Io sto con la sposa: un film contro le barriere, Francesca Sironi, espresso.repubblica.it, 19/05/2014

sposa3

“What border guard would ever check the documents of a bride?”

“Cinque giorni di fuga. Cinque compagni di viaggio, palestinesi e siriani. Un obiettivo: raggiungere la Svezia. Con un gruppo di ragazzi italiani e arabi ad accompagnarli, superando il filo spinato vestiti da matrimonio. Per sfidare le regole che bloccano chi fugge dalla guerra. E raccontare un’amicizia che può unire il Mediterraneo.

 Lei ha il vestito bianco. Di quelli con le balze, da sposa-principessa. Di fianco un ragazzo magro in completo, cravatta, cappotto. Dietro un piccolo corteo matrimoniale: amici con l’abito buono, signore con la messa in piega, immancabili cappelli. Abbigliati a festa, tutti quanti, stanno passando sotto il filo spinato. Perché sono clandestini, in fuga dalla guerra siriana, dalle persecuzioni in Palestina. E questa è la prima tappa del loro viaggio clandestino da Milano a Stoccolma passando per Francia e Germania. Travestiti da invitati a un matrimonio per superare i controlli di frontiera.

Lo straordinario viaggio di questo gruppo di amici è raccontato da Gabriele del Grande , Antonio Augugliaro e Khaled Soliman Alnassiry in “ Io sto con la sposa ”, un documentario-manifesto che da oggi è online per lanciare una raccolta fondi necessaria a finanziare la produzione del film” (…)

 http://espresso.repubblica.it/attualita/2014/05/19/news/

.

 Io sto con la sposa / On the bride’s side, documentario-manifesto, Antonio Augugliaro, Gabriele Del Grande e Khaled Soliman Al Nassiry 

“Quale poliziotto chiederebbe mai i documenti a una sposa?” (…)

E guardate che in ballo c’è molto di più del nostro lavoro. C’è la possibilità di dimostrare che questo amato Mediterraneo non sia soltanto un cimitero, ma che possa ancora essere il mare che ci unisce.”

 “What border policeman would stop a wedding procession to ask for the bride’s documents?” (…)

After all, this is about much more than producing a film. It’s about the possibility of showing that our beloved Mediterranean isn’t just a graveyard, but a sea that can unite us again.”

 Written, directed and produced by:
Antonio Augugliaro, Gabriele Del Grande e Khaled Soliman Al Nassiry

 http:www.iostoconlasposa.com/

http://www.iostoconlasposa.com/en/

.

“Io sto con la sposa”: la storia vera di un finto corteo nuziale per entrare in Europa. Il progetto diventa un docufilm,  Laura Eduati, L’Huffington Post, 19/05/2014

 Vedi :  VIDEO

.

sposa2.

The cost of the production and post-production of this film is 150 thousand euros. We need to raise at least half this sum before the end of June in order to complete the film in time to register for the Venice Festival in September and distribute it in the autumn.

 Participez à la réussite du projet

pour IO STO CON LA SPOSA – ON THE BRIDE’S SIDE et l’équipe !

Contribuer maintenant 

Fotografo di scena : Marco Garofalo, ibidem

Voir aussi :

Io sto con la sposa (Moi, je suis avec la mariée)

“C’est l’histoire d’un voyage de trente mille kilomètres, du nord de l’Italie (Milan) à la Suède, d’un groupe de Palestiniens et de Syriens ayant fui la guerre. Pour passer les frontières blindées d’une partie de l’Europe, ils imaginent un stratagème : un faux cortège nuptial avec sa mariée et ses invités. Quel policier s’aviserait de perturber la noce en leur demandant leurs papiers d’identité ?

Raconté en prise direct, le voyage se déploie d’un pays à l’autre, se jouant des confins interdits pour devenir un film, « Io sto con la sposa » (Moi, je suis avec la mariée) est «une histoire fantastique et pourtant terriblement vraie.»

Pour soutenir les coûts de production et postproduction du travail, un campagne de crowdfunding a été lancée. Elle devra recueillir 150.000 euros pour finir le film, le présenter à temps au Festival de Venise et le distribuer dans les salles en octobre prochain.” 

http://www.babelmed.net/arte-e-spettacolo/125-italia/

.

Fuir la guerre dans un cortège nuptial,  Övgü Pınar, babelmed.net, 27/06/2014     

 Traduction de l’Italien Matteo Mancini

 ““Une histoire fantastique mais incroyablement vraie. Un acte courageux de désobéissance civique”. C’est ainsi que les réalisateurs décrivent “Io sto con la sposa” (“J’accompagne la mariée”), un documentaire sur un faux cortège nuptial qui voyage d’Italie jusqu’en Suède pour venir en aide à cinq Palestiniens et Syriens qui fuient la guerre. “Quel flic oserait demander les papiers à une mariée ?”. “Aucun”, c’est bien ce que montre le documentaire. Le cortège réussit en effet à passer les cinq frontières qui séparent l’Italie de la Suède en traversant la France, le Luxembourg, l’Allemagne et le Danemark. Une fois sur place, les protagonistes-migrants obtiennent le statut de réfugié politique.

Laissons la parole au journaliste italien Gabriele del Grande, un des créateurs du projet “J’accompagne la mariée”. 

 Quand avez-vous décidé d’entreprendre ce “voyage de noces” ?

 C’était en Octobre 2013, l’Italie était choquée par la mort de cinq-cents migrants lors des naufrages du 3 et du 11 octobre à Lampedusa. J’étais rentré à Milan depuis un mois, après mon dernier voyage en Syrie comme reporter de guerre. Milan était devenue une zone de transit pour les milliers de réfugiés syriens. Ils arrivaient à bord des trains en provenance du sud de l’Italie, après avoir débarqué en Sicile en suivant les routes des contrebandiers libyens et égyptiens. Une fois à Milan, toujours à l’aide des contrebandiers, les migrants cherchaient un moyen de rejoindre l’Europe du nord. Durant ces jours j’allais souvent à la gare centrale avec un ami poète syro-palestinien, Khaled Soliman Al Nassiry (co-réalisateur du film). Avec le temps, on a connu cinq palestiniens et syriens qui avaient fuient la guerre, avec lesquels on a lié d’amitié. On les a hébergés chez nous. Et quand on s’est demandés comment les aider à poursuivre leur voyage vers la Suède, on a eu l’idée du faux cortège nuptial. Un ami réalisateur, Antonio Augugliaro (co-réalisateur du film) nous a persuadés de filmer le voyage et d’en faire un documentaire.

 Qui sont les migrants que vous avez aidés et d’où viennent- ils ?

 C’étaient des Syriens et des Palestiniens qui avaient fui la guerre en Syrie. Un étudiant universitaire en langue et littérature anglaise (Abdallah), un couple de vieux opposants de la gauche syrienne (Mona et Ahmed) et un enfant rappeur en voyage avec son père (Manar et Alaa).” (…)

http://www.babelmed.net/arte-e-spettacolo/125-italia/13590-fuir-la-guerre-dans-un-cortege-nuptial.html

Trailer officiel :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dv93D83aps4

.

Voir aussi : Io sto con la sposa, presentazione Biennale di Venezia 2014

http://enigmur.hypotheses.org/4071