Archives de catégorie : Rétroviseur

Retour sur des textes plus anciens qui éclairent l’actualité…

Comprendre l’enjeu migratoire en Italie

Quelques lectures pour resituer l’enjeu migratoire dans le contexte des élections italiennes du 4 mars 2018

 

§   L’actualité : la question migratoire dans la campagne électorale :

Evelyne Ritaine, in :

https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/etranger-populiste-italie-liaisons-dangereuses

§  Comment s’est politiquement construite la question migratoire en Italie :

Ritaine  Evelyne : « L’Etranger et  le Populiste en Italie : liaisons dangereuses », in Ritaine Evelyne (dir.) : L’Europe du Sud face à l’immigration. Politique de l’Etranger, Paris, PUF, 2005, p. 29-70

PDF : etrangeretpopuliste

§  Comment se sont formées des représentations des immigrés en Italie :

Ritaine Evelyne, « Dramaturgie de l’intrusion migratoire : teatro all’italiana », in Martin D.-C. (dir.), L’identité en jeux. Pouvoirs, identifications, mobilisations, Paris, Karthala, 2010, p. 201-221

PDF : teatroallitaliana

***

Affiche de CasaPound, 2014

***

 

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

 

 

 

Ce que Jacques Derrida pensait du « délit d’hospitalité » en 1996, le monde idées, 19/01/2018

Il y a vingt-deux ans, le philosophe s’exprimait sur la loi permettant de poursuivre, voire d’emprisonner, ceux qui hébergent et aident des étrangers en situation jugée illégale.

« Objet de son séminaire pendant les années 1995-1997, l’hospitalité est l’un des grands thèmes de recherche de Jacques Derrida (1930-2004), emblématique de son œuvre. Le 21 décembre 1996, alors que le Théâtre des Amandiers de Nanterre accueillait une soirée de solidarité avec les sans-papiers, le philosophe improvisait l’intervention ci-dessous, qu’il accepta, ensuite, de transcrire pour la revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés, Plein droit (n° 34) sous le titre : « Quand j’ai entendu l’expression “délit d’hospitalité”… » » (lien ci-dessous)

Par Jacques Derrida

« L’an dernier [en 1995], je me rappelle un mauvais jour : j’avais eu comme le souffle coupé, un haut-le-cœur envérité, quand j’ai entendu pour la première fois, la comprenant à peine, l’expression ­ « délit d’hospitalité ». En fait, je ne suis pas sûr de l’avoir entendue, car je me demande si quelqu’un a jamais pu la prononcer et la prendre dans sa bouche, cette expression venimeuse, non, je ne l’ai pas entendue, et je peux à peine la répéter, je l’ai lue sans voix, dans un texte officiel. »   (…)

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/19/ce-que-jacques-derrida-pensait-du-delit-d-hospitalite-en-1996_5243797_3232.html#De8fxzvr2dZIrvjY.99

 

A LIRE :

—->> J. Derrida, De l’hospitalité, (Anne Dufourmantelle invite Jacques Derrida à répondre de), Paris, Calmann-Lévy, 1997

*

—->> Jacques Derrida, « Quand j’ai entendu l’expression “délit d’hospitalité”… », Plein droit n° 34, avril 1997, « Zéro or not zéro ? »

EN LIGNE :

https://www.gisti.org/spip.php?article3736

*

—->> Florence Even, A propos de « Anne Dufourmantelle invite Jacques Derrida à répondre De l’hospitalité », Centre Jean Bodin – Université d’Angers

EN LIGNE :

http://blog.univ-angers.fr/collectifaccueil/files/2015/11/Jacques-Derrida-1.pdf

 

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

Qu’est-ce qu’un ban (à propos du muslim ban aux E.-U.) ? Didier Bigo

« (…) La surveillance à distance, qui vise à contrôler la circulation des flux, passe par les pratiques des sas, des filtres ou des écluses (visas, contrôles par les compagnies aériennes, contrôles aux aéroports, renvois, réadmissions). Elle débouche, non pas sur la libre circulation, mais sur les lieux d’enfermement non reconnus comme tels (centres de rétention et zones d’attente). Elle institue une fonction policière délocalisée dans les consulats placés dans les pays d’origine et qui est bien moins visible que la police des frontières. Le refus de visa devient la première arme des polices et c’est là d’ailleurs où l’arbitraire des décisions est le plus fort. La pratique policière vise alors la surveillance des étrangers ou des minorités ethniques qui sont pauvres et à élargir son champ d’action au-delà de la recherche du crime, en mettant en avant des logiques proactives qui permettraient de repérer des groupes « criminogènes » grâce à un savoir sociologique. La figure du coupable change : ce n’est plus le criminel mais l’« indésirable ». Les prisons qui enfermaient les coupables sont moins significatives dans ce dispositif que ces nouveaux lieux d’enfermement comme les zones d’attente qui en reproduisent les conditions matérielles, la culpabilité judiciaire en moins. Le relâchement de la surveillance individuelle, trop lourde, trop maximaliste se fait alors au profit du recueil global d’informations et du ciblage sur les groupes qui circulent le plus : les diasporas, les migrants et, si l’hypothèse est juste, bientôt les touristes. Elle se fait aussi sur les bases d’une délimitation dans les pratiques de l’islam entre le bon islam et l’islam radical susceptible d’alimenter en hommes les organisations clandestines. La suspicion à l’égard de tous qui est discursivement centrale s’infléchit de facto vers un contrôle spécifique de certains, un Ban (…) »

Didier Bigo, « La mondialisation de l’(in)sécurité ?  », Cultures & Conflits [En ligne], 58 | été 2005, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 30 janvier 2017.

http://conflits.revues.org/1813

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

Solange Chavel, « L’accueil des réfugiés : compassion ou justice ? », laviedesidees.fr, juin 2016

chaplin

 » Notre justice politique est fondée sur l’appartenance des individus à une communauté politique. Force est de constater cependant que la « crise des migrants » nous pousse à réinterroger ce lien essentiel entre droits et citoyenneté, et à y répondre autrement que par la seule solidarité.

La « crise migratoire » qui émaille l’actualité européenne depuis le début de la décennie revêt incontestablement les traits d’un problème moral : exemplifiée par les récits souvent tragiques d’individus prisonniers des circonstances, elle provoque des réactions d’empathie fortes, qui poussent à la solidarité morale. Mais, au-delà de l’appel à la charité, la pitié et la solidarité, cette crise migratoire doit-elle également nous inviter à revoir certains principes politiques, et si oui lesquels ? »  (…)

http://www.laviedesidees.fr/L-accueil-des-refugies-compassion-ou-justice.html#nb1

illustration : C. Chaplin, The Immigrant, short film, 1917

Karen Akoka, « Crise des réfugiés ou des politiques d’asile ? », laviedesidees.fr, mai 2016

Qu’est-ce qu’un réfugié ? Comment le distinguer du migrant ou du demandeur d’asile ? Comment ces notions ont-elles évolué au cours du XXe siècle ? La sociologue Karen Akoka revient sur le travail institutionnel de distinction entre bon et mauvais réfugié pour éclairer l’actuelle « crise » des migrants en Europe.

 » « Crise des réfugiés », « crise des migrants » : ces expressions dont on ne compte plus les occurrences dans les médias comme dans les discours publics sous-entendent que nous assisterions à une augmentation exponentielle du nombre d’étrangers arrivant en Europe qui mettrait en danger ses équilibres économiques et sociaux. Pudiquement cachée derrière le terme flou de « crise », l’idée d’un trop-plein inédit s’est ainsi largement imposée malgré l’importante production scientifique qui montre, toutes disciplines confondues, à quel point cette image est fausse.

Sont ainsi ignorés les travaux sur « l’urgence démographique » de l’Union européenne (UE) montrant que son déficit démographique est tel que l’arrivée d’un million de migrants chaque année pendant 50 ans pourrait à peine le compenser ; que le million d’arrivées clandestines dans l’UE en 2015 correspond à seulement 0,2% de sa population ; que les chiffres sur l’augmentation des entrées clandestines produits par Frontex (dont les budgets ont triplé en quelques années) reflètent en partie l’augmentation de sa propre activité ; que seules les entrées en Europe et non les sorties sont généralement comptabilisées alors que près de la moitié des migrants quittent leur pays d’accueil dans les cinq ans qui suivent leur arrivée ; qu’il n’y a non seulement pas de corrélation avérée entre chômage et migrations mais que ces dernières représentent bien souvent une contribution économique non négligeable ; qu’historiquement les nations européennes (la France la première) sont des pays d’immigration construits par le brassage de ses populations ; que laisser les exilés s’entasser au Liban, en Turquie ou en Jordanie constitue une bombe à retardement source de futurs conflits et de déséquilibres géopolitiques graves…    (…) « 

http://www.laviedesidees.fr/Crise-des-refugies-ou-des-politiques-d-asile.html

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr