Jérôme Gautheret , À Lampedusa, seuls face à l’amer, lemonde.fr, 27/02/2017

« Même si le flot des arrivées s’est tari sur l’île italienne, ses habitants restent mobilisés, à l’image du docteur Pietro Bartolo, personnage central de « Fuocoammare », sélectionné aux Oscars.

(…) Reprenant la route, le docteur dirige maintenant sa voiture vers l’extrémité sud de l’île, sur une plage où a été ­installée en 2008 une sculpture de bois devenue emblématique : La Porte de l’Europe, une œuvre de Mimmo Paladino en hommage aux milliers de ­personnes mortes en tentant de traverser la Méditerranée. Par un étrange coup du sort, c’est sur cette plage immaculée que s’est tenue, dans la nuit du 7 au 8 mai 2011, une des scènes les plus dramatiques de l’histoire de ­Lampedusa. Depuis le déclenchement des « printemps arabes », quelques mois plus tôt, les arrivées s’y succèdent à un rythme de plus en plus soutenu. Ce soir-là, un bateau intercepté au large doit être conduit au port avec plus de 500 personnes à bord. La mer, agitée, fait échouer la manœuvre. L’embarcation s’écrase contre les récifs. « Le temps était très mauvais. Mais en quelques minutes tous les habitants qui pouvaient nager sont venus. Certains se sont jetés en mer, d’autres ont formé une chaîne humaine, s’attachant les uns aux autres pour ne pas être emportés… En trois heures, ils ont sauvé 540 hommes, femmes et enfants, un par un. Et ce n’est que le lendemain que nous avons retrouvé les corps de trois victimes, les os brisés. »

Il y a eu, aussi, de nombreuses nuits d’horreur, dont la plus terrible, ce 3 octobre 2013 où 366 personnes, en majorité des Érythréens et des Somaliens, n’ont pu être sauvées. À chaque occasion, la population s’est jointe aux secours, de toutes ses forces et au mépris du danger. « Quand les autorités italiennes ont demandé de ne plus secourir les gens en mer [sous peine de saisir les bateaux des sauveteurs], ici, personne n’a obéi », rappelle fièrement Pietro Bartolo.

Depuis plusieurs mois, à mesure de l’intensification des dispositifs européens en Méditerranée, couplés à l’action des ONG, les bateaux sont arraisonnés au large puis envoyés directement vers les hotspots (ces centres d’accueil et ­d’enregistrement des migrants) de Sicile, si bien que le temps où Lampedusa accueillait 6 000 à 8 000 réfugiés dans un dénuement absolu est révolu, même si un centre pouvant accueillir environ 400 migrants subsiste. S’ils s’aventurent rarement hors de son enceinte, on voit parfois de petits groupes circuler aux abords du parvis de l’église. « L’été, sur les plages, ils restent à l’écart, comme s’ils ne ­voulaient pas gêner les touristes », sourit le docteur. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/02/26/a-lampedusa-seuls-face-a-l-amer_5085760_4497186.html#xXwzLvgq6YdbbER1.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs