Pierre Micheletti, L’“Aquarius” est le symbole du naufrage de l’Europe politique, lemonde.fr, 23/08/2018

« Dans une tribune au « Monde », Pierre Micheletti, vice-président d’Action contre la faim, estime que le périple du bateau humanitaire illustre le déni, par l’UE, du droit international des réfugiés qu’elle a elle-même établi. »

(…) « Car, bien involontairement, l’Aquarius est devenu une double figure symbolique : celle d’une dérive dans l’application ou plutôt la non-application du droit international et celle du naufrage de l’Europe politique.

La dérive vis-à-vis des textes du droit international, en particulier le déni de celui de la convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés – complétée par le protocole de 1967 –, est patente.

Comme si ce texte n’était pas assez explicite ! Selon son article premier, « (…) le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Quant à l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il dispose que « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »  (…)

Les dirigeants européens réduisent l’accueil à une démarche compassionnelle, laissée à l’appréciation, à la bonne volonté, et à la « générosité » propres à chacun des Etats membres. En occultant le fait que la politique d’asile relève du droit et d’une absolue cohérence politique. » (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/08/23/l-aquarius-est-le-symbole-du-naufrage-de-l-europe-politique_5345213_3232.html

illustration : S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs