Les migrants, absents du pavillon français de la Biennale de Venise, Jean-Jacques Larrochelle

Les migrants, absents du pavillon français de la Biennale de Venise, Jean-Jacques Larrochelle, lemonde.fr, 27/04/2016

biennale

« La crise des migrants en Europe va résonner lors de la 15e édition de la Biennale internationale d’architecture qui se tiendra à Venise du 28 mai au 27 novembre. D’importants pavillons nationaux implantés dans les Giardini, les jardins de la Sérénissime, vont restituer au public des actions architecturales concrètes : comment répondre à l’afflux de réfugiés fuyant des zones de conflit, principalement de ­Syrie, d’Irak et d’Afghanistan ; comment structurer leur accueil, voire pérenniser le séjour de certains d’entre eux dans les conditions d’un habitat et de situations sociales pérennes.

L’Allemagne, à travers des initiatives majoritairement citoyennes, réinvestit à l’adresse des réfugiés le concept de Heimat – terme intraduisible exprimant à la fois l’idée de terre d’élection et de nation –, offrant d’aussi nombreuses que tangibles, et parfois spectaculaires, solutions d’accueil et de logements, certaines réalisées, notamment à Munich, d’autres en passe de l’être. Sur un même mode, l’Autriche imagine la transformation d’immeubles de bureaux désaffectés à Vienne pour loger ces nouveaux arrivants. La Finlande, par anticipation, focalise son attention sur des solutions adaptées aux demandeurs d’asile, tandis que la Grèce reconsidère la discipline architecturale dans le contexte de crise que traverse le pays. Face à ces déclinaisons d’une même problématique qui engagent les architectes, mais pas seulement, la France fait preuve d’une remarquable cécité. »  (…)

http://www.lemonde.fr/architecture/article/2016/04/27/les-migrants-absents-du-pavillon-francais-de-la-biennale-de-venise_4909393_1809550.html#OCMvCcUAHOW8ThUG.99

biennale2

crédit photo : http://www.labiennale.org/en/architecture/

 

Crise migratoire : l’hécatombe continue en Méditerranée, Les Décodeurs, lemonde.fr, 22/04/2016

 » (…) Le nombre de morts est logiquement, et malheureusement, en forte hausse par rapport aux années passées. On en dénombre 476 entre le 1er janvier et le 16 avril 2016, trois fois plus que durant la même période en 2015. Le décompte de l’OIM s’arrête à la mi-avril et ne prend pas en compte le naufrage qui pourrait avoir fait près de 500 morts ou disparus le 17 avril. Le bilan actualisé pourrait donc atteindre 1 800 morts ou disparus.

Situation nouvelle en 2016, les changements de politique engagés par les Etats européens ont freiné le flux migratoire et bloqué des dizaines de milliers de personnes sur les routes des Balkans ou de l’Est méditerranéen. A la date du 30 mars 2016, l’OIM a dénombré 56 814 migrants bloqués en Grèce, en Macédoine, en Serbie, en Hongrie, en Croatie, en Bulgarie et en Slovénie. » (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/22/crise-migratoire-l-hecatombe-continue-en-mediterranee_4907197_4355770.html#Zl7wEBxTQ6jvlcZo.99

*

Les récits des rescapés confirment les craintes d’une tragédie en Méditerranée, Carine Fouteau et Donatien Huet, mediapart.fr, 21/04/2016

« Les rescapés du naufrage au cours duquel jusqu’à 500 migrants auraient perdu la vie ont commencé à témoigner, ce jeudi 21 avril, à Athènes. Ce drame, qui aurait eu lieu entre la Libye et l’Italie, rappelle à quel point cette route migratoire est meurtrière. Or, après avoir connu un répit, elle est de plus en plus empruntée.

(…) Selon ces récits, plusieurs centaines de migrants – jusqu’à 500 – se seraient noyés. De nationalité somalienne, éthiopienne, égyptienne et soudanaise, les 41 survivants – 37 hommes, trois femmes et un enfant de trois ans – ont raconté qu’ils faisaient partie d’un groupe de 100 à 200 migrants partis d’une plage située près de Tobrouk, dans l’est de la Libye, à destination de l’Italie. Après plusieurs heures de navigation sur un bateau de 30 mètres de long, vraisemblablement aux alentours du 12 ou 13 avril, les passeurs auraient tenté de les faire monter à bord d’un plus gros navire, qui était, d’après eux, déjà bondé de réfugiés. « Les gens ont essayé de traverser à plusieurs en même temps, le bateau a perdu l’équilibre, puis a basculé », a expliqué sur la chaîne d’information Al-Jazira l’un des rescapés. » (…)

https://www.mediapart.fr/journal/international/210416/les-recits-des-rescapes-confirment-les-craintes-d-une-tragedie-en-mediterranee?page_article=1

*

Lectures :

  • Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ« , dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne)

https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

  • Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1)

http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

*

Voir aussi :

UE : quels moyens pour le sauvetage des migrants en Méditerranée ? lemonde.fr, 21/04/2016

« Mercredi, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) rapportait les témoignages d’un groupe de 41 migrants assurant être les seuls survivants d’un naufrage qui aurait fait plusieurs centaines de morts. Ce drame, s’il est avéré (seules les autorités somaliennes l’ont pour l’instant confirmé), pose à nouveau la question des moyens mis en œuvre par l’Union européenne (UE) pour éviter de telles tragédies.

Deux opérations pilotées par l’UE sont aujourd’hui actives en Méditerranée, mais leur objectif premier est le contrôle des frontières, et non le sauvetage des migrants. » (…)

http://lemonde.fr/europe/article/2016/04/21/ue-quels-moyens-pour-le-sauvetage-des-migrants-en-mediterranee_4906599_3214.html

*

Voir aussi :

Federica Mogherini : « Nous avons sauvé en mer 12 600 personnes avec l’opération “Sophia” », Cécile Ducourtieux, lemonde.fr, 16/04/2016

« Federica Mogherini, la haute représentante aux affaires étrangères européennes, était en visite exprès sur le Cavour, le principal porte-hélicoptères de la marine italienne, pour saluer le presque un an de l’opération « Sophia ». Cette opération, impliquant des militaires et des moyens de 24 des 28 pays de l’Union européenne (UE), a pour premier objet de lutter contre le trafic des passeurs en Méditerranée centrale, entre le sud de l’Italie et la Libye. Rencontrée sur place, elle explique au Monde comment cette mission originale de l’Union pourrait évoluer dans les mois qui viennent alors que beaucoup, à Bruxelles et à Rome, craignent le retour de la « saison des migrants » dans cette zone très sensible.

L’opération « Sophia » avait été décidée il y a un an, en réaction à un énième et terrible drame au large de l’île italienne de Lampedusa. Au total, 800 personnes étaient mortes noyées. A-t-elle réussi à en finir avec les drames ?

Je considère que l’opération est un réel succès. Nous avons sauvé en mer 12 600 personnes depuis septembre dernier, avec l’opération « Sophia ». Essentiellement pendant l’hiver. Mais quand « Sophia » a été lancée, c’était d’abord pour stopper le business des passeurs. L’opération a permis de stopper 68 « suspects » et tous ont été transférés à la justice italienne. Nous avons neutralisé et rendu hors d’usage 104 bateaux. (…)

A-t-on des preuves que la « route du centre » en Méditerranée va redémarrer ?

Ce qui est sûr, c’est que le nombre de migrants déjà en Libye et prêts à traverser la Méditerranée est considérable. Et il pourrait y avoir une autre route potentielle, directement depuis la Turquie dans les eaux égyptiennes ou libyennes. Pour l’instant, nous avons intercepté très peu de bateaux. Mais nous pourrions même voir des mouvements, similaires à ceux que nous observions au début de l’année dernière quand la route des Balkans n’était pas encore empruntée [elle l’a été massivement à partir de la fin de l’été] par des Syriens voyageant jusqu’au nord de l’Afrique, puis passant par la Libye. C’est pour cela que nous travaillons avec les pays du Sahel pour les aider à gérer les flux de migrants, et pour mieux surveiller la frontière entre le Niger et la Libye. » (…)

http://lemonde.fr/europe/article/2016/04/16/federica-mogherini-nous-avons-sauve-en-mer-12-600-personnes-avec-l-operation-sophia_4903554_3214.html

*

Asile : plus de 360 000 réfugiés accueillis en 2015 en Europe, Gary Dagorn, Les Décodeurs, lemonde.fr, 21/04/2016

 » (…) Lorsque l’on rapporte le nombre de demandes d’asile accordées à la population des pays d’accueil, la Suède figure en première place, en ayant donné asile à l’équivalent de 0,7 % de sa population, soit un réfugié pour 141 résidents en Suède.

A contrario, certains pays n’ont que très peu donné suite aux demandes d’asiles qui leur étaient adressées. On retrouve parmi eux des pays dirigés par des gouvernements conservateurs ayant freiné l’accord de répartition des réfugiés adopté le 22 septembre 2015 à Bruxelles, comme la Slovaquie ou la Pologne.

En revanche, l’Autriche, qui se montrait également hostile à la répartition proposée par Bruxelles, est le troisième pays européen ayant accueilli le plus de demandeurs d’asile par rapport à sa population. (…)

Le taux d’acceptation, c’est-à-dire le pourcentage de demandes ayant été acceptées par les États, est en Europe de 47 %. Mais derrière ce chiffre se cachent de grandes disparités géographiques reflétant les politiques migratoires des gouvernements européens.

Si la Bulgarie ou les pays scandinaves accordent largement l’asile lorsqu’on leur demande, ce n’est pas le cas de la Pologne ou la Hongrie, où l’accueil de réfugiés provoque de nombreux débats et tensions politiques.

La France, quant à elle, se place à la 25e position sur les 32 pays européens étudiés, avec un taux d’acceptation de 27 % en première instance. » (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/21/asile-plus-360-000-refugies-accueillis-en-2015-en-europe_4906413_4355770.html#AhfVrTMqZHo7OYyp.99

crédit photo : Adrian Paci "Still moving", Museum am Ostwall Dortmund, Pressebilder Ausstellung

Perdre la raison face aux barbelés, Bülent Kiliç, making-of.afp.com, 18/04/2016

IDOMENI (Grèce), 18 avril 2016 – « Une des choses qui me frappe le plus chez tous ces réfugiés bloqués depuis des mois à la frontière gréco-macédonienne c’est de les voir, lentement, perdre la raison.

Voilà des années que je couvre cette crise de réfugiés. Je suis allé dans un grand nombre d’endroits et à chaque fois la situation est différente. J’ai vu des Syriens franchir en masse la clôture barbelée à la frontière turque pour échapper aux combats qui faisaient rage chez eux, à quelques centaines de mètres. J’en ai vu d’autres débarquer sur les côtes de Lesbos après une dangereuse traversée depuis la Turquie. Et maintenant me voici un peu plus loin sur la route des Balkans, à Idomeni. Ce village grec à la frontière macédonienne est devenu un cul-de-sac depuis que plusieurs pays européens ont fermé leurs frontières, en espérant mettre un terme à l’afflux de migrants. Environ onze mille personnes s’entassent ici.

Ce qu’il y a de particulier ici, c’est le désespoir extrême, absolu. Ces gens ont quitté des pays dévastés par la guerre. Ils ont accompli un dangereux voyage, souvent avec leurs enfants sur les épaules. Et les voici maintenant bloqués dans une mare de boue face aux portes fermées de l’Europe, obligés de vivre dans des conditions aussi déplorables que chez eux, sans avoir la moindre idée de ce qui va leur arriver ensuite. Certains végètent ici depuis deux ou trois mois. Ils n’ont rien d’autre à faire qu’attendre, dans l’incertitude totale. Pourront-ils rejoindre l’Europe de l’Ouest comme l’ont fait des centaines de milliers de réfugiés avant eux ? Seront-ils reconduits de force en Turquie ? Devront-ils, au final, rentrer chez eux ?  »  (…)

https://making-of.afp.com/perdre-la-raison-face-aux-barbeles

crédit photo : Distribution de nourriture (AFP / Bulent Kilic)

Voir aussi :

A la frontière entre la Grèce et la Macédoine, « les enfants aussi deviennent fous », bigbrowser.blog.lemonde.fr, 19/04/2016

Le blog Making-of de l’AFP est un exutoire pour les journalistes et photographes de l’agence, leur permettant de vider, en quelque sorte, leur sac émotionnel devant le lecteur. Leur faire comprendre l’envers de leur travail, les côtés parfois humainement insupportables qui sont passés sous silence au nom de l’objectivité journalistique.

Le photojournaliste Bülent Kiliç couvre la crise des réfugiés « depuis des années », depuis que la guerre civile a fait fuir des millions de Syriens, et donne des visages aux chiffres et aux faits décrits par les journalistes. Il a d’ailleurs obtenu un Visa d’or en 2015, au festival de photojournalisme Visa pour l’image (Perpignan), pour son travail sur les réfugiés syriens à la frontière turque »  (…)

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/04/19/un-photographe-de-lafp-a-la-frontiere-greco-macedonienne-les-enfants-aussi-deviennent-fous/

« Passager à problèmes », Hervé Bar, making-of.afp.com, 29/03/2016

ISTANBUL, 29 mars 2016 – « L’administration a ses raisons que la raison ignore… La formule est un peu facile, mais résume la situation kafkaïenne de Mohammed K., un réfugié syrien interdit d’entrer en Turquie mais inexpulsable, et retenu depuis cinq mois à l’aéroport d’Istanbul.

Son cauchemar débute en novembre 2015 lorsqu’il débarque dans la mégapole turque avec son épouse et des proches, en provenance d’Amman, en Jordanie. A la sortie de l’avion « tout le monde est passé sans problème au contrôle des passeports, sauf moi ! », s’étonne encore le jeune homme de 28 ans aux yeux cernés.

Théoriquement en attente de son expulsion, Mohammed est depuis lors détenu dans une pièce grisâtre de l’aérogare, la salle dite des « passagers à problèmes », à deux pas des guichets de police, des comptoirs internationaux et des queues de touristes débarqués de la planète entière

Arrivé en fin d’après-midi à Istanbul par un vol direct de Paris, je viens d’avoir le désagréable privilège de découvrir cette pièce méconnue de l’aéroport, les autorités turques considérant visiblement que j’appartiens moi aussi à la catégorie « des passagers à problèmes » » (…)

https://making-of.afp.com/passager-problèmes

crédit photo : IATA, prototype de checkpoint aéroport, 2011, 
http://www.breakingtravelnews.com/news/article/iata-2011-iata-presents-checkpoint-of-the-future/

*

Voir aussi sur Enigmur :

Checkpoint of the Future : dream or nightmare ?…

 

État des lieux des arrivées et des décès en Méditerranée en 2016, Terre d’asile, mars 2016

Au mois de mars, plus de 34 000 personnes sont arrivées en Europe par la mer, dont 26 222 par la Grèce, portant à 168 847 le nombre de migrants arrivés depuis le 1er janvier. Selon Médecins sans frontières, le nombre d’arrivées en Italie au cours des trois premiers mois de l’année 2016, soit 17 506 personnes, a augmenté de 80% par rapport à celles de la même période en 2015.   Par ailleurs, 528 personnes ont trouvé la mort ou sont portées disparues depuis le début de l’année.

arrivées

France Terre d’asile, Veille Europe, mars 2016

http://us12.campaign-archive2.com/?u=c34990e561df4c75d03da0ce1&id=f8e44f0e33

Voir aussi :

http://data.unhcr.org/mediterranean/regional.php