L’aéroport de Mogadiscio, ses plages, ses diplomates et ses peaux de léopard, Bruno Meyerfeld, lemonde.fr, 06/12/2016

Cet excellent article pour tous ceux qui s’intéressent à l’urbanisme sécuritaire.

A lire en parallèle, la description de la zone verte de Bagdad créée par l’administration Bush :

Ravi Chandrasekaran, Dans la zone verte. Les Américains à Bagdad, Paris, Ed. de l’Olivier, 2008

Envoyé spécial à Bagdad, Rajiv Chandrasekaran a enquêté pendant un an et demi dans la Zone verte, cette «petite Amérique» recréée par l'administration Bush pour accueillir les spécialistes chargés de faire de l'Irak une démocratie moderne. Le journaliste décrit le quotidien de ces Américains vivant en plein centre d'un pays dévasté par les bombardements et en proie à l'anarchie.C'est l'histoire, racontée de l'intérieur, d'une organisation qui s'obstine jusqu'à l'absurde à mettre en place des projets en décalage complet avec la réalité. L'épopée loufoque d'une bande de Pieds Nickelés missionnés par le président des États-Unis pour «libérer l'Irak».(Ed.)

“Notre reporter a passé 24 heures dans le seul lieu véritablement sécurisé de la capitale somalienne. La base est une enclave où se joue une bonne partie de la vie diplomatique, politique et commerciale du pays.

(…) Seul lieu véritablement sécurisé de la capitale, l’aéroport sert de base principale aux casques blancs de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et à la plupart des organisations humanitaires. Il n’existe pas de plan de l’aéroport. Le Royaume-Uni, la Chine et plusieurs pays africains disposent d’une ambassade sur place. Depuis juin, les Etats-Unis ont un ambassadeur accrédité : le premier ici depuis 1991.

Sur la base, on slalome entre les tentes militaires, les tas de tôles, de bois, de parpaings, de métal rouillé, les friches, les carcasses d’avions et de véhicules blindés. Tout est moite, tout colle. Rien de dur, rien de vraiment durable. « C’est le Far West ici. A l’image de la Somalie, personne ne sait qui dirige », ironise une diplomate. De larges pans de la base demeurent des zones de non-droit. Au bout de la piste unique, longue de 3 km, on accélère devant les bureaux de la NISA, les services secrets somaliens. « On ne sait pas ce qu’il se passe là-bas », admet un employé de l’Amisom. D’aucuns évoquent des centres de torture, une antichambre de Guantanamo.

Les 300 employés au sol – aux trois quarts somaliens – en sont encore à la préhistoire de l’aviation. Dans la tour de contrôle, ils usent de leur mieux d’un large panneau de bois, sur lequel on colle et décolle des petits papiers où sont inscrits les numéros des avions à l’atterrissage et au décollage. « Mais des machines modernes vont arriver », assure le capitaine Abdiwahid Ahmed, ancien pilote qui dirige aujourd’hui l’Autorité civile somalienne d’aviation et de météorologie (Scama). Ce Somalien chaleureux de 47 ans a ses bureaux dans une petite maison blanche face à la mer.

Du sommet de la tour, on aperçoit l’ancien aéroport : un petit bâtiment beige de rien du tout, rongé par le temps et le sel marin. Son histoire épouse celle de la Somalie. « Il a été inauguré en 1928 par les Italiens. C’était le plus grand et le plus moderne des aéroports d’Afrique de l’Est », raconte le capitaine Ahmed. Dès 1934, les trimoteurs de la compagnie aérienne de l’Etat mussolinien Ala Littoria desservent la Linea dell’Impero (« ligne de l’empire ») le long de l’Afrique orientale italienne, d’Asmara (Erythrée) à Addis-Abeba (Ethiopie), avec pour terminus Mogadiscio.”  (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2016/12/06/l-aeroport-de-mogadiscio-base-hors-sol_5044419_3210.html#6tS1DWAxtwIMq7PE.99

@photo : Siegfried Modola pour Le Monde. Vue de l’aéroport de Mogadiscio quelques jours après l’attentat du 26 juillet, qui a brisé les vitres. ibidem
L'auteur : @bmeyerfeld