Attention TRAVAUX !!!

images

A NOS LECTRICES ET LECTEURS

DES MODIFICATIONS DE THEMES SONT EN COURS SUR LA PLATEFORME HYPOTHESES ET VONT AFFECTER LA PRESENTATION DE NOTRE CARNET A PARTIR DE LA FIN JUILLET.

VEUILLEZ NOUS EXCUSER POUR LES DIFFICULTES DE LECTURE QUE VOUS ALLEZ RENCONTRER.

NOUS NE SOMMES PAS EN MESURE DE GERER CE CHANGEMENT DANS L’IMMEDIAT ET ESPERONS POUVOIR LE FAIRE A L’AUTOMNE.

 CELLES/CEUX QUI S’INTERESSENT A LA FRONTIERE EN MEDITERRANEE (L’ACTUELLE RUBRIQUE “MEDIMURS” DE CE CARNET) POURRONT RETROUVER NOS TRAVAUX SUR UN SITE INDEPENDANT A LA RENTREE.

A BIENTOT !

World Press Photo, 2014, John Steinmeyer

worldpressdjibouti2

26 février 2013, Djibouti. Des migrants africains tentent de capter le réseau téléphonique somalien (moins cher) depuis Djibouti, pour joindre leurs proches. Crédits : JOHN STEINMEYER/VII POUR “NATIONAL GEOGRAPHIC” http://lemonde.fr/culture/portfolio/2014/02/14/

.

Les résultats du 57e World Press Photo ont été annoncés le 14 février. C’est John Stanmeyer, photojournaliste de l’agence VII, qui remporte le premier prix. Son image réalisée pour National Geographic, a été prise à Djibouti en février 2013, et montre des migrants africains tentant de capter un réseau téléphonique pour joindre leurs proches.

 .

Gary Knight, confondateur de l’agence VII, est le président du jury du World Press Photo, la récompense la  plus connue dans le photojournalisme. Après des années de photos spectaculaires et tragiques, l’institution a donné sa plus haute récompense à une photo inhabituelle et poétique, sans drame apparent, signée de John Stanmeyer. Le photographe explique ce choix, et revient sur les polémiques qui ont entouré le World Press récemment.

Propos recueillis par Claire Guillot

“La photo qui a remporté le prix World Press Photo de l’année (John Stanmeyer) rompt avec les habitudes du World Press. Comment expliquez-vous ce changement ?

Il y a une rupture par rapport à toutes les photos récompensées par le World Press Photo auparavant, car on n’y voit pas le désespoir, la violence habituels. Cette image très forte représente, au contraire, une scène belle et poétique, tout en traitant d’une question cruciale dans le monde entier, les migrations. Ce sont des gens qui cherchent à échapper à leur condition. Ils tendent le bras avec leur téléphone portable pour essayer de capter un signal, et tentent de communiquer avec leurs proches.

Il y a énormément d’images spectaculaires qui traitent de ce thème, mais elles montrent en général la fin du voyage : il y a très peu de place laissée à l’imagination. Cette image se concentre sur le début du voyage, et ne livre pas tout.

Autre changement : le sujet traité n’est pas un conflit, mais un problème de société et d’économie.

La question des migrations est une question mondiale et primordiale. Ici, le photographe l’a traitée de façon très originale. En général, on voit plutôt les gens dans des bateaux, qui sautent des clôtures, qui sont arrêtés, brutalisés, isolés. C’est la représentation habituelle. Le problème, c’est qu’au bout d’un moment, on n’est plus interpellé par ces images. Là, c’est une nouvelle façon d’attirer l’attention, la photo pose beaucoup de questions, et c’est ce qu’une bonne photo doit faire. Elle demande une implication de la part du lecteur. Et c’est une image qui peut résonner dans le monde entier, chez plein de gens. Quand la photo est violente, qu’elle montre des destructions et la guerre, ça paraît loin de notre expérience. Mais quelqu’un qui tente de joindre des proches avec un téléphone mobile, c’est quelque chose d’universel.” (…)

http://lemonde.fr/culture/article/2014/02/14/world-press-photo

Vient de paraître (en ligne) : Evelyne Ritaine, La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée

Evelyne Ritaine, La fabrique politique d’une frontière européenne en  Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union, Paris, Etudes du CERI, n°186, Juillet 2012

                    

EN LIGNE / ONLINE

http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/Etude%20186.pdf

La construction politique de la frontière extérieure de l’UE en Méditerranée, envisagée du point de vue des Etats de l’Europe du Sud (Espagne, Italie, Grèce, Malte), montre l’importance de la charge politico-symbolique du contrôle de la frontière pour ces Etats. Elle détermine en grande partie les modalités des contrôles mis en place, et les intrications entre décisions nationales et décisions européennes. La mise à l’agenda de cette question fait apparaître une version méditerranéenne des frontières extérieures de l’UE, largement déterminée par les conditions d’intégration des différents pays méditerranéens dans l’espace Schengen. Ce nouveau régime frontalier révèle des jeux politiques complexes, tant cette frontière méditerranéenne est saturée par des échanges politiques qui en construisent une vision sécuritaire. Considéré comme un produit de ces différents processus et tensions, l’actuel dispositif de contrôle apparaît bien moins planifié et légal-rationnel qu’erratique et travaillé par des tensions permanentes, entre tactiques internes, stratégies étatiques et tentatives de communautarisation.

Lire aussi :

Evelyne Ritaine (dir.), L’Europe du Sud face à l’immigration. Politique de l’Etranger, Paris, PUF, 2005.

.

Crédit photo : Replica of an old wind-rose by Pedro Reinel, 1504, Joaquim Alves Gaspar, 2006

 http://commons.wikipedia.org/wiki/User:Alvesgaspar

 

Edito / Les murs de Globalia, Evelyne Ritaine, 2011

Mais qu’ont-ils tous à s’intéresser aux murs contemporains, à leur fonction de séparation et de contrôle ?

Pour certains, ces dispositifs de contrôle semblent manifester une forme de naïveté politique : qui peut prétendre vraiment contrôler des flux par l’érection d’une barrière ? Les murs semblent alors un retour du pré-moderne, une façon maladroite de se rassurer. Les plus sceptiques s’esclaffent en évoquant les ridicules de la ligne Maginot ou la frilosité de propriétaire des résidences sécurisées. Les murs ne seraient alors que symptômes d’un malaise transitoire.

Cependant, pour d’autres, il est possible de penser que cette prolifération de murs, depuis l’historique chute du mur de Berlin, est un analyseur parfait des contradictions de la globalisation : ces murs contemporains peuvent être étudiés comme des zones critiques où se révèle la mise en crise générée par la globalisation. Ils sont révélateurs des tensions entre richesse et pauvreté, entre souveraineté étatique et pouvoirs mondialisés, entre identité territorialisée et altérité en mouvement, entre Soi et l’Autre…

Les gestes politiques qui les fondent (car tout geste de séparation pour contrôle est intrinsèquement politique) sont, en ce sens, autant des politiques de réassurance sociétale que des politiques sécuritaires. Si les murs paraissent illusoires sur le plan sécuritaire, ils sont très puissamment efficaces sur le plan politique : en effet, dans des contextes de forte incertitude sociopolitique, c’est autant l’identitaire comme enjeu politique que le sécuritaire comme question de défense qui produit la stratégie du mur.

A titre l’illustration, jouez à trouver, dans ce texte littéraire, les mots qui peuvent s’appliquer à votre objet d’étude !

L’animation montrait, en vue plongeante depuis le ciel, un immense continuum de zones sécurisées, avec leurs gratte-ciel, leurs jardins monumentaux, leurs espaces commerciaux, leurs portions de fleuves, de rivages maritimes, tout cela représenté comme une maquette animée, ordonnée, paisible. Puis, tout à coup, le spectateur plongeait vers des confins obscurs. Une végétation désordonnée jetait son ombre sur le sol. On devinait un grouillement de formes, des images subliminales instillaient de troublantes impressions de feu, d’explosion. Et au moment où l’effroi commençait à s’insinuer, un rideau protecteur, une verrière épaisse et légère à la fois venait interposer son rassurant reflet entre les invisibles démons de l’ombre et la paix de dedans, entre le monde ordonné de Globalia et la violence anarchique des non-zones.”   (J.-C. Ruffin, Globalia, roman, Paris, Gallimard, 2004, p.67)

Evelyne RITAINE, mars 2011

Mode d’emploi d’Enigmur

Enigmur is a scientific blog created  by Evelyne Ritaine (Centre Durkheim, Sciences Po Bordeaux, France).

This resource centre was designed for people who work on contemporary walls, on their function of separation and control (armored borders, retention centres, security urbanism, military urbanism, etc.).

The blog serves many purposes as it contains invaluable up-to-date scientific news about walls, as well as bibliographies, iconographies, videos, online resources, and an online scientific discussion forum.

http://enigmur.hypotheses.org

All contributions welcome!

Please note that we accept contributions in French, English, Italian, Spanish.

You can send :

news to :  b.barthelemy@sciencespobordeaux.fr

bibliographies and iconographies to : c.sagat@sciencespobordeaux.fr

working papers and field experiences to  : e.ritaine@sciencespobordeaux.fr

 

 

Enigmur est un blog scientifique créé par  Evelyne Ritaine (Centre Durkheim, Sciences Po Bordeaux, France).

Enigmur est un  centre de ressources pour tous ceux qui travaillent sur le thème des murs contemporains, dans leur fonction de séparation et de contrôle (frontières blindées, camps de rétention, urbanisme défensif, urbanisme militaire, etc.).

Il propose une rubrique sur toutes les actualités de l’étude des murs (colloques, appels à communications ou à publications, publications récentes, etc.) ainsi que des rubriques consacrées aux ressources  bibliographiques et iconographiques et aux ressources du Web. Il comporte également un espace d’échanges scientifiques : celui-ci peut accueillir papiers de travail, compte-rendus de séminaires, carnets d’enquêtes, etc.

http://enigmur.hypotheses.org

Toutes les contributions sont les bienvenues !

Nous acceptons des textes en Français, Anglais, Italien, Espagnol.

Vous pouvez envoyer :

vos actualités à :  b.barthelemy@sciencespobordeaux.fr

vos contributions bibliographiques et iconographiques à : c.sagat@sciencespobordeaux.fr

vos contributions scientifiques à  : e.ritaine@sciencespobordeaux.fr

L’équipe d’Enigmur :

– Rédacteur en chef : Evelyne RITAINE
– Équipe de rédaction : membres du réseau ENIGMUR
– Administrateurs : Béatrice Barthélémy, Florence Hallou, Karine Jénart, Caroline Sagat.
– Crédits photographiques : Notre bannière est un photomontage réalisé à partir d’une photographie de Raphaëlle Colombi et avec sa généreuse autorisation. Nous l’en remercions vivement.
Retrouvez son travail sur le blog Trottoir bleu :
http://in-errances.blog.lemonde.fr/

Les réfugiés en cartes: chemins, murs, accueil, O. Clochard, Mediapart, 20/07/2015

Cette carte est la première d’une série cherchant à expliquer la crise migratoire actuelle. Alors que des milliers de réfugiés tentent de rejoindre le nord de l’Europe, les États du vieux continent peinent à faire preuve de solidarité. Pendant ce temps, des murs et des camps se construisent.

http://www.mediapart.fr/portfolios/les-refugies-en-cartes-chemins-murs-accueil

 

l'UE terre d'accueil

Voir aussi :

LES EUROPEENS APPROUVENT UN ACCORD AU RABAIS SUR LA REPARTITION DES MIGRANTS, LE MONDE.FR AVEC AFP, 20/07/2015

 http://lemonde.fr/europe/article/2015/07/20/les-europeens-approuvent-un-accord-au-rabais-sur-la-repartition-des-migrants_4691495_3214.html

Fernández Díaz (España) dice que “quedará claro” que los que saltan la valla no tendrán derecho a pedir asilo, eldiario.es, 09/02/2015

“El ministro del Interior afirma que carecerán de este derecho porque “podrán ejercerlo” a través las nuevas oficinas de asilo fronterizas, a las que los subsaharianos no están teniendo acceso de momento

 Fernández Díaz defiende que, con las oficinas de asilo, los potenciales solicitantes podrán pedir asilo en frontera pero las personas de origen subsahariano no tienen acceso por el momento

Según los datos de Acnur, solo las personas de origen árabe pueden pedir protección internacional en estos puestos, la mayoría sirios

Fernández Díaz anuncia que incluirá las salas de asilo en la enmienda a la Ley de Seguridad ciudadana que, según afirma, entregará en el Senado su versión definitiva en las “próximas horas”   (…)

http://www.eldiario.es/desalambre/Gobierno-oficinas-fronteras-Ceuta-Melilla_0_354864851.html

.

Ningún subsahariano ha podido solicitar asilo en la frontera de Melilla desde que es posible hacerlo,  Gabriela Sánchez, eldiario.es, 11/01/2015

 “Ninguna de las 400 personas que han solicitado asilo en el puesto fronterizo de Melilla son de origen subsahariano a pesar de que el 60% de los que saltan la valla son potenciales refugiados, según Acnur

Todas las solicitudes registradas por esta vía desde septiembre, cuando comenzaron a admitirse en frontera, proceden de personas de origen magrebí, en su gran mayoría sirios 

El dato refuerza las advertencias de ONG, que denuncian la posible imposibilidad de acceso de personas de raza negra a las futuras oficinas de asilo levantadas en las fronteras de Ceuta y Melilla

Interior, enorgullecido con las futuras nuevas salas de asilo, ha invitado al comisario europeo de Inmigración a su inauguración”   (…)

http://www.eldiario.es/desalambre/personas_0_344715815.html

ceutaacto

 

Alarm Phone : Le numéro d’alerte pour boat people, premier bilan, Watch the Med, forumcivique.org, 18/01/2015

alarmphone  “Ce numéro d’alerte  est géré depuis deux mois par un réseau transnational d’activistes et de migrant-e-s basé-e-s de part et d’autre de la mer Méditerranée. L’assistance téléphonique est assurée par des équipes plurilingues jour et nuit, 7 jours sur 7. L’initiative Alarm Phone bénéficie du soutien de différentes communautés de migrant-e-s, de personnes organisées de la société civile, ainsi que d’activistes et d’organisations de défense des droits humains.

Bien que le réseau ne puisse pas intervenir directement – il ne possède pas de bateaux qui puissent s’occuper d’opérations de sauvetage – l’Alarm Phone porte conseil et donne l’alerte, lorsque des personnes en détresse imminente ne sont pas sauvées immédiatement, voire repoussées par les autorités frontalières européennes. Son but est d’intervenir directement, en temps réel, lorsqu’un appel de boat-people est reçu. La diffusion du numéro d’alarme parmi les communautés de migrant- e-s en transit en est encore à ses débuts. L’objectif est d’offrir une alternative aux personnes en transit, lorsqu’elles ont besoin de se protéger d’abus de droits humains qui ont malheureusement lieu trop souvent dans les régions frontalières de la mer Méditerranée.

Dans ses deux premiers mois d’activité, l’Alarm Phone a reçu plusieurs appels et a pris une part active dans 12 cas précis. Les cas étaient divers, ils ont attiré l’attention des équipes de permanences dans plusieurs régions, avec des intensités de détresse et d’abus de droits humains différentes. Jusqu’à présent, les appels provenaient de la Méditerranée centrale et de la mer Egée, ainsi que de survivants d’opérations grecques de refoulement qui se trouvaient sur le territoire turc. Dans la plupart des cas, l’Alarm Phone a été contacté pas des intermédiaires et des groupes faisant partie des communautés de migrant-e-s, établis par exemple  en Suède, Italie ou Suisse.”  (…)

http://www.forumcivique.org/fr/articles/haut-parleur-

Voir aussi :

http://www.watchthemed.net/index.php/page/index/12

 

Archéologie d’une frontière, projet multimedia, Stephanos Mangriotis, Laurence Pillant, 2014

archéologie d'une frontière_MONTAGE

 Les traces et la mémoire de l’enfermement à la frontière gréco-turque

.

-Reinel_compass_rose_svg  La frontière est une construction territoriale qui introduit de la distance dans la proximité. Son «effet de miroir» ouvre une fenêtre d’observation sur la société qui l’a construite. Ce construit socio-historique est en constante évolution et redéfinition, il doit donc être compris comme dynamique et évolutif.

Ainsi la frontière gréco-turque a connu de grandes transformations ces dix dernières années. Ligne de démarcation entre deux pays aux querelles encore vives, cet espace fut longtemps surveillé et contrôlé militairement. Le début des années 2000 voit un nombre de franchissements clandestins toujours plus important. Le contexte européano-grec de répression de la migration irrégulière entraîne une « policiarisation » du contrôle migratoire. D’un contrôle militaire, la frontière voit naître un contrôle policier de plus en plus marqué. Ces transformations rapides se soldent par la naissance d’une vingtaine de lieux d’enfermement pour migrants. Sujets à des évolutions très importantes, ces lieux d’enfermement connaissent une durée de vie variable allant de quelques jours à quelques années. Du camp de fortune dans les premiers temps, au centre de rétention institutionnalisé, les lieux d’enfermement peuvent être définis par leur pluralité : entrepôt, usine, ancienne prison, commissariat, hôtel, etc.

Pour une archéologie de la frontière

Une recherche amorcée en 2009 sur les politiques migratoires européennes à la frontière gréco-turque a conduit à la découverte de lieux d’enfermement qui ne sont plus en activité. Travailler sur ces lieux présente trois intérêts majeurs :

1-D’abord par la quantité d’informations témoignées par les migrants eux-même à travers des graffitis exprimant par exemple les durées d’enfermement.

2-Ensuite par leur forme ; les traces qu’ils laissent dans le paysage conduisent aujourd’hui aux prémisses d’un travail d’archéologie de la frontière. Effets non voulus des politiques migratoires frontalières, ces lieux sont abandonnés car remplacés ou désuets par leurs conditions de rétention, l’absence de flux migratoire, l’arrêt des contrôles, etc. Ces lieux désertés sont tous autant de traces éphémères d’un phénomène encore présent inscrit dans un paysage en constante évolution.

3-Photographier ces lieux abandonnés et vides permet d’avoir un regard qui sort des images sensationnelles et «humanistes» abondamment véhiculées par les médias. L’absence d’individu semble pouvoir retranscrire une réalité passée mais toujours vive, tout en permettant au spectateur une appréhension sensible de l’enfermement.

L’incroyable rapidité et flexibilité des flux migratoires autour de la Méditerranée, les changements de routes migratoires et l’effet de canalisation de ces flux par les politiques migratoires européennes, conduisent à la fermeture et l’ouverture de lieux de privation de liberté pour migrants. La trace laissée dans les sociétés qui sont traversées par ces lieux est peu exploitée. Pourtant ils semblent avoir marqué à la fois les sociétés d’accueil mais aussi les migrants qui y ont transité.

 Comment retranscrire une réalité passée ?

 L’enfermement mobilise de nombreux acteurs. Des migrants aux autorités, il sera important de récolter leurs témoignages (audio, vidéo, écrit). Un travail de recherche des acteurs anciennement impliqués devra être effectué en amont pour chacun des lieux en question. A l’heure actuelle, cinq lieux sont privilégiés du fait de leur ancienneté et de leur hétérogénéité, présentant ainsi un large éventail de situations existantes. Ainsi les périphéries de Samos, d’Evros, de Lesbos et de Chios seront visitées.

 Les différentes traces recueillies prendront la forme d’entretiens filmés, de témoignages enregistrés et de photographies. À ces traces recueillies seront apposés des textes et dessins réalisés par des migrants et des employés de lieux d’enfermement. Ce matériel aboutira à la réalisation d’une vidéo multimédia et d’une exposition photographique accompagnée de légendes, textes, cartes et croquis de lieux visités. 

Archéologie d’une Frontière – TEASER from Dekadrage Projects on Vimeo.

 Présentation des réalisateurs:

A l’origine de ce projet il y a une rencontre entre un photographe et une géographe ayant une sensibilité partagée sur les questions relatives à la migration contemporaine en Grèce et l’envie d’un échange trans-disciplinaire. Un projet commun sur ces thématiques a donné lieu à l’ouvrage Europa Inch’Allah en 2011, qui aborde l’attente des migrants à Patras. Stéphanos Mangriotis est photographe indépendant, membre et co-fondateur du collectif Dekadrage à Marseille. Dans son travail sur les frontières et la migration, il cherche à être en prise avec une réalité sociale et aborde ces sujets d’une façon sensible et parfois symbolique. Laurence Pillant est doctorante en géographie à l’université de Harokopio et d’Aix-Marseille, elle travaille sur les nouveaux espaces et formes du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque.

Réfugiés : les vrais gagnants des élections grecques, irinnews.org, 26/01/2015

“Au-delà des questions de dette, d’austérité et de prestations sociales, le résultat de l’élection grecque devrait avoir une conséquence moins médiatisée, mais de grande portée : l’adoption d’une politique bien plus accueillante envers les migrants et les demandeurs d’asile.

 Le parti de gauche Syriza a battu à plates coutures le parti anti-immigration Nouvelle Démocratie lors du scrutin de dimanche dernier et a gagné 149 sièges sur les 300 que compte le Parlement. Il s’est engagé à ouvrir les frontières de la Grèce et à renforcer l’aide aux migrants qui se trouvent déjà dans le pays.

« Syriza s’oppose fermement à la diabolisation des immigrants et aux mesures antidémocratiques telles que les camps de concentration et les murs frontaliers », a dit à la suite du scrutin Vasiliki Katrivanou, responsable des politiques migratoires du parti.

« Nous allons prendre des mesures pour améliorer les zones qualifiées de ghettos en faveur de tous ceux qui y vivent : Grecs et immigrants », a-t-elle ajouté. « Nous considérons notre triomphe électoral comme une victoire pour tous les Grecs et tous les migrants. »

Matthaios Tsimitakis, journaliste et analyste politique grec, a dit qu’il s’attendait à un changement majeur dans la politique gouvernementale.

« Le gouvernement précédent se basait sur l’idéologie de droite qui dominait l’échiquier politique […] Syriza prend une autre direction. Les immigrants ne sont pas une menace pour la sécurité nationale, ce sont des victimes des guerres internationales. Ils doivent être intégrés pour devenir des membres productifs de la société plutôt qu’un fardeau. »

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), la Grèce compte actuellement près de 44 000 demandeurs d’asile et 3 500 réfugiés reconnus comme tels. D’après le Conseil grec des réfugiés, plus de 30 000 Syriens au total sont entrés en Grèce en 2014″    (…)

http://www.irinnews.org/fr/report/101051/

.

 Graffiti dans un camp de migrants, Grèce, 2014,  @Stephanos Mangriotis, cf. http://enigmur.hypotheses.org/4399 ; http://enigmur.hypotheses.org/2838

archéologie d'une frontière_stephanos mangriotis13

À Mersin (Turquie), des réfugiés syriens à la dérive, Damien Dubuc, France24, 07/02/2015

Dans le port turc de Mersin se croisent jeunes syriens prêts à embarquer à bord de “cargos-poubelles” pour gagner l’Europe et prospères commerçants exilés menant grand train.

“Au plafond de la petite pièce chichement meublée, des fanions représentant le drapeau turc sont accrochés. Au tableau, pourtant, les instructions sont en arabe. Et c’est bien la Syrie, leur pays, qu’ont dessinée au mur quelques uns des 800 enfants qu’accueillent cette école syrienne située en territoire turc.

Leurs familles ont fui la guerre pour s’installer durablement dans des quartiers populaires de Mersin. Chaque jour, d’autres franchissent la frontière et rejoignent ce grand port méditerranéen turc où vivent désormais entre 120 000 et 300 000 réfugiés syriens.

“Les élèves sont bien moins nombreux dans les grandes classes, relève toutefois Ahmed Said. Beaucoup de familles ont besoin de leur aide.” Celle de ce professeur d’anglais, originaire d’un village proche d’Alep, ne fait pas exception : âgés de 13 et 14 ans, les deux aînés ont laissé tomber les cours et dégoté de petits boulot dans les restaurants de la ville. Une planche de salut quand 45% des Syriens de Mersin vivent sous le seuil de pauvreté et que 70% d’entre-eux sont sans travail.

“Les autorités turques n’ont pas encore choisi d’accorder de permis de travail aux Syriens, alors les seuls emplois possibles sont au noir. Il faut travailler plus pour gagner moins que les Turcs. Un de mes amis s’échine à laver des voitures toute la journée pour 9 dollars”, relève Mohamed, installé à Mersin depuis plus de deux ans. Lui s’en tire plutôt bien en proposant aux réfugiés de leur faciliter les formalités administratives et de leur trouver un toit.

Mais la tâche est ardue : “Ça devient impossible de se loger, les loyers ont grimpé en flèche”. Résultat : même les Syriens disposant de quelques économies s’appauvrissent de mois en mois. “Que vont-ils devenir quand ils n’auront plus un sou en poche ?”, feint de se demander Mohamed. Alors, avant de se retrouver à sec, beaucoup préfèrent se jeter à l’eau.”    (…)

http://www.france24.com/fr/20150206-turquie-refugies-syriens-mersin-

cargopoubelle

 © Damien Dubuc | Le cargo-poubelle Burcin dans la rade de Mersin.

.

Les fantômes de la Méditerranée, Andrea Palladino et Andrea Tornago, lemonde.fr, 05/02/2015

 “Un monde parallèle se cache derrière quinze noms de navires dont la liste circule, de bouche-à-oreille, dans les ports de l’Europe du Sud. Celui des courtiers, des intermédiaires, des trafiquants d’armes, des armateurs, des fréteurs, des marins aux aguets et prêts à tout. Des sociétés fantômes créées en quelques minutes entre Odessa et Le Pirée. Des pavillons de complaisance de nations sans mer, en vente pour quelques centaines de milliers d’euros et capables d’assurer le contournement des contrôles en toute discrétion.

L’univers des trafiquants accompagne depuis toujours l’histoire de la Méditerranée, s’adonnant depuis quelque temps à un commerce illicite des plus rentables, le trafic d’êtres humains. Des milliers de migrants qui ont tout vendu pour un aller simple vers l’Europe du Nord. Coûte que coûte. Tassés dans les soutes que ces mêmes compagnies utilisaient, il y a quelques mois à peine, pour transporter les kalachnikovs qui ont alimenté les conflits à l’origine de leur fuite.

On les nomme les « poubelles de la mer ». Ces embarcations au bout du rouleau sont de vieilles coques rouillées tout juste bonnes pour les fonderies turques ou indiennes. Les ports entre la mer Noire et le sud de la Méditerranée en débordent. La plupart battent pavillon d’un pays qui s’est spécialisé dans l’immatriculation de ces rebuts flottants : la Moldavie, un pays sans côtes mais doté d’un registre maritime très actif. Quelque 300 000 euros suffisent pour y acquérir un pavillon d’Etat et le hisser en toute légalité sur les bateaux en fin de vie.

Le Blue-Sky-M, le cargo lancé vers les côtes des Pouilles, dans le sud de l’Italie, alors que tout le monde s’apprêtait à fêter le Nouvel An, était immatriculé en Moldavie. Avec environ 800 migrants à bord, il voguait à six nœuds en pilotage automatique. Seule l’intervention de la capitainerie de port italien – qui a fait appel à un hélicoptère pour descendre six sauveteurs sur le pont du navire – a empêché que le bateau ivre ne s’écrase sur les rochers qui forment le talon de la Péninsule.”   (…)

http://lemonde.fr/europe/article/2015/02/05/les-fantomes-de-la-mediterranee_4570465_3214.html?xtmc=andrea_palladino&xtcr=1

.

Voir aussi / See also :

Spectral vessels, Theodore Baird, Thomas Spijkerboer, Paolo Cuttitta, opendemocracy.net, 17/01/2015

http://enigmur.hypotheses.org/4383

Migranti: in un scatto storie di fuga e speranza, repubblica.it, 08/02/2015

Repubblica-GiulioPiscitelli_Contrasto

 @ Giulio Piscitelli/Contrasto

“È sempre di stretta attualità il tema dei migranti e per riflettere sull’argomento giovedì 12 febbraio all’Auditorium del Goethe-Institut a Roma, avrà luogo l’incontro “Il corto circuito della Fortezza Europa. Percorsi e storie di migranti in cerca di una vita dignitosa”, organizzato da Contrasto e che si inserirà nell’ambito della mostra “Between. In sospeso. Fotografie di Nanni Schiffl-Deiler“. Gli scatti della fotografa tedesca legati a quelli di Giulio Piscitelli e Alessandro Penso, reporter da anni impegnati sul tema dei flussi migratori in Europa, faranno da cornice e da riassunto fotografico all’incontro (a cura di Nicola Perilli)”

http://www.repubblica.it/solidarieta/2015/02/08/foto/migranti

 @Alessandro Penso

Repubblica-pensoalessandro

Docuanimation, un cartoon per raccontare la storia di Manus Island, la Lampedusa australiana, rainews.it, 03/02/2015

Manus_Island_animated_documentary_by_Lukas_Schrank_1

 @Lukas Schrank

“Manus Island ospita il controverso centro di detenzione dei richiedenti asilo del governo australiano. chiuso nel 2008 e riaperto nel 2012, oggi ospita più di mille migranti, salvati dalle acque dell’oceano che attendono di conoscere il proprio destino. Lukas Schrank, film-maker specializzato in film d’animazione, ha realizzato un cortometraggio in stile graphic novel à la frank miller per raccontare la storia di due internati e raccogliere fondi per un vero e proprio film. il suo scopo è far conoscere la realtà di manus island agli australiani e contribuire a superare ignoranza e pregiudizi.”

http://www.rainews.it/dl/rainews/media/Docuanimation-

See the teaser of  Nowhere Line   :   http://www.pozible.com/project/188392

 

manusislandproject

@Lukas Schrank

Les murs perdus d’El Seed, Lilia Blaise, inkyfada.com, 02/07/2014

elseed-triptique4-douze-inkyfada imageelseed

 @El Seed

Le graffeur tunisien a parcouru pendant plus de trois semaines la Tunisie laissant sa trace sur des lieux oubliés du paysage, des endroits qui ont une valeur émotionnelle ou historique.

“El Seed, graffeur franco-tunisien, s’est fait connaître en Tunisie en graffant un verset du Coran sur le minaret d’une mosquée à Gabès. L’artiste, dont le travail appelle à la tolérance, a parcouru pendant quatre semaines la Tunisie et a laissé sa trace sur des lieux oubliés du paysage, qui ont une valeur émotionnelle ou historique pour la Tunisie.  (…)

« Je voulais sortir du processus de l’art dit « révolutionnaire » , montrer ces villes de la Tunisie, chargées d’histoire, que l’on a tendance à oublier. » Si El Seed trouve une certaine beauté dans les tags de la révolution qui expriment une liberté nouvelle par rapport à un art « bourgeois » du tag toléré et contrôlé sous Ben Ali selon le graffeur, il souhaite s’en démarquer. Les tags d’El Seed dénotent par rapport aux œuvres citoyennes de la révolution, comme les graffitis laissés sur les murs à l’entrée de Kasserine témoignant de la lutte pendant la révolution ou encore ceux de Regueb, portraits des martyrs de la ville.

El Seed semble vouloir aller vers une seconde phase de l’histoire de la révolution, celle où le pays se redécouvre et retrouve son héritage.

 Comme beaucoup d’autres Tunisiens issus de l’immigration ou simplement comme les Tunisiens qui étaient restés dans la capitale du pays, Faouzi de son vrai nom, admet qu’il a renoué avec la terre de ses ancêtres après la révolution. Plus encore, il s’agit pour lui d’un travail de mémoire dans une Tunisie marginalisée pendant plus de cinquante ans. Mis à part le village de son grand-père, El Seed n’a pas planifié à l’avance les villes dans lesquelles il s’est arrêté pour peindre. C’est au gré des rencontres et des récits locaux qu’il a choisi les lieux.”  (…)

https://inkyfada.com/2014/07/les-murs-perdus-del-seed/

 elseed-triptique2-Tataouine-inkyfada

 

Les murs perdus : Calligraffiti, voyage à travers la Tunisie de El Seed  (Auteur),  Mehdi Ben Cheikh (Auteur),  Jeffrey Deitch (Préface), éd. Gourcuff Gradenigo, 2014   elseed-cover-livre-inkyfada

 

 

 

Le passeur d’âmes, Sana Sbouai, inkyfada.com, 18/12/2014

passeurdame_inkyfada

 Crédit image : Sana Sbouai.

“Quand on quitte Sfax par la route de Gabès, on passe devant le cimetière chrétien de la ville. Depuis le Protectorat, les habitants chrétiens de la région y sont enterrés. Père Jonathan est le curé de la ville de Sfax. Et quand la mer charrie des corps sans vie des migrants qui ont fait naufrage, il s’occupe de rendre un dernier hommage à ces voyageurs égarés. (…) 

Il marche entre les tombes, s’arrête devant certaines et semble se remémorer pendant un court instant, les cérémonies, les membres de la famille et les amis présents ou leur absence, si pesante. Il n’a enterré que deux personnes de Sfax depuis qu’il s’ y est installé. Les autres sont des migrants chrétiens, rarement accompagnés, dont on ne peut pas toujours connaître l’identité exacte, faute de papier.” (…)

https://inkyfada.com/2014/12/passeur-ame-migration-migrant-tunisie/

Entre deux murs, Emmanuel Haddad, ijsbergmagazine.com, 20/01/2015

“J’ai l’impression d’être entre deux murs. D’un côté, la guerre m’empêche de retourner en Syrie. De l’autre, la bureaucratie des États européens m’interdit de voyager librement. Je n’ai que deux moyens de m’échapper. Par la mer ou par les airs.”

Lisbonne 132bis

 

 Nabil a fui, sans se retourner, le pays de son cœur transformé en théâtre de guerre. Derrière lui, des cendres. Devant, l’Europe, où son épouse a réussi à s’échapper. Entre les deux, une forteresse. Trouvera-t-il la faille ?

 ” (…) Nabil s’est installé à Beyrouth le 1er mars 2014 avec une idée fixe : retrouver Hélène, son épouse, qui étudie la géologie à Porto. Le jour où il s’est installé au bord de la Méditerranée, elle commençait son semestre d’études sur les rives de l’Atlantique. Pour lui, l’exil au Liban marque moins le refuge que la séparation d’avec la femme de sa vie, épousée à l’automne 2013, au plus fort de la guerre civile syrienne. La capitale libanaise ne doit être qu’une étape, la plus courte possible, avant de rejoindre l’Europe où il espère démarrer une vie nouvelle.

 Tous les Syriens quittent leur pays pour survivre. Nabil, comme 3,34 millions de Syriens, est, aux yeux de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), un réfugié. Comme les autres, il a été forcé à l’exil de peur d’être persécuté.

 Derrière ce terrible motif collectif, chacun a des raisons plus personnelles et subtiles, que le droit international ne grave pas toujours dans le marbre. Et que les Européens n’ont que rarement la possibilité de connaître. De la Syrie, ils n’entendent en général parler que des partisans du régime, décrits comme cyniques ou sanguinaires, de ses opposants modérés, le plus souvent impuissants, ou des combattants djihadistes, dépeints comme d’horribles barbares sortis du Moyen-Âge. Et une fois arrivés aux portes de l’Europe, les Syriens fuyant la guerre se fondent tous dans le moule du migrant, le plus souvent clandestin.”  (…)

 https://ijsbergmagazine.com/refugies-syrie-liban/

 L’auteur par lui-même :

 Emmanuel Haddad

 “Tombé dans l’univers de l’information en me levant à l’aurore pour présenter les journaux de Radio Orient, je suis retourné vers l’Europe en devenant l’éditeur français du magazine en européen en ligne cafebabel.com (2009-2011). Journaliste indépendant depuis différentes parties du globe. L’Espagne d’abord, puis le Niger et la région du Sahel, avant d’atterrir l’an dernier au Liban. Prix Youthmedia 2011 et prix Eco-Reportages 2012, qui m’a surtout permis de découvrir la Drôme et sa bio-vallée.”

Crédit photo : Béatrice Barthélémy, Evelyne Ritaine, Lisbonne 2012

Spectral vessels, Theodore Baird, Thomas Spijkerboer, Paolo Cuttitta, opendemocracy.net, 17/01/2015

  cuttitta.3Powerful institutional agendas have acted to bolster the ‘ghost ship’ obsession. Such symbolism renders the  specificities of Mediterranean migration opaque.

 “Over the past few weeks, three cargo ships transporting migrants to Italy were abandoned by their crews with the engines still running. They were directed towards Italian coasts and would have crashed there if the coast guard had not intervened to rescue the migrants. While the first went almost unnoticed, the other two – the Ezadeen and the Blue Sky M – made headlines worldwide. The cargoes were labeled as ‘ghost ships’, and the international press readily accepted the notion that abandoned ships constitute a new trend in the history of boat migration. This led to moral indignation and outrage over the fates of large groups of migrants at sea. (…)

The symbol of the ‘ghost ship’ is invoked to conjure folkloric and mythological imagery, and suggests that its cargo is deeply threatening. Such a move represents migration routes and trajectories as somehow mysterious, without corporeal origin: an image of people set adrift without history or narrative. The invocation of the ‘ghost ship’ thus renders the specificities of Mediterranean migration opaque, clouds over history, and ignores explanations or causes of boat migration. Mediterranean boat migration stems from a complex combination of factors including conflict, persecution, global inequality, border surveillance, lack of legal alternative routes, demographic factors, and geopolitical shifts in Europe and the region. To gloss over the complex history of migration and the causes and explanations of migration in the Mediterranean only serves to skew the public debate.

Institutional agendas

The idea of a ‘ghost ship trend’ has been pushed by important international organizations, whose (diverging) institutional agendas are served by the notion. But the focus on this ‘new trend’ stands in the way of addressing Europe’s actual moral and legal dilemmas over migrants’ right to life versus security and surveillance – dilemmas which have been heightened and re-articulated since the recent Paris attacks.

The notion that ‘ghost ships’ constitute a new phenomenon has been spread actively by three organizations with differing institutional mandates and agendas. The International Organization for Migration (predominantly funded on a project basis by western governments) has asked for more attention, most notably in a report via its Italian office which culminates in an appeal by the IOM Director General for an international task force to combat human smuggling, modelled on the task force combating Somali pirates.

The EU border agency Frontex has limited itself to the circulation of reports about ‘ghost ships’. In light of its general policy objectives, it can reasonably be assumed to have a border control agenda similar to the one formulated by IOM. EU Commissioner Dimitris Avramopolous immediately condemned the “ruthless criminal organisations” involved, without however providing any evidence that the people driving the boat were either criminal or organized and not refugees themselves. The current outcry from European politicians over boat migration is not new, and typically resembles previous condemnation by previous leaders. Take for example Jacques Chirac in 2001, claiming that an abandoned migrant boat “highlights the total absence of morals of those who traffic in human misery.”

The UN refugee agency UNHCR refers to a “worrying new trend”, while calling on European governments to step up rescue operations at sea, and “to provide legal alternatives to dangerous voyages”. In this way, UNHCR seizes the ‘ghost ship trend’ for a different aim than IOM and the EU. Instead of calling to step up border control by combating smuggling, it advocates rescue at sea and admitting more Syrian refugees to Europe. The latter request is based on the fact that the Levantine countries are hosting many more Syrians than the whole of Europe, and that Asia and Africa host more than 90 percent of the world’s refugee population. Why should Europe keep its doors closed?

However, the UNHCR position is problematic because it is not only refugees, or those who would claim to be refugees, who are drowning. Although UNHCR does not have the same institutional mandate or obligations as IOM and Frontex, its appeal for humanitarian corridors for refugees has led to arguments for external processing.”  (…)

https://www.opendemocracy.net/can-europe-make-it/

Related Articles :

Kate Ferguson, Steering a perilous course

Photo : @Paolo Cuttitta, Lampedusa, 2012

 

 

Je suis Charlie. Je suis Khaled, Kai Littmann, mediapart.fr, blog Eurojournalisme, 18/01/2015

khaledUn jeune demandeur d’asile érythréen a été assassiné à Dresde, le fief de la «Pegida» et des néonazis en Allemagne. La Police ferme d’abord les yeux, les habitants de la ville s’indignent.

 “La ville de Dresde mène un combat désespéré pour sauver sa réputation. La semaine dernière, un jeune demandeur d’asile a été poignardé à deux pas de chez lui – et à Dresde, dans la communauté des étrangers, la peur est palpable. Surtout lorsque l’on considère les «erreurs» et «omissions» de la Police de la ville.

 Khaled Idris Bahray avait 20 ans – et il pensait être arrivé dans un pays d’accueil où il serait, enfin, en sécurité. Mais à Dresde, il n’était pas en sécurité. Il y a été assassiné.

 En allant chercher des cigarettes, mardi dernier, il a été poignardé devant chez la maison où il partageait un appartement avec d’autre réfugiés attendant, comme lui, leur procédure d’asile. Seulement, dans ce quartier de Dresde, marqué par des HLMs typiques de la RDA, les tristement célèbres «Plattenbau», les réfugiés ne sont pas les bienvenus. Dans la cage d’escalier, comme le relatent d’autres réfugiés qui ont peur de se faire photographier ou de donner leur noms, des groupes de néonazis au crane rasé les agressent régulièrement, dessinent des croix gammées sur les portes et créent un climat de la peur. (…)

Samedi, de milliers de citoyens de Dresde se sont réunis, portant des roses blanches et des pancartes disant «Ich bin Khaled», faisant référence au célèbre «Ich bin Charlie», exprimant leur indignation face à ce meurtre que personne à Dresde interprète autrement qu’un crime de haine raciale”  (…)

http://blogs.mediapart.fr/edition/eurojournaliste/article/180115/

 Crédit photo : alice d25 / Wikimedia Commons / CC0 1.0, ibidem

dresde_balai

 Les contre-manifestants “nettoient” la rue après le passage des manifestations contre “l’islamisation de la société”, Dresde, 2015

©Photo:/© Fabrizio Bensch / Reuters

 

A la frontière mexicaine le fiasco de la surveillance par drones, lemonde.fr, 12/01/2015

“Menées depuis huit ans, les opérations de surveillance de la frontière américano-mexicaine réalisées par drones présentent un bilan calamiteux. Un rapport que vient de rendre public l’Inspection générale du département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security) fait apparaître que l’emploi de Predators (des modèles à voilure fixe, dérivés des engins utilisés par l’armée) n’a guère fait progresser la lutte contre l’immigration clandestine entre le Mexique et les Etats-Unis. Le pourcentage d’interpellations pouvant leur être directement imputé se situerait entre 0,7 et 1,8 %… L’Inspection générale constate que le gouvernement américain «  a investi des moyens importants dans un programme qui n’a pas atteint les résultats attendus et dont il est impossible d’établir dans quelle mesure il a amélioré la sécurité des frontières ». Le rapport relève au passage que les services douaniers et de surveillance frontalière ont notablement sous-estimé le coût réel des opérations menées par leurs drones. L’heure de vol reviendrait en réalité à 12 000 dollars alors qu’il était prévu un maximum de 2 500 dollars. (…)

L’Inspection générale de la Sécurité Intérieure (…) recommande de suspendre les projets d’extension du programme de surveillance frontalière par drones. Et suggère d’utiliser les fonds prévus au profit d’opérations aériennes classiques ou menées par des patrouilles au sol.”

http://drones.blog.lemonde.fr/2015/01/12/a-la-frontiere-mexicaine-le-fiasco-de-la-surveillance-par-drone/