Tous les articles par ENIGMUR

Anne Chemin, Pourquoi migrer tue, lemonde.fr, 12/04/2018

Plus l’Europe se ferme, plus le nombre de décès aux frontières augmente, au moins 40 000 depuis le début des années 1990. Jamais dans l’histoire une migration n’a causé autant de morts.

« (…) « Une indifférence mêlée de résignation »

En offrant une sépulture symbolique aux milliers de réfugiés morts aux portes de l’Europe, les associations tentent de les extraire du silence et de l’oubli. « Structurelles, les morts aux frontières passent souvent inaperçues, souligne Antoine Pécoud, professeur de sociologie à l’université Paris-XIII, dans un travail réalisé en 2017 pour la Fondation pour les sciences sociales. Les migrants meurent en général dans des endroits peu accessibles ou dans des lieux périphériques, voire fermés. Beaucoup d’entre eux voyagent clandestinement et meurent tout aussi clandestinement. Même lorsque ces décès font l’objet d’une publicité médiatique, ils suscitent souvent une indifférence mêlée de résignation. »

Les migrants morts aux portes de l’Europe sont pourtant très nombreux. Si les estimations varient, les ordres de grandeur donnent le vertige. United for Intercultural Action, un réseau de plus de 500 associations du Vieux Continent, a répertorié 17 000 décès entre 1993 et 2012. L’association Fortress Europ a comptabilisé plus de 27 000 morts de 1988 à 2016. Le consortium de journalistes The Migrants’ Files évoque le chiffre de 35 000 victimes entre 2000 et 2016. Selon Olivier Clochard, codirecteur du laboratoire Migrinter (CNRS-université de ­ Poitiers), près de 40 000 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis le début des années 1990.

Beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces. Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq

Les organisations recensent les cadavres retrouvés sur les côtes, écoutent les témoignages des rescapés et rassemblent les articles de presse sur les naufrages, mais elles savent que de nombreux décès échappent à leur vigilance : beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces.

Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq. « Il est toujours délicat de trouver un coefficient multiplicateur mais il est évident que ces chiffres sous-estiment le nombre de décès, constate Olivier Clochard. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière de migrants du monde. »  (…)

A lire

La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant, sous la direction scientifique de Michel Agier (Le Passager clandestin, 2016).
La quarantaine de chercheurs réunis au sein de Babels, programme de recherche de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, expose la violence des frontières en revenant sur l’identification des corps, la commémoration des défunts et les récits des survivants.

Atlas des migrations en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, sous la direction d’Olivier Clochard (Armand Colin, 2016).
Migreurop, un réseau d’associations, de militants et de chercheurs fondé en 2002, analyse les politiques migratoires européennes à travers des textes signés par des universitaires, mais aussi des cartes et des infographies d’une très grande richesse.

« Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome n° 64, juin 2017.
Evelyne Ritaine, chercheuse en science politique et sociologie comparatives à Sciences Po Bordeaux, revient sur l’invisibilité des migrants disparus en mer, qui sont, selon elle, « dans les limbes du politique ».

« Liberté de circuler, un privilège », Plein droit n° 116, mars 2018.
La revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés consacre ce numéro à la liberté de circulation. « Ces dernières années, on a assisté au rétablissement de contrôles à plusieurs frontières intra-européennes. Si bien que les routes migratoires vers l’Europe sont devenues les plus dangereuses du monde et que les morts aux frontières se comptent par milliers chaque année. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/12/pourquoi-migrer-tue_5284531_3232.html#Dg3YOww8xmdM66uW.99

 

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

 

 

 

 

Appel à communications, colloque international La fabrique locale de la frontière : regards comparatifs et interdisciplinaires, Nice, Avril 2018

Le laboratoire ERMES (UNS-UCA), en partenariat avec le CReSPo (Université Saint-Louis de Bruxelles) et le Laboratoire de Sociologie Visuelle (Université de Gênes) organise, les 26 et 27 avril 2018 à Nice, le colloque international La fabrique locale de la frontière : regards comparatifs et interdisciplinaires.

PROGRAMME :   fabriquelocale

Pour plus d’informations :

colloquefocale@gmail.com 

Photo @Jeanne Menjoulet,  "Shall we move forward or move back ? red or blue ?", Petite ceinture, Paris 17ème https://www.flickr.com/photos/jmenj/29884649681/in/photostream/ https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Shall we move forward or move back ?

 

 

 

Journée d’étude : Gestion des corps migrants, Corps aux frontières, corps enfermés, corps morts, MMSH, Aix/Provence, 3 avril 2018

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence

Mardi 3 avril 2018, 9h30-17h, salle PAF

 

Programme

9h30-10h Accueil et introduction générale

Journée organisée par Marie Bassi (École française de Rome) et Farida Souiah (AMU, CNRS, LAMES, LabexMed)

10h-12h30 Les corps à l’épreuve des frontières

* « Blessures de frontières : les épreuves du chemin pour le corps migrant »

Evelyne Ritaine (FNSP, Centre Émile Durkheim, France)

* « What is the “body” of the migrant? Biopolitical value through exploitation in the EU-Libyan migration deal »

Martina Tazzioli (Swansea University, Royaume-Uni)

* « Managing bodies in distress at sea. Governmental and non-governmental actors, policies and practices in the Central Mediterranean »

Paolo Cuttitta (Vrije Universiteit, Pays-Bas)

12h30-14h Pause déjeuner

14h-16h30  Identification, inhumation et commémoration des corps migrants

* « Des traces anonymes. Le traitement des morts aux frontières hispano-marocaines »

Carolina Kobelinsky (CNRS, LESC, France)

* « ‘Not in my cemetery’ : déni et relégation des corps de migrants morts à la frontière »

Laurence Pillant (CNRS, TELEMME, France)

* « Burying the victims of Europe’s border: migration and dignity in a Tunisian coastal town »

Valentina Zagaria (London School of Economics and Political Science, Royaume-Uni)

16h30-17h Conclusion générale

 

illustration @Jason deCaires Taylor, "Le radeau de Lampedusa" ("La zattera de Lampedusa"), installation sous-marine, île de Lanzarote, Espagne

 

Comprendre l’enjeu migratoire en Italie

Quelques lectures pour resituer l’enjeu migratoire dans le contexte des élections italiennes du 4 mars 2018

 

§   L’actualité : la question migratoire dans la campagne électorale :

Evelyne Ritaine, in :

https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/etranger-populiste-italie-liaisons-dangereuses

§  Comment s’est politiquement construite la question migratoire en Italie :

Ritaine  Evelyne : « L’Etranger et  le Populiste en Italie : liaisons dangereuses », in Ritaine Evelyne (dir.) : L’Europe du Sud face à l’immigration. Politique de l’Etranger, Paris, PUF, 2005, p. 29-70

PDF : etrangeretpopuliste

§  Comment se sont formées des représentations des immigrés en Italie :

Ritaine Evelyne, « Dramaturgie de l’intrusion migratoire : teatro all’italiana », in Martin D.-C. (dir.), L’identité en jeux. Pouvoirs, identifications, mobilisations, Paris, Karthala, 2010, p. 201-221

PDF : teatroallitaliana

***

Affiche de CasaPound, 2014

***

 

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

 

 

 

Jérôme Gautheret, L’Italie, seule dans la tempête migratoire, lemonde.fr, 23.02.2018

« Sur les 600 000 migrants arrivés en Italie, la plupart ont traversé la Méditerranée. Des milliers d’autres y ont péri. L’île de Lampedusa, avant-poste de l’accueil, est débordée par cette crise humanitaire étroitement liée au chaos sévissant en Libye.

(…)  L’Italie prise au piège

Pour Rome, les chiffres des secours en mer sont bien sûr préoccupants. Mais ils ne disent pas tout du problème. L’essentiel est ailleurs : depuis la fin de 2013, les pays limitrophes de l’Italie (France et Autriche) ont rétabli les contrôles à leurs frontières.

Là où, jusqu’alors, l’écrasante majorité des migrants empruntant la route de la Méditerranée centrale ne faisaient que traverser le pays en direction du nord de l’Europe, ils se trouvent désormais bloqués sur le sol italien, provoquant en quelques années l’engorgement de toutes les structures d’accueil. Et les appels répétés à la solidarité européenne se heurtent à l’indifférence des partenaires de l’Italie, qui eux-mêmes doivent composer avec leurs opinions publiques, devenues très hostiles aux migrants.

Considéré jusque-là comme un impératif moral par une large part de la population, l’accueil des demandeurs d’asile est l’objet de critiques croissantes. En 2015, en marge du scandale « Mafia capitale », qui secoue l’administration de la commune de Rome, l’Italie découvre que plusieurs coopératives chargées de nourrir et d’héberger les migrants se sont indûment enrichies. S’installe dans les esprits une idée dévastatrice : l’accueil des réfugiés est un « business » juteux plus qu’une œuvre humanitaire. » (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/23/l-italie-seule-dans-la-tempete-migratoire_5261553_3210.html#B8uGAl6gHM0JGvdT.99

Illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs