EGEE (ILES DE LA MER) / dossier

P1050545Un cimetière en mer Egée,  Giannis Elafrou,  I Kathimerini, Courrier international, 30 octobre 2013

(Crédit photo : Lisa Ritaine, 2012)

.

De plus en plus de réfugiés syriens meurent dans l’indifférence en tentant la traversée vers l’Europe.

« Le 19 mars 2013, sur une côte de Lesbos, en mer Egée, les corps d’une femme et de ses deux enfants ont été repêchés, ainsi que ceux d’une jeune femme enceinte de 17 ans, d’un mineur et d’un homme. Il s’agissait de réfugiés syriens.

Dans la barque qui les transportait, il y avait d’autres personnes, qui sont portées disparues. Parmi elles, une famille de cinq personnes, ainsi qu’un jeune homme de 14 ans. Tous vivaient en Grèce et avaient été contraints de retourner en Syrie à cause de la crise économique qui s’est abattue sur notre pays. Mais quand la guerre civile a éclaté en Syrie, ils ont décidé de faire le chemin en sens inverse pour revenir là où ils avaient vécu des années, là où sont nés leurs enfants et où ils ont grandi – sans pour autant obtenir des droits ou des papiers.

On ne s’intéresse pas assez à la douleur qui se cache derrière les mots “immigré clandestin” et les données statistiques sur les immigrants illégaux ou sur ceux qui ne sont pas arrivés dans notre pays parce qu’ils se sont noyés. La tragédie de Lampedusa a mis en lumière la situation horrifiante que l’on peut voir aux frontières maritimes de l’Union européenne et l’application d’une politique élaborée pour interdire l’approche de la “forteresse Europe” aux migrants et aux réfugiés. La mer Egée pourrait raconter de très nombreuses histoires dramatiques, puisque, depuis des années, elle est l’un des principaux itinéraires par lesquels les réseaux de passeurs acheminent les immigrés illégaux en Europe. » (…)

Lire la suite :

http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/30/

Voir aussi :

VIDEO : Greece grapples with illegal immigrants, Al Jazeera English

https://www.youtube.com/watch?v=Zw3eTgxzyO4&feature=player_Embedded

.

Soixante-et-un migrants se noient au large de la Turquie, Le Nouvel Observateur, 6/9/2012

Le naufrage d’un bateau chargé de migrants clandestins au large de la côte ouest de la Turquie a fait au moins 61 morts, dont des Palestiniens et des Syriens et pour moitié des enfants, apprend-on auprès des autorités locales…

Lire la suite : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120906.REU5310/soixante-et-un-migrants-se-noient-au-large-de-la-turquie.html

.

Systematic push backs of refugees at the Greek border, Pro Asyl, 2013

Pushbacks_web

Pro Asyl’s report “PUSHED BACK” reveals systematic push backs of refugees in the Aegean Sea, from GreekIslands and at the Greek-Turkish land border.

The majority of the victims are refugees from Syria – men, women, children, babies, and people suffering from severe illness – trying to enter Europe to seek international protection or to reunite with their families. While the EU publicly repeats its commitment to stand by Syrian refugees, their fundamental human rights are being violated at the European border.

According to the interviewees’ eyewitness accounts, it can be estimated that over 2,000 persons were pushed back, given the make-up of the groups they travelled with. The PRO ASYL report accuses the Greek government, the border police and the coastguard of these practices, and raises the question of wider European complicity.

Report « PUSHED BACK – systematic human rights violations against refugees in the aegean sea and at the greek-turkish land border » (pdf)

http://www.proasyl.de/en/home/

.

Walls of Shame. Accounts from the Inside: the Detention Centres of Evros, Pro Asyl, 2012

walls of shame

■ » Greece has been repeatedly criticised for its human rights violations,specifically for the appalling detention conditions for immigrants in the border region Evros.

Most important human rights institutions and organisationshave published reports condemning the fundamental deficits in the Greek reception and protection system.

Following this harsh criticism, the Greek government declared its commitment to improve the asylum and reception system and therefore announced a national Action Plan 2010. However, so far there have been almost no improvements. Human rights violations continue. What we have observed in Evros area is a multilevel deterrence system implemented by the Greek police and Frontex.

The detention in Evros is synonimous with brutality, despairand dehumanisation. In this case, calling an emergency of «mass-immigration» has given the Greek government and the EU an excuse for violating human dignity. »  (…)

 Download at :  http://www.proasyl.de/en/home/