Vintimille, le Calais italien, Maryline Baumard, lemonde.fr, 20/08/2016

Italie porte d'entrée de l'Europe, infographie Le Monde, OIM
infographie Le Monde, OIM

 (…) « Ces neuf migrants étaient tous montés dans le train de 9 h 33 à Vintimille, destination Cannes (Alpes-Maritimes). Ils étaient contents d’avoir déjoué la vigilance des policiers italiens qui empêchent la montée à bord. Mais à la gare de Menton-Garavan, juste après la frontière, les CRS français ont investi les wagons, contrôlé l’identité des personnes présentes et fait descendre les seuls passagers à la peau foncée.

Ces derniers ont été alignés dehors pour être tour à tour fouillés et enregistrés dans les bases de données françaises depuis une des voitures de police. Une opération que la brigade mobile répète pour chaque train en provenance d’Italie puisque « cette procédure s’inscrit dans le cadre du rétablissement des contrôles aux frontières consécutifs aux attentats du 13 novembre 2015 », précise François-Xavier Lauch, le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes. Ces contrôles ferroviaires s’ajoutent aux opérations menées sur les axes routiers et à l’aéroport de Nice.

Instauré dans le cadre de la lutte antiterroriste, le dispositif sert avant tout à filtrer les entrées de migrants en France puisque « 16 500 personnes ont été interpellées ici depuis le 1er janvier, dont 70 % dans les trains », reconnaît M. Lauch.

Ce rétablissement des contrôles aux frontières – qui prend le relais d’une opération plus aléatoire en place depuis juin 2015 – permet à la France de refuser l’admission sur son territoire d’« étrangers non autorisés à séjourner ou présentant un risque pour la sécurité du pays », rappelle le directeur de cabinet. Ils sont renvoyés en Italie, ou remis aux autorités de ce pays qui en redirigent ensuite une partie vers les Pouilles ou la Sardaigne, afin de désengorger la Ligurie, devenue un goulet d’étranglement.

Avec 100 000 arrivées sur les côtes italiennes depuis janvier et le souhait systématique des migrants de rejoindre le nord de l’Europe, la ville frontière de Vintimille est devenue une grande salle d’attente pour la France.

« Le phénomène n’est pas nouveau, mais il s’accentue sous la double pression du renforcement des contrôles policiers et de l’augmentation des arrivées », observe Teresa Maffeis, figure niçoise, avec l’Association pour la démocratie à Nice (ADN).

Il y a une semaine, la préfecture des Alpes-Maritimes a d’ailleurs enregistré un record de 1 500 interpellations côté français et fait face, le 5 août, au passage en force d’un groupe de 200 exilés exaspérés d’être consignés en Italie. Car la tension monte avec l’augmentation de la durée de séjour là-bas. « On a déjà eu des grèves de la faim, des refus d’évacuer. Les migrants sont à bout », observe Mme Maffeis.

Vintimille est devenu un petit Calais italien, le soleil en plus. Un lieu qui « retient » les migrants dont la France ne veut pas, comme la sous-préfecture du Pas-de-Calais garde ceux que le Royaume-Uni refuse. »   (…)

http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/20/vintimille-le-calais-italien_4985319_3224.html#Y38weMMoz1f7FgkQ.99

Voir aussi :

L’Italie est redevenue la porte d’entrée des migrants en Europe, Cécile Ducourtieux, lemonde.fr, 08/07/2016

 

 

Amnesty juge l’Australie « cruelle à l’extrême » envers les demandeurs d’asile, Harold Thibault et Caroline Taïx, lemonde.fr, 04/08/2016

nauru_

Un opposant au centre de détention de Nauru montre le portrait d’une réfugiée somalienne qui s’est immolée par le feu, le 4 mai 2016 à à Sydney. @ SAEED KHAN / AFP

« Deux responsables d’Amnesty International et de Human Rights Watch (HRW) ont réussi à passer douze jours en juillet à Nauru, un îlot du Pacifique de 21 km2, l’un des plus petits Etats du monde. C’est aussi l’un des plus secrets : le visa est rarement accordé aux journalistes et coûte 8 000 dollars (7 200 euros). Seuls deux médias ont pu se rendre sur cette île depuis janvier 2014. Amnesty avait demandé des visas à six reprises par le passé, sans succès. Les représentants des deux organisations de défense des droits de l’homme ont donc décidé d’entrer sur l’île incognito, sans dévoiler leur fonction.

Nauru ne veut pas que l’on s’intéresse aux réfugiés et aux demandeurs d’asile qui se trouvent sur son sol. Tous ont fui leur pays, souvent plongé dans la guerre, pour tenter de gagner l’Australie clandestinement. Mais la politique de Canberra est extrêmement dure contre les boat people, et les envoie sur cette île isolée en échange d’un soutien financier à Nauru, qui sous-traite la gestion des réfugiés à des sociétés privées. L’Australie avait fait fermer le centre, dénoncé pour les conditions de vie et de détention qu’il imposait, mais l’a rouvert en 2012 face à l’afflux de migrants.

Dans un rapport publié mercredi 3 août, la directrice des recherches d’Amnesty international, Anna Neistat, dénonce une politique australienne pour les demandeurs d’asile « cruelle à l’extrême ». « Peu de pays vont aussi loin pour infliger délibérément de la souffrance à des gens en quête de sécurité et de paix », critique-t- elle. Et de diffuser sur Twitter, le 3 août, une vidéo d’une réfugiée montrant les conditions de vie déplorables dans sa chambre :

https://twitter.com/AnnaNeistat?ref_src=twsrc%5Etfw

Il y a, à Nauru, environ 1 200 demandeurs d’asile, y compris des dizaines d’enfants, dont 70 % ont le statut de réfugié. Les représentants de ces ONG dénoncent des « traitements inhumains ». Ils ont interrogé 84 personnes, dont 39 femmes et 9 enfants. Ces migrants viennent d’Iran, d’Irak, du Pakistan, de Somalie, du Bangladesh ou d’Afghanistan. Ils les ont entendus exprimer leur désir de mettre fin à leurs jours.

Certains tentent de s’ouvrir les veines avec un couteau en plastique ou d’en finir en avalant une bouteille de shampoing, a constaté Mme Neistat, qui ajoute : « Ces gens sont poussés à un niveau de désespoir tel qu’ils considèrent que l’auto-mutilation est le seul levier pour se faire entendre et le suicide la seule issue. » Une adolescente de 15 ans lui a confié « être fatiguée de sa vie » et avoir commis deux tentatives de suicide. » (…)

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/08/04/amnesty-juge-l-australie-cruelle-a-l-extreme-envers-les-demandeurs-d-asile_4978350_3216.html#vtbYuvSWCkfrAfzF.99

 

L’Italie est redevenue la porte d’entrée des migrants en Europe, Cécile Ducourtieux, lemonde.fr, 08/07/2016

« Une crise chasse vite l’autre à Bruxelles. Il n’est quasiment plus question de celle des migrants, alors que les esprits sont désormais accaparés par le Brexit. La nouvelle du repêchage de 217 corps par les services de secours italiens, jeudi 7 juillet, n’a suscité quasiment aucune réaction au niveau européen.

Ces personnes avaient péri dans un naufrage en Méditerranée en avril 2015. Le bateau a été renfloué et remorqué jusqu’à une base navale, dans le sud-est de la Sicile, la semaine passée. Le naufrage, qui s’est produit à environ 135 km au large des côtes libyennes, d’où le bateau était parti, aurait fait 500 morts.

En tout, depuis 2014, plus de 10 000 migrants ont péri en Méditerranée, dont au moins 3 770 personnes l’an dernier, et plus de 2 800 depuis début 2016, a indiqué le Haut Commissariat aux réfugiés début juin. Un décompte macabre qui devrait malheureusement augmenter dans les mois qui viennent, tant l’Europe semble impuissante pour faire face à la crise migratoire. »   (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/07/08/crise-des-migrants-la-faillite-europeenne_4965920_3214.html#oR45skijOdMohO2l.99

annegati

« Excusez nous de ne pas nous être noyés »

 Slogan d'une manifestation de migrants et d'ONG de soutien aux migrants, Turin, 2012, (Facebook)

Damien Simonneau, « Chameleon Wall. Inside Two Competing Coalitions of Pro-“Fence” Actors in Israel », Journal of Borderlands Studies, 2016

Abstract :

Fourteen years after the start of the construction of the “security fence,” the idea of the West Bank Wall as a concrete separation from the Palestinians is a norm for the majority of the Israelis. The “security fence” represents a consensual security solution among the Israeli public opinion that is assumed to have stopped Palestinian attacks in Jewish-Israeli populated areas during the Second Intifada. This article explores the various meanings ascribed to the Wall by certain segments of Israeli society, specifically by pro-fence actors pressuring the Government between 2001 and 2005. Based on the identification of beliefs associated with the fence by such actors, the Wall appears to act as a Chameleon “solving” issues concerning security, identity, territory and separation. Beyond military and control purposes, the Wall also acts as a tool of reassurance on these issues to the Israeli public. The demonstration distinguishes between divergent and convergent meanings ascribed by pro-fence actors to the “security fence.” Nowadays, separation is favored over negotiations and territorial or political compromises. The Wall is thus a consensual public policy for most Israelis. It normalizes their daily life and perceptions of safety, and it moves them away from the Oslo period.

http://dx.doi.org/10.1080/08865655.2016.1174598

crédit : E. Ritaine, Le mur depuis l'université al-Qods, avec la silhouette de M. Darwich collée par E. Pignon-Ernest, Jérusalem, 2010 

Migrant Women Confront and Resist Sexual Assault on Journey to the United States, Nidia Bautista, globalvoices.org, 20/06/2016

womenmigrants_UNHCR

« To reach the United States, many Central American women migrants cross Mexico, where feminicide and the disappearance of women have reached alarmingly high levels. Numerous actors and institutions are responsible for the violence against women and migrants: government officials, smugglers, and drug traffickers, as well as historical, political and socioeconomic factors such as inequality, corruption, anti-immigrant policies, poverty, and increased border militarization.

According to some investigations, 80% of Central American women and girls who attempt to cross Mexico are raped.

There is a crisis of missing women in Mexico. Violence against Mexican women has overwhelmed cities like Juarez and Mexico City for years, where disappeared women are found murdered or never heard from again. Just in the Mexican capital alone, 187 reports of missing women were filed in a three-month span earlier this year. Many women are thought to be victims of feminicide—the term for gender violence that describes the murder of women because they are women. (…)

In a press briefing earlier this year the UN Refugee Agency called for a stepped-up protection response and a regional approach to sharing responsibility for the migrant crisis.

“UNHCR considers the current situation in Central America to be a protection crisis. We are particularly concerned about the rising numbers of unaccompanied children and women on the run who face forced recruitment into criminal gangs, sexual- and gender-based violence and murder,” said UNHCR spokesperson Adrian Edwards. »

https://globalvoices.org/2016/06/20/migrant-women-confront-and-resist-sexual-assault-on-journey-to-the-united-states/

photo @UNHCR Markel Redondo