Archives de catégorie : Vient de paraître

Eric Karstens, Why Mainstream Migration Journalism in Italy and Spain Is Failing, newsdeeply.com, 14/09/2018

 « A new study reveals a dangerous gap between journalists’ desire to report in a fair and balanced way and the deteriorating media. Political interference in newsrooms is distorting refugee coverage » « Talk to Spanish and Italian journalists about reporting on refugees and migration and a single common sentiment emerges. “I wish to give a voice to the voiceless and record the unrecorded,” an Italian journalist told us. It echoed what a Spanish colleague had said: “It is necessary to give a voice to people who don’t have it.” These statements reflect the self-image of many reporters in the two Mediterranean countries where many migrants first arrive in Europe. Across the political spectrum, Spanish journalists and, to an even greater extent, Italian journalists, tend to identify with the disadvantaged and powerless. But a new academic analysis suggests that when it comes to reporting on migration, their noble intentions conflict with everyday practice. The authors of a joint study by the European Journalism Centre, the University of Oxford and Budapest Business School spoke with journalists, public relations officers and other media practitioners, delving into their motivations and methods, as well as the challenges they face. (…) So where does the disconnect between the intention to report fairly on migration and the resulting media coverage – which reporters themselves often characterized as prejudiced and unfair – come from? » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/09/13/as-the-world-abandons-refugees-unhcrs-constraints-are-exposed

illustration. E. Ritaine, Enigmur

Anne-Aël Durand, Maryline Baumard, Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes, lemonde.fr, 12/09/2018

« Une étude publiée par l’INED invalide la thèse d’une invasion prévisible de l’Europe par la population d’Afrique subsaharienne en 2050 »

(…) « Depuis sa chaire Migrations et sociétés, au Collège de France, François Héran a un moment observé ce débat, avant de s’en saisir, au nom de la « véracité scientifique ». Ce sociologue, anthropologue et démographe, meilleur spécialiste français du sujet, répond aujourd’hui que cette invasion est un mirage.

« L’ordre de grandeur le plus réaliste est cinq fois moindre », a-t-il même mesuré, réfutant le spectre d’une Europe à 25 % afro-européenne. « Les Subsahariens, qui représentent 1 % de la population européenne, représenteront tout au plus 3 % ou 4 % de la population des pays du nord en 2050 », ajoute-t-il dans le dernier numéro de Population et sociétés, la revue de l’Institut national d’études démographiques (INED), qui sort mercredi 12 septembre, où il signe un article intitulé « L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes ».

Une hausse, mais pas « une invasion »

Cette analyse scientifique étayée sonne comme le premier round d’un match l’opposant aux tenanciers de la « théorie du grand remplacement » de la civilisation européenne par les immigrés – développée par Renaud Camus et reprise par de nombreux médias d’extrême droite et identitaires. Les élections européennes de mai 2019 devraient d’ailleurs faire caisse de résonance à ce débat qui traverse l’Europe, se nourrissant simultanément de la croissance démographique prévue en Afrique dans les décennies à venir et de la crise de l’accueil des migrants en Europe.

Et pourtant… Aujourd’hui, « 70 % des migrants subsahariens s’installent dans un autre pays africain, 15 % se répartissent entre le Golfe et l’Amérique du Nord, et 15 % viennent en Europe », relativise le chercheur. » (…)

https://lemonde.fr/europe/article/2018/09/12/non-l-afrique-subsaharienne-ne-va-pas-envahir-l-europe_5353671_3214.html

Article de F. Héran disponible en PDF sur :

https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/28441/558.population.societes.migration.subsaharienne.europe.fr.pdf

(licence Creative Commons)

Katharyne Mitchell, Matthew Sparke, Hotspot geopolitics versus geosocial solidarity: Contending constructions of safe space for migrants in Europe, Environment and Planning D: Society and Space, 21/08/2018

Abstract

This article examines how contending constructions of safe space for migrants reflect the geopoliticization of humanitarianism and its geosocial discontents. It contrasts geopolitical constructions of safe space that have been used by European authorities to justify and administer Hotspots with geosocial efforts to construct safe space through practices of solidaristic accommodation. The article documents the ways in which Hotspots have made migrants unsafe, even as they have been simultaneously justified in humanitarian terms as making both Europe and refugees safer. It further illustrates, by contrast, how counter-constructions of safe space can take divergent geosocial forms. These varied geosocial formations of accommodation emerge out of embodied space-making struggles for physical safety, personal dignity, organizational autonomy, radical democracy, spatial liberty, and social community. They create context-contingent alternatives to Hotspot geopolitics as well as opportunities for migrants and their allies to critique the limits of official humanitarianism. But they also remain overdetermined by the dominant border politics that Hotpots are supposed to secure. For these reasons, the borderlands between the abstract geopolitics of Hotspot humanitarianism and the embodied geosocial constructions of solidarity show safe space to be at once complex, compromised, and constantly contested.

Keywords Humanitarianism, geopolitics, geosocial, migration, Hotspots

PDF :

https://doi.org/10.1177/0263775818793647

 

Cemca, Mallette numérique Migr’ART. Territoire et déplacements, juillet 2018

« Expliquer les migrations mexicaines et centraméricaines grâce à l’art contemporain

Au Mexique, comme dans le monde entier, le thème des migrations est une question brûlante sur le plan géopolitique et social, qui s’intègre dans une problématique plus générale : celle du territoire et des déplacements dont il est l’objet. Le Centre d’Études Mexicaines et Centraméricaines (Cemca, Umifre 16, composante de l’unité Amérique latine, USR3337, CNRS / Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères) se trouve au coeur de ces questions territoriales, d’une part, parce que nombre de ses chercheurs travaillent sur les migrations, d’autre part parce que ses deux antennes, l’une au Mexique, l’autre au Guatemala, le placent au carrefour de frontières stratégiques : celles de l’Amérique centrale et celle entre le Mexique et les États-Unis, objet de tous les regards depuis l’élection de Donald Trump. Dans le même temps, une myriade d’artistes contemporains donnent à voir et à penser la dynamique migratoire à travers leurs œuvres. C’est cette rencontre entre les sciences et les arts que se propose de faire connaître la mallette numérique Migr’ART en mettant à disposition des documents visuels, écrits et audios sélectionnés pour leur qualité artistique et analysés de manière scientifique » (…)

Voir p. 15 de :

http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs54.pdf

La Cimade, Dedans, dehors : une Europe qui s’enferme, lacimade.org, 27/06/2018

« La Cimade publie un rapport d’enquête et d’analyse sur la situation des personnes exilées aux frontières extérieures et intérieures de l’espace Schengen. Nourri par des observations récoltées aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée, ce rapport appelle les responsables politiques nationaux à changer radicalement de cap face à des logiques qui excluent, enferment, précarisent et trop souvent, tuent les personnes en migration.

Cette publication construite à partir de l’observation des dispositifs de surveillance et de tri des personnes migrantes aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée entend interroger la question du contrôle des frontières intérieures et extérieures de l’espace Schengen. Des membres de La Cimade ainsi que ses partenaires ont mené des missions d’enquête et d’observation dans ces différentes zones frontalières en 2017 et 2018 afin de nourrir ce travail d’analyse.

Élevée au rang de priorité numéro une de l’Union européenne (UE) depuis 2015, la question migratoire est au cœur des débats des institutions européennes et pays de l’UE. Trois années après que l’opinion publique européenne s’est émue des images de familles réfugiées en exil, il apparaît clairement que l’Europe n’a pas été à la hauteur des enjeux. Au lieu de prendre acte de l’échec de ses politiques migratoires et d’envisager d’autres moyens d’imaginer les mobilités, l’UE et ses États membres ont profité d’une augmentation importante du nombre de personnes tentant de rejoindre l’Europe pour renforcer l’existant : contrôles, surveillance et tri aux frontières internes et externes de l’espace Schengen.

Depuis plus de vingt ans, l’UE et ses États membres s’obstinent à renforcer des politiques migratoires qui ne fonctionnent pas. En témoigne le nombre de personnes ayant perdu la vie aux frontières européennes, en augmentation chaque année. Par ailleurs, alors que des citoyens et citoyennes s’organisent pour soutenir les personnes exilées, les poursuites judiciaires pour criminaliser leurs actes de solidarité se multiplient.

Les réponses européennes se doivent pourtant d’être à la hauteur des ambitions de l’UE : créatives, solidaires et protectrices des droits humains. Les politiques touchant à l’asile et la migration vont actuellement dans le sens inverse, d’où notre appel pressant à changer de cap.

Au sommaire d’un rapport illustré par des cartes, des infographies et des photographies :

  • Démultiplier les frontières pour un seul objectif : limiter le mouvement des personnes migrantes ;
  • Frontières violentes : mise en danger et violation des droits des personnes exilées ;
  • Résistances envers et contre tout. »

PDF : https://www.lacimade.org/publication/dedans-dehors-une-europe-qui-senferme/

illustration : ibidem