Les migrants, absents du pavillon français de la Biennale de Venise, Jean-Jacques Larrochelle

Les migrants, absents du pavillon français de la Biennale de Venise, Jean-Jacques Larrochelle, lemonde.fr, 27/04/2016

biennale

“La crise des migrants en Europe va résonner lors de la 15e édition de la Biennale internationale d’architecture qui se tiendra à Venise du 28 mai au 27 novembre. D’importants pavillons nationaux implantés dans les Giardini, les jardins de la Sérénissime, vont restituer au public des actions architecturales concrètes : comment répondre à l’afflux de réfugiés fuyant des zones de conflit, principalement de ­Syrie, d’Irak et d’Afghanistan ; comment structurer leur accueil, voire pérenniser le séjour de certains d’entre eux dans les conditions d’un habitat et de situations sociales pérennes.

L’Allemagne, à travers des initiatives majoritairement citoyennes, réinvestit à l’adresse des réfugiés le concept de Heimat – terme intraduisible exprimant à la fois l’idée de terre d’élection et de nation –, offrant d’aussi nombreuses que tangibles, et parfois spectaculaires, solutions d’accueil et de logements, certaines réalisées, notamment à Munich, d’autres en passe de l’être. Sur un même mode, l’Autriche imagine la transformation d’immeubles de bureaux désaffectés à Vienne pour loger ces nouveaux arrivants. La Finlande, par anticipation, focalise son attention sur des solutions adaptées aux demandeurs d’asile, tandis que la Grèce reconsidère la discipline architecturale dans le contexte de crise que traverse le pays. Face à ces déclinaisons d’une même problématique qui engagent les architectes, mais pas seulement, la France fait preuve d’une remarquable cécité.”  (…)

http://www.lemonde.fr/architecture/article/2016/04/27/les-migrants-absents-du-pavillon-francais-de-la-biennale-de-venise_4909393_1809550.html#OCMvCcUAHOW8ThUG.99

biennale2

crédit photo : http://www.labiennale.org/en/architecture/