Médimurs / inspirations

-Reinel_compass_rose_svg     Vers une Sociologie de la Méditerranée?  Federica Araco, babelmed.com, 10/05/2013

 

    “Selon Antonello Petrillo (Université Suor Orsola Benincasa de Naples), « la Méditerranée est une mer de guerre, par-delà la rhétorique vide du dialogue interculturel. Qu’il s’agisse des guerres avec combats telles que nous les connaissons, des guerres silencieuses, comme celle qui est menée contre les migrants, et des guerres de symboles. La solitude, le désert de mots ont montré la stupeur aphasique des sciences sociales européennes durant les soi-disant « printemps arabes ». Leur rôle est de renoncer aux catégories que nous utilisons habituellement pour décrire tous les processus quels qu’ils soient, catégories qui se désagrègent lorsque nous regardons vers l’Orient. Des concepts comme la démocratie, la citoyenneté, les droits de l’homme, qui ont caractérisé l’histoire occidentale, sont utilisés et instrumentalisés pour construire des hiérarchies et inférioriser des réalités qui sont autres. Nous faisons face à un orientalisme scientifique qui a les mêmes traits que celui décrit par Said pour l’âge colonial ». Pour repenser le rôle et l’efficacité des théories sociales, a affirmé Petrillo, il faut « aller sur le terrain, démonter les rhétoriques, rencontrer le donné (parce que) nous ne sommes ni neutres ni cachés. Pour cette raison, plus qu’à une sociologie « de » la Méditerranée, nous devrions penser à une sociologie « dans » la Méditerranée, sans culturalismes, sans ethnicisations, sans essentialisations d’aucune sorte. »

 Le professeur Mariano Longo (Université du Salento), organisateur du colloque, a rappelé : «  Il faut commencer à réfléchir à une sociologie des lieux, parce qu’il est très difficile d’imaginer que la modernisation puisse résoudre les contrastes existants. En premier lieu parce qu’aujourd’hui, la modernité apparaît avec tous ses travers, et parce qu’elle est un projet inachevé qui n’a plus le temps de s’achever. Si la sociologie se rend compte de cela, elle doit aussi se rendre compte du fait que les problèmes qui accablent le sud ne sont pas tant le résultat d’un territoire arriéré, que d’une modernité qui n’a pas pris racine, ou qui ne réussit pas à prendre racine ».

 Comme l’a rappelé Román Reyes (Universidad Complutense de Madrid), « transférer le vieil ordre du discours dans des cadres qui n’ont jamais fait partie de son horizon est une imprudence. La Méditerranée a besoin de générer un nouvel ordre du discours, capable de résoudre les tensions qui fluctuent entre ses eaux. Capable de résoudre les conflits que le nouvel ordre théorique correspondant génère. La pluralité est source de connaissance, parce qu’à partir de positions géographiques et culturelles souvent antagonistes, il est possible de projeter des visions confluentes : « teorein ». Comme thérapie et comme projet. ».”

 

 Source : Colloque organisé les 6 et 7 mai 2013 par le Département d’Histoire, Société et Etudes sur l’Homme de l’Université du Salento à Brindisi et à Lecce. L’initiative fait partie du projet H.O.S.T., financé par l’Union Européenne.

http://www.babelmed.net/cultura-e-societa/36

 -Reinel_compass_rose_svgNoi, carcerieri di viaggiatori, Erri De Luca, libreidee.org, 23/03/2010

 

 “I poteri hanno visto nelle isole dei luoghi di reclusione, hanno piantato prigioni su ogni scoglio: il mare nostro brulica di sbarre. Gli uccelli invece vedono nell’isola un punto di appoggio, dove fermare e riposare il volo, prima di proseguire oltre. Tra l’immgine di un’isola come recinto chiuso, quella dei poteri, e l’immagine degli uccelli, di un’isola come spalla su cui poggiare il volo, hanno ragione gli uccelli. Nel canale di Otranto e Sicilia, contadini di Africa e d’Oriente affogano nel cavo delle onde. Il pacco dei semi si sparge nei campi sommersi del mare, un viaggio su dieci sprofonda, la terraferma Italia è terra chiusa: li lasciamo annegare, per negare.

 Il 1900 è stato il secolo in cui milioni di essere umani si sono spostati da un continente all’altro. E così hanno spostato il peso del mondo. Milioni di Erri De Luca 2esseri umani, miriadi di esseri umani. Nel 1900 siamo stati noi, italiani, gli azionisti di maggioranza. Trenta milioni di noi si sono spostati. Al porto del molo Beverello si staccavano le navi che portavano dall’altra parte dell’Oceano. Era nero, il molo, di madri. Con quei loro fazzolettini bianchi, che sembravano tante farfalline immobili, inchiodate. Verso la poppa che se ne andava lentamente, a motori bassi, verso la diga foranea. E’ stato il nostro 1900. Ha spopolato, svuotato terre e paesi molto più di due guerre mondiali.

 Quelli di adesso, invece, partono sopra degli zatteroni, dei barconi a motore, verso un nord sommario, purché non sia un porto. E si portano dietro tutto quello che hanno potuto salvare da una espulsione, lasciandosi dietro un bucato in fiamme, oppure una miseria infame. Ma quegli occhi sbarcheranno da noi, e saranno rinchiusi, dentro Centri di Permanenza Temporanea. Chiamiamo così dei posti che sono dei campi di concentramento con sbarre, filo spinato, guardiani. Ma “permanenza”: un bel nome alberghiero, per non dire a noi stessi che facciamo i carcerieri di viaggiatori, colpevoli di viaggio.

 Quegli occhi sbarcheranno da noi, e allora sì, si accorgeranno dello spariglio, della disparità delle carte in tavola. Ma finché stanno sul mare, quegli occhi ammirano la grazia infiocchettata del veliero, tutta nodi e corde tese al vento, come i muscoli di un atleta. Ammirano e godono del vantaggio del loro punto di vista perché loro dal barcone vedono la sfilata Lampedusa migrantipiacevole e indifferente della fortuna, mentre quelli del veliero sono costretti a vedere, o a voltarsi per non vedere, la sfilata della malasorte e della miseria del mondo”  (…)

 http://www.libreidee.org/2010/03/migranti-erri-de-luca-

Articoli collegati