« Fuocoammare », Lampedusa, feu en mer, Marie Soyeux, la-croix.com, 27/09/2016

fuocoammare2

 » (…) En se refusant le droit au commentaire, Gianfranco Rosi s’oblige à positionner son regard, avec une exigence et une patience extrêmes. Lorsqu’il s’installe sur l’île de Lampedusa, à 200 kilomètres de la Sicile, après le terrible naufrage du 3 octobre 2013, mille caméras l’ont précédé.

Toutes ont rendu compte de la tragédie répétée de ces rivages. Des images, des chiffres, des interviews ont été compilés. On parle de 400 000 migrants depuis 1990 – pour combien de morts ? L’énormité des chiffres n’en demeure pas moins abstraite à ses yeux. Son intention n’est alors pas politique, mais plutôt éthique.

Il s’agit de trouver le point de vue qui échappe à la fois à l’abrutissement des données et à la violence soudaine des images. Il pose sa caméra pour longtemps – dix-huit mois – et de biais.

Lui qui affirme haïr les ciels bleus et ne rien pouvoir filmer sous une lumière trop vive s’imbibe de l’hiver de Lampedusa. Il part à la rencontre de quelques habitants, troublé par un paradoxe : ces derniers, au plus près du drame, ne sont pour beaucoup plus en contact avec les migrants. » (…)

> (Re) lire : À Berlin, un Ours d’or pour Lampedusa

http://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Fuocoammare-Lampedusa-feu-en-mer-2016-09-27-1200792099

Voir aussi notre rubrique Lampedusa :

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/lampedusa-2013-2015