Scenes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS
Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

Lesbos (Grèce) – « Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif  sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin. » (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix