Évelyne Ritaine, « La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union », Paris, Etudes du CERI, 186, 2012, (en ligne)

Pour comprendre l’actuel blocage de toute politique migratoire européenne, il faut tenir compte de deux dimensions :

– la multiplication dans les pays européens de mouvements politiques de type néopopuliste, caractérisés par le rejet paranoïaque de tout ce qui vient de l’extérieur.

– les conditions dans lesquelles il n’a jamais été possible de communautariser les questions de migrations et de frontières autrement qu’en termes sécuritaires : le texte proposé ici est consacré à cet aspect généalogique, pour la frontière méditerranéenne.

…Rappelons que dans le « jeu du mistigri », il s’agit de se débarrasser à tout prix d’une « mauvaise carte » qui fait perdre celui qui la conserve…

Évelyne Ritaine, « La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union », Paris, Etudes du CERI, 186, 2012, (en ligne)

EXTRAITS

(…) »Ainsi va la fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Comme on a pu l’écrire au sujet de la frontière américaine, « l’acte même de déclarer que quelque chose est une menace pour la sécurité est décisif. Quand un enjeu est déclaré sécuritaire (securitized), il devient de la plus haute importance sur l’agenda politique, justifiant alors des réponses politiques extraordinaires » (Ackleson, 2005). Il est à craindre qu’il soit difficile à terme d’inverser ce référentiel sécuritaire, pour affirmer la frontière comme une question diplomatique et sa gestion comme une tâche communautaire, pour bâtir une politique d’immigration communautaire cohérente et respectueuse des droits de l’homme. C’est pourquoi, dans la progressive et erratique construction politique d’une frontière européenne, la Méditerranée semble avoir quelque peu perdu son sourire de limen (de seuil, de lieu de rencontre et de relation à l’autre) pour adopter le rictus du limes (de la séparation, de la frontière infranchissable par l’ennemi). » (…)

(…) « Alors, finalement, qui contrôle l’ensemble des frontières européennes? Nous nous proposons de réfléchir ici à la dimension la moins étudiée de la construction politique de la frontière extérieure de l’UE, c’est-à-dire au sens politique que prend la question du contrôle de la frontière dans les jeux politiques internes de chaque Etat méridional. Il s’agit d’analyser, avec les outils de l’anthropologie politique et de la sociologie politique, comment ce sens a été construit, et ce faisant de réintroduire, dans l’étude de la construction politique de la frontière extérieure de l’UE, un facteur de perturbation dont ni l’étude des procédures de contrôle ni les travaux sur la politique européenne ne suffisent à rendre compte.

Les deux épisodes évoqués (plus haut) font écho à tous ceux que rapporte régulièrement la presse : de Lampedusa à Ceuta et Melilla, des îles Canaries aux îles de la mer Egée, du détroit de Gibraltar au détroit d’Otrante, cet espace est saturé de drames humains et de politisation. L’historicisation de la question révèle un double « rabattement » effectué par les jeux politiques et médiatiques et que l’on retrouve dans le débat public. En Méditerranée, comme ailleurs, la question du contrôle de la frontière est largement ramenée à celle du contrôle de l’immigration, et la notion de risque presque toujours corrélée au problème de l’immigration clandestine. Certes, la gestion d’une frontière concerne également les flux de marchandises, les trafics clandestins, les risques terroristes, mais ces thèmes sont plutôt traités dans des cercles experts ou bien liés, dans le discours politique, à la criminalisation de l’immigration. Cela explique une des contradictions auxquelles se heurte l’analyse des migrations : les chiffres relatifs aux franchissements clandestins de la frontière sont toujours surévalués par rapport aux autres modes d’accès illégaux au territoire, notamment l’overstaying, qui consiste à demeurer sur un territoire après la date d’expiration du visa qui avait permis d’y entrer légalement. C’est donc le franchissement illégal de la frontière territoriale qui fait l’objet de multiples interprétations et controverses politiques, en raison de son caractère à la fois spectaculaire et dramatique, alors même que la réalité sociologique du phénomène révèle que la frontière (en l’occurrence extérieure de l’UE) est autant dans les aéroports, les ports, les préfectures, les consulats, que le long des limites territoriales.

Ce premier rabattement en induit un second : la gestion de la frontière, surinvestie par les acteurs politiques en tant que question de sécurité, est ramenée à la gestion spatiale des entrées sur le territoire et, par conséquent, à la matérialité des dispositifs de contrôle mis en place : « [Les murs aux frontières] répondent à la situation de non-droit qui gagne progressivement les Etats-nations, contestant leur souveraineté et contribuant à leur affaiblissement, et à laquelle ces derniers réagissent en adoptant des mesures exceptionnelles militaires et policières, au détriment des procédures juridiques et disciplinaires normales » (Brown, 2009). Toutefois, cette exacerbation de la dimension territoriale de la frontière entraîne une difficulté au niveau pratique. En Méditerranée, les contraintes spatiales sont fortes et le contrôle de cette mer quasi fermée particulièrement complexe. Les frontières ne sont pas toutes linéaires et terrestres, comme entre les Etats-Unis et le Mexique ; ce ne sont pas non plus un vaste espace maritime, homogène, comme au Nord de l’Australie, face à l’Asie du Pacifique. Concrètement, le contrôle doit porter sur quelques frontières terrestres (entre Slovénie et Croatie ; entre Grèce et Turquie, Bulgarie, Macédoine, Albanie), mais aussi sur des espaces maritimes à souverainetés diverses, sur des détroits (de Gibraltar, de Sicile, d’Otrante), sur des îles (Malte, Baléares, îles de la mer Egée, îles italiennes, auxquelles on peut ajouter les Canaries, dans l’océan Atlantique, qui fonctionnent comme un pont vers l’Europe du Sud) et sur des enclaves territoriales (villes espagnoles de Ceuta et Melilla en territoire marocain).

Il semble que ce double rabattement, sur l’immigration clandestine et sur la dimension spatiale du contrôle, soit le produit de la « securitization » de la frontière par les Etats d’Europe du Sud, c’est-à-dire d’un processus cognitif de classification d’un problème comme relevant de solutions sécuritaires. Le scénario politique de « securitization » des limites territoriales se déroule en trois actes : tout d’abord, la construction de la contiguïté comme risque (ici, de flux transfrontaliers) ; ensuite, la mise en œuvre d’un certain type de solutions sécuritaires (ici, l’édification de barrières et l’installation de dispositifs de contrôle des déplacements, dotés de technologies de surveillance) ; enfin, l’élaboration d’une légitimation globale de cette entreprise politique, laquelle légitimation est enserrée dans les rets des concurrences politiques internes et varie selon les Etats. Cette interprétation de la frontière comme enjeu sécuritaire est prise dans les injonctions contradictoires de la construction européenne. Certes, l’UE détermine la mise à l’agenda de la question du contrôle de la frontière, en sommant les Etats intégrés à l’espace Schengen d’appliquer les principes européens en la matière. Cependant, la difficile gestation d’une politique commune de l’immigration et de la frontière, due aux préférences des Etats pour l’intergouvernemental, bloque la communautarisation de la frontière et condamne les différents acteurs politiques (nationaux et européens) à une gestion par urgences successives et à une escalade hasardeuse des moyens de contrôle déployés. La logique du maintien de l’ordre s’impose alors à la frontière, avec le déploiement toujours plus important de forces policières et militaires, et l’utilisation toujours croissante de technologies militaires et de moyens de contrôle sophistiqués, le tout dans une fuite en avant désespérée. Le cercle vicieux de cette politique du maintien de l’ordre à courte vue est bien connu : la militarisation d’une partie de la frontière entraîne le détournement des tentatives de passage vers d’autres espaces, fait fructifier les affaires des réseaux de passeurs et multiplie les risques pour les clandestins, cette situation de désordre entraînant à son tour un nouveau déploiement de la militarisation. Et le cercle vicieux reprend de plus belle.

Il s’agit donc ici de raisonner dans une perspective de construction sécuritaire de l’objet politique « frontière ». A ce titre, nous affrontons un processus double et, en apparence, contradictoire. D’une part, la déterritorialisation du phénomène de la frontière dans la globalisation est un processus bien établi : désormais, l’« effet frontière » est partout, indépendant de l’espace et du temps, porté par le statut de chaque personne ; dans la société de contrôle dominée par les nouvelles technologies de l’information, « ce qui compte n’est pas la barrière, mais l’ordinateur qui repère la position de chacun, licite ou illicite, et opère une modulation universelle » (Deleuze, 1990). D’autre part, la construction politique de certains espaces comme étant particulièrement à risques s’illustre dans des exemples de plus en plus nombreux : le renforcement des frontières au sens spatial du terme, l’hyper-bordering, est attesté dans de nombreux cas (Ritaine, 2009). Certes, ces blindages doivent être compris comme les pièces de dispositifs de contrôle globalisés et largement virtuels. Cependant, ils ont pour les acteurs politiques nationaux un sens particulier, selon qu’ils sont matériels ou immatériels, intérieurs ou à distance, nationaux ou communautaires. Selon les conjonctures dans lesquelles ils sont pris, ces acteurs s’en servent pour construire des solutions sécuritaires différentes.

Dès lors, notre hypothèse est que la charge politico-symbolique de la question du contrôle de la frontière pour les Etats méridionaux est stratégique au point de déterminer en grande partie les modalités des contrôles mis en place et les intrications entre décisions nationales et décisions européennes.

La question du contrôle des frontières en Méditerranée a été mise à l’agenda (aux niveaux européen et national) par l’ouverture d’un espace de libre circulation à l’intérieur de l’espace Schengen et par l’invention corrélée de frontières extérieures de l’UE. Ce moment de genèse peut être analysé du point de vue de la production de normes européennes sur un espace particulièrement complexe à contrôler. Il existe en effet une version méditerranéenne des frontières extérieures de l’UE, un régime frontalier particulier, largement déterminé par les conditions d’intégration des différents pays méditerranéens dans l’espace Schengen. La mise en œuvre des principes de ce nouveau régime révèle des jeux politiques complexes, entre tactiques internes, stratégies étatiques et tentatives de communautarisation, tant il est vrai que cette frontière méditerranéenne est saturée par les échanges politiques. Considéré comme un produit de ces différents processus et tensions, l’actuel dispositif de contrôle apparaît moins planifié et légal-rationnel qu’erratique et théâtralisé. » (…)

PDF :

http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/Etude%20186.pdf

Illustration de tête : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr