Archives de catégorie : Vient de paraître

François DUBET (dir.), Politiques des frontières, Paris, La Découverte, 2018

En 1989, la chute du mur de Berlin s’est accompagnée d’une plus libre circulation des hommes, des capitaux et des marchandises, laissant croire à l’abolition progressive des frontières. Cette chimère fut rapidement démentie par l’apparition, dans différentes régions du monde, de conflits visant à redéfinir les territoires et les souverainetés, de nouvelles affirmations nationalistes et de mouvements sociaux appelant au retour des frontières perçues comme des protections économiques, culturelles et sociales. Cet ouvrage retrace, à travers l’étude de cas particulièrement éclairants, cette évolution planétaire. Il montre ainsi comment, au sein même de l’Europe, de nombreux mouvements ont revendiqué l’instauration de nouvelles frontières après les guerres de l’ex-Yougoslavie, et de quelle manière la mondialisation et la construction européenne ont renforcé de petits territoires, les émancipant de leurs voisins. Récemment, bien des pays ont édifié des murs et fermé leurs frontières afin de se protéger de vagues migratoires vues comme dangereuses : entrons-nous dans un monde où seules les marchandises, les informations et les élites mondialisées circuleront librement ? À quoi les frontières servent-elles ? À qui profitent-elles ? À qui manquent-elles ?

Consultable sur :

https://www.cairn.info/politiques-des-frontieres–9782348040740.htm?contenu=sommaire

Laure Assaf, Ces fantômes qui (d)énoncent l’histoire, entretien avec Sarah Carton de Grammont et Evelyne Ritaine, theconversation.com, octobre 2018

Souvenirs vivaces, présences qui font irruption et qui s’imposent au quotidien : les fantômes des répressions staliniennes ou ceux des milliers de migrants disparus au large des côtes de Lampedusa questionnent aujourd’hui ce que la présence des morts en grand nombre, qui parfois s’imposent aux vivants, implique dans une société.

Elisabeth Bernard et Antoine Briand, inscrits à l’École Doctorale Milieux, Cultures et Sociétés du Passé et du Présent de l’université Paris Nanterre ont rencontré l’anthropologue Sarah Carton de Grammont, et la politologue Évelyne Ritaine.

Double discours

Les morts sont toujours là et se rappellent constamment aux vivants : ce que Sarah Carton de Grammont nomme « la présence des absences ». Alors que les défunts de la Grande Guerre patriotique sont célébrés et commémorés au cours de cérémonies collectives, les disparus des purges staliniennes sont laissés dans l’ombre.

Tandis que les uns rappellent une époque d’héroïsme collectif, les autres ravivent les souvenirs de la menace du NKVD (Commissariat du peuple aux Affaires intérieures, organisme d’État qui envoyait les délateurs dans les camps), ainsi que toutes les dénonciations entre voisins (menace constante à cette période).

Dans le quartier de Sokol où Sarah Carton de Grammont mène ses recherches, n’évoque-t-on pas les morts des purges, si ce n’est à demi-mot ou sur le ton de la confidence ? La version officielle, publique et collective du passé contraste ainsi avec une autre version qui reste implicite et les relations de voisinage s’entremêlent avec les fantômes du passé soviétique.

District de Sokol, Moscou, Russie, 2015. Svetlov Artem/Wikimedia, CC BY-ND

Évelyne Ritaine constate aussi ce processus de double discours dans ses recherches sur les morts des migrations en Méditerranée, sur les côtes de Lampedusa.

Le terme fantôme apparaît pour la première fois dans l’ouvrage Les fantômes de Portopalo (2004) du journaliste italien Giovanni M. Bellu.

C’est notamment grâce à cette publication que le scandale humanitaire est exposé au grand jour. Celui-ci évoque le naufrage du 24 décembre 1996, près des côtes siciliennes, ayant entraîné la disparition de près de 250 personnes. Il s’indigne de l’omission volontaire de l’événement, tant par les politiques publiques que par les pêcheurs qui repêchaient les cadavres et qui, pour ne pas compromettre leur activité professionnelle, adoptaient le silence prescrit par les directives étatiques. Toutefois, c’est avec le naufrage de 2013, qui défraye la chronique journalistique, que les victimes de la traversée deviennent une problématique nationale, puis internationale. Cette fois, les cadavres s’échouent sur les plages de l’île et les habitants doivent alors s’occuper de ces morts qui ne sont pas les leurs.

À Sokol comme à Lampedusa, ces fantômes métaphoriques se caractérisent par leur caractère insaisissable. Leur évocation dérange, et les morts deviennent des témoins de l’histoire parfois honteuse des sociétés. Ils font planer sur les vivants la culpabilité d’avoir été complices de politiques meurtrières, que ce soit par la fermeture des frontières et l’inaction des États européens face au devenir des migrants ou par le souvenir de la délation dans le contexte soviétique. La porte de Lampedusa.

Anonymes défunts

Bien qu’ils s’immiscent dans la vie locale, les défunts sont volontairement passés sous silence et anonymisés afin que les événements auxquels ils réfèrent soient oubliés. Mais les fantômes n’en sont pas moins des revenants qui hantent les sociétés qui les ont produits.

Le quotidien des habitants de Lampedusa est depuis les années 1990 une confrontation permanente avec la mort, ce qui ne manque pas de générer des réactions divergentes de leur part. À l’instar des pêcheurs de Portopalo, une partie de la population fait comme si de rien n’était, en continuant à promouvoir les activités touristiques de l’île.

En outre, les rescapés sont débarqués discrètement dans des ports excentrés des zones publiques. Les pouvoirs publics effacent les traces des naufrages et les cimetières de bateaux sont vidés de leurs nombreuses épaves. Cimetière d’épaves, Lampedusa.

En Russie, le musée de Sokol, créé à l’initiative des habitants du quartier moscovite est, selon Sarah Carton de Grammont, une véritable mise en scène du quartier et du quotidien des individus. Si les références aux héros de la guerre ne manquent pas, le musée évoque en à peine quelques phrases les victimes des répressions staliniennes.

La muséologie de Sokol et la question de la visibilité des corps à Lampedusa posent ainsi question : comment faire le récit d’un événement ou d’un passé qui ont encore du mal à être acceptés et assumés par les populations ? Il est difficile de mettre en valeur un événement traumatique, quelque chose qui fait tache. « Dans la fabrique de la patrimonialisation, ça ne passe pas », indique Sarah Carton de Grammont. C’est précisément cette absence de représentation qui change les morts de Sokol et de Lampedusa en fantômes.

Quand les morts se politisent

Des initiatives locales, critiquant les décisions politiques jugées blâmables, émergent cependant pour que les morts ne tombent pas dans l’oubli. Évelyne Ritaine évoque un flash mob organisé par Amnesty International en 2012 sur les plages de Lampedusa, mettant en scène des gens portant des draps et sortant de l’eau.Flash mob organisé par Amnesty International en 2012.

L’artiste-plasticien danois Nikolaj B. Skyum Larsen imagine la performance « End of Dream » : des formes humaines enveloppées dans des linceuls, plongées dans la mer, pour rendre compte du traumatisme inhérent au périple des migrants. Des habitants de l’île et des ONG se mobilisent pour la création d’une mémoire collective et partagée. Des objets retrouvés sur les côtes sont collectés et présentés comme œuvres muséales : ils s’incorporent alors dans un désir de mémorialisation de la réalité des dangers de la migration. De la même manière, la stèle commémorative de Sokol célèbre les morts tombés au combat. « La guerre a été vécue dans un grand élan collectif de mobilisation », commente Sarah Carton de Grammont : elle mobilise tout le monde tant sur le plan politique qu’idéologique. End of dream, 2015.

À Lampedusa, les dispositifs de commémoration des morts se ritualisent. Dans les « Jardins de la mémoire », les militants plantent un arbre pour chaque migrant disparu et lui attribuent un nom pour chaque identité retrouvée entre autres grâce à l’identification médico-légale. Le naufrage de 2013 est commémoré par des jets de fleurs et de sel sur les plages chaque année.

Par contraste, les grandes funérailles nationales en hommage aux morts de ce naufrage, annoncées par le gouvernement, ne furent jamais organisées. Comme le conclut Évelyne Ritaine, sur l’île, la pratique mémorielle est toujours à l’initiative des militants et non à celle des pouvoirs politiques.

À Sokol, c’est un banquet annuel pour les vétérans qui honore les défunts, en leur réservant une place physique, une part de pain noir et un verre de vodka. Il s’agit de rendre hommage aux morts, mais également de célébrer les vétérans, « ceux qui seront bientôt morts ».

Banquet pour les Sokoliens Vétérans de la Grande Guerre patriotique organisé par le Soviet d’autogestion au musée de Sokol, 9 mai 2000. Sarah Carton de Grammont

Ils sont célébrés comme s’ils appartenaient déjà à un passé particulièrement lourd. Ainsi, la commémoration de la guerre a aussi pour but de faire comprendre aux jeunes russes que la vieille génération a vécu et traversé de nombreux événements traumatiques et de leur transmettre le sentiment de perte éprouvé depuis cette période : « la Révolution de 1905, celle de 1917, 1914-1917, la Nouvelle politique économique (NEP), Staline, la Grande Guerre Patriotique, le Siège de Leningrad […] » écrit Sarah Carton de Grammont. Une violence historique qui explique le rapport particulier des Russes avec leurs personnes âgées, et leur endurcissement nécessaire.

Restaurer l’individualité des fantômes

Le fantôme est hybride, une entité individuelle possédant une forte dimension collective. À Sokol et à Lampedusa, les initiatives mises en œuvre et les discours locaux tendent en outre à redonner leur individualité à ceux qui ont disparus, afin qu’ils retrouvent leur juste place dans l’histoire en tant que personnes à part entière.

Sur l’île italienne, face à l’euphémisation des conséquences de la migration par le gouvernement, les militants oeuvrent à travers des dispositifs engagés dans le but de rendre compte d’une réalité plus funeste. En mettant en scène le vécu des rescapés et des morts, les espaces mémoriels transmettent le caractère émotionnel lié à l’expérience faite de la surreprésentation des morts à Lampedusa.

Alors que le fantôme anonyme est facilement oubliable, celui qui retrouve sa biographie heurte brutalement la conscience des vivants. Les populations confrontées aux histoires concrètes de ces spectres, parce que directement affectés, y sont plus sensibles. L’exemple du jeune Aylan est frappant. Le corps sans vie du garçon retrouvé sur les côtes turques en septembre 2015 avait fait scandale dans le monde entier. « L’émotion collective accroche à l’événement. Tant qu’il n’y a pas d’identité, la réaction émotionnelle n’a pas lieu », note Evelyne Ritaine.

L’identité personnelle (re)trouvée confère une prise sur l’histoire. Dans ce cadre, les injonctions officielles au silence accentuent ces présences en les rendant pesantes et insidieuses, jusqu’à s’inviter chez les individus notamment par la culpabilité qu’ils ressentent.

Lampedusa est un théâtre, comme le rappelle l’universitaire Paolo Cuttitta, où la dimension insulaire exacerbe la violence qui s’y déroule, de part la cohabitation forcée entre les six mille habitants de l’île et les migrants, les journalistes, les gardes-frontières et les policiers.

À Sokol, c’est un véritable huis clos qui s’installe entre les locataires moscovites et les fantômes qui les (pour)suivent, rappels d’une époque où chaque voisin pouvait être dénoncé ou dénonciateur. Les fantômes mettent ainsi les vivants face à leur responsabilité dans les conditions de leurs décès, dénonçant de cette manière le contexte social et politique au sein duquel ces atrocités sont permises : « Je crois que là est le fantôme qui reproche sa mort », avance Évelyne Ritaine.

Pas forcément visibles, ni nécessairement violents, les fantômes de Sokol et de Lampedusa se caractérisent par la puissance avec laquelle ils influencent les comportements des vivants, et par la brutalité psychologique qu’ils leur infligent. À Lampedusa, les locaux et les migrants rescapés vivent aujourd’hui en état de choc.

Quant aux habitants de Sokol, Sarah Carton de Grammont reconnaît que certains s’enferment dans une folie, en proie à un mal-être psychologique face au poids d’une histoire douloureuse, individuelle et partagée. « Ce n’est pas parce que les morts sont morts qu’ils ne nous manquent pas tous les jours ; ils ne sont pas morts justement ».


Cet article est co-publié avec le blog de la revue Terrain. Il a été rédigé par Elisabeth Bernard et Antoine Briand, doctorants en anthropologie, dans le cadre de la formation à la recherche à l’Université Paris Nanterre, en partenariat avec le projet Anthropôle. Les lecteurs intéressés par la thématique des frontières peuvent aussi consulter le site Enigmur ou sa page Facebook.

Laure Assaf, Assistant Professor of Arab Crossroads Studies and Anthropology , NYU Abu Dhabi, chercheuse associée LESC, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Eric Karstens, Why Mainstream Migration Journalism in Italy and Spain Is Failing, newsdeeply.com, 14/09/2018

 « A new study reveals a dangerous gap between journalists’ desire to report in a fair and balanced way and the deteriorating media. Political interference in newsrooms is distorting refugee coverage » « Talk to Spanish and Italian journalists about reporting on refugees and migration and a single common sentiment emerges. “I wish to give a voice to the voiceless and record the unrecorded,” an Italian journalist told us. It echoed what a Spanish colleague had said: “It is necessary to give a voice to people who don’t have it.” These statements reflect the self-image of many reporters in the two Mediterranean countries where many migrants first arrive in Europe. Across the political spectrum, Spanish journalists and, to an even greater extent, Italian journalists, tend to identify with the disadvantaged and powerless. But a new academic analysis suggests that when it comes to reporting on migration, their noble intentions conflict with everyday practice. The authors of a joint study by the European Journalism Centre, the University of Oxford and Budapest Business School spoke with journalists, public relations officers and other media practitioners, delving into their motivations and methods, as well as the challenges they face. (…) So where does the disconnect between the intention to report fairly on migration and the resulting media coverage – which reporters themselves often characterized as prejudiced and unfair – come from? » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/09/13/as-the-world-abandons-refugees-unhcrs-constraints-are-exposed

illustration. E. Ritaine, Enigmur

Anne-Aël Durand, Maryline Baumard, Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes, lemonde.fr, 12/09/2018

« Une étude publiée par l’INED invalide la thèse d’une invasion prévisible de l’Europe par la population d’Afrique subsaharienne en 2050 »

(…) « Depuis sa chaire Migrations et sociétés, au Collège de France, François Héran a un moment observé ce débat, avant de s’en saisir, au nom de la « véracité scientifique ». Ce sociologue, anthropologue et démographe, meilleur spécialiste français du sujet, répond aujourd’hui que cette invasion est un mirage.

« L’ordre de grandeur le plus réaliste est cinq fois moindre », a-t-il même mesuré, réfutant le spectre d’une Europe à 25 % afro-européenne. « Les Subsahariens, qui représentent 1 % de la population européenne, représenteront tout au plus 3 % ou 4 % de la population des pays du nord en 2050 », ajoute-t-il dans le dernier numéro de Population et sociétés, la revue de l’Institut national d’études démographiques (INED), qui sort mercredi 12 septembre, où il signe un article intitulé « L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes ».

Une hausse, mais pas « une invasion »

Cette analyse scientifique étayée sonne comme le premier round d’un match l’opposant aux tenanciers de la « théorie du grand remplacement » de la civilisation européenne par les immigrés – développée par Renaud Camus et reprise par de nombreux médias d’extrême droite et identitaires. Les élections européennes de mai 2019 devraient d’ailleurs faire caisse de résonance à ce débat qui traverse l’Europe, se nourrissant simultanément de la croissance démographique prévue en Afrique dans les décennies à venir et de la crise de l’accueil des migrants en Europe.

Et pourtant… Aujourd’hui, « 70 % des migrants subsahariens s’installent dans un autre pays africain, 15 % se répartissent entre le Golfe et l’Amérique du Nord, et 15 % viennent en Europe », relativise le chercheur. » (…)

https://lemonde.fr/europe/article/2018/09/12/non-l-afrique-subsaharienne-ne-va-pas-envahir-l-europe_5353671_3214.html

Article de F. Héran disponible en PDF sur :

https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/28441/558.population.societes.migration.subsaharienne.europe.fr.pdf

(licence Creative Commons)

Katharyne Mitchell, Matthew Sparke, Hotspot geopolitics versus geosocial solidarity: Contending constructions of safe space for migrants in Europe, Environment and Planning D: Society and Space, 21/08/2018

Abstract

This article examines how contending constructions of safe space for migrants reflect the geopoliticization of humanitarianism and its geosocial discontents. It contrasts geopolitical constructions of safe space that have been used by European authorities to justify and administer Hotspots with geosocial efforts to construct safe space through practices of solidaristic accommodation. The article documents the ways in which Hotspots have made migrants unsafe, even as they have been simultaneously justified in humanitarian terms as making both Europe and refugees safer. It further illustrates, by contrast, how counter-constructions of safe space can take divergent geosocial forms. These varied geosocial formations of accommodation emerge out of embodied space-making struggles for physical safety, personal dignity, organizational autonomy, radical democracy, spatial liberty, and social community. They create context-contingent alternatives to Hotspot geopolitics as well as opportunities for migrants and their allies to critique the limits of official humanitarianism. But they also remain overdetermined by the dominant border politics that Hotpots are supposed to secure. For these reasons, the borderlands between the abstract geopolitics of Hotspot humanitarianism and the embodied geosocial constructions of solidarity show safe space to be at once complex, compromised, and constantly contested.

Keywords Humanitarianism, geopolitics, geosocial, migration, Hotspots

PDF :

https://doi.org/10.1177/0263775818793647