Salim Chena, Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe, lamenparle, 15/03/2017

(…) « En effet, au début des années 2000, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne ont lancé la politique dite d’externalisation des frontières de l’Union européenne, aujourd’hui largement banalisée au travers des hotspots. Il s’agit, en réalité, d’une gestion déterritorialisée de l’immigration et de l’asile dans laquelle le candidat est sélectionné, vetted, avant même d’entrer dans l’espace européen selon une logique à la fois utilitaire et sécuritaire (Valluy, 2009). Le Maroc fut le premier pays maghrébin à transposer juridiquement les exigences européennes – restrictives et répressives – en matière de politique migratoire dans la loi 02-03 du 11 novembre 2003 (Belguendouz, 2005)1, puis il a abrité la Conférence euro-africaine sur les migrations de 2006. A l’origine de ces inquiétudes, pour dire le moins, européennes, se trouvent les enclaves espagnoles dans le nord du Maroc : les villes de Ceuta et Mellila – considérées comme des colonies par Rabat. Puis, après les évènements de l’automne 2005, ce fut la route des Canaries – bien plus longue et dangereuse – qui se développait, puis s’est déplacée de Laayoune (Maroc) à Nouadhibou (Mauritanie) jusqu’à Saint-Louis (Sénégal). Cette nouvelle route – parmi d’autres à venir – avait donné à la jeune agence Frontex l’occasion de prouver son utilité avec les Opérations conjointes Hera – chargées de surveiller les îles Canaries et les côtes d’Afrique de l’Ouest – qui en ont finalement eu raison.

Mais, au-delà d’une conception étriquée de la sécurité2, il y a une réalité politique et sociale de la migration irrégulière. Depuis le début du XXIè siècle, le Maghreb redécouvre son africanité par intermédiaire des études sahariennes et que l’économie politique des grandes découvertes, puis les frontières et l’éducation coloniales avaient occultée ; le tropisme européen du Maghreb méditerranéen n’a été remis en cause qu’après la fermeture progressive de l’espace européen aux maghrébins dès les années 1980 et 1990 et l’intériorisation de l’espace saharo-sahélien comme limes stratégique – autant à l’échelle régionale dans le triangle relationnel Maroc-Algérie-Libye qu’à l’échelle globale avec l’introduction du Sahara comme théâtre périphérique de la Global War on Terror américaine. Surtout, le rôle d’entrainement des politiques publiques des Etats pétroliers dans le développement du Sahara a contribué à urbaniser le désert et à revitaliser des activités traditionnelles (transport, commerce) à l’heure de la mondialisation. »  (…)

http://lamenparle.hypotheses.org/577

photo@ Stephanos Mangriotis, Ceuta, avec autorisation.