Anne Mathieu, Quand le droit d’asile mobilisait au nom de la République, monde-diplomatique.fr, janvier 2018

Durant les années 1930, dans un contexte de chômage grandissant, plusieurs lois sont votées en France pour limiter l’immigration et refouler les étrangers « indésirables ». Face à des partis politiques et une grande presse qui multiplient les campagnes xénophobes, des intellectuels prennent la plume. Ils défendent la tradition nationale du droit d’asile pour les milliers de réfugiés espagnols, italiens, etc., qui fuient la répression dans leur pays.

(…) “« Un pays gris, méchant, hostile, un pays sans issue, sans air, sans ciel, sans horizon, sans chaleur, sans espoir ; un pays que nous ignorons, nous, les Français, et qui pourtant se trouve en France, en plein cœur de Paris. » C’est ainsi que la reportrice Magdeleine Paz décrit la préfecture de Paris et son cortège de réfugiés attendant en ses murs, en 1938, dans Le Populaire. Elle y publie une série de douze articles entre le 31 juillet et le 13 août, intitulée ironiquement « France, terre d’asile ». La journaliste cherche à faire connaître la situation des étrangers, en cette terre hexagonale d’accueil. Juifs exilés de l’Allemagne nazie, travailleurs polonais, italiens, etc., ils y mènent une vie de « bêtes aux abois ». Le secrétaire général de la LDH Émile Kahn, également professeur et militant socialiste, dépeint lui aussi cet autre monde sis dans la capitale. En mai 1938, dans l’organe de son organisation, Les Cahiers des droits de l’homme, il enjoint aux militants la lucidité : « Passez à la préfecture de police. Des malheureux, impérativement convoqués, attendent en tremblant qu’on les appelle. On les pousse, devant les fonctionnaires anonymes, qui, d’un mot, décident de leur sort. » Le Droit de vivre fait chorus avec cette accusation d’arbitraire administratif. Son directeur Bernard Lecache y incrimine « certains fonctionnaires irresponsables, trop souvent haineux, intolérants, dénués, en tout cas, de cette objectivité qui fait la force d’une démocratie ». Le 1er juin 1938 paraît un manifeste de la LDH qui souligne : « Partout, les subalternes font du zèle. ».

Déjà dénoncés depuis plusieurs années, les « expulsions » et les « refoulements » se multiplient en mai 1938. « Ce qui se passe en ce moment, sous le couvert de l’application d’un décret-loi, est tout simplement détestable. C’est la grande rafle », condamne alors Bernard Lecache.”   (…)

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/01/MATHIEU/58244

voir aussi :

Philippe Videlier, La France s’interroge sur la meilleure manière d’intégrer les étrangers. Répertoire ancien pour xénophobie moderne, monde-diplomatique.fr, octobre 1993

https://www.monde-diplomatique.fr/1993/10/VIDELIER/45686

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr