shore, offering water, blankets or medical help. Still, the very small Lampedusa is quite overwhelmed with the human intake.

 The inspiration for the installation came to Federica Cellini after she witnessed the arrivals herself. Feeling deeply moved by the situation, she took a series of photographs with her mobile phone on the spot, capturing the very moment of the disembarkation. Men she photographed are covered with metallic thermal blankets, which emit the golden light and shimmering nuances, transposing the entire scene into a surreal realm. The difficulty of the situation proves itself too heavy, packed with history of each and every one of the coming. 

 Photographs taken make the base narrative of Draunara installation, while the complementing level of the story is told through the sounds that follow each of the photographs, unfolding the tale of the migrants’ life-changing voyage from the heart of Africa. » » (…)

 http://www.widewalls.ch/draunara-art-installation-federica-cellini-castello-di-rivoli/

Crédit photo : F. Cellini, press photo, ibidem