Archives de catégorie : MEDIMURS

La rubrique MEDIMURS est consacrée à la frontière européenne en Méditerranée, telle qu’elle s’incarne en Espagne, Italie, Grèce, à Malte et à Chypre, dans les opérations de l’agence FRONTEX et du programme EUROSUR en Méditerranée, ainsi qu’aux effets des contrôles frontaliers pour les pays de la rive sud de la Méditerranée.
Elle s’appuie sur le programme de recherche Médimurs financé par le Conseil régional d’Aquitaine (2012-2015) et réalisé au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).
L’équipe de recherche est composée de : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis, P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine (dir.), L. Tassin.

PATRAS, Grèce, dossier

Porti insicuri – Rapporto sulle riammissioni dai porti italiani alla Grecia e sulle violazioni dei diritti fondamentali dei migranti, Medici per i Diritti Umani, 11/2013

Raccolte oltre cento testimonianze dirette di riammissioni sommarie di adulti e minori stranieri dai porti italiani alla Grecia. L’Italia non garantisce i diritti fondamentali dei migranti, in particolare dei richiedenti asilo e dei minori stranieri non accompagnati.

Medici per i Diritti Umani (MEDU) ha presentato presso la sala della Stampa Estera a Roma, Porti Insicuri, il rapporto sulle riammissioni dai porti italiani alla Grecia e sulle violazioni dei diritti fondamentali dei migranti.

 Ogni anno alcune migliaia di migranti – il più delle volte in fuga da guerre e persecuzioni – partono dai porti greci e cercano di raggiungere l’Italia e il resto d’Europa nascosti nelle navi che attraversano l’Adriatico. Ogni anno la gran parte degli stranieri rintracciati allo sbarco nei porti di Venezia, Ancona, Bari e Brindisi vengono rimandati dalle autorità italiane nel paese ellenico in base a un accordo di riammissione siglato tra i due paesi. Sebbene per varie ragioni le dimensioni numeriche di questo fenomeno sembrino essersi ridotte negli ultimi anni, la rotta adriatica rimane comunque un problema aperto sia per il carico di sofferenza umana e i rischi concreti per la vita dei migranti che essa comporta sia per le gravi questioni che pone all’Italia, alla Grecia e a tutta l’Unione europea in termini di inadeguata tutela dei diritti fondamentali della persona, in particolare dei minori non accompagnati e dei richiedenti asilo. Ancora nel 2013, secondo le testimonianze raccolte da MEDU, la maggior parte delle persone viaggia nascosta sotto i camion o all’interno dei tir imbarcati sulle navi, mentre un numero più ridotto di migranti affronta il viaggio sui traghetti con documenti contraffatti forniti dai trafficanti dietro il pagamento di somme ingenti

 Il rapporto Porti Insicuri

La scheda riassuntiva dei dati

Le testimonianze

RIAMMESSI , Paolo Martino, Italia 2013 – 9’ – video documentario

 Sinossi : Saddam, Hamza e Omar si lasciano alle spalle migliaia di chilometri. Le rotte che hanno percorso partono dalle macerie della guerra afghana, dal Corno d’Africa, dal Medio Oriente. Arrivati in Grecia, ormai a un passo dall’Europa che sognano, trascorrono mesi nelle retrovie del porto di Patrasso nel tentativo di imbarcarsi nelle grandi navi che solcano l’Adriatico. Il coraggio che mostrano nell’affrontare la traversata però non trova riscontro da parte dall’autorità portuale italiana: scoperti durante le operazioni di sbarco, i ragazzi vengono riconsegnati alla stessa nave cui avevano affidato il loro destino, “respinti” (tecnicamente si chiamano riammissioni) immediatamente in Grecia, violati nei loro diritti di richiedenti asilo e rifugiati.

http://vimeo.com/79285955

.

 

mangriotiseuropa-inch-allah-photoStephanos Mangriotis,  Europa inch’Allah , Images plurielles, Marseille, 2011

Patras est un lieu de transit. Cette ville portuaire à l’ouest de la Grèce, concentre de nombreux migrants, venus d’Afghanistan, d’Irak, d’Iran, d’Erythrée, de Somalie, du Soudan, de l’Algérie et du Maroc. Ils guettent le moment adéquat pour se cacher dans un camion afin de monter à bord d’un bateau pour l’Italie. Déterminés, mais confrontés à la peur d’être attrapés, ils attendent des mois voire des années pour passer cette étape de leur voyage clandestin. Tout en sachant que d’autres barrières les attendent sur la route d’une Europe rêvée, “Europa inch’Allah”.

“Construites autour d’un mélange entre le style documentaire et la fiction, mes photographies cherchent à “raconter des histoires”. Des histoires sans fin ni finalité, comme celle de ces trois jeunes hommes qui posent dans un hangar en ruines devenu pour eux une planque idéale. Les hommes de Patras sont pris dans une partie d’échecs où le prochain mouvement peut être fatal. Avant d’appuyer sur le déclencheur il y a un long moment d’échange. Je tente de ne pas faire des images “d’eux” mais des images “avec eux” prises dans un processus de partage”. Stephanos Mangriotis  http://www.photographie.com/event/

 mangriotiseuropainchallah2

More : http://www.dekadrage.org/smprojets/

.

Lafazani Olga,  A Border within a Border: The Migrants’ Squatter Settlement in Patras as a Heterotopia, Journal of Borderlands Studies, 28:1, 1-13

Abstract :

The routes of migrants without papers towards Western European countries often converge at the city of Patras, a city in the western borders of Greece with a port connecting to Italy. Around 2001, the migrants who lived there temporarily—until they managed to cross the border—built a squatter settlement. Following a period of social and political tensions, the settlement was finally demolished in 2009.

In this paper I approach the settlement in Patras as a heterotopia, a place of the “other,” the different, as conceptualized by Michel Foucault and others. Heterotopias are like counter-sites in which all the other real sites that can be found within the culture are simultaneously represented, contested and inverted. Reading the migrants’ settlement as a heterotopic space helps unpack invisible aspects not only of the settlement but also of the city. Exploring the settlement and the city as interrelated spaces, I discuss the social, economic and spatial relations that operate in each of those spaces and also connect them: how borders and migrant illegality operate in the level of everyday life; how space, time, practices and strategies are renegotiated within several geographic scales, from the body to the global. By approaching the migrants’ settlement in Patras as a heterotopia, I propose a reading of borders, migration and urban space as processes where several levels of conflict, power and resistance operate.

More :  http://dx.doi.org/patras

.

Cristina Del Biaggio, Alberto Campi, « Regards sur les migrants de longue distance en Grèce. Analyse de procédures et d’acteurs à partir de trois points d’observation privilégiés : la région de l’Evros, Athènes et Patras», L’Espace Politique [En ligne], 20, 2013-2

Long-distance migration in Greece. Making sense of administrative procedures and actor strategies within three locations: the Evros border region, Athens and Patras

Résumés :

La décision de la Grèce de construire une clôture à sa frontière orientale a fait la une sur Internet et dans les journaux, mais la matérialisation de la frontière par la construction d’une clôture n’est, en Grèce comme ailleurs, qu’un élément d’un système et d’un dispositif frontalier (Bigo et al., 2009). Cet article est le fruit de sept semaines d’enquêtes passées le long de la frontière gréco-turque, afin de comprendre les dynamiques frontalières là où, selon les statistiques, l’on compte le plus grand afflux de migrants dits illégaux vers l’Europe. Les observations sur le terrain nous permettent de dire que la clôture, qui a été achevée en décembre 2012, ne peut être considérée que dans la totalité du dispositif frontalier, non linéaire, mis en place par la Grèce et par l’Union Européenne pour empêcher les migrants de pénétrer dans la forteresse européenne. Ce sont également ces autres barrières, indirectement visibles car souvent non-matérielles, que nous essayons d’analyser.

The decision taken by Greece to build a wall on its eastern border was on the front pages of newspapers and hit the headlines in Internet. However, the materialization of borders by the construction of a wall is, in Greece as everywhere else, only one element of the “border apparatus” (Bigo et al., 2009). This article is the result of seven weeks of recent enquires made along the Greek-Turkish border with the aim of understanding the border dynamics in a region where, following statistics, Europe counts the highest number of illegal entries. Observations allow us to say that the wall, which has been finished in December 2012, should be considered as a part of a non-linear border apparatus, put into place by Greece and by the European Union to stop migrants outside the European fortress.

Extrait :

(…) “C’est aux alentours du nouveau port  (de Patras) que les nouveaux arrivés s’installent afin  d’être proche de l’infrastructure permettant de quitter le pays. Ainsi, inlassablement, les migrants essaient tous les jours de se faufiler dans ou sous un camion, qui s’embarquera dans un ferry. Alors que géographiquement, le fait de s’installer à quelques dizaines de mètres du port fait du sens, ce choix est périlleux. Comme pour les personnes sans abri à Athènes, il est très dangereux pour les migrants de s’installer dans ce lieu, connu par les militants d’extrême droite et par les policiers. Les règles sont les mêmes qu’à Athènes: éviter de dormir pendant la nuit afin d’éviter d’être attaqués.

Pour cette raison, les migrants de plus longue date trouvent d’autres abris, plus cachés et excentrés par rapport au port. Il s’agit notamment d’une oliveraie et d’une maison occupée après qu’elle ait été abandonnée suite aux travaux liés à la construction d’un pont” (…)

http://espacepolitique.revues.org/2675

patrasciampi

Le nouveau port de Patras vu depuis un bateau, © Alberto Campi 2012,

http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-15.png

.

Pro Asyl : Human Cargo. Arbitrary readmissions from Italian sea ports to Greece, 2012

Thousands of protection seekers try to cross the sea from Greece to Italy every year. If they manage to arrive in Italy however, they are immediately returned to Greece without any individual assessment of their cases, without legal safeguards, as a report by PRO ASYL and the Greek Council for Refugees has revealed. Just like most other EU Member States, Italy has officially stopped returning people to Greece under the Dublin system, since the European Court for Human Rights in January 2011 determined Greece not to be a safe country for asylum seekers. However, these massive arbitrary readmissions to Greece are carried out in a systematic way in direct violation of that ruling.

 Download :  http://www.proasyl.de/en/home/

De Lampedusa à Calais, le drame de l’Europe, Carine Fouteau, mediapart.fr, 04/10/2013

En vingt ans, près de 25 000 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe. Des voix s’élèvent de toutes parts pour dénoncer cette hécatombe. Mais quel crédit donner aux larmes des responsables politiques européens qui n’ont de cesse d’ériger des murs autour du vieux continent ? Les symboles se percutent : peu après le drame de Lampedusa, des policiers français sont intervenus à Calais pour expulser des exilés syriens, avant d’interrompre leur opération.

“Le port de Lampedusa transformé en morgue à ciel ouvert et la mer Méditerranée en cimetière migratoire. Combien de morts faudra-t-il pour que les pays de la rive nord de la Méditerranée prennent conscience de leur part de responsabilité dans les drames qui se succèdent à leurs portes ? 300 ? Davantage ?

 La réalité est pourtant déjà plus terrifiante : près de 25 000 corps ont sombré au cours des vingt dernières années dans cet espace maritime qui sépare l’Europe de l’Afrique et, au-delà, du reste du monde, selon les estimations de l’eurodéputée (EELV) Hélène Flautre, membre de la commission des Libertés civiles. Des dizaines de milliers de migrants en quête d’une vie meilleure, fuyant les guerres ou les persécutions y transitent chaque année, venus du Sahel ainsi que d’Afghanistan, d’Irak, du Bangladesh et plus récemment de Syrie.

Vingt-quatre heures après le naufrage au large de l’île italienne de Lampedusa du bateau parti de Misrata en Libye, avec à son bord entre 450 et 500 exilés originaires de la Corne de l’Afrique, les questions se bousculent. Les recherches ont repris en mer, vendredi 4 octobre dans la matinée, mais l’espoir de retrouver des rescapés a quasiment disparu. Seuls 151 passagers ont pu être sauvés. Les autres ont péri, à quelques centaines de mètres du rivage. Ce qui fait de cet événement l’un des plus meurtriers de la décennie.

Des cadavres alignés sur les quais de l’île puis rassemblés dans un hangar du petit aéroport, des hélicoptères qui rapatrient les blessés déshydratés dans les hôpitaux de Sicile, le décompte des enfants, des femmes enceintes, l’émotion de la maire Giusi Nicolini et celle du médecin de la clinique Pietro Bartolo, la réactivité des habitants : ces gestes en rappellent d’autres, gravés dans la mémoire de Lampedusa. L’histoire se répète. Jusqu’à quand ? ”   (…)

http://www.mediapart.fr/journal/france/041013/de-lampedusa-calais-le-drame-de-l-europe

logoMédiapart  Lire aussi

Mussie Zerai, l’ange gardien de ceux qui tentent de traverser la Méditerranée Par Carine Fouteau

 

 

Operation Boats4People

 

http://www.boats4people.org/index.php/fr/

 

« Cela fait plusieurs années que nombre d’organisations africaines et européennes interpellent en vain les gouvernements à propos des milliers de migrants qui chaque année meurent aux frontières de l’Union européenne. En Méditerranée, pour cette année 2011, le Haut-Commissariat aux réfugiés estime déjà à plus de 2 000 le nombre de noyades, alors même que sont présents dans la région non seulement les navires des garde-côtes et ceux des patrouilles de surveillance de Frontex, mais aussi les bâtiments militaires de la coalition engagée dans les opérations en Libye. Face à ces trop nombreux naufrages, au silence des pays d’Europe qui se ferment dans leur refus d’accueillir les réfugiés, face aux politiques répressives qui criminalisent de plus en plus les migrations vers l’Europe, nous souhaitons revendiquer une Méditerranée solidaire et nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il était impératif de passer à l’action.

Quels sont les objectifs concrets de Boats4People ?

En organisant une flottille de la solidarité en Méditerranée, nous voulons :

– Dénoncer l’hécatombe qui a lieu actuellement dans les eaux entre Tunisie et Italie

– Exercer un droit de regard citoyen sur les zones maritimes dans lesquelles se produisent des naufrages et dans les centres où sont enfermés celles et ceux qui arrivent en Italie

– Diffuser de l’information sur ce qui se passe en Méditerranée (à la presse, aux parlementaires, aux marins…)

– Rappeler à tous les exigences du droit de la mer (Convention des nations unies sur le droit de la mer), ainsi que du droit d’asile (Convention de Genève sur les réfugiés)

– Récolter des témoignages afin d’alimenter des plaintes devant les instances internationales contre les acteurs en mer (gardes-frontières, Frontex, OTAN…) qui se rendraient coupables de non assistance à personne en danger ou de refoulement de demandeurs d’asile

– Renforcer la solidarité euro-africaine en terme de migrations et de défense des droits des migrants

Qui porte le projet “Boats4People” ?

Quelques dizaines d’organisations internationales et d’associations ou réseaux associatifs européens et africains se sont réunies autour du projet qu’elles ont baptisé “Boats4People””

VOIR LA REVUE DE PRESSE :

Européenne  :  Rassegna stampa Boats4People stampa estera

Italienne :  Boats4People_rassegna_ITA finale

Carine Fouteau : La Méditerranée, cimetière migratoire, Médiapart, juillet 2012

 La journaliste CARINE FOUTEAU suit l’opération Boats4People avec une série d’articles dans Médiapart

“En 2011, selon les estimations du HCR, au moins 1 500 migrants ont péri lors de naufrages en traversant la Méditerranée. Dans le sillage de la révolution tunisienne et de la guerre en Libye, environ 50 000 personnes ont tenté ce passage. Au risque de leur vie car l’entrée dans l’Union européenne leur est impossible par ailleurs, en raison du durcissement généralisé des politiques d’immigration. En toile de fond de cette série (d’articles) : le projet Boat4People initié par de multiples associations africaines et européennes engagées en faveur des droits des étrangers et dont l’objet est d’alerter les opinions publiques et de dénoncer cette hécatombe aux portes de l’UE”

http://www.mediapart.fr/dossier/international/la-mediterranee-cimetiere-migratoire

Operation WatchTheMed

 WATCH the MED  Monitoring the maritime borders of the EU

” WatchTheMed aims to increase accountability for the death of migrants and the violations of their rights at the maritime borders of the EU.

In order to do so, it monitors and maps in almost real-time reported cases of migrants in distress at sea, failures in legal obligations towards them and deaths. It inscribes these incidents within the complex political ecology of the Mediterranean, with a special focus on the Strait of Sicily.

WatchTheMed is a collaboration between the Forensic Oceanography research project at Goldsmiths College and Boats4People, a campaign led by an international coalition of NGOs aiming at bringing an end to the death of migrants at sea and foster solidarity between both sides of theMediterranean.

This map is a pilot project that started operating in July 2012. Help us monitor the maritime borders of the EU, submit a report here or send us an email at: obs@boats4people.org

http://www.watchthemed.net/