Entre deux murs, Emmanuel Haddad, ijsbergmagazine.com, 20/01/2015

“J’ai l’impression d’être entre deux murs. D’un côté, la guerre m’empêche de retourner en Syrie. De l’autre, la bureaucratie des États européens m’interdit de voyager librement. Je n’ai que deux moyens de m’échapper. Par la mer ou par les airs.”

Lisbonne 132bis

Lisbonne 132bis

 ” Nabil a fui, sans se retourner, le pays de son cœur transformé en théâtre de guerre. Derrière lui, des cendres. Devant, l’Europe, où son épouse a réussi à s’échapper. Entre les deux, une forteresse. Trouvera-t-il la faille ?

 ” (…) Nabil s’est installé à Beyrouth le 1er mars 2014 avec une idée fixe : retrouver Hélène, son épouse, qui étudie la géologie à Porto. Le jour où il s’est installé au bord de la Méditerranée, elle commençait son semestre d’études sur les rives de l’Atlantique. Pour lui, l’exil au Liban marque moins le refuge que la séparation d’avec la femme de sa vie, épousée à l’automne 2013, au plus fort de la guerre civile syrienne. La capitale libanaise ne doit être qu’une étape, la plus courte possible, avant de rejoindre l’Europe où il espère démarrer une vie nouvelle.

 Tous les Syriens quittent leur pays pour survivre. Nabil, comme 3,34 millions de Syriens, est, aux yeux de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), un réfugié. Comme les autres, il a été forcé à l’exil de peur d’être persécuté.

 Derrière ce terrible motif collectif, chacun a des raisons plus personnelles et subtiles, que le droit international ne grave pas toujours dans le marbre. Et que les Européens n’ont que rarement la possibilité de connaître. De la Syrie, ils n’entendent en général parler que des partisans du régime, décrits comme cyniques ou sanguinaires, de ses opposants modérés, le plus souvent impuissants, ou des combattants djihadistes, dépeints comme d’horribles barbares sortis du Moyen-Âge. Et une fois arrivés aux portes de l’Europe, les Syriens fuyant la guerre se fondent tous dans le moule du migrant, le plus souvent clandestin.”  (…)

 https://ijsbergmagazine.com/refugies-syrie-liban/ 

crédit photo : B. Barthélémy, E. Ritaine, Lisbonne, 2012