Michael Sfard, Le mur et la porte, ed. Zulma, fev. 2020

 « Alternant récits individuels, portraits de juges et d’avocats, histoire régionale et réflexion juridique, Michael Sfard revient sur cinquante ans de lutte contre l’occupation dans les Territoires occupés. Véritable immersion dans le système judiciaire, Le mur et la porte s’organise autour de huit thématiques fondamentales – déportations, colonies, torture, mur de séparation, avant-postes non autorisés, détention administrative, démolitions punitives, assassinats ciblés – pour chroniquer le combat mené par les avocats et les organisations humanitaires devant la Cour suprême d’Israël. De grands procès en rebondissements judiciaires, Sfard souligne aussi les limites et les paradoxes de son combat – et l’on apprend pourquoi l’ouverture d’une porte dans le mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie lui pose un délicat cas de conscience… Le mur et la porte nous implique magnifiquement dans le quotidien des défenseurs des droits des Palestiniens dans les Territoires occupés.

Fils de dissidents polonais, petit-fils du grand sociologue Zygmunt Bauman, Michael Sfard a fait ses armes auprès du célèbre avocat israélien Avigdor Feldman, avant d’ouvrir son propre cabinet à Tel-Aviv. Il écrit régulièrement pour le New York Times et Haaretz. « 

LIRE AUSSI :

« Avec le plan de paix américain, « on rétablit sans honte, au XXIe siècle, le langage du colonialisme » « 

Pour l’avocat israélien et défenseur des droits de l’homme Michael Sfard, le dispositif proposé pour le conflit israélo-palestinien viole plusieurs piliers de l’ordre international. Propos recueillis par Piotr Smolar

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/01/30/avec-le-plan-de-paix-americain-on-retablit-sans-honte-au-xxie-siecle-le-langage-du-colonialisme_6027777_3210.html