MALTE / dossier / Léa Lemaire

maltatravel

 Source : maltastar.com

Malte : île-sentinelle de l’Union européenne, Léa Lemaire, 2013

 

Malte_camps

 

Historiquement, Malte est un pays d’émigration et ne devient une terre d’immigration qu’au milieu des années 1970 (Bernardie 1999). Cependant, le problème de l’immigration irrégulière ne se construit sur l’île qu’à partir du moment où le micro-Etat devient une frontière extérieure de l’Union Européenne en 2004. Au début des années 2000, parallèlement à l’adhésion de Malte à l’Union, les routes de l’immigration irrégulière se transforment. Suite au contrôle renforcé des passages par les îles Canaries et Gibraltar, les itinéraires empruntés par les migrants se déplacent vers la Méditerranée centrale (Clochard 2009).

Depuis 2002, environ 16000 migrants sont arrivés à Malte par bateau. Originaires d’Afrique sub-saharienne, la majorité des nouveaux arrivants demande l’asile aux autorités maltaises. En tant que membre de l’Union européenne depuis 2004, Malte se doit d’appliquer le règlement Dublin II, qui détermine l’Etat responsable pour chaque demande d’asile déposée dans l’Union. L’Etat responsable étant généralement celui de première entrée, Malte est donc en charge de l’accueil et du contrôle de la quasi-totalité des demandeurs d’asile entrés dans l’Union par son territoire. Néanmoins, sur les 16000 arrivées, les estimations du gouvernement indiquent que seulement 4000 Sub-sahariens vivraient à Malte à l’heure actuelle.

Cependant, arguant de la vulnérabilité de l’île-frontière face aux arrivées de demandeurs d’asile, tant sur la scène nationale qu’européenne, les autorités maltaises ont développé un dispositif de type sécuritaire. Celui-ci vise d’une part à détenir de manière inconditionnelle toute personne arrivant sans document dans des casernes militaires (enfermement) ; d’autre part, il s’attache à sélectionner puis transférer des réfugiés de Malte vers d’autres Etats européens (ex-filtrage).

Les pratiques sécuritaires vis-à-vis de l’immigration ne font pas de Malte une exception. Les autorités nationales et européennes, depuis le milieu des années 1980, se sont engagées dans un travail politique visant à transformer l’immigration en menace (Bigo 1998). Le cas maltais est, cependant, spécifique en ce qu’il incarne la fabrique d’une île-sentinelle de l’Union européenne. Si l’île n’est pas sentinelle en soi, l’interaction entre un discours politique, des pratiques administratives et des expériences de vie de migrants, construit une atmosphère de contrôle total qui réifie les caractéristiques essentialisées de l’île comme un espace clos et isolé.

Références :

Bernardie, N.  « Malte Parfum d’Europe Souffle d’Afrique », Bordeaux, CRET, Coll. « Iles et Archipels » n°27, 1999.

Bigo, D. « Sécurité et immigration : vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures & Conflits, 1998, n°31-32, pp. 12-38.

Clochard, O. « Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires », Armand Colin, Paris, 2009.

Carte :     http://closethecamps.org/2013/11/24/malte

*

*

Malte, bibliographie sélective, Léa Lemaire, 2013

Articles scientifiques :

Debono D., 2013. “‘Less than human’: the detention of irregular immigrants in Malta” Race & Class 55: 60-81.

Durick H. E. 2012. “African Irregular Migrants in Malta: Exploring Perceptions and Renegotiating the Socio-Cultural Siege of Malta” Pursuit – The Journal of Undergraduate Research at the University of Tennessee: 4(1): 483-498.

Lutterbeck D., 2009. “SmallFrontierIsland: Malta and the Challenge of Irregular Immigration”, Medterranean Quarterly, 20: 119-144.

Mainwaring C., 2012. ‘Resisting distalisation? Malta and Cyprus’ influence on EU migration and asylum policies’. Refugee Survey Quarterly, special issue, 31(4): 38-66.

Mainwaring C., 2012. ‘Constructing a Crisis: The Role of Immigration Detention in Malta’. Population, Space and Place, special issue, 18(6): 687–700.

Mainwaring, C., 2008. ‘On the Edge of Exclusion: the changing nature of immigration in Cyprus and Malta’. The Cyprus Review, special issue, 20(2): 19-49.

Pisani M., 2012. “Addressing the ‘Citizenship Assumption’ in Critical Pedagogy: exploring the case of rejected female sub-Saharan African asylum seekers in Malta”, Power and Education Special Issue: Migration & Education, 4(2): 185‑195.

Pisani M., 2013. “‘We are going to fix your vagina, just the way we like it’: some reflections on the construction of [sub-Saharan] African female asylum seekers in Malta and their efforts to speak back”, Postcolonial Directions in Education, 2(1): 68-99.

Rodier C., & Teule C., 2005. “Enfermement des étrangers : l’Europe sous la menace du syndrome maltais”, Cultures & Conflits, (57) :119-155.

Articles de presse :

« La mort d’un migrant dans un fourgon de l’armée agite l’île de Malte », Geoffrey Le Guilcher, Les Inrocks, 14/07/2012 :

http://www.lesinrocks.com/2012/07/14/actualite/mort-migrant-fourgon-armee-agite-malte-11278322/

« Malte Alcatraz de l’Europe pour migrants africains », Geoffrey Le Guilcher et Basile  Lemaire,  Les Inrocks, 12/04/2012 :                                                                                     http://www.lesinrocks.com/2012/04/12/actualite/malte-alcatraz-de-leurope-pour-migrants-africains-11247479/

« Malte l’île-prison », Nathalie Bernardie-Tahir et Anne Blanchier, Le Monde Diplomatique, 08/11/2010 : http://blog.mondediplo.net/2010-11-08-Malte-l-ile-prison

« Réfugiés de Libye : les oubliés de Malte », Carine Fouteau, Mediapart, 08/06/2011 : http://www.mediapart.fr/journal/international/070611/refugies-de-libye-les-oublies-de-malte 

*

*

Voyage hétéropique à Hal Far, Malte, Léa Lemaire, septembre 2013

Hal Far Hangar
Hal Far Hangar

Les hétérotopies sont des lieux de nulle part, pourtant localisables. Des lieux « qui s’opposent à tous les autres, qui sont destinés en quelque sorte à les effacer, à les neutraliser ou à les purifier ». Ce sont « des  contre-espaces » (Michel Foucault, 1967).

Hal Far est une zone désertique sur une des îles les plus densément peuplées au monde. Ancienne base militaire, elle se trouve relativement proche de l’aéroport de Malte, au sud de l’île. Au début des années 2000, Hal Far est convertie en complexe d’accueil et d’enfermement pour migrants. Les casernes en pierres blanches, aux toits plats entourés de barrières et de fils barbelés, donnent à voir les vestiges de l’armée. La zone d’accueil est composée de cinq lieux : quatre centres ouverts et un centre de détention.

Aux abords du rond-point central d’Hal Far, se tient l’entrée de Lyster Barracks : une grille en métal foncé, un poste de contrôle et un soldat. Ce bâtiment militaire a été transformé en zone d’enfermement pour étrangers en 2002, au moment des négociations d’adhésion de Malte à l’Union européenne. En face de Lyster Barracks, de l’autre côté du rond point, ce qui était un champ en friche est devenu en 2006 un campement de tentes, baptisé Hal Far Tent Village. En 2012, les tentes ont été remplacées par des containers dans lesquels les résidents ont été transférés. Un peu plus bas, après le rond-point, deux casernes on été converties en centres d’accueil : l’un héberge des familles et l’autre des femmes. En contrebas, le long de la même route, se trouve Hal Far Hangar : un ancien hangar à avion où des populations migrantes ont été reçues à partir de 2008. Le hangar n’est plus un lieu d’accueil en tant que tel depuis 2012. En revanche, autour du bâtiment, ont aussi été disposés des containers où vivent toujours des migrants.

Aucun commerce ne se trouve à proximité des centres. Hal Far ne connait pas les embouteillages qui font le quotidien de Malte. La zone d’accueil est desservie par le bus X4 dont les apparitions sont peu fréquentes. La seule activité sociale à observer se trouve à l’arrêt de bus où se regroupent quelques personnages stoïques, dans l’attente du prochain passage pour La Valette.

Les photos ci-dessous ont été réalisées lors d’un terrain d’enquête à Malte, en septembre 2013, dans le cadre d’un doctorat et financé par le projet Médimurs. Les clichés ont été pris depuis l’extérieur des centres, de manière dissimulée, avec un iphone, et en compagnie d’un jeune nigérian.

(ndlr : Toutes les photos sont de Léa Lemaire)

« We are oil above water » (un migrant somalien résident du hangar, janvier 2010)

Lyster Barracks
Lyster Barracks
Women centre
Women centre
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Hangar
Hal Far Hangar
Bus Stop
Bus Stop