Projet « Médimurs : effets du renforcement de la frontière européenne en Méditerranée »

-Reinel_compass_rose_svg   Cette recherche, sous la responsabilité scientifique d’Evelyne Ritaine, est financée par le Conseil régional d’Aquitaine, 2012-2015. Elle est menée au sein du Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (France).

Le projet porte sur la frontière européenne en Méditerranée : il est consacré aux effets non prévus (au sens d’effets d’agrégation)  des politiques de renforcement de la frontière en Méditerranée.

Le terrain choisi induit la prise en considération  de la spécificité spatiale et géopolitique :

– il ne s’agit donc pas de mener une étude globale sur la politique européenne des frontières, mais de penser cette politique européenne en Méditerranée, et les politiques nationales/locales qui se développent en même temps. 

– il s’agit de ne pas ignorer les effets spatiaux et les effets politiques localisés, malgré l’importance des techniques de contrôle à distance ou de contrôle virtualisé et de leur intrication avec le contrôle territorialisé.

– il s’agit de mener une réflexion sur les deux côtés de la frontière (UE / pays du Maghreb, Turquie, Chypre).

 La problématique est construite sur trois axes :

– La frontière comme dispositif (Foucault), différencié dans le temps et l’espace (matériel/virtuel ; linéaire/pixellisé ; spatial/bureaucratique), politiquement construit et efficient (effets pratiques/effets symboliques).

– La frontière comme dispositif de triage entre les statuts (différenciation permanente des statuts, inégalités, arbitraire, stratégies de contournement).

– La frontière génératrice de marquages matériels, paysagers, politico-administratifs, symboliques.

 Les études sur les renforcements de frontière pointent toutes d’abord la combinatoire politique incertaine qui les produit, ensuite la vanité sécuritaire de ces dispositifs ; elles évoquent enfin, (trop?) rapidement, les effets non prévus de ces renforcements.

Cette recherche aborde la question en sens inverse en considérant d’emblée ce que fait réellement le renforcement de la frontière – en Méditerranée -.

Les thèmes de recherche se répartissent entre :

adaptations des pratiques des acteurs 

(inégalités entre statuts, contournements, risques encourus lors des contournements, économies du passage,  feedback sur le renforcement)

marquage territorial et symbolique

(architectures/paysages et technologies du renforcement, représentations savantes et médiatiques, discours sur le renforcement)

intensification des politiques de rejet de l’altérité

(montée des populismes d’exclusion, mobilisations citoyennes pour et contre le renforcement)

conflits diplomatiques et politiques

(difficultés dans les relations bilatérales, bargaining diplomatique)

Les terrains de recherche sont situés en France, Italie, Espagne, Grèce,  Malte, Tunisie, Algérie.

L’équipe est composée de 14 chercheurs en poste en France, Espagne et aux Pays-Bas : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis (photographe indépendant), P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine (dir.), L. Tassin.

Cette recherche doit produire un ouvrage collectif, à paraître en 2015, et un colloque de restitution en 2016.

 

Crédit photo : Replica of an old wind-rose by Pedro Reinel, 1504, Joaquim Alves Gaspar, 2006  http://commons.wikipedia.org/wiki/User:Alvesgaspar