Crise migratoire : l’hécatombe continue en Méditerranée, Les Décodeurs, lemonde.fr, 22/04/2016

 » (…) Le nombre de morts est logiquement, et malheureusement, en forte hausse par rapport aux années passées. On en dénombre 476 entre le 1er janvier et le 16 avril 2016, trois fois plus que durant la même période en 2015. Le décompte de l’OIM s’arrête à la mi-avril et ne prend pas en compte le naufrage qui pourrait avoir fait près de 500 morts ou disparus le 17 avril. Le bilan actualisé pourrait donc atteindre 1 800 morts ou disparus.

Situation nouvelle en 2016, les changements de politique engagés par les Etats européens ont freiné le flux migratoire et bloqué des dizaines de milliers de personnes sur les routes des Balkans ou de l’Est méditerranéen. A la date du 30 mars 2016, l’OIM a dénombré 56 814 migrants bloqués en Grèce, en Macédoine, en Serbie, en Hongrie, en Croatie, en Bulgarie et en Slovénie. » (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/22/crise-migratoire-l-hecatombe-continue-en-mediterranee_4907197_4355770.html#Zl7wEBxTQ6jvlcZo.99

Voir aussi :

  • Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne)

https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

  • Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1)

http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Voir aussi :

UE : quels moyens pour le sauvetage des migrants en Méditerranée ? lemonde.fr, 21/04/2016

« Mercredi, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) rapportait les témoignages d’un groupe de 41 migrants assurant être les seuls survivants d’un naufrage qui aurait fait plusieurs centaines de morts. Ce drame, s’il est avéré (seules les autorités somaliennes l’ont pour l’instant confirmé), pose à nouveau la question des moyens mis en œuvre par l’Union européenne (UE) pour éviter de telles tragédies.

Deux opérations pilotées par l’UE sont aujourd’hui actives en Méditerranée, mais leur objectif premier est le contrôle des frontières, et non le sauvetage des migrants. » (…)

http://lemonde.fr/europe/article/2016/04/21/ue-quels-moyens-pour-le-sauvetage-des-migrants-en-mediterranee_4906599_3214.html


Voir aussi :

Asile : plus de 360 000 réfugiés accueillis en 2015 en Europe, Gary Dagorn, Les Décodeurs, lemonde.fr, 21/04/2016

 » (…) Lorsque l’on rapporte le nombre de demandes d’asile accordées à la population des pays d’accueil, la Suède figure en première place, en ayant donné asile à l’équivalent de 0,7 % de sa population, soit un réfugié pour 141 résidents en Suède.

A contrario, certains pays n’ont que très peu donné suite aux demandes d’asiles qui leur étaient adressées. On retrouve parmi eux des pays dirigés par des gouvernements conservateurs ayant freiné l’accord de répartition des réfugiés adopté le 22 septembre 2015 à Bruxelles, comme la Slovaquie ou la Pologne.

En revanche, l’Autriche, qui se montrait également hostile à la répartition proposée par Bruxelles, est le troisième pays européen ayant accueilli le plus de demandeurs d’asile par rapport à sa population. (…)

Le taux d’acceptation, c’est-à-dire le pourcentage de demandes ayant été acceptées par les États, est en Europe de 47 %. Mais derrière ce chiffre se cachent de grandes disparités géographiques reflétant les politiques migratoires des gouvernements européens.

Si la Bulgarie ou les pays scandinaves accordent largement l’asile lorsqu’on leur demande, ce n’est pas le cas de la Pologne ou la Hongrie, où l’accueil de réfugiés provoque de nombreux débats et tensions politiques.

La France, quant à elle, se place à la 25e position sur les 32 pays européens étudiés, avec un taux d’acceptation de 27 % en première instance. » (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/21/asile-plus-360-000-refugies-accueillis-en-2015-en-europe_4906413_4355770.html#AhfVrTMqZHo7OYyp.99

crédit photo : Adrian Paci "Still moving", Museum am Ostwall Dortmund, Pressebilder Ausstellung

« Passager à problèmes », Hervé Bar, making-of.afp.com, 29/03/2016

ISTANBUL, 29 mars 2016 – « L’administration a ses raisons que la raison ignore… La formule est un peu facile, mais résume la situation kafkaïenne de Mohammed K., un réfugié syrien interdit d’entrer en Turquie mais inexpulsable, et retenu depuis cinq mois à l’aéroport d’Istanbul.

Son cauchemar débute en novembre 2015 lorsqu’il débarque dans la mégapole turque avec son épouse et des proches, en provenance d’Amman, en Jordanie. A la sortie de l’avion « tout le monde est passé sans problème au contrôle des passeports, sauf moi ! », s’étonne encore le jeune homme de 28 ans aux yeux cernés.

Théoriquement en attente de son expulsion, Mohammed est depuis lors détenu dans une pièce grisâtre de l’aérogare, la salle dite des « passagers à problèmes », à deux pas des guichets de police, des comptoirs internationaux et des queues de touristes débarqués de la planète entière

Arrivé en fin d’après-midi à Istanbul par un vol direct de Paris, je viens d’avoir le désagréable privilège de découvrir cette pièce méconnue de l’aéroport, les autorités turques considérant visiblement que j’appartiens moi aussi à la catégorie « des passagers à problèmes » » (…)

https://making-of.afp.com/passager-problèmes

crédit photo : IATA, prototype de checkpoint aéroport

Voir aussi sur Enigmur :

Checkpoint of the Future : dream or nightmare ?…

 

Perdre la raison face aux barbelés, Bülent Kiliç, making-of.afp.com, 18/04/2016

IDOMENI (Grèce), 18 avril 2016 – « Une des choses qui me frappe le plus chez tous ces réfugiés bloqués depuis des mois à la frontière gréco-macédonienne c’est de les voir, lentement, perdre la raison.

Voilà des années que je couvre cette crise de réfugiés. Je suis allé dans un grand nombre d’endroits et à chaque fois la situation est différente. J’ai vu des Syriens franchir en masse la clôture barbelée à la frontière turque pour échapper aux combats qui faisaient rage chez eux, à quelques centaines de mètres. J’en ai vu d’autres débarquer sur les côtes de Lesbos après une dangereuse traversée depuis la Turquie. Et maintenant me voici un peu plus loin sur la route des Balkans, à Idomeni. Ce village grec à la frontière macédonienne est devenu un cul-de-sac depuis que plusieurs pays européens ont fermé leurs frontières, en espérant mettre un terme à l’afflux de migrants. Environ onze mille personnes s’entassent ici.

Ce qu’il y a de particulier ici, c’est le désespoir extrême, absolu. Ces gens ont quitté des pays dévastés par la guerre. Ils ont accompli un dangereux voyage, souvent avec leurs enfants sur les épaules. Et les voici maintenant bloqués dans une mare de boue face aux portes fermées de l’Europe, obligés de vivre dans des conditions aussi déplorables que chez eux, sans avoir la moindre idée de ce qui va leur arriver ensuite. Certains végètent ici depuis deux ou trois mois. Ils n’ont rien d’autre à faire qu’attendre, dans l’incertitude totale. Pourront-ils rejoindre l’Europe de l’Ouest comme l’ont fait des centaines de milliers de réfugiés avant eux ? Seront-ils reconduits de force en Turquie ? Devront-ils, au final, rentrer chez eux ?  »  (…)

https://making-of.afp.com/perdre-la-raison-face-aux-barbeles

crédit photo : Distribution de nourriture (AFP / Bulent Kilic)

Voir aussi :

A la frontière entre la Grèce et la Macédoine, « les enfants aussi deviennent fous », bigbrowser.blog.lemonde.fr, 19/04/2016

Le blog Making-of de l’AFP est un exutoire pour les journalistes et photographes de l’agence, leur permettant de vider, en quelque sorte, leur sac émotionnel devant le lecteur. Leur faire comprendre l’envers de leur travail, les côtés parfois humainement insupportables qui sont passés sous silence au nom de l’objectivité journalistique.

Le photojournaliste Bülent Kiliç couvre la crise des réfugiés « depuis des années », depuis que la guerre civile a fait fuir des millions de Syriens, et donne des visages aux chiffres et aux faits décrits par les journalistes. Il a d’ailleurs obtenu un Visa d’or en 2015, au festival de photojournalisme Visa pour l’image (Perpignan), pour son travail sur les réfugiés syriens à la frontière turque »  (…)

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/04/19/un-photographe-de-lafp-a-la-frontiere-greco-macedonienne-les-enfants-aussi-deviennent-fous/

État des lieux des arrivées et des décès en Méditerranée en 2016, Terre d’asile, mars 2016

Au mois de mars, plus de 34 000 personnes sont arrivées en Europe par la mer, dont 26 222 par la Grèce, portant à 168 847 le nombre de migrants arrivés depuis le 1er janvier. Selon Médecins sans frontières, le nombre d’arrivées en Italie au cours des trois premiers mois de l’année 2016, soit 17 506 personnes, a augmenté de 80% par rapport à celles de la même période en 2015.   Par ailleurs, 528 personnes ont trouvé la mort ou sont portées disparues depuis le début de l’année.

arrivées

France Terre d’asile, Veille Europe, mars 2016

http://us12.campaign-archive2.com/?u=c34990e561df4c75d03da0ce1&id=f8e44f0e33

Voir aussi :

http://data.unhcr.org/mediterranean/regional.php

 

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1)

Introduzione  Paolo Cuttitta 32 – 35

La banca dati « Deaths at the Borders » Tamara Last, Thomas Spijkerboer, Orçun Ulusoy 36 – 49

Deaths at the Borders. The cases of Evros. Research Notes from Greece  Naya Tselepi, Nefeli Bami, Alex Michalaki, Tamara Last 50 – 56

Deaths at the Borders. From Institutional Carelessness to Private Concern. Research Notes from Italy  Amélie Tapella, Giorgia Mirto, Tamara Last 57 – 64

Deaths at the Borders. Gaining access to civil registries. Research Notes from Spain  Marta Perez, Ignacio Urquijo, Tamara Last 65 – 73

L’itinerario dei corpi senza nome. La morte alle frontiere spagnole  Carolina Kobelinsky 74 – 79

Vita e morte alla Porta d’Europa. Riflessioni sulle tombe dei morti di frontiera nella provincia di Agrigento  Valentina Zagaria 80 – 100

Lampedusa, 3 ottobre 2013. Letture politiche della morte  Evelyne Ritaine 101 – 112

Migrazioni e morte sulle coste libiche. Il caso di Zuwara  Nancy Porsia 113 – 122

Naufragi e dispersi al limite del visibile. Archivi e frammenti dello spazio-frontiera tunisino Martina Tazzioli 123 – 129

Ricerca e soccorso indipendenti nel Canale di Sicilia  Paolo Cuttitta 130 – 139

Flussi e riflussi. Le pratiche mutevoli della (non-)assistenza e del controllo dei confini europei Lorenzo Pezzani, Charles Heller 140 – 171

l futuro non è scritto. Il Mediterraneo tra lutto ed eurocentrismo  Maurizio Albahari 172 – 180

Lampedusa e l’Uomo di Neanderthal  Lina Prosa 181 – 182

http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Illustration (couverture revue): "Für Rabbi Löw" (2010-2011), Anselm Kiefer