Anne Chemin, Pourquoi migrer tue, lemonde.fr, 12/04/2018

Plus l’Europe se ferme, plus le nombre de décès aux frontières augmente, au moins 40 000 depuis le début des années 1990. Jamais dans l’histoire une migration n’a causé autant de morts.

« (…) « Une indifférence mêlée de résignation »

En offrant une sépulture symbolique aux milliers de réfugiés morts aux portes de l’Europe, les associations tentent de les extraire du silence et de l’oubli. « Structurelles, les morts aux frontières passent souvent inaperçues, souligne Antoine Pécoud, professeur de sociologie à l’université Paris-XIII, dans un travail réalisé en 2017 pour la Fondation pour les sciences sociales. Les migrants meurent en général dans des endroits peu accessibles ou dans des lieux périphériques, voire fermés. Beaucoup d’entre eux voyagent clandestinement et meurent tout aussi clandestinement. Même lorsque ces décès font l’objet d’une publicité médiatique, ils suscitent souvent une indifférence mêlée de résignation. »

Les migrants morts aux portes de l’Europe sont pourtant très nombreux. Si les estimations varient, les ordres de grandeur donnent le vertige. United for Intercultural Action, un réseau de plus de 500 associations du Vieux Continent, a répertorié 17 000 décès entre 1993 et 2012. L’association Fortress Europ a comptabilisé plus de 27 000 morts de 1988 à 2016. Le consortium de journalistes The Migrants’ Files évoque le chiffre de 35 000 victimes entre 2000 et 2016. Selon Olivier Clochard, codirecteur du laboratoire Migrinter (CNRS-université de ­ Poitiers), près de 40 000 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis le début des années 1990.

Beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces. Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq

Les organisations recensent les cadavres retrouvés sur les côtes, écoutent les témoignages des rescapés et rassemblent les articles de presse sur les naufrages, mais elles savent que de nombreux décès échappent à leur vigilance : beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces.

Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq. « Il est toujours délicat de trouver un coefficient multiplicateur mais il est évident que ces chiffres sous-estiment le nombre de décès, constate Olivier Clochard. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière de migrants du monde. »  (…)

A lire

La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant, sous la direction scientifique de Michel Agier (Le Passager clandestin, 2016).
La quarantaine de chercheurs réunis au sein de Babels, programme de recherche de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, expose la violence des frontières en revenant sur l’identification des corps, la commémoration des défunts et les récits des survivants.

Atlas des migrations en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, sous la direction d’Olivier Clochard (Armand Colin, 2016).
Migreurop, un réseau d’associations, de militants et de chercheurs fondé en 2002, analyse les politiques migratoires européennes à travers des textes signés par des universitaires, mais aussi des cartes et des infographies d’une très grande richesse.

« Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome n° 64, juin 2017.
Evelyne Ritaine, chercheuse en science politique et sociologie comparatives à Sciences Po Bordeaux, revient sur l’invisibilité des migrants disparus en mer, qui sont, selon elle, « dans les limbes du politique ».

« Liberté de circuler, un privilège », Plein droit n° 116, mars 2018.
La revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés consacre ce numéro à la liberté de circulation. « Ces dernières années, on a assisté au rétablissement de contrôles à plusieurs frontières intra-européennes. Si bien que les routes migratoires vers l’Europe sont devenues les plus dangereuses du monde et que les morts aux frontières se comptent par milliers chaque année. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/12/pourquoi-migrer-tue_5284531_3232.html#Dg3YOww8xmdM66uW.99

 

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs