Tunisie – une migration collective vers l’Italie des pêcheurs de Kraten, Maghreb Emergent, France-terre-d’asile.com, 04/01/2013

Tunisie – une migration collective vers l’Italie des pêcheurs de Kraten, Maghreb Emergent, France-terre-d’asile.com, 04/01/2013

” Des dizaines de marins pêcheurs du village côtier de Kraten, dans l’île tunisienne de Kerkennah, ont quitté lundila Tunisieavec leurs familles pour… aller exercer leur métier en Italie. Ils entendent ainsi protester contre le silence des autorités devant l’extension de la pêche au chalutage qui menace les ressources halieutiques de la région.

Après plusieurs sit-in entre le 12 et le 17 décembre derniers en signe de protestation contre la pêche par chalutage qui menacerait la ressource halieutique dans les eaux de l’île de Kerkennah, et « devant le silence des autorités locales », les marins pêcheurs de Kraten ont mis à exécution leur menace: émigrer en Italie avec leurs familles ! Plus d’une centaine d’embarcations ont ainsi quitté lundi ce petit port de pêche en direction des eaux territoriales italiennes, avec à bord plus de 600 personnes.

Le voyage a été minutieusement préparé selon un marin, Ahmed, cité par Tunis Afrique Presse (TAP). Le voyage, a-t-il indiqué à la correspondante locale de cette agence, est « encadré par des vedettes de la garde maritime et de l’armée nationale. Les autorités italiennes en ont été informées, mais il n’y a eu aucune réponse ». « Lorsqu’il devient impossible de vivre du produit de notre mer, la seule solution pour nous devient l’émigration », a-t-il lancé. Et d’ajouter: « Nous partons en Italie pour exercer notre profession, en attendant que les autorités tunisiennes la protègent ».

Des correspondances avaient été transmises aux autorités italiennes et les organisateurs avaient mené une campagne de mobilisation au port de Kraten et dans toute la zone pour appeler à une émigration collective. Plus d’un millier de personnes, marins pêcheurs et leurs familles, se sont portés volontaires, selon un des marins. Des dizaines d’embarcations ont été équipées pour le transport de ces « émigrants » d’un genre nouveau, rapporte TAP.

Les marins « pro-chalutage » se défendent en affirmant que ce genre de pêche « est une nécessité et non un choix ». Selon Naamane Ben Mustapha, pêcheur à Kerkennah, « tous ceux qui l’exercent sont disposés à l’arrêter immédiatement au cas où l’Etat les ferait bénéficier de prêts préférentiels pour l’achat d’équipements pour la pêche conventionnelle, les dispenserait des pénalités qui pesaient sur eux avant le 14 janvier 2011 et régulariserait les documents de leurs embarcations”

http://www.france-terre-asile.org/toute-lactualite-choisie/item/7981

Tunisie: Port de Kraten à Kerkennah – La pêche au chalut, un crime au grand large, Said Ben Kraiem,  La Presse.tn, 3 /1/ 2013

“Ahmed, la trentaine, est parmi ceux qui ont préféré l’émigration collective clandestine pour protester contre la dégradation continue des conditions de vie de tout un village dont la seule activité économique est la pêche. Son bateau fut parmi les cent bateaux de pêche qui ont quitté lundi dernier le port de Kraten à Kerkennah à destination de l’île de Lampedusa, en Italie.

Pour lui, il ne s’agit pas d’une émigration clandestine ou secrète mais plutôt d’une « traversée annoncée », depuis quelques jours, par certains habitants de Kerkennah pour protester contre un danger qui menace sérieusement leur gagne-pain, la pêche au chalut. Une activité interdite par la loi mais qui est, malheureusement, exercée au vu et au su de tout le monde, dans l’impunité totale.

Ainsi, plus de cent petites embarcations au bord desquelles des familles entières ont quitté le port escortées par deux unités de la garde nationale et surveillées par deux hélicoptères de l’armée nationale. Parlant de cette traversée, ce jeune homme nous précise qu’elle était très difficile à cause des conditions climatiques défavorables. « Nous avons atteint les eaux territoriales, à 70 miles de Kerkennah, quand le vent devenait très fort, glacial et menaçant. Nous étions accompagnés de femmes et d’enfants. C’est ainsi que nous avons décidé de retourner, surtout que les unités de sécurité qui nous accompagnaient nous ont rassurés de la volonté du ministre de l’Agriculture et des autorités locales de nous recevoir et de trouver une solution ».

De retour, poursuit notre interlocuteur, ni le ministre de l’Agriculture ni même le gouverneur de la région de Sfax n’ont mis le pied à Kerkennah. Bien au contraire, le ministre en question a demandé de rencontrer, à Tunis, une délégation de marins-pêcheurs. «Persuadés de la nécessité du dialogue pour trouver une solution à nos problèmes chroniques, nous avons décidé de désigner dix personnes qui devraient rencontrer, aujourd’hui, le ministre de l’Agriculture dans son département», a-t-il ajouté. (…)

Lire la suite :

http://fr.allafrica.com/stories/201301030824.html

Crédit photo : Tunisie – Août 2006, Laurène Koegel

http://www.linternaute.com/mer-voile/voile/photo/mettez-les-voiles/horizon-tunisien.shtml