Perdre la raison face aux barbelés, Bülent Kiliç, making-of.afp.com, 18/04/2016

IDOMENI (Grèce), 18 avril 2016 – « Une des choses qui me frappe le plus chez tous ces réfugiés bloqués depuis des mois à la frontière gréco-macédonienne c’est de les voir, lentement, perdre la raison.

Voilà des années que je couvre cette crise de réfugiés. Je suis allé dans un grand nombre d’endroits et à chaque fois la situation est différente. J’ai vu des Syriens franchir en masse la clôture barbelée à la frontière turque pour échapper aux combats qui faisaient rage chez eux, à quelques centaines de mètres. J’en ai vu d’autres débarquer sur les côtes de Lesbos après une dangereuse traversée depuis la Turquie. Et maintenant me voici un peu plus loin sur la route des Balkans, à Idomeni. Ce village grec à la frontière macédonienne est devenu un cul-de-sac depuis que plusieurs pays européens ont fermé leurs frontières, en espérant mettre un terme à l’afflux de migrants. Environ onze mille personnes s’entassent ici.

Ce qu’il y a de particulier ici, c’est le désespoir extrême, absolu. Ces gens ont quitté des pays dévastés par la guerre. Ils ont accompli un dangereux voyage, souvent avec leurs enfants sur les épaules. Et les voici maintenant bloqués dans une mare de boue face aux portes fermées de l’Europe, obligés de vivre dans des conditions aussi déplorables que chez eux, sans avoir la moindre idée de ce qui va leur arriver ensuite. Certains végètent ici depuis deux ou trois mois. Ils n’ont rien d’autre à faire qu’attendre, dans l’incertitude totale. Pourront-ils rejoindre l’Europe de l’Ouest comme l’ont fait des centaines de milliers de réfugiés avant eux ? Seront-ils reconduits de force en Turquie ? Devront-ils, au final, rentrer chez eux ?  »  (…)

https://making-of.afp.com/perdre-la-raison-face-aux-barbeles

crédit photo : Distribution de nourriture (AFP / Bulent Kilic)

Voir aussi :

A la frontière entre la Grèce et la Macédoine, « les enfants aussi deviennent fous », bigbrowser.blog.lemonde.fr, 19/04/2016

Le blog Making-of de l’AFP est un exutoire pour les journalistes et photographes de l’agence, leur permettant de vider, en quelque sorte, leur sac émotionnel devant le lecteur. Leur faire comprendre l’envers de leur travail, les côtés parfois humainement insupportables qui sont passés sous silence au nom de l’objectivité journalistique.

Le photojournaliste Bülent Kiliç couvre la crise des réfugiés « depuis des années », depuis que la guerre civile a fait fuir des millions de Syriens, et donne des visages aux chiffres et aux faits décrits par les journalistes. Il a d’ailleurs obtenu un Visa d’or en 2015, au festival de photojournalisme Visa pour l’image (Perpignan), pour son travail sur les réfugiés syriens à la frontière turque »  (…)

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/04/19/un-photographe-de-lafp-a-la-frontiere-greco-macedonienne-les-enfants-aussi-deviennent-fous/