Soy Nero (film de Rafi Pitts) : des Etats-Unis à l’Irak, l’odyssée absurde d’un saute-frontière, Mathieu Macheret, lemonde.fr, 20/09/2016

 » (…) C’est de cette condition apatride que traite Soy Nero, son nouveau film, lui-même sans port d’attache, puisqu’il se déroule entre le Mexique, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Pitts tend sans doute un miroir de sa propre situation à travers l’aberration administrative qui frappe son protagoniste Nero, jeune Latino-Américain de 19 ans, né et grandi à Los Angeles, mais déporté par les services d’immigration au Mexique, où il ne connaît rien ni personne. Alors, Nero tente le tout pour le tout, et passe clandestinement la frontière, avec l’intention de s’engager comme « green card soldier » dans l’armée américaine, seule chance pour nombre d’étrangers d’obtenir leur naturalisation.

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros, et l’on craint qu’il ne déroule les étapes d’une telle traversée, comme une simple suite de péripéties. Mais la frontière que traverse Nero fait apparaître sa double nature réelle et fantasmatique, comme dans cette scène où le héros se faufile dans le dos des gardes-frontières américains, au moment où le ciel éclate de mille feux d’artifice pour le Nouvel An. L’esthétique nous déplace alors dans le registre de la fable, dans le flou complet que recouvre toute notion d’identité dans le contexte géopolitique actuel. » (…)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/09/20/soy-nero-l-odyssee-absurde-d-un-saute-frontiere_5000432_3476.html#SqezkTIkK3u0hPkt.99

Crédit photo : Une scène du film allemand, français et mexicain de Rafi Pitts, « Soy Nero ». TWENTY TWENTY VISION FILMPRODUKTION/SENORITA FILMS/PIMIENTA FILMS/ZDFARTE/SOPHIE DULAC DISTRIBUTION