La Méditerranée, du paradis à l’enfer, France Inter « Un jour dans le monde », Eric Valmir, 30/12/2014

hope

 

« 3 419 morts noyés en 2014. Un triste record en Méditerranée. Et encore les statistiques oublient les barques et chalutiers qui ont chaviré loin des regards. Rarement l’expression du pape François qui désigne la Méditerranée comme un vaste cimetière n’aura trouvé une définition aussi juste.

 Le HCR, l’Agence des Nations Unies en charge des réfugiés vient de désigner la Méditerranée comme la route la plus mortelle au monde en 2014. Fourchette basse, au moins 210 000 personnes ont tenté de la traversée par voie maritime.

Si en Europe, nous sommes régulièrement informés sur les naufrages et les noyades, on connait mal le périple que vivent les Africains avant de rallier la Méditerranée. L’univers des ghettos qui parsème le parcours.

 Ce soir, à partir du film Hope qui sortira en salles le 28 janvier, nous racontons ces tranches de vies méconnues.

 Ces Africains qui viennent mourir sur nos plages ont une histoire, une vie, une pensée. Ils ne sont pas les simples pauvres malheureux que les étiquettes bienveillantes réduisent à ce statut.

 Hope raconte l’itinéraire d’un camerounais et d’une nigériane qui se rencontrent sur la route de l’exil. ils ne vont plus se quitter en dépit des obstacles et de l’univers glauque des ghettos qui se dressent sur le chemin.

 Voilà pour le synopsis. Mais les coulisses du film porte en elles les germes d’une autre histoire.

 Par souci d’authenticité, le réalisateur Boris Lojkine est allé dans les ghettos marocains pour recruter de vrais clandestins pour tourner le film. Des comédiens amateurs très au fait de l’histoire que voulait raconter le cinéaste, puisqu’il s’agit de leurs univers et de leurs expériences.

 Le film, une fois fini, a été projeté à Cannes en 2014. Mais tous les comédiens sans papiers retournés dans leurs quotidiens n’ont pu venir en France et en Europe. Où apposer un visa quand il n’y a pas de passeport ? Le film commence à tourner dans les festivals et voilà qu’il obtient des prix…  Un prix d’interprétation pour la nigériane Endurance.

 Pour la production, il est vital que les comédiens puissent voir ce film. L’ouverture interviendra au festival de Marrakech. Enfin projeté sur le continent africain.  Boris Lojkine et Bruno Nahon le producteur organisent le rendez vous. Tous se retrouvent à la projection à Marrakech. Le tapis rouge, le photocall et une standing ovation…

 Jamais ces camerounais et nigérians n’avaient été applaudis dans leurs vies. Des existences de fuite, de conflits, de prison, de rackets, de vols, d’exaction, de famine et de torture. »

 Réécouter :

http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-dans-le-monde-la-mediterranee-du-paradis-a-lenfer