Archives de catégorie : Actualités

Eric Karstens, Why Mainstream Migration Journalism in Italy and Spain Is Failing, newsdeeply.com, 14/09/2018

 « A new study reveals a dangerous gap between journalists’ desire to report in a fair and balanced way and the deteriorating media. Political interference in newsrooms is distorting refugee coverage » « Talk to Spanish and Italian journalists about reporting on refugees and migration and a single common sentiment emerges. “I wish to give a voice to the voiceless and record the unrecorded,” an Italian journalist told us. It echoed what a Spanish colleague had said: “It is necessary to give a voice to people who don’t have it.” These statements reflect the self-image of many reporters in the two Mediterranean countries where many migrants first arrive in Europe. Across the political spectrum, Spanish journalists and, to an even greater extent, Italian journalists, tend to identify with the disadvantaged and powerless. But a new academic analysis suggests that when it comes to reporting on migration, their noble intentions conflict with everyday practice. The authors of a joint study by the European Journalism Centre, the University of Oxford and Budapest Business School spoke with journalists, public relations officers and other media practitioners, delving into their motivations and methods, as well as the challenges they face. (…) So where does the disconnect between the intention to report fairly on migration and the resulting media coverage – which reporters themselves often characterized as prejudiced and unfair – come from? » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/09/13/as-the-world-abandons-refugees-unhcrs-constraints-are-exposed

illustration. E. Ritaine, Enigmur

Anne-Aël Durand, Maryline Baumard, Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes, lemonde.fr, 12/09/2018

« Une étude publiée par l’INED invalide la thèse d’une invasion prévisible de l’Europe par la population d’Afrique subsaharienne en 2050 »

(…) « Depuis sa chaire Migrations et sociétés, au Collège de France, François Héran a un moment observé ce débat, avant de s’en saisir, au nom de la « véracité scientifique ». Ce sociologue, anthropologue et démographe, meilleur spécialiste français du sujet, répond aujourd’hui que cette invasion est un mirage.

« L’ordre de grandeur le plus réaliste est cinq fois moindre », a-t-il même mesuré, réfutant le spectre d’une Europe à 25 % afro-européenne. « Les Subsahariens, qui représentent 1 % de la population européenne, représenteront tout au plus 3 % ou 4 % de la population des pays du nord en 2050 », ajoute-t-il dans le dernier numéro de Population et sociétés, la revue de l’Institut national d’études démographiques (INED), qui sort mercredi 12 septembre, où il signe un article intitulé « L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes ».

Une hausse, mais pas « une invasion »

Cette analyse scientifique étayée sonne comme le premier round d’un match l’opposant aux tenanciers de la « théorie du grand remplacement » de la civilisation européenne par les immigrés – développée par Renaud Camus et reprise par de nombreux médias d’extrême droite et identitaires. Les élections européennes de mai 2019 devraient d’ailleurs faire caisse de résonance à ce débat qui traverse l’Europe, se nourrissant simultanément de la croissance démographique prévue en Afrique dans les décennies à venir et de la crise de l’accueil des migrants en Europe.

Et pourtant… Aujourd’hui, « 70 % des migrants subsahariens s’installent dans un autre pays africain, 15 % se répartissent entre le Golfe et l’Amérique du Nord, et 15 % viennent en Europe », relativise le chercheur. » (…)

https://lemonde.fr/europe/article/2018/09/12/non-l-afrique-subsaharienne-ne-va-pas-envahir-l-europe_5353671_3214.html

Article de F. Héran disponible en PDF sur :

https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/28441/558.population.societes.migration.subsaharienne.europe.fr.pdf

(licence Creative Commons)

Katharyne Mitchell, Matthew Sparke, Hotspot geopolitics versus geosocial solidarity: Contending constructions of safe space for migrants in Europe, Environment and Planning D: Society and Space, 21/08/2018

Abstract

This article examines how contending constructions of safe space for migrants reflect the geopoliticization of humanitarianism and its geosocial discontents. It contrasts geopolitical constructions of safe space that have been used by European authorities to justify and administer Hotspots with geosocial efforts to construct safe space through practices of solidaristic accommodation. The article documents the ways in which Hotspots have made migrants unsafe, even as they have been simultaneously justified in humanitarian terms as making both Europe and refugees safer. It further illustrates, by contrast, how counter-constructions of safe space can take divergent geosocial forms. These varied geosocial formations of accommodation emerge out of embodied space-making struggles for physical safety, personal dignity, organizational autonomy, radical democracy, spatial liberty, and social community. They create context-contingent alternatives to Hotspot geopolitics as well as opportunities for migrants and their allies to critique the limits of official humanitarianism. But they also remain overdetermined by the dominant border politics that Hotpots are supposed to secure. For these reasons, the borderlands between the abstract geopolitics of Hotspot humanitarianism and the embodied geosocial constructions of solidarity show safe space to be at once complex, compromised, and constantly contested.

Keywords Humanitarianism, geopolitics, geosocial, migration, Hotspots

PDF :

https://doi.org/10.1177/0263775818793647

 

Pierre Micheletti, L’“Aquarius” est le symbole du naufrage de l’Europe politique, lemonde.fr, 23/08/2018

« Dans une tribune au « Monde », Pierre Micheletti, vice-président d’Action contre la faim, estime que le périple du bateau humanitaire illustre le déni, par l’UE, du droit international des réfugiés qu’elle a elle-même établi. »

(…) « Car, bien involontairement, l’Aquarius est devenu une double figure symbolique : celle d’une dérive dans l’application ou plutôt la non-application du droit international et celle du naufrage de l’Europe politique.

La dérive vis-à-vis des textes du droit international, en particulier le déni de celui de la convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés – complétée par le protocole de 1967 –, est patente.

Comme si ce texte n’était pas assez explicite ! Selon son article premier, « (…) le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Quant à l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il dispose que « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »  (…)

Les dirigeants européens réduisent l’accueil à une démarche compassionnelle, laissée à l’appréciation, à la bonne volonté, et à la « générosité » propres à chacun des Etats membres. En occultant le fait que la politique d’asile relève du droit et d’une absolue cohérence politique. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/08/23/l-aquarius-est-le-symbole-du-naufrage-de-l-europe-politique_5345213_3232.html

illustration : S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Sandrine Morel, L’Espagne devient la première porte d’accès des migrants en Europe, lemonde.fr, 06/08/2018

« Plus de 22 000 migrants sont arrivés dans le royaume durant les sept premiers mois de l’année, devançant ainsi l’Italie. Mais on reste loin des 800 000 arrivées de 2015 en Grèce.

(…) Les avis divergent sur les raisons de l’augmentation du nombre de migrants en Espagne. La fermeture de la route libyenne a-t-elle provoqué un début de déplacement des flux vers la Méditerranée occidentale ? Ou le Maroc a-t-il relâché les contrôles pour négocier davantage d’aides financières et matérielles à l’Europe, comme le suggèrent certains analystes ?

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) assure ne pas disposer de « preuves tangibles d’un transfert de flux migratoires depuis la Libye jusqu’au Maroc ». En revanche, elle rappelle que le Maroc, qui a procédé à plusieurs régularisations de migrants, « fait actuellement face aux mêmes défis que l’Espagne, l’Italie ou la Grèce »

« Effet d’appel »

Pour le gouvernement espagnol, « la vague de pression migratoire actuelle était un phénomène prévu et de 2016 à 2017, les arrivées irrégulières ont augmenté de 170 % du fait de la fermeture des autres routes de la Méditerranée ». Pedro Sanchez a promis de faire du « respect des droits de l’homme », de la « sécurité des frontières » et de la « coopération avec les pays d’origine » les grands axes de sa politique migratoire, évoquant le possible retrait des lames tranchantes des barbelés de Ceuta et Melilla ou annonçant des renforts dans les bureaux de demandes d’asile.

De son côté, l’opposition multiplie les critiques. « Les politiques du gouvernement de Pedro Sanchez provoquent un effet d’appel, a estimé le nouveau président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, de visite à Algésiras le 1er août. Le flux ne peut pas être illimité et l’Etat-providence ne peut pas supporter l’arrivée de millions de migrants. » » (…)

https://lemonde.fr/europe/article/2018/08/04/l-espagne-devient-la-premiere-porte-d-acces-des-migrants-en-europe_5339334_3214.html

illustration : CCO Creative Commons, https://pixabay.com/fr/ciel-grues-espagne-migration-1277653/