Archives de catégorie : MEDIMURS

La rubrique MEDIMURS est consacrée à la frontière européenne en Méditerranée, telle qu’elle s’incarne en Espagne, Italie, Grèce, à Malte et à Chypre, dans les opérations de l’agence FRONTEX et du programme EUROSUR en Méditerranée, ainsi qu’aux effets des contrôles frontaliers pour les pays de la rive sud de la Méditerranée.
Elle s’appuie sur le programme de recherche Médimurs financé par le Conseil régional d’Aquitaine (2012-2015) et réalisé au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).
L’équipe de recherche est composée de : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis, P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine (dir.), L. Tassin.

The Migrants’ Files database, 2014

The Migrants’ Files database on dead and missing migrants on their way to Europe, eepa.be, 01/04/ 2014

« More than 23,000 migrants have lost their lives while trying to reach Europe since 2000, an average of 1,600 every year. 

Journalists from Italy, Spain, Germany, Sweden and France have been working together since August 2013 to compile information on dead or missing migrants. The ‘Migrants’ files’ project has been realised by collecting data from the reportages of Fortress Europe, together with research of UNITED for Intercultural Action and from the ‘PULS’ data project of the University of Helsinki in collaboration with the Join Research Centre of the European Commission

The Migrants’ files database is organised according to the migrant’s name, gender, age and nationality and the fatal incident in which the migrant lost their life is recorded with the date and place (longitude and latitude), together with an explanation about the cause of death and with the number of dead/or missing migrants resulting from the incident.

This comprehensive and detailed survey of European migration fatalities shows that previous estimates of the numbers of migrants who have lost their lives in attempted crossings grossly underestimates the real scale of the tragedy. 

To see the database click here:  http://www.detective.io/detective/the-migrants-files

To read the Report in different languages click on the relevant language Italian, GermanFrench and Spanish

The survey has been carried out by datajournalism agencies Journalism++ SAS, Journalism++ Stockholm and Dataninja ; media outlets Neue Zürcher Zeitung, El Confidencial, Sydsvenskan and Radiobubble as well as freelance journalists Jean-Marc Manach and Jacopo Ottaviani. »

 http://www.eepa.be/wcm/320-eepa-news-and-activities/3476-

 https://www.detective.io/detective/the-migrants-files/

mortsfr2012

 

 

Plus de 4 000 migrants secourus au large de l’Italie en 2 jours, AFP, Le Monde.fr, 9/04/2014

« Quelque 4 000 migrants ont été secourus en quarante-huit heures par l’Italie et plus de 15 000 depuis le début de l’année, affirme le ministre de l’intérieur, Angelino Alfano. « Les débarquements ne s’arrêtent pas et l’urgence est de plus en plus criante : deux navires marchands sont en train de secourir deux bateaux avec 300 et 361 personnes. Il semble qu’il y ait au moins un cadavre à bord », a ajouté le ministre au « GR1 », le journal de la radio publique Rai Uno.

« L’Italie est sous une pression migratoire très forte qui arrive de Libye », a-t-il poursuivi. Selon lui, « entre 300 000 et 600 000 migrants » seraient prêts à embarquer depuis la Libye pour atteindre l’Europe. « C’est une estimation par défaut, qui a été confirmée par la commissaire [européenne aux affaires intérieures] Cecilia Malmström », a-t-il assuré. » (…)

http://lemonde.fr/societe/article/2014/04/09/

routes-migratoires-vers-l-europe

Migranti, la guerra del Mediterraneo, L’Espresso, repubblica.it, marzo 2014

carteimmigration

« Sono oltre 23 mila le persone morte in 14 anni nel tentativo di raggiungere l’Europa. Il 50 per cento in più rispetto alle stime ufficiali. Un’inchiesta, realizzata con gli strumenti del data journalism, rivela un bilancio drammatico per dimensioni e numero di decessi. E conferma come la tratta per Lampedusa sia ormai un cimitero sottomarino »

 di Andrea Nelson Mauro, Alessio Cimarelli e Jacopo Ottaviani. Foto di Massimo Sestini

http://speciali.espresso.repubblica.it/interattivi-2014/migranti/index.html

 » Le fonti e lo scambio dei dati

È come se nel suo complesso il problema dei morti e dispersi ufficialmente non riguardasse nessuno. Nemmeno Frontex, l’organismo comunitario creato nel 2004 con il compito di monitorare i transiti verso il vecchio continente, rilascia dati specifici sul fenomeno perché – come spiegava Ilkka Laitinen, direttore esecutivo di Frontex nel 2007, in una lettera aperta intitolata “Frontex – fatti e miti” – l’agenzia non ha né la mansione specifica, né le risorse umane ed economiche per gestire il problema di migliaia di migranti che tentano di valicare illegalmente le frontiere d’Europa. E quindi nei report di Frontex si parla ripetutamente di “traffico di esseri umani”, ma si evita di affrontare il problema di quanti effettivamente abbiano perso la vita o siano dispersi.

I Migrants files raccolgono i dati sui naufragi censiti da Gabriele Del Grande, giornalista e curatore dell’osservatorio Fortress Europe; dal monitoraggio realizzato da UNITED for Intercultural Action, una NGO che coordina più di 500 organizzazioni europee che si occupano di rifugiati e migranti; e dal progetto PULS dell’Università di Helsinki in collaborazione con il Joint Research Center of the European Commission, un database globale di notizie dal quale sono state filtrate quelle su migrazione e traffico di esseri umani.

Dall’incrocio di queste fonti nasce “The Migrants Files”, il più vasto monitoraggio a livello continentale sul tema, perché non esistono né in Italia né in Europa istituzioni che effettuino sistematicamente censimenti di questo tipo. Non esistono altre stime che non siano frammentarie o visibilmente sottodimensionate. Come quelle dell’Organizzazione Marittima Internazionale (IMO), l’agenzia delle Nazioni Unite volta a promuovere la cooperazione marittima tra i paesi membri e a garantire la sicurezza della navigazione e la protezione dell’ambiente marino. Ogni anno l’IMO rilascia due report intitolati “Prassi insicure associate al traffico e al trasporto di migranti via mare” (« Unsafe practices associated with the trafficking or transport of migrants by sea »).

Aggregando i dati tra i report degli ultimi anni si contano ben 87.114 migranti salvati dal 2001 al 2011, mentre il conteggio delle vittime è in realtà irragionevolmente basso (appena 20 morti e 8 dispersi). Sempre l’IMO in altre occasioni ha pubblicato altre cifre, ma focalizzate in zone o periodi specifici. Come i 27.165 migranti salvati dalle autorità spagnole dal 1991 al 2005. Di questi, si apprende, ne sarebbero morti solo 335 e dispersi 362.

Come nasce l’inchiesta

L’inchiesta de l’Espresso è parte dell’inchiesta europea “The Migrants Files”. Il lavoro investigativo è stato condotto da 10 giornalisti, tra i quali i network di datajournalism Dataninja e Journalism++. L’inchiesta e il database sono co-pubblicati da vari media europei, tra cui El Confidencial, Neue Zürcher Zeitung, Sydsvenskan e Le Monde Diplomatique. Per l’Italia il lavoro è stato curato dai giornalisti Andrea Nelson Mauro, Alessio Cimarelli e Jacopo Ottaviani e il sito dell’inchiesta è raggiungibile all’indirizzo http://stories.dataninja.it/themigrantsfiles. Al progetto hanno contribuito anche gli studenti del Laboratorio di Data Journalism dell’Università di Bologna sotto la supervisione di Carlo Gubitosa (giornalista e docente del laboratorio), verificando un campione degli eventi censiti nel database. La realizzazione del progetto è stata possibile grazie al supporto dello European Cross-border Grant Programme di JournalismFund.eu.

Nota metodologica

I tre database originali (Fortress Europe, United e Puls) sono stati ripuliti e uniformati prima di essere uniti in quello finale. Analizzando date, numero di morti e dispersi, luoghi menzionati e descrizione degli eventi sono stati identificati gli eventi duplicati (presenti in più di un database) ed eliminati. Vari controlli incrociati a campione hanno permesso di integrare dati mancanti, aggiungere dettagli degli eventi, recuperare fonti non più esistenti o raggiungibili. Dai nomi dei luoghi si sono ricavate le coordinate geografiche con cui si è costruita la mappa interattiva. Laddove le coordinate precise dei naufragi non erano disponibili, gli eventi sono stati mappati e raggruppati sulle località le più vicine possibile (per esempio, in un ipotetico naufragio avvenuto nel Mar Libico, le vittime sono state geolocalizzate sul baricentro della Libia, dove erano avvenute anche altre tragedie). »

Voir aussi :

Morts pour l’Europe : les chiffres du datajournalisme, Lucie Geffroy, Courrier international, 1er avril 2014

« Entre 2000 et 2013, plus de 23 000 migrants seraient morts en tentant de rejoindre l’Europe. L’enquête transnationale Migrants Files, réalisée avec les instruments du datajournalisme, révèle de nouveaux chiffres accablants » (…)

http://www.courrierinternational.com/article/2014/04/01/morts-pour-l-europe-les-chiffres-du-datajournalisme

 

« Ces gens-là sont morts, ce ne sont plus des migrants », Jean-Marc Manach, Le Monde diplomatique, 31 mars 2014

(…) « Une équipe de journalistes européens révèle aujourd’hui que plus de vingt-trois mille hommes, femmes et enfants sont « morts aux frontières » de l’Europe, depuis l’an 2000, soit plus de 50 % de plus que les estimations dont on disposait jusqu’alors. » (…)

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2014-03-31-morts-aux-frontieres

 

MALTE / dossier / Léa Lemaire

maltatravel

 Source : maltastar.com

Malte : île-sentinelle de l’Union européenne, Léa Lemaire, 2013

 

Malte_camps

 

Historiquement, Malte est un pays d’émigration et ne devient une terre d’immigration qu’au milieu des années 1970 (Bernardie 1999). Cependant, le problème de l’immigration irrégulière ne se construit sur l’île qu’à partir du moment où le micro-Etat devient une frontière extérieure de l’Union Européenne en 2004. Au début des années 2000, parallèlement à l’adhésion de Malte à l’Union, les routes de l’immigration irrégulière se transforment. Suite au contrôle renforcé des passages par les îles Canaries et Gibraltar, les itinéraires empruntés par les migrants se déplacent vers la Méditerranée centrale (Clochard 2009).

Depuis 2002, environ 16000 migrants sont arrivés à Malte par bateau. Originaires d’Afrique sub-saharienne, la majorité des nouveaux arrivants demande l’asile aux autorités maltaises. En tant que membre de l’Union européenne depuis 2004, Malte se doit d’appliquer le règlement Dublin II, qui détermine l’Etat responsable pour chaque demande d’asile déposée dans l’Union. L’Etat responsable étant généralement celui de première entrée, Malte est donc en charge de l’accueil et du contrôle de la quasi-totalité des demandeurs d’asile entrés dans l’Union par son territoire. Néanmoins, sur les 16000 arrivées, les estimations du gouvernement indiquent que seulement 4000 Sub-sahariens vivraient à Malte à l’heure actuelle.

Cependant, arguant de la vulnérabilité de l’île-frontière face aux arrivées de demandeurs d’asile, tant sur la scène nationale qu’européenne, les autorités maltaises ont développé un dispositif de type sécuritaire. Celui-ci vise d’une part à détenir de manière inconditionnelle toute personne arrivant sans document dans des casernes militaires (enfermement) ; d’autre part, il s’attache à sélectionner puis transférer des réfugiés de Malte vers d’autres Etats européens (ex-filtrage).

Les pratiques sécuritaires vis-à-vis de l’immigration ne font pas de Malte une exception. Les autorités nationales et européennes, depuis le milieu des années 1980, se sont engagées dans un travail politique visant à transformer l’immigration en menace (Bigo 1998). Le cas maltais est, cependant, spécifique en ce qu’il incarne la fabrique d’une île-sentinelle de l’Union européenne. Si l’île n’est pas sentinelle en soi, l’interaction entre un discours politique, des pratiques administratives et des expériences de vie de migrants, construit une atmosphère de contrôle total qui réifie les caractéristiques essentialisées de l’île comme un espace clos et isolé.

Références :

Bernardie, N.  « Malte Parfum d’Europe Souffle d’Afrique », Bordeaux, CRET, Coll. « Iles et Archipels » n°27, 1999.

Bigo, D. « Sécurité et immigration : vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures & Conflits, 1998, n°31-32, pp. 12-38.

Clochard, O. « Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires », Armand Colin, Paris, 2009.

Carte :     http://closethecamps.org/2013/11/24/malte

*

*

Malte, bibliographie sélective, Léa Lemaire, 2013

Articles scientifiques :

Debono D., 2013. “‘Less than human’: the detention of irregular immigrants in Malta” Race & Class 55: 60-81.

Durick H. E. 2012. “African Irregular Migrants in Malta: Exploring Perceptions and Renegotiating the Socio-Cultural Siege of Malta” Pursuit – The Journal of Undergraduate Research at the University of Tennessee: 4(1): 483-498.

Lutterbeck D., 2009. “SmallFrontierIsland: Malta and the Challenge of Irregular Immigration”, Medterranean Quarterly, 20: 119-144.

Mainwaring C., 2012. ‘Resisting distalisation? Malta and Cyprus’ influence on EU migration and asylum policies’. Refugee Survey Quarterly, special issue, 31(4): 38-66.

Mainwaring C., 2012. ‘Constructing a Crisis: The Role of Immigration Detention in Malta’. Population, Space and Place, special issue, 18(6): 687–700.

Mainwaring, C., 2008. ‘On the Edge of Exclusion: the changing nature of immigration in Cyprus and Malta’. The Cyprus Review, special issue, 20(2): 19-49.

Pisani M., 2012. “Addressing the ‘Citizenship Assumption’ in Critical Pedagogy: exploring the case of rejected female sub-Saharan African asylum seekers in Malta”, Power and Education Special Issue: Migration & Education, 4(2): 185‑195.

Pisani M., 2013. “‘We are going to fix your vagina, just the way we like it’: some reflections on the construction of [sub-Saharan] African female asylum seekers in Malta and their efforts to speak back”, Postcolonial Directions in Education, 2(1): 68-99.

Rodier C., & Teule C., 2005. “Enfermement des étrangers : l’Europe sous la menace du syndrome maltais”, Cultures & Conflits, (57) :119-155.

Articles de presse :

« La mort d’un migrant dans un fourgon de l’armée agite l’île de Malte », Geoffrey Le Guilcher, Les Inrocks, 14/07/2012 :

http://www.lesinrocks.com/2012/07/14/actualite/mort-migrant-fourgon-armee-agite-malte-11278322/

« Malte Alcatraz de l’Europe pour migrants africains », Geoffrey Le Guilcher et Basile  Lemaire,  Les Inrocks, 12/04/2012 :                                                                                     http://www.lesinrocks.com/2012/04/12/actualite/malte-alcatraz-de-leurope-pour-migrants-africains-11247479/

« Malte l’île-prison », Nathalie Bernardie-Tahir et Anne Blanchier, Le Monde Diplomatique, 08/11/2010 : http://blog.mondediplo.net/2010-11-08-Malte-l-ile-prison

« Réfugiés de Libye : les oubliés de Malte », Carine Fouteau, Mediapart, 08/06/2011 : http://www.mediapart.fr/journal/international/070611/refugies-de-libye-les-oublies-de-malte 

*

*

Voyage hétéropique à Hal Far, Malte, Léa Lemaire, septembre 2013

Hal Far Hangar
Hal Far Hangar

Les hétérotopies sont des lieux de nulle part, pourtant localisables. Des lieux « qui s’opposent à tous les autres, qui sont destinés en quelque sorte à les effacer, à les neutraliser ou à les purifier ». Ce sont « des  contre-espaces » (Michel Foucault, 1967).

Hal Far est une zone désertique sur une des îles les plus densément peuplées au monde. Ancienne base militaire, elle se trouve relativement proche de l’aéroport de Malte, au sud de l’île. Au début des années 2000, Hal Far est convertie en complexe d’accueil et d’enfermement pour migrants. Les casernes en pierres blanches, aux toits plats entourés de barrières et de fils barbelés, donnent à voir les vestiges de l’armée. La zone d’accueil est composée de cinq lieux : quatre centres ouverts et un centre de détention.

Aux abords du rond-point central d’Hal Far, se tient l’entrée de Lyster Barracks : une grille en métal foncé, un poste de contrôle et un soldat. Ce bâtiment militaire a été transformé en zone d’enfermement pour étrangers en 2002, au moment des négociations d’adhésion de Malte à l’Union européenne. En face de Lyster Barracks, de l’autre côté du rond point, ce qui était un champ en friche est devenu en 2006 un campement de tentes, baptisé Hal Far Tent Village. En 2012, les tentes ont été remplacées par des containers dans lesquels les résidents ont été transférés. Un peu plus bas, après le rond-point, deux casernes on été converties en centres d’accueil : l’un héberge des familles et l’autre des femmes. En contrebas, le long de la même route, se trouve Hal Far Hangar : un ancien hangar à avion où des populations migrantes ont été reçues à partir de 2008. Le hangar n’est plus un lieu d’accueil en tant que tel depuis 2012. En revanche, autour du bâtiment, ont aussi été disposés des containers où vivent toujours des migrants.

Aucun commerce ne se trouve à proximité des centres. Hal Far ne connait pas les embouteillages qui font le quotidien de Malte. La zone d’accueil est desservie par le bus X4 dont les apparitions sont peu fréquentes. La seule activité sociale à observer se trouve à l’arrêt de bus où se regroupent quelques personnages stoïques, dans l’attente du prochain passage pour La Valette.

Les photos ci-dessous ont été réalisées lors d’un terrain d’enquête à Malte, en septembre 2013, dans le cadre d’un doctorat et financé par le projet Médimurs. Les clichés ont été pris depuis l’extérieur des centres, de manière dissimulée, avec un iphone, et en compagnie d’un jeune nigérian.

(ndlr : Toutes les photos sont de Léa Lemaire)

« We are oil above water » (un migrant somalien résident du hangar, janvier 2010)

Lyster Barracks
Lyster Barracks
Women centre
Women centre
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Tent Village
Hal Far Hangar
Hal Far Hangar
Bus Stop
Bus Stop

 

 

Evelyne Ritaine, La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union, 2012

-Reinel_compass_rose_svg

.

Evelyne Ritaine, La fabrique politique d’une frontière européenne en  Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union, Paris, Etudes du CERI, n°186, Juillet 2012.

EN LIGNE/ ONLINE :

http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/Etude%20186.pdf

La construction politique de la frontière extérieure de l’UE en Méditerranée, envisagée du point de vue des Etats de l’Europe du Sud (Espagne, Italie, Grèce, Malte), montre l’importance de la charge politico-symbolique du contrôle de la frontière pour ces Etats. Elle détermine en grande partie les modalités des contrôles mis en place, et les intrications entre décisions nationales et décisions européennes. La mise à l’agenda de cette question fait apparaître une version méditerranéenne des frontières extérieures de l’UE, largement déterminée par les conditions d’intégration des différents pays méditerranéens dans l’espace Schengen. Ce nouveau régime frontalier révèle des jeux politiques complexes, tant cette frontière méditerranéenne est saturée par des échanges politiques qui en construisent une vision sécuritaire. Considéré comme un produit de ces différents processus et tensions, l’actuel dispositif de contrôle apparaît bien moins planifié et légal-rationnel qu’erratique et travaillé par des tensions permanentes, entre tactiques internes, stratégies étatiques et tentatives de communautarisation.

Lire aussi :

Evelyne Ritaine (dir.), L’Europe du Sud face à l’immigration. Politique de l’Etranger, Paris, PUF, 2005    (papier et ebook sur:  https://www.puf.com/content/L_Europe_du_Sud_face_%C3%A0_limmigration