Soy Nero (film de Rafi Pitts) : des Etats-Unis à l’Irak, l’odyssée absurde d’un saute-frontière, Mathieu Macheret, lemonde.fr, 20/09/2016

 » (…) C’est de cette condition apatride que traite Soy Nero, son nouveau film, lui-même sans port d’attache, puisqu’il se déroule entre le Mexique, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Pitts tend sans doute un miroir de sa propre situation à travers l’aberration administrative qui frappe son protagoniste Nero, jeune Latino-Américain de 19 ans, né et grandi à Los Angeles, mais déporté par les services d’immigration au Mexique, où il ne connaît rien ni personne. Alors, Nero tente le tout pour le tout, et passe clandestinement la frontière, avec l’intention de s’engager comme « green card soldier » dans l’armée américaine, seule chance pour nombre d’étrangers d’obtenir leur naturalisation.

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros, et l’on craint qu’il ne déroule les étapes d’une telle traversée, comme une simple suite de péripéties. Mais la frontière que traverse Nero fait apparaître sa double nature réelle et fantasmatique, comme dans cette scène où le héros se faufile dans le dos des gardes-frontières américains, au moment où le ciel éclate de mille feux d’artifice pour le Nouvel An. L’esthétique nous déplace alors dans le registre de la fable, dans le flou complet que recouvre toute notion d’identité dans le contexte géopolitique actuel. » (…)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/09/20/soy-nero-l-odyssee-absurde-d-un-saute-frontiere_5000432_3476.html#SqezkTIkK3u0hPkt.99

Crédit photo : Une scène du film allemand, français et mexicain de Rafi Pitts, « Soy Nero ». TWENTY TWENTY VISION FILMPRODUKTION/SENORITA FILMS/PIMIENTA FILMS/ZDFARTE/SOPHIE DULAC DISTRIBUTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

A Perpignan, le Visa d’or 2016 au photographe Aris Messinis pour son travail sur les migrants, lemonde.fr avec AFP, 04/09/2016

http://www.lemonde.fr/photo/article/2016/09/04/a-perpignan-le-visa-d-or-au-photographe-aris-messinis-pour-son-travail-sur-les-migrants_4992259_4789037.html#yEv7gFup8ePCIzpP.99

Lesbos (Grèce) – « Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin. » (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix

Crédit photo : Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

 

Homicides aux frontières, Plein Droit, GISTI, 109, juin 2016

plein-droit Homicides aux frontières

« 34 personnes mortes de soif en plein Sahara, une jeune femme percutée sur l’autoroute vers Calais, un homme tué par balles à la frontière serbo-hongroise, 500 noyés le 20 avril dans un naufrage au large des côtes libyennes, à ajouter aux 10 000 victimes de naufrages mortels en Méditerranée depuis 2014, selon l’ONU, un chiffre tel que le secrétaire général de la FICR (Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge) parle de « cimetière aquatique ». Le terme pourrait tout autant s’appliquer à la baie du Bengale, la mer d’Andaman ou au nord du canal de Mozambique, dans l’archipel des Comores.

Derrières ces chiffres macabres – quand ils existent -, on trouve des migrants qui ont fui leur pays dans l’espoir d’une vie meilleure, quitte à la mettre en péril. Et le péril ne cesse de grandir au fur et à mesure que les pays de destination ferment leurs frontières, renforcent leurs patrouilles, hérissent des barrières toujours plus sécurisées, toujours plus meurtrières, se rendant complices d’un massacre annoncé dont les seuls coupables désignés sont les « passeurs ». Et dont il est fait de moins en moins cas, au fur et à mesure que l’hécatombe migratoire se banalise.

Dans le même temps, les ressortissants des pays les plus riches, épargnés par les conflits armés, voyagent où bon leur semble. Et lorsqu’un drame survient (crash d’un avion ou naufrage d’un paquebot), c’est toute la presse qui s’en émeut. À croire que les discriminations perdurent dans la mort elle-même. »

Sommaire

Édito

Dossier : Homicides aux frontières

Jurisprudence

  • Laisser vivre ou mourir les étrangers

Hors-thème

  • Il y a vingt ans, le Sans-papier libéré

Mémoire des luttes

  • Le théâtre au service de la cause immigrée (1970-1990)

N° 109, juin 2016, 48 pages, 10 € + frais d’envoi ISSN : 0987-3260 06

Pour commander un Plein Droit

Pour s’abonner aux publications

 

Sur le même thème voir :

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ » , dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne)

https://enigmur.hypotheses.org/4869

https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1)

https://enigmur.hypotheses.org/4988

http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Et notre rubrique : Migrants à la mer

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/boats4people

 

 

Call for Papers : ABS 59th / WSSA Annual Conference, 2017, San Francisco

ABS 2016 Annual Conference Call for Papers has been published and is now available at the ABS website.

ABS Annual Meetings are held in conjunction with the Western Social Science Association‘s annual conference.

ABS 59th / WSSA Annual Conference

April 12-15, 2017, San Francisco, California, USA

Hyatt Regency San Francisco (Embarcadero) – 5 Embarcadero Center, San Francisco, CA 94111    

Call for Papers   

Call for papers « Humanitarian non-state actors at the EU border », CES Conference, Glasgow, July 2017

This is a call for papers for a panel proposal for the 2017 CES conference – Glasgow, 12-14 July 2017  https://councilforeuropeanstudies.org/conferences/upcoming-conferences/11-meetings-and-conferences/269-24th-international-conference-of-europeanists-call-for-proposals

Paper proposals should be sent by Friday 30 September  to  p.cuttitta@vu.nl

Humanitarian non-state actors at the EU border

Humanitarian organizations and other non-state actors operating in the name of humanitarian values have become increasingly important players within the (delocalized) EU migration and border regime. They include UN agencies as well as international and intergovernmental organizations, large international as well as small local NGOs. They carry out their humanitarian borderwork in the territories of countries of origin, transit and destination, as well as in international waters. They criticize as well as support states, and they follow the logic of containment as well as that of reception and protection. Thus, they contribute to the construction and transformation of the delocalized EU border. This panel analyses the role of humanitarian non-state actors from specific perspectives, which may include (but are not limited to):

– The different logics of the EU border regime (from containment to reception and protection) served by humanitarian non-state action.

– The different funding sources (e.g. EU schemes, national development aid, private donations) supporting humanitarian non-state action.

– The impact of humanitarian non-state action in terms of delocalization (or counter-delocalization) of the border in international waters as well as in the territories of the countries of destination, transit and origin.

– The political dimension of humanitarian non-state action. Do humanitarian non-state actors contribute to the process of depoliticization of the EU border or are they able to develop practices of repoliticization?

– Power relations between state and non-state actors at the EU humanitarian border. Do humanitarian non-state actors contribute to processes of denationalization, renationalization or hybridization of power?

Paper proposals should be sent to p.cuttitta@vu.nl by Friday 30 September.

Proposals should include:

–        A title

–        An abstract (max. 250 words)

–        First and last name of the author(s)-        Institutional affiliation of the author(s)