Appel à textes / Displaced Objects

” (…) L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P), est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil.

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil.

Il ne s’agit pas nécessairement de convoquer sa propre histoire ou celle de sa famille. Les objets de l’exil participent de notre quotidien, en arrière plan de toute évocation des “flux migratoires”; l’actualité en pourvoit d’abondance, tour à tour présentés comme traces, empreintes, vestiges, restes ou déchets (…)”

Appel à textes

Le principe du projet « Displaced Objects » est simple : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil ou du déplacement, dans le temps et l’espace.

Cet appel à textes (3 pages maximum) est ouvert à tous, chercheur(e)s, artistes, écrivain(e)s, soignant(e)s, traductrices, étudiants,  gens d’ici ou d’ailleurs ayant fait l’expérience de l’exil …. Il ne prendra sens que dans la diversité  des écritures et des expériences. Les textes sont publiés en ligne sur le site http://displacedobjects.com/.   Le titre sur la page d’accueil doit être un nom d’objet (4 mots maximum), mais un sous-titre peut préciser l »intention de l’auteur. Une image d’objet doit y être intégrée. Ils doivent être signés, au moins du prénom. Les textes sont conformés pour maintenir la cohérence du format. Leurs points de vue n’engagent que leurs auteurs.

Displaced Objects est un projet du programme Non-lieux de l’exil coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet qui se tiendra sur plusieurs années à partir de fin 2015. Les propositions de 1-3 pages doivent être envoyées à l’adresse suivante :  loumpet.galitzine@gmail.com

Lire la suite :

http://displacedobjects.com/displaced-objects-fr/

http://nle.hypotheses.org/

Transfiguration du bois des épaves de Lampedusa, Evelyne Ritaine

Galerie de photographies complémentaires pour :

“Le bois des épaves” par Evelyne Ritaine

dans le cadre du projet Displaced Objects, Non lieux de l’exil,   http://displacedobjects.com/

http://displacedobjects.com/2015/12/18/le-bois-des-epaves-evelyne-ritaine/

 

Cimetière des bateaux Lampedusa (@P. Cuttitta)
Cimetière des bateaux Lampedusa (@P. Cuttitta)
Vitrine à Lampedusa (@S. Bonnefille)
Vitrine à Lampedusa (@S. Bonnefille)
Croix pastorale du pape François (http://www.atma-o-jibon.org/)
Croix pastorale du pape François (http://www.atma-o-jibon.org/)
Affiche de rue
Affiche de rue
Façade de Porto M, Lampedusa (@P. Cuttitta)
Façade de Porto M, Lampedusa (@P. Cuttitta)
Chaises fabriquées par Cucula, Berlin (Facebook Cucula)
Chaises fabriquées par Cucula, Berlin (Facebook Cucula)
Appel de fonds pour le projet Cucula (Facebook Cucula)
Appel de fonds pour le projet Cucula (Facebook Cucula)
Membres du collectif Cucula (Facebook Cucula)
Membres du collectif Cucula (Facebook Cucula)

https://www.facebook.com/Cucula.Refugees.Company

Appel à communications : journée des doctorant-e-s de MIGRINTER « Ethnographie et migrations internationales », Poitiers, 21/06/2016

Appel à communications de la journée des doctorant-e-s de MIGRINTER « Ethnographie et migrations internationales » organisée dans le cadre du colloque des 30 ans dudit laboratoire « Repenser les migrations pour repenser la société ». Cette journée se déroulera le 21 juin 2016 à la MSHS de Poitiers. L’appel se clôture le 1er mars 2016.

Les doctorant-e-s du laboratoire encouragent doctorant-e-s, étudiant-e-s en Master et jeunes chercheur-e-s à participer.

Nous vous invitons à diffuser largement cet appel dans vos réseaux et à nous contacter pour toute demande d’informations complémentaires (colloquedesdoctorants2016@googlegroups.com).

Migrinter doctoral students’ day entitled « Ethnography and International Migrations »

Call for papers for the Migrinter doctoral students’ day entitled « Ethnography and International Migrations », organized in the framework of the 30th anniversary of Migrinter « Rethinking migrations to rethink the world ». This day will be organized on 21 June 2016 at MSHS, Poitiers University. Deadline for proposals is 1 March 2016.

Migrinter’s doctoral students strongly encourage Master students, Phd students and early-career researcher to participate.

We would highly appreciate if you could largely distribute this call among your colleagues and networks. Please feel free to contact us would you need additional information (colloquedesdoctorants2016@googlegroups.com).

JDD30ans_versionES JDD30ans_FR

JDD30ans_FR JDD30ans_versionEN

JDD30ans_versionES

 

 

 

 

Archéologie d’une frontière, projet multimedia, Stephanos Mangriotis, Laurence Pillant, 2014

archéologie d'une frontière_MONTAGE

 Les traces et la mémoire de l’enfermement à la frontière gréco-turque

.

-Reinel_compass_rose_svg 

La frontière est une construction territoriale qui introduit de la distance dans la proximité. Son «effet de miroir» ouvre une fenêtre d’observation sur la société qui l’a construite. Ce construit socio-historique est en constante évolution et redéfinition, il doit donc être compris comme dynamique et évolutif.

Ainsi la frontière gréco-turque a connu de grandes transformations ces dix dernières années. Ligne de démarcation entre deux pays aux querelles encore vives, cet espace fut longtemps surveillé et contrôlé militairement. Le début des années 2000 voit un nombre de franchissements clandestins toujours plus important. Le contexte européano-grec de répression de la migration irrégulière entraîne une « policiarisation » du contrôle migratoire. D’un contrôle militaire, la frontière voit naître un contrôle policier de plus en plus marqué. Ces transformations rapides se soldent par la naissance d’une vingtaine de lieux d’enfermement pour migrants. Sujets à des évolutions très importantes, ces lieux d’enfermement connaissent une durée de vie variable allant de quelques jours à quelques années. Du camp de fortune dans les premiers temps, au centre de rétention institutionnalisé, les lieux d’enfermement peuvent être définis par leur pluralité : entrepôt, usine, ancienne prison, commissariat, hôtel, etc.

Pour une archéologie de la frontière

Une recherche amorcée en 2009 sur les politiques migratoires européennes à la frontière gréco-turque a conduit à la découverte de lieux d’enfermement qui ne sont plus en activité. Travailler sur ces lieux présente trois intérêts majeurs :

1-D’abord par la quantité d’informations témoignées par les migrants eux-même à travers des graffitis exprimant par exemple les durées d’enfermement.

2-Ensuite par leur forme ; les traces qu’ils laissent dans le paysage conduisent aujourd’hui aux prémisses d’un travail d’archéologie de la frontière. Effets non voulus des politiques migratoires frontalières, ces lieux sont abandonnés car remplacés ou désuets par leurs conditions de rétention, l’absence de flux migratoire, l’arrêt des contrôles, etc. Ces lieux désertés sont tous autant de traces éphémères d’un phénomène encore présent inscrit dans un paysage en constante évolution.

3-Photographier ces lieux abandonnés et vides permet d’avoir un regard qui sort des images sensationnelles et «humanistes» abondamment véhiculées par les médias. L’absence d’individu semble pouvoir retranscrire une réalité passée mais toujours vive, tout en permettant au spectateur une appréhension sensible de l’enfermement.

L’incroyable rapidité et flexibilité des flux migratoires autour de la Méditerranée, les changements de routes migratoires et l’effet de canalisation de ces flux par les politiques migratoires européennes, conduisent à la fermeture et l’ouverture de lieux de privation de liberté pour migrants. La trace laissée dans les sociétés qui sont traversées par ces lieux est peu exploitée. Pourtant ils semblent avoir marqué à la fois les sociétés d’accueil mais aussi les migrants qui y ont transité.

 Comment retranscrire une réalité passée ?

 L’enfermement mobilise de nombreux acteurs. Des migrants aux autorités, il sera important de récolter leurs témoignages (audio, vidéo, écrit). Un travail de recherche des acteurs anciennement impliqués devra être effectué en amont pour chacun des lieux en question. A l’heure actuelle, cinq lieux sont privilégiés du fait de leur ancienneté et de leur hétérogénéité, présentant ainsi un large éventail de situations existantes. Ainsi les périphéries de Samos, d’Evros, de Lesbos et de Chios seront visitées.

 Les différentes traces recueillies prendront la forme d’entretiens filmés, de témoignages enregistrés et de photographies. À ces traces recueillies seront apposés des textes et dessins réalisés par des migrants et des employés de lieux d’enfermement. Ce matériel aboutira à la réalisation d’une vidéo multimédia et d’une exposition photographique accompagnée de légendes, textes, cartes et croquis de lieux visités. 

Archéologie d’une Frontière – TEASER from Dekadrage Projects on Vimeo.

 Présentation des réalisateurs:

A l’origine de ce projet il y a une rencontre entre un photographe et une géographe ayant une sensibilité partagée sur les questions relatives à la migration contemporaine en Grèce et l’envie d’un échange trans-disciplinaire. Un projet commun sur ces thématiques a donné lieu à l’ouvrage Europa Inch’Allah en 2011, qui aborde l’attente des migrants à Patras. Stéphanos Mangriotis est photographe indépendant, membre et co-fondateur du collectif Dekadrage à Marseille. Dans son travail sur les frontières et la migration, il cherche à être en prise avec une réalité sociale et aborde ces sujets d’une façon sensible et parfois symbolique. Laurence Pillant est doctorante en géographie à l’université de Harokopio et d’Aix-Marseille, elle travaille sur les nouveaux espaces et formes du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque.

L‘île de Lesbos débordée par les réfugiés, euronews, 11/12/2015

 

Le signe de la paix dessinée avec des gilets de sauvetage échoués sur la côte de Lesbos, opération Greenpeace et MSF.
Le signe de la paix dessinée avec des gilets de sauvetage échoués sur la côte de Lesbos, opération Greenpeace et MSF.

 

“La côte de l‘île grecque de Lesbos est couverte de points orange, des gilets de sauvetage abandonnés par les réfugiés à leur arrivée. Parfois ce sont des canots de trafiquants qui sont laissés de la sorte.

Selon le HCR, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 647 000 personnes ont rejoint la Grèce par mer cette année. Parmi eux 370 000 sont arrivés à Lesbos. En octobre l‘île a compté plus de 210 000 arrivées, un chiffre bien supérieur aux 7 400 personnes comptabilisées l’année dernière à la même époque.

Pour les autorités grecques l’aide aux demandeurs d’asile est difficile à gérer. Pour le responsable du centre d’accueil de l‘île, la priorité pour ces personnes est de trouver un environnement qui « leur permet de se reposer. Ces gens ont fait un voyage inimaginable dans des circonstances inhumaines qui vont au-delà de ce qui est pensable », précise Athanasios Papathemelis. (…)”

http://fr.euronews.com/2015/11/12/l-ile-de-lesbos-debordee-par-les-refugies/