Les Erythréens sont revenus. Ils sont morts en chemin, Léonard Vincent, 2013

erytreens

Des résidents d’Asmara devant les avis de décès des victimes de Lampedusa (photo clandestine diffusée par le Projet Arbi Harnet)

Asmara électrique, Léonard Vincent

28 octobre 2013 — “Derrière la porte fermée de l’Erythrée, on entend pourtant des bruits. Des bruits qui indiquent qu’une nervosité grandissante s’est empérée des autorités, après des mois de déstabilisation par petites touches, de mécontentement de la population, de pénuries, de luttes pour le pouvoir au sein de la clique régnante. Le naufrage du 3 octobre au large de Lampedusa ayant causé dans les familles une puissante vague de douleur et d’inquiétude, le gouvernement a par exemple commencé par faire arracher les avis de décès, traditionnellement punaisés sur des placards publics dans les rues. Les affiches commençaient à devenir un rendez-vous de citoyens mécontents.” (…)

Lampedusa, l’épisode macabre, Léonard Vincent

26 octobre 2013 — “Les Erythréens sont revenus. Par centaines, ils sont morts une fois de plus au large de l’île blanche de Lampedusa, dans les eaux froides de la Méditerranée. Je vois passer des photographies des victimes depuis quelques jours : de jolies jeunes filles, des garçons blagueurs comme le sont souvent les jeunes conscrits échappés de la poigne de leur sergent, des mamans téméraires avec leur enfant joufflu, des hommes abrutis par les épreuves.

 On mesure mal, nous Occidentaux, ce que cette épouvante représente pour ce petit peuple fraternel, perdu sur ses hauts-plateaux et dans ses campagnes tranquilles, dans son pays cisaillé par les casernes et la peur. J’ai l’habitude de dire que, d’après ce qu’il m’a été donné de voir, être érythréen, ce n’est pas une nationalité mais une espèce de confrérie. Pour les gens de cette nation qui, à la frontière de l’immense Soudan, a la taille d’un village, la mort de centaines d’entre eux est une hécatombe d’une ampleur exceptionnelle.

C’est d’autant plus cruel à vivre pour la diaspora. Eux s’en sont sortis. Ils ont un toit, du feu, des vêtements, des cartes de métro, des cafés pour les habitudes et des épiceries favorites. Mais les naufragés de Lampedusa, eux, ont échoué. Ils sont morts en chemin.” (…)

 http://erythreens.wordpress.com/2013/10/

 A lire :

erytréenslivre Les Erythréens, Léonard Vincent, Paris,Littérature / Rivages, 2012

 C’est une contrée qui borde la mer Rouge. Au nord le Soudan, au sud l’Ethiopie. A première vue, le bout du monde parfait. Mais Issaias Afeworki règne sur ce pays, l’Erythrée, depuis vingt ans. Après avoir conduit la guerre d’indépendance, l’homme s’est mué en dictateur alcoolique et paranoïaque. Il dirige son Etat comme une caserne. Chaque parcelle est verrouillée, la police est omniprésente, les prisons sont pleines. Tous cherchent à s’enfuir. Grâce aux trafiquants et quelques centaines de dollars économisés au fil du temps, certains y parviennent.

Pour la première fois, dans ce récit d’une grande justesse, les Erythréens ont la parole. Ils lèvent le voile sur un peuple pris en otage. En attendant le jour de la délivrance.(présentation éditeur)

.

.

Blog de l’auteur : Les Erythréens, Messages confus et coups de téléphone en provenance d’Asmara

http://erythreens.wordpress.com/about/

 A lire :

 L’Érythrée, rouge et invisible, entretien avec Léonard Vincent, Olivier Favier

http://dormirajamais.org/erythree/

 A écouter:

 “Biniam, la voix de la liberté” (un documentaire de Léonard Vincent et Christine Robert), Sur les docks, France Culture, 23/05/2013

https://www.franceculture.fr/emission-les-nuits-de-france-culture-les-nuits-du-23-au-240513-2013-05-24

 “Exil-Erythrée”, L’Afrique enchantée, France Inter, 18/05/2014

http://www.franceinter.fr/emission-lafrique-enchantee-exil-erythree