Archives de catégorie : Artothèque

Alexandre Roulin, Quand les chouettes réconcilient les hommes au Proche‑Orient, theconversation.com, 08/02/2018

« Quand on évoque le Proche-Orient, ce sont les conflits, les crises, les guerres et les exodes incessants qui viennent à l’esprit. Et non pas les centaines de millions d’oiseaux qui traversent cette région chaque année. En effet, le Proche-Orient est un hotspot de la biodiversité et un couloir migratoire important pour de nombreuses espèces (avifaune) provenant de l’Europe et d’Asie se rendant dans leurs quartiers hivernaux en Afrique.

Or elles sont menacées aussi bien par la prédation de l’Homme que par de possibles catastrophes écologiques. Les oiseaux font aussi l’objet d’une chasse importante autour du pourtour méditerranéen (chasse au filet, à la glue, au fusil…). Ils sont également victimes de la pollution et des conflits qui les opposent aux communautés humaines protégeant leurs champs et étangs, viviers de nourriture pour de nombreuses espèces.

S’allier aux chouettes effraies

Afin de réconcilier les populations avec la Nature, nous avons ainsi décidé de développer dès 1983 un programme appelé « Les chouettes ne connaissent pas de frontière ».

Ce projet écologique a peu à peu permis de rassembler autour d’une même table Israéliens, Jordaniens et Palestiniens.

Dans la vallée du Jourdain, qui s’étend de part et d’autre du fleuve éponyme, terre cruciale pour le projet d’État palestinien et point de crispation des négociations avec Israël, les paysans répandent des tonnes de poisons (rodenticide) afin d’éliminer les rongeurs qui dévastent les cultures agricoles.

Ces poisons ne tuent pas immédiatement les rongeurs qui peuvent encore se déplacer suffisamment longtemps pour se faire attraper par un prédateur. À force de consommer des animaux infectés, les prédateurs accumulent ce poison et finalement meurent d’hémorragie. Or, ce faisant, les paysans tuent non seulement leurs ennemis (rongeurs) mais également leurs alliés (prédateurs) !

Pour pallier ce problème, l’Autorité palestinienne, les pays israéliens et jordaniens peuvent utiliser les chouettes effraies qui sont résidentes et nichent souvent dans les constructions humaines. Il est donc aisé de favoriser leur reproduction en disposant des nichoirs. Chaque famille de chouettes peut en effet consommer environ 6 000 rongeurs par année. C’est un « taupier bon marché » !

Nous avons ainsi initié un ensemble de rencontres afin de partager les bonnes pratiques en terme de lutte biologique contre les rongeurs.

Les nichoirs de la paix

Les scientifiques, paysans et autres membres des sociétés jordaniennes, palestiniennes et israéliennes se réunissent ainsi régulièrement en Israël et en Jordanie depuis 2000 afin d’échanger leurs expériences pour favoriser les chouettes et convaincre les paysans de diminuer drastiquement l’emploi de poison.

Ces rencontres sont non seulement utiles au niveau régional mais cela permet également de favoriser un dialogue sur un sujet neutre et ce, entre communautés que souvent tout sépare : les conflits militaires larvés, la tradition, la culture et la religion.

A ce jour, il y a environ 3500 nichoirs à chouettes effraies en Israël, 250 en Palestine et 250 en Jordanie.

Or, les chouettes chassent surtout les rongeurs (70 à 80 % de leur régime alimentaire) de part et d’autre des frontières, n’ayant besoin ni d’un passeport ni d’un visa pour se rendre sur leurs terrains de chasse…

Des études en cours utilisant des GPS afin de suivre les déplacements des chouettes ont montré qu’effectivement des chouettes nichant en Israël se rendent très régulièrement en contrées arabes, dont le territoire palestinien, pour trouver leur pitance.

Par conséquent, résoudre un problème écologique tel que l’épandage de poison dans les champs agricoles dans un pays n’est pas suffisant pour protéger la nature : il faut trouver une solution régionale même lorsque les états sont en guerre. Les chouettes nous révèlent donc l’étendue des défis si nous désirons protéger notre environnement ! Leur présence est également fortement symbolique.

Un oiseau de malheur devenu symbole de paix

À l’instar d’autres animaux entrant dans certaines visions « magico-religieuses » du monde, la chouette effraie est considérée comme un oiseau de malheur sur la planète entière. En France ou en Suisse, par exemple, les gens crucifiaient les chouettes contre les portes de granges ou d’églises afin de repousser les esprits maléfiques il y a encore une soixantaine d’années.

Ce genre de comportement prévaut toujours dans de nombreuses régions, dont les pays arabes. Or, notre expérience montre que même les personnes les plus superstitieuses changent rapidement d’opinion lorsque notre équipe prend le temps d’expliquer que cet oiseau est l’allié des paysans. Nous organisons ainsi des cours dans les écoles afin d’expliquer le rôle écologique des chouettes, et de sensibiliser les enfants, qui à leur tour expliquent aux parents l’importance de cet oiseau pour l’écosystème.

Couples binationaux

Ces chouettes sont également une source d’inspiration positive. Comme la plupart des oiseaux, les chouettes sont monogames, le couple travaillant ensemble pour élever une progéniture. À la fin de l’hiver, les couples se forment ou se reforment. Dans la vallée du Jourdain, ils produisent une nichée par an. En dehors de la saison des amours, les chouettes restent sur leurs territoires même si le couple n’est plus aussi soudé : chacun vaque à ses occupations jusqu’au printemps suivant.

C’est ainsi que cette année, nous avons découvert qu’un couple de chouettes nichant en Jordanie était composé d’un mâle israélien et d’une femelle jordanienne (ces oiseaux avaient une bague disposée par des ornithologues).

Et l’année précédente nous avons trouvé un autre couple israélo-jordanien en Israël cette fois. L’événement fut même rapporté dans différents journaux régionaux.

Notre projet a attiré la sympathie de nombreuses personnalités israéliennes, jordaniennes et palestiniennes. Il démontre aussi que les communautés israéliennes et arabes peuvent discuter et soutenir une cause commune (écologie dans le cas présent). Leur soutien est vital pour nos recherches car nous avons besoin d’organiser le travail de terrain (fixer des nichoirs et les réparer) et réunir nos collègues israéliens, jordaniens et palestiniens.

Diplomatie scientifique

Depuis 1983 le professeur Yossi Leshem de l’université de Tel-Aviv, le Général Mansour Abu Rashid (responsable des accords de paix de 1994 entre Israël et la Jordanie) et moi-même parcourons ainsi la Suisse afin de convaincre la diplomatie suisse, en tant que pays neutre, d’œuvrer pour la protection de la nature au Proche-Orient, de donner à ce projet plus de moyens, et, qui sait, à travers des liens de confiance, d’envisager un jour la création d’une future plateforme diplomatique.

Au-delà de l’importance du sujet écologique et de la paix à promouvoir en Proche-Orient, notre projet montre que la science est un support idéal pour promouvoir une diplomatie raisonnée et neutre.

Les scientifiques et leurs sujets d’étude sont par définition neutres politiquement. La « diplomatie scientifique » est un nouveau domaine qui s’ouvre aux scientifiques et académiciens.

C’est une belle occasion pour les scientifiques de sortir de leur laboratoire, lever la tête du microscope, donner un sens nouveau à leur recherche et permettre d’atteindre une certaine universalité. »

*****

Le projet « Les chouettes ne connaissent pas de frontières » bénéficie du soutien et participation très active du général retraité Abu Rashid Mansour, président du Amman Center for Peace and Development en Jordanie, collaborateur des nombreux articles dédiés au projet.

Auteur : Alexandre Roulin

Professeur, chercheur ornithologue, Université de Lausanne

Contributeur : Yossi Leshem

Senior researcher in the Department of Zoology, Tel Aviv University

https://theconversation.com/quand-les-chouettes-reconcilient-les-hommes-au-proche-orient-91257

illustration : Personnalités israéliennes, palestiniennes et jordaniennes soutenant le projet, à droite, l’ancien président israélien Shimon Pérès (décédé en 2014). Alexandre Roulin, Author provided, reproduit avec son aimable autorisation

Alexandra Boucherifi, Contemporary art and migration: Sadika Keskes’ tribute to victims of the sea, VoxEurop, 16/10/2017

« Tunisian artist Sadika Keskes, with her latest performance on 1 October in Tunis, wanted to « restore dignity » to the thousands of migrants who died as they tried to cross the Mediterranean in search of a better life, and reminds Europe of its tradition of hospitality.

While Europe is struggling to find solutions to the migratory crisis, artists denounce these torn lives and try to restore dignity to the inert bodies that the sea rejects. Ai Weiwei followed the migrants on the paths of exile for two years and wants to erect a monument in their honour on the island of Lesbos. Others, like Ernest Pignon-Ernest, JR, Banksy, etc. have also faced the harsh reality of these departures for a better life through their artistic practices. The politically engaged Tunisian artist and glassmaker Sadika Keskes has created a performance called « Les tombeaux de la dignité » (dignity graves), in homage to the “no names”, the thousands of bodies of lifeless refugees found in sea, or on the beaches of the Mediterranean.

On 1 October, during a long procession-performance, the artist deposited seven glass tombs at sea, from the shores of Gammarth in the north of Tunis. Sadika Keskes is about to cross the Mediterranean by boat in a few days – depending on the agitation of the sea – to reiterate the action, on some beach of Lampedusa, the so called « paradise » of the migrants. » (…)

http://www.voxeurop.eu/en/2017/contemporary-art-and-migration-5121487

Photos: The symbolic funeral and burial at the sea ceremony performance led by Sadika Keskes on 1 October in Tunis. @Alexandra Boucherifi

 

Ai Weiwei, Les réfugiés connectés, Expo virtuelle, forumviesmobiles.org

Ai Weiwei conduit depuis 2015 un projet de grande ampleur visant à témoigner de la situation des réfugiés. Dans ce cadre, le Forum Vies mobiles lui a demandé de prêter une attention particulière à leur usage du smartphone et à la façon dont cela conditionne leur mobilité. Dans ce projet dévoilé en 3 temps, découvrez les photos et vidéos de l’artiste chinois ainsi que leur analyse par la sociologue de la mobilité Mimi Sheller. (site)

————————-

« Depuis décembre 2015, je me suis lancé dans un projet visant à témoigner de la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. En identifiant l’origine des réfugiés et en suivant leurs pérégrinations, je cherche à enregistrer et à analyser leur condition d’existence et les conséquences que cela entraîne pour nous.

Dans le cadre de ce projet plus vaste, je m’intéresse particulièrement à la façon dont les personnes déplacées communiquent et se rapprochent les uns des autres grâce aux smartphones. Pour les hommes et les femmes qui sont dans les camps de réfugiés, ou en chemin entre leur pays d’origine et des lieux plus sûrs, le smartphone est le moyen de communication le plus important. Même quand ils ont perdu tout le reste, ils mettent à l’abri leur téléphone. Lors de la traversée de mers dangereuses, ils les emballent dans du plastique afin de les protéger de l’eau. Quand les bateaux semblent sur le point de couler, ils utilisent ces téléphones pour appeler leurs proches ou envoyer des appels au secours. Pendant leurs longs voyages, ils sont également nombreux à s’en servir pour témoigner de ce qu’ils ont vu et entendu.

Lorsque les réfugiés ont réussi à fuir la guerre, malgré le danger, et arrivent sur les côtes de l’Europe, leur première préoccupation est d’appeler chez eux, pour prévenir leurs proches qu’ils sont sains et saufs. Les smartphones leur permettent de contacter des êtres chers, restés dans un pays ravagé par la guerre ou déjà installés en Europe. Avec ces mêmes appareils, ils peuvent aussi chercher de l’aide ou échanger des informations avec d’autres réfugiés. D’importantes décisions sont prises lorsqu’ils communiquent avec des passeurs ou discutent entre eux de la prochaine étape par texto ou par téléphone. Dans tous les camps, les lieux les plus animés sont les bornes de chargement et les cafés avec des prises électriques, où les gens discutent et partagent les nouvelles. Au camp d’Idomeni, près de la frontière gréco-macédonienne, les réfugiés ont même développé leur propre réseau pour passer des annonces, partager des informations et même retrouver leur famille.

Mon studio et moi avons rassemblé des photographies de réfugiés en train d’utiliser un smartphone dans des lieux divers, à différentes étapes du voyage. Nous disposons aussi de vidéos racontant de brèves histoires sur l’expérience des réfugiés, les équipes de secours et les différents acteurs impliqués dans la crise. Une première sélection de ces documents a été proposée au Forum Vies Mobiles (décembre 2015 à février 2016), dans le cadre d’un effort soutenu visant à sauvegarder les témoignages historiques sur la crise des réfugiés. »

Ai Weiwei

———————-

« Les travaux de sciences sociales sur la crise mondiale des réfugiés ont tendance, pour la plupart, à mettre en avant les situations les plus désespérées (comme les morts en mer), les populations les plus vulnérables (comme les enfants) et les lieux conflictuels les plus dramatiques (comme la « Jungle » de Calais). Les images d’Ai Weiwei offrent une représentation plus quotidienne des déplacements de dizaines de milliers de personnes sur la Méditerranée et en Europe. Discret sur les aspects dramatiques, il montre les individus pris dans des situations difficiles et personnalise l’expérience de mobilité immobile ou d’immobilité mobile. Dans une autre vidéo, un jeune homme vêtu d’une veste du HCR raconte qu’il a aidé à procurer de la nourriture à un Iranien qui partait dans un bus pour Mytilène, afin de prendre le bateau vers Athènes. L’homme le remercie avec effusion et il explique : « Avec de petits gestes comme celui-ci, vous pouvez leur faciliter la vie et les aider. Et c’est agréable. C’est une façon de leur témoigner de l’affection. »

Les réfugiés nous rappellent que nous devons maintenir « une mobilité connectée dans un monde déconnecté », tout en évoquant subtilement sa dépendance aux connexions aériennes (Sheller 2016). Ironie de l’histoire, ces communications fonctionnent grâce aux satellites d’origine militaire, ceux-là mêmes qui permettent la guerre, les ciblages GPS, les attaques de drones. Les systèmes humanitaires conçus pour protéger ceux qui fuient la guerre sont en échec. Pourtant, aujourd’hui, la violence humaine et la fuite des réfugiés sont relayées par les téléphones portables, les textos, les photographies et la connexion électronique. »

Mimi Sheller

http://artisticlab.forumviesmobiles.org/fr/the-refugee-project

http://forumviesmobiles.org/

illustration @A. Weiwei, ibidem

Gustav Hofer, Joyeuse non mixité à la plage du Pedocin, info.arte.tv, 29/07/2017

Pour l’été, le mur le plus improbable et le plus joyeux…

 

« C’est une plage qui pourrait ressembler à toute les autres, sauf qu’un détail saute aux yeux dès qu’on arrive aux abords de cette bande de sable qui borde la ville de Trieste en Italie : les hommes sont d’un côté, les femmes de l’autre. Une tradition unique en Europe, et ce depuis la fin du 19ème siècle. »

http://info.arte.tv/fr/joyeuse-non-mixite-la-plage-du-pedocin

L’Ultima Spiaggia
L’Ultima Spiaggia Bande-annonce VO

(…) « Quand un Italien et un Grec font un film sur la dernière plage…


«En 2013, je pensais que ce mur était certainement le dernier en Europe. La situation était alors complètement différente, poursuit Thanos Anastopoulos. On parlait alors d’une Europe unie, où les frontières étaient ouvertes, où les droits de l’Homme étaient respectés… Le mur de la plage de Pedocin n’était alors qu’un signe du passé. Et pendant que nous tournions, s’est produit ce à quoi nous assistons: l’arrivée massive de réfugiés syriens en Europe du fait de la guerre».

«Nous ne voulions pas faire un film qui évoque de façon explicite la question des migrants d’autant que la crise n’avait pas cette ampleur et que notre intérêt pour Pedocin s’inscrit dans un tout autre cadre. Cependant, nous ne pouvions iignorer l’actualité». D’autant que les pays d’origine des réalisateurs, la Grèce et l’Italie, sont aux premières loges en matière d’accueil des migrants. La Dernière plage, au regard des drames humains dont la Méditerranée est le théâtre, est un titre plus qu’évocateur.

«« L’ultima spiaggia » est une expression italienne qui signifie « la dernière chance », « la dernière option », confie Thanos Anastopoulos. Elle est inspirée du film américain « On the Beach » (1959) de Stanley Kramer, réalisé pendant la Guerre froide, avec Gregory Peck et Ava Gardner. C’est l’histoire d’un sous-marin qui se dirige vers l’Australie, seul refuge, après une guerre nucléaire. La traduction italienne du titre en italien est  « La Dernière plage »». 

«C’est incroyable. Nous pensions que c’était le dernier mur et voilà que d’autres se construisaient autour de celui-là. A un certain moment, c’était très proche, avec les fermetures des frontières croate, slovène… La Slovénie se trouve à dix minutes de la plage du Pedocin qui n’est, elle, pas un passage pour les migrants car ils veulent directement arriver en Autriche ou en Allemagne. Mais les Triestins sont conscients de ce qui se passe autour d’eux, comme ils l’ont été au moment de la guerre en ex-Yougoslavie. Pendant la guerre froide, Trieste se trouvait à la frontière entre le bloc de l’Ouest et celui de l’Est.» »  (…)

Falila Gbadamassi , Italie: Pedocin, «La Dernière plage» où hommes et femmes sont séparés par un mur, geopolis, 18/06/2016

http://geopolis.francetvinfo.fr/italie-pedocin-la-derniere-plage-ou-hommes-et-femmes-sont-separes-par-un-mur-108407

Film : L’ultima spiaggia

De Thanos Anastopoulos, Davide Del Degan

Date de sortie : 23 novembre 2016 (1h 58min)

Avec acteurs inconnus

Genre : Documentaire

Nationalités : italien, grec, français